Des archéologues ont découvert en Bulgarie ce qui constituerait la plus vieille ville d'Europe.
« Provadia-Solnitsata » a été fondée il y a 7 000 ans, autour d'une exploitation de sel, ce qui pourrait expliquer les trésors en or découverts dans la région.

Provadia-Solnitsata area in Bulgaria
© AFP
La ville préhistorique comptait quelque 350 habitants

Le site de Provadia-Solnitsata constituerait la plus ancienne ville d'Europe. Découvert en 2005, il vient d'être classé « ville préhistorique ». Fréquenté il y a 7 000 ans, cette ville serait ainsi la plus ancienne d'Europe. Entourée d'une fortification, elle comptait près de 350 habitants, un centre religieux et des commerces. Elle était située près de la Mer Noire.

« Nous ne parlons pas de ville dans le sens des cités-Etats grecques, des villes romaines ou médiévales, mais de ce que fut, pour les archéologues, une ville au cinquième millénaire avant Jésus-Christ », déclare le chef de l'expédition Vassil Nikolov.

Capitale du sel

« A une époque où l'homme ne connaissait ni la roue, ni la charrette, ces gens traînaient d'immenses pierres et construisaient des murailles massives ! Pourquoi ? Qu'y avait-il à cacher ? Du sel ! », précise le chef d'expédition.

Provadia-Solnitsata devint ce qu'elle était grâce aux énormes dépôts de sel de la région, les plus larges des Balkans. Entre le sixième millénaire et le sixième siècle av. J.-C, « le sel était une marchandise extrêmement précieuse car il était à la fois nécessaire dans la vie quotidienne et constituait un produit d'échange, une sorte de devise », explique-t-il encore.

De l'or grâce au sel

Le commerce du sel dota les habitants de la ville d'un énorme pouvoir économique, ce qui pourrait expliquer l'existence de trésors en or de 4 300 av. J.-C. trouvés en 1972 dans une nécropole près de la ville voisine de Varna.

« Le trésor de Varna » de 6,5 kg, contenant plus de 3 000 bijoux et d'objets religieux est internationalement reconnu comme le plus ancien or travaillé du monde.

Ces traces de production de sel sont les plus anciennes pour l'Europe du sud-est et l'Anatolie occidentale. « C'est un site merveilleux... Il y a du travail pour plusieurs générations d'archéologues », se réjouit le chef de fouilles.