Traduction SOTT

Avec l'avènement d'Internet est venue l'Ère de l'Information ; il est désormais possible de diffuser et de trouver des informations sur presque n'importe quoi avec une facilité et une aisance sans précédent - des informations qui, il y a encore quelques dizaines d'années, auraient été extrêmement difficiles, sinon impossibles à obtenir pour la plupart des gens. Plus de données que n'importe qui d'entre nous pourra jamais en assimiler se trouvent maintenant au bout de nos doigts, et les actualités concernant la plupart des événements mondiaux sont disponibles pratiquement instantanément. Là où l'information est supprimée, elle finit par réapparaître tôt ou tard (plus tôt que tard, d'ailleurs). Nous emportons Internet avec nous dans des ordinateurs et des appareils portables super-puissants, et culturellement, dans notre vie quotidienne, nous passons maintenant énormément de temps en ligne, que ce soit pour le travail ou les loisirs.

Tout est connecté ! En un laps de temps relativement court, notre société mondiale est devenue un vaste réseau de diffuseurs d'information, une sorte de réseau cérébral géant qui traite et partage les données avec ses contreparties au sein de ce grand corps qu'est l'humanité. Pas étonnant que notre paradigme collectif soit en train de se modifier et que les patterns les plus profonds de notre structure subconsciente/archétypale - faits d'enseignements des Mystères et de prophéties antiques, d'histoires de pouvoir et d'allégories spirituelles, d'aventures épiques et de vieilles légendes - aient émergé au premier plan de notre conscience, devenant des sujets d'intérêt captivants.

Tapez simplement Dec. 21 2012 sur Google. Peu importe que ça ne soit qu'une date sur le calendrier. Sans rien préciser d'autre dans le champ de recherche, Google sortira environ 460 millions de sites sur la Fin du Monde : prophéties mayas, retour de Jésus, théories d'illumination collective et ainsi de suite. Oui, 460 millions ! Pour mettre ce nombre en perspective, cela fait au moins 150 millions de sites Web de plus qu'il n'y a de citoyens américains ! Cela en dit long sur l'esprit des gens. Même une recherche Google sur « porno » ne donne que 296 millions de résultats - ce qui est évidemment sacrément beaucoup mais reste sans commune mesure avec les prophéties de Fin des Temps et les théories d'Éveil Collectif. Et nous ne parlons ici que du phénomène du 21 décembre 2012 ; faites une recherche sur « return of Jesus » [« retour de Jésus » - NdT] et vous obtiendrez un énorme 524 millions de résultats ! Cherchez « End Times » [« Fin des Temps » - NdT] et presque 2 MILLIARDS (oui, milliards) de résultats s'affichent ! Et pour « Apocalypse », vous arrivez à 102 millions. Cela fait un total de 3 milliards de résultats juste pour ces 4 recherches (sans compter « porno » bien sûr) ! Et ce décompte n'inclut pas les recherches sur « Armageddon », « Rapture » [« Ravissement »], « Doomsday », « Judgement Day » [« Jugement Dernier » - NdT], « Great Deluge » [« Le Déluge » - NdT] ou n'importe quel autre mythe et terme de la Fin des Temps. Peu importe la qualité ou la fiabilité du contenu de ces milliards de sites Web, là où je veux en venir, c'est que de nombreuses personnes trouvent ces sujets fascinants, sinon il n'y aurait pas une aussi forte demande pour leur prolifération sur le réseau. Et cela veut dire que LE SUJET IMPORTE - cela concerne un tas de gens !

Alors, pourquoi tant d'intérêt pour la fin du monde ? Les choses vont-elles mal au point que les gens veulent que le monde cesse ? Peut-être. Faire des recherches sur la fin du monde serait-il un hobby exceptionnellement populaire ? Probablement pas. La moitié de la planète est-elle en proie à une pulsion de mort ? J'en doute. Ce qui est parfaitement limpide, quand on examine brièvement la plupart de ces sites, c'est qu'il y a un tas de cinglés et de racoleurs ici-bas, et qu'une grande partie du contenu de ces sites est de la désinformation délibérée conçue comme propagande de contrôle social/pensée de groupe destinée à vous tenir éloigné de ce qui se passe réellement ou à vous délester de votre argent - vous savez « avant qu'il ne soit trop tard !!! » (cette petite perle fait toujours merveilleusement recette). Néanmoins, l'intérêt pour le sujet existe bel et bien, et à mon avis, la raison la plus probable en est que : Nous sommes tous connectés, les uns aux autres et au cosmos, et ceux d'entre nous dont le cœur palpite encore savent définitivement qu'il se passe quelque chose !

© Sean Heavey, National Geographic
Photo d’un super orage cellulaire.
Cela apparaît comme évident quand vous consultez des sources d'informations fiables (elles ne sont pas légion) et passez en revue tous les changements terrestres et le climat extrême qui prennent place de façon vraiment biblique, l'augmentation énorme des crimes violents et bizarres, les guerres incessantes sans raison, les sécheresses et les inondations, les inexplicables hécatombes d'animaux partout dans le monde, les sons mystérieux provenant du ciel, les manifestations et les émeutes mondiales sans précédent, l'accroissement exponentiel de la pauvreté et du chômage, la militarisation manifeste des forces de police, les black-out médiatiques décomplexés et la propagande, sans oublier le niveau de corruption de nos gouvernements pathocratiques et de nos systèmes financiers, une corruption tellement éhontée et flagrante qu'ils pourraient tout aussi bien faire imprimer « Team Oligarchie » sur des T-Shirts - je suis sûr que c'est déjà brodé sur leurs sous-vêtements.

Aussi, il n'est pas étonnant que les gens pensent que la fin est proche ; il semble y avoir une reconnaissance viscérale que nos conflits collectifs mèneront, au final, à une certaine issue qui est décrite dans la foule de prophéties de fin des temps ancrées dans notre culture et notre inconscient collectif depuis l'aube de l'humanité. Cette multitude de prophéties quasi-identiques sur la fin des temps ne découle-t-elle que d'une curiosité innée quant à une issue finale implicitement reconnue ? Ce qui a un début doit avoir une fin, non ? Il est parfaitement naturel de soulever la question, si l'on réfléchit un minimum : si nous sommes ici, cela doit vouloir dire que nous avons été créés d'une façon ou d'une autre, et si c'est le cas, il doit y avoir un certain moment dans le futur où nous n'existerons plus. Mais tant qu'on y est, postulons que seuls les méchants subiront ce qui se profile, et les bons - les « élus » - continueront à vivre dans un nouveau paradis, exact ? Ou y a-t-il autre chose ? Quelque chose de plus profond ?

Se pourrait-il que l'omniprésence à travers l'Histoire de thèmes étonnamment similaires sur la Fin des Temps soient en fait le produit d'un substrat archétypal plus vaste concernant l'existence humaine - un genre de Matrice, si vous voulez ? Où je veux en venir ? Permettez-moi de reformuler : se pourrait-il que les thèmes relatifs à la Fin des Temps soient aussi innés - existant à un certain niveau de conscience - que l'ontologie et la conscience de soi qui nous sont propres, que les profonds liens psychologiques avec notre mère, que nos préoccupations centrées sur la survie, le conflit, l'amour, le sexe ? Se pourrait-il que les prophéties de Fin des Temps ne soient pas le produit de la pensée humaine, mais qu'en réalité la pensée humaine soit le produit d'une construction archétypale intégrée dans la structure même de notre existence - une sorte de « dilemme » cosmologique cherchant son propre salut et sa propre résurrection ? Se pourrait-il que tout comme les feuilles qui tombent de l'arbre en automne se transforment en terreau fertile pour les bourgeons du printemps, tout comme nous vivons et mourons pour changer de forme et revivre à nouveau, tout comme chaque instant signe la naissance du Présent et la mort du passé, se pourrait-il que les plus vastes systèmes qui régissent notre Univers apprécient eux aussi le renouveau cyclique ? Et se pourrait-il que nous soyons, collectivement, conscients de cela ?

Si c'est le cas, se pourrait-il que nous ne soyons pas la première civilisation humaine à vivre cette prise de conscience ? Et se pourrait-il que les « prophéties » sur la Fin des Temps soient en fait des récits laissés par les survivants de cycles précédents, ou encore une forme de connaissance spéciale encodée dans notre ADN en tant que produit d'une conscience en évolution - des rappels de notre totale impermanence et de notre place plus vaste au sein du Grand Ordre des choses, et qui nous permettraient de savoir comment survivre et évoluer avec le cosmos ? Se pourrait-il que l'Univers soit bien plus étrange et prolifique que nous aimons à le penser et que les épreuves auxquelles nous faisons face actuellement soient un simple mouvement entropique naturel menant à un événement merveilleux, celui d'une plus grande évolution de conscience - un renouveau ? Que ce qui a un début a une fin ; et s'il y a une chose dont je suis certain d'après mes propres recherches, c'est que ce qui a une fin a un nouveau début.
« ... « Et la fin de notre exploration Sera de parvenir à notre lieu de départ Et de le connaître pour la première fois. » . »

~T.S. Eliot, Little Gidding
Alors, où se situer là-dedans ? La plupart des gens sont incapables d'appréhender de tels concepts, simplement parce qu'ils sont trop préoccupés par les banalités et/ou qu'ils se « satisfont » des idées agréables qui leur disent qu'ils sont déjà « sauvés » ou que « tout est parfait » tant qu'on voit tout sous l'unique angle du « Love and Light » [amour et lumière ; concept New Age très en vogue - NdT]. Eh bien, cela fait partie du problème, voyez vous. Nous sommes facilement piégés et limités par notre paradigme anthropocentrique et obsolète - ce système de contrôle archétypal qui nous paraît si familier et confortable, mais qui en fait nous maintient aussi hébétés et hagards que des hamsters dans une roue. Le familier est confortable, voyez vous, et nous ne voulons certainement pas offenser nos amis et nos voisins, et encore moins nos propres « sensibilités » bien gardées, car nos vies se transformeraient alors en enfer, un enfer fait de condamnation, de ridicule et de lutte pour affronter la dure réalité et les mensonges que nous nous racontons à nous-mêmes toute notre vie.
« Nous vivons à une époque où la plupart des gens croient encore les mensonges qu'on leur raconte. C'est un Syndrome de Stockholm généralisé, le parfait Système de Contrôle de la Matrice, où les prisonniers érigent leurs propres murs et adulent leurs geôliers, devenant les outils de la Matrice tandis que les moutons se surveillent mutuellement. »

~Bernhard Guenther, 2012 - Collective Awakening or End of the World?[2012 - Éveil Collectif ou Fin du Monde] ?
Bien sûr, il est peut-être raisonnable de ressentir les choses de cette manière. Nous voulons naturellement une vie heureuse dénuée de stress ; moins nous appliquons de résistance à notre environnement déjà stressant, plus la vie semble plaisante. En réalité, cependant, ce caractère plaisant que nous nous efforçons de maintenir est une illusion plutôt morbide. Et par ce mode opératoire fallacieux, nous ne faisons que créer davantage de problèmes pour nous-mêmes et les autres, car nous nous adonnons à des stratagèmes superficiels dans l'intérêt égoïste de jouir d'un confort immérité, de la paresse et du divertissement - ce qui nourrit alors l'entropie à laquelle nous nous sommes habitués, tels des carcasses en décomposition. D'un autre côté, si et quand nous prenons pleinement conscience du fait que ce n'est pas notre prétendue « liberté » qui nous apporte notre « bonheur » pour le moins précaire mais plutôt le fait d'avoir appris à ne pas nous appuyer sur les ronces qui nous encerclent, nous sentant alors soulagés tant que nous restons dans la ligne et jouons selon les règles, nous commençons alors à voir qu'il n'y a qu'une seule option pour parvenir à une liberté réelle et durable : tailler à travers les ronces et trouver une clairière où bâtir un vrai foyer - avec un jardin qui produit beaucoup de fruits.

Donc, ce n'est pas parce que les temps changentet que ces changements pourraient faire partie d'un mouvement naturel de cosmologie et de conscience que tout ce que avons à faire, c'est nous asseoir, nous relaxer et profiter du spectacle. Non, la règle ésotérique est Connais-toi Toi-même, et cela seul peut nous préparer à la Transition. Pour ce faire, nous devons acquérir la Vraie Connaissanceet la Maîtrisedu corps, de l'esprit et de l'énergie, ainsi qu'une compréhension objective de notre monde et du paradigme qui, autrement, nous lie à notre prison épineuse. Alors seulement saurons-nous comment traverser cette période de changement et les conflits qui en découleront, afin d'émerger dans la lumière de l'autre côté du tunnel - pour ainsi dire - et dans un monde meilleur... un véritable Bouleversement de Conscience dans le meilleur sens du terme - mais un bouleversement qui ne peut s'atteindre que par un dur labeur.

Comme au Temps de Noé

L'histoire la plus répétée de Fin des Temps et/ou de paradigme de la transition est de loin celle d'un Grand Déluge, des flots envoyés sur terre par Dieu ou le Cosmos pour nettoyer l'immoralité ou la corruption de l'espèce humaine. Souvent, les eaux du déluge sont décrites comme une sorte de retour des eaux primitives des mythes de la Création correspondants et comme un acte de châtiment divin consistant à « faire table rase » pour une renaissance en un nouvel état édénique, allant généralement de pair avec une nouvelle relation de l'Humanité à Dieu, une relation plus élevée - qui autrement n'aurait pas été possible. Et ceci est des plus importants et lié à une autre composante indispensable que l'on trouve dans les mythes respectifs : toujours, il y a un héros qui survit, le plus souvent du genre constructeur d'Arche !


La Tablette du Déluge de l’épopée de Gilgamesh en akkadien
On trouve des mythes du déluge dans presque chaque culture depuis les tout débuts de l'Histoire écrite. La découverte de tablettes d'argile dans les ruines de la Bibliothèque Royale d'Assurbanipal, en Mésopotamie, en 1853, par l'assyriologue HormuzdRassam captiva le monde pour ce qui était alors inconnu. L'Épopée de Gilgamesh date au moins du 21e siècle avant JC, bien qu'une découverte plus récente de fragments de vase en albâtre à Nippur soutienne l'existence de cette histoire dès 2 600 ans avant JC et suggère en outre que Gilgamesh a pu être un personnage historique légitime ! {MythsfromMesopotamia: Creation, the Flood, Gilgamesh, and Others [Mythes de Mésopotamie : la Création, le Déluge, Gilgamesh et les autres - NdT], StephanieDalley, ed., Oxford UniversityPress, 1989 / voir aussi Horns of Moses [Les Cor(ne)s de Moïse - Ndt], Laura Knight-Jadczyk, bientôt disponible chez Red Pill Press}

Il est maintenant bien connu que l'Épopée de Gilgamesh contient un récit extraordinairement similaire à l'histoire du déluge biblique de la Genèse, une ressemblance frappante à la fois dans les détails et dans la chronologie des événements. De tels parallèlesne doivent pas être ignorés, surtout en ce qui concerne les histoires de déluge/renouveau. {The Babylonian Gilgamesh Epic: Introduction, Critical Edition and CuneiformTexts [L'Épopée de Gilgamesh Babylonienne : Introduction, Édition Critique et Textes Cunéiformes - NdT], Andrew R. George, Oxford UniversityPress, 2003}

Dans un commentaire sur la Torah publié en 2001 par le Mouvement Massorti, un érudit rabbinique dénommé Robert Wexler déclarait : « l'hypothèse la plus probable que nous puissions formuler est que tant la Genèse que Gilgamesh tirent leur contenu d'une tradition commune sur le déluge qui exista en Mésopotamie. Ces récits ont ensuite divergé à mesure qu'ils étaient racontés. » {AncientNearEastern Mythology [Ancienne Mythologie du Proche-Orient - NdT], Wexler,2001}


L’arche de Noé, artiste inconnu
Je suppose que, bien que cela vaille peut-être la peine de le mentionner ici pour notre propos, il va sans dire que l'histoire du déluge apparaît également dans la tradition islamique, à nouveau avec Noé comme héros. C'est en fait une narration plus détaillée des événements, particulièrement en ce qui concerne la droiture de Noé. À l'inverse de la droiture de Noé, comme dans les autres récits, la corruption des gens était endémique, ce que le Coran décrit éloquemment, et était hautement comparable à ce que nous observons aujourd'hui, particulièrement eu égard à la science moderne de la ponérologie. Dans le récit du Coran, c'était surtout les puissants politiques et les riches qui refusaient d'écouter l'appel du prophète, poussant les autres à suivre leur voie ignorante. Ces « élites » assoiffées de pouvoir étaient jalouses et envieuses de quiconque leur était supérieur en quoi que ce soit et ne recherchaient que le contrôle. Cela maintenait le Peuple dans l'ignorance des « croyants » plus modestes qui étaient intellectuellement, moralement et spirituellement supérieurs. {Coran 11:25-48, voir aussi Lives of the Prophets [Les Vies des Prophètes - NdT], Leila Azzam, Khalid Seydo}
« Nous devons nous rappeler que les psychopathes et autres individus atteints de troubles de la personnalité n'ont pas le choix d'être autrement que ce qu'ils sont. Mais les êtres humains ONT le choix d'accepter ou non les sévices. En acceptant les sévices, ils donnent le pouvoir aux psychopathes de maltraiter les autres... Il semble que dans un monde où les gens ne peuvent pas se soulever, ou refusent de se soulever contre les psychopathes au pouvoir, le Cosmos le fera pour eux et les éliminera eux aussi en raison de leur silence et de leur faiblesse. »

~Laura Knight-Jadczyk, Horns of Moses

Deucalion et Pyrrha repeuplant la Terre de personnes respectueuses. Gravure de Virgil Solis.
Les anciens mythes grecs du déluge, vers 900 avant JC, comprennent un récit de déluge avec Deucalion, récit qui ressemble également au mythe de Jésus et qui lie l'histoire du déluge à l'avènement d'un nouveau royaume ; Deucalion était le fils de Prométhée et devait diriger ce nouveau monde. Deucalion avait été averti par son père et ordonné de construire une « frêle barque » (une « arche », bien que seulement pour lui-même et sa femme Pyrrha), et devait repeupler ce nouveau monde édénique, en étant les seuls survivants - des Adam et Ève post-apocalyptiques, si vous voulez (c-à-d, renouveau cyclique). Ils repeuplèrent effectivement le monde, mais - élément intéressant - ils s'y prirent de manière habituelle : il jetèrent des pierres par dessus leurs épaules. Ces pierres étaient censées être les os de la mère de Deucalion, Gaïa- la mère de toutes choses vivantes (la source de vie). Des pierres jetées par Dieu - cela pourrait-il faire référence à un bombardement cométaire porteur de renouveau ?

On doit aussi souligner que dans une autre version moins notable de l'histoire de Deucalion, version datée du 2e siècle et intitulée De DeaSyria, Deucalion emmena sa femme, ses enfants et ses bêtes dans une Arche - bien qu'il ne soit pas très clair si cette version fut influencée par la culture judéo-chrétienne ou non.


Matsya (Sanskrit- मत्स्य),le premier Avatar de Vishnou dans l'Hindouisme
Même des cultures très différentes de celles mentionnées jusqu'ici connaissaient et ont transmis une histoire de déluge remarquablement similaire. La légende de Manu, le Noé/Deucalion/Utnapishtim de l'Inde, nous décrit Manu comme un homme tellement vertueux qu'il obtint les faveurs de Matsya, la première incarnation du dieu Vishnou. Matsya avertit Manu du déluge qui allait survenir et lui commanda de construire une Arche, en lui donnant les mesures précises et la date exacte du début du déluge (Matsya Purana,Ch.I), et lui ordonna d'emmener sa famille, diverses graines et des couples d'animaux pour repeupler la terre (Matsya Purana,Ch.II). Quand les eaux du déluge se retirèrent - tout comme dans la Genèse, les mythes mésopotamiens et l'histoire de Deucalion - l'Arche atterrit en toute sécurité sur une montagne proéminente de la région. {A Survey of Hinduism, Klaus K. Klostermaier, 2007, SUNY Press / voiraussi :Encyclopaedia of Hinduism: T-Z, Volume 5, Sunil Sehgal, 1999, Sarup& Sons}

Notre thème du déluge se révèle aussi dans une compilation irlandaise ultérieure d'anciens récits, intitulée LeborGabálaÉrenn (traduit par « Livre de la Prise de l'Irlande », bien que plus couramment connu sous le titre « Le Livre des Invasions »). Il est admis que la compilation fut réalisée au 11e siècle, réinterprétant apparemment à partir de là les mythes païens de l'Irlande celtique, gaélique et pré-gaélique, afin de mieux refléter la théologie et l'historiographie judéo-chrétiennes. Néanmoins, bien que « l'historicité » des événements use de parallèles bibliques évidents pour raconter l'histoire « officielle » de l'Irlande, il demeure hautement probable que les origines du récit du déluge soient issues de l'histoire pré-chrétienne celtique. Nous savons de l'historien du 4e siècle Ammien Marcellin que, au 1er siècle avant JC, Timagène d'Alexandrie retranscrivit un récit de l'origine du peuple celte dans lequel il décrivait comment les ancêtres des Gaules durent quitter leurs terres natales en Europe de l'Est en raison d'une succession de guerres suivies d'un grand déluge. Ce récit est apparemment dérivé de sources plus anciennes maintenant perdues. {Ammien Marcellin, ResGestae 15:9} C'était certainement bien avant Eusèbe de Césarée, qui fut cité comme source du LeborGabálaÉrenn, et bien avant que les Irlandais ne ressentent même le besoin de composer une histoire de leur passé comparable aux histoires d'autres peuples de l'Empire romain.

Un mythe hawaïen du déluge, d'origine incertaine, décrit un homme vertueux dénommé Nu'u (ce qui ressemble même à Noé !) qui construisit une Arche pour échapper à un Grand Déluge, mais pensa à tort que son salut et les directives émanaient de la lune jusqu'à ce que le dieu créateur, Kane, apparût sur un arc-en-ciel pour le corriger et sauver la mise. Aucun animal ne semble être impliqué, ni de femme, et le nombre d'autres survivants éventuels n'est pas mentionné, bien que, à nouveau, quand les eaux du déluge se retirèrent, Nu'u se retrouva au sommet de MaunaKea, un volcan, et le plus haut sommet des îles hawaïennes. {"Nu'u" A Dictionary of World Mythology, Arthur Cotterell, Oxford University Press, 1997}

Ce n'est qu'au début du 19e siècle que les missionnaires chrétiens commencèrent à se déchaîner sur les îles pour convertir les indigènes et lutter pour le salut de leurs âmes de sauvages grâce à la religion « appropriée », bien sûr. Aussi semble-t-il que l'histoire de Nu'u précède de loin l'arrivée de l'Église.

Dans notre bref passage en revue des récits de déluge, nous ne devons pas négliger celui de Platon sur la mystérieuse cité perdue de l'Atlantide. Fulcanelli écrit :
« L'ATLANTIDE. Cette île mystérieuse dont Platon nous a laissé l'énigmatique description, a-t-elle existé ? Question difficile à résoudre, vu la faiblesse des moyens que possède la science pour pénétrer le secret des abysses. Toutefois, certaines constatations paraissent donner raison aux partisans de la réalité atlantéenne. [...]

La foi en la véracité des œuvres de Platon entraîne la croyance à la réalité des bouleversements périodiques dont le déluge mosaïque, nous l'avons dit, demeure le symbole écrit et le prototype sacré. Aux négateurs de la confidence que les prêtres d'Égypte firent à Solon, nous demanderons seulement de bien vouloir nous expliquer ce qu'entend révéler le maître d'Aristote, par cette fiction de caractère sinistre. Nous pensons, en effet, qu'il est hors de doute que Platon s'est fait le propagateur de vérités anciennes, et que, conséquemment, ses livres renferment tout un ensemble, un corps de connaissances cachées. Son Nombre géométrique, sa Caverneont leur signification ; pourquoi le mythe de l'Atlantide n'aurait-il pas le sien ?

L'Atlantide dut subir le sort commun, et la catastrophe qui la submergea relève, évidemment, d'une cause identique à celle qui ensevelit, quarante-huit siècles plus tard, sous une profonde nappe d'eau, l'Égypte, le Sahara et les contrées de l'Afrique septentrionale. Mais plus favorisée que la terre des Atlantes, l'Égypte bénéficia d'un relèvement du fond sous-marin et revint au jour, après un certain temps d'immersion. Car l'Algérie et la Tunisie, avec leurs chotts desséchés et tapissés d'une épaisse couche de sel ; le Sahara et l'Égypte, avec leur sol constitué en majeure partie de sable marin, montrent que les flots ont envahi et recouvert de vastes étendues du continent africain. Les colonnes des temples pharaoniques portent des traces indéniables d'immersion ; dans les salles hypostyles, les dalles, encore existantes, qui en forment les plafonds, ont été soulevées et déplacées sous l'influence oscillatoire des vagues ; la disparition du revêtement extérieur des pyramides et, en général, celle des oints de pierres (colosses de Memnon, jadis chantants) ; les traces évidentes de corrosion par les eaux qu'on remarque sur le sphinx de Gyzeh, ainsi que sur quantité d'autres œuvres de la statuaire égyptienne, n'ont pas d'autre origine. »

~Fulcanelli, Les Demeures Philosophales, Paris, 1929
Nous pourrions continuer ainsi presque indéfiniment mais je pense que je me suis fait comprendre : des récits extraordinairement similaires relatant un Grand Déluge (si ce n'est plus d'un) existent à travers l'Histoire, au sein de cultures et à des époques si disparates que nous ne pouvons nous hasarder à y trouver une raison logique, hormis la notion que des déluges se produisent effectivement. Et la raison de leur occurrence semble être le résultat de (ou du moins semblent-elles précédées par) des périodes d'agitation sociale et de disharmonie générale entre les humains et l'ordre naturel des choses. En fait, il existe des CENTAINES de récits de déluge dans l'Histoire écrite, issus de pratiquement chaque région du monde ! Bien sûr, les inondations sont des phénomènes communs, mais ce n'est pas à cela que ces récits font référence ; ils parlent d'INONDATIONS EXTRAORDINAIRES, de déluges catastrophiques bien au-delà de la norme - du genre qui engloutissent même les montagnes !


Le Déluge, de Gustave Doré, 1866.
Aussi, ce que nous pouvons en déduire, c'est qu'un Déluge s'est très probablement PRODUIT qui concerna de vastes régions du monde et sa population - laissant cependant plus de survivants que les récits ne le mentionnent généralement (« la famille [élargie] de Noé, pour parler bibliquement). Compte tenu de l'ampleur et de l'étendue du traumatisme, il ne peut être que naturel que ces récits soient ancrés aussi profondément dans nos cultures. Cela suggère aussi que de tels événements sont la plateforme archétypale non seulement d'un renouveau cyclique quand les choses tournent vraiment mal, mais aussi de notre salut, si nous choisissons de tenir compte de l'avertissement et d'Œuvrer/de Travailler - comme cela est évoqué chez les héros vertueux des mythes diluviens qui, en communion avec le Divin, suivent des critères spécifiques pour « construire une Arche » et donc être sauvés (arriver au « sommet de la montagne »).
L'Histoire de Noé et de l'Arche est le récit primordial du Salut : la Quête originelle du Saint Graal (la construction de l'Arche) et le Grand Œuvre alchimique. Le Déluge a d'autres connotations, comme l'assombrissement du Soleil, représentant le Dieu mourant sacrifié pour expier les péchés de l'humanité. En ce sens, l'Arche est le symbole du Mariage Sacré Cosmique, ou la clé du passage vers le royaume du - roi qui fut et qui sera - le roi Arthur/Arca des Bergers d'Arcadie

Actuellement, la religion chrétienne (et ses rejetons New Age) est le principal pourvoyeur des multiples scénarios de Fin du Monde qui nous sont les plus familiers. Cependant, ceux-ci ne semblent pas tenir compte du fait que le point capital est que Jésus a relié ladite Fin du Monde à l'histoire de Noé, confirmant ainsi le point de vue du Chiliasme Primitif. Dans Matthieu, chapitre 24, versets 37 et 38 :

« Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l'avènement du Fils de l'homme. Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche ; et ils ne se doutèrent de rien, jusqu'à ce que le déluge vienne et les emporte tous : il en sera de même à l'avènement du Fils de l'homme. »

Dans l'histoire de Noé, auquel Jésus a directement relié la « Fin des Temps », un homme a un songe prophétique et, suite cette révélation, agit d'une manière positive qui lui permet de se sauver lui-même ainsi que sa famille.

Le plus important dans l'histoire de Noé, c'est qu'il n'y a PAS eu de fin du monde dans le sens physique où la Terre aurait cessé d'exister. Et Noé n'a pas non plus traversé le déluge pour finir en « être de lumière ». Il a construit l'Arche et a survécu au Déluge, pour émerger dans un monde différent. Cela marque la fin d'un Temps, en ce sens que le monde d'avant le Déluge est différent de celui d'après le Déluge. La Terre a continué d'exister, et Noé et sa famille métaphorique (il y eut apparemment un certain nombre de Noés sur tout le globe) sont sortis de l'Arche et se sont retrouvés dans un monde tellement différent que l'apparition d'un arc-en-ciel est notée ici pour la première fois à titre de preuve de ce changement extrême et fondamental de la réalité. [...]

Soigneusement analysée, l'histoire de Noé est remplie d'enseignements. Ce récit ne nous dit pas que quelque force surnaturelle prépara un endroit pour Noé. Au contraire, Noé reçut le conseil d'accomplir certaines tâches destinées à assurer sa survie, celle de sa famille, et celle de certains animaux. En supposant que cette histoire est davantage qu'une simple métaphore du Grand Œuvre, si Noé avait choisi de ne pas faire ces immenses efforts, nous n'aurions jamais entendu parler de lui, qui qu'il pût être, et quel que soit le contexte et la culture au sein desquels il exista.

~Laura Knight-Jadczyk, L'Histoire Secrète du Monde

Prophétie Maya sur 2012, Inversion des Pôles, Nibiru et COINTELPRO New Age


Les Mayas aussi avaient incontestablement leurs récits de déluge - quelques-uns, en fait. Et comme leurs contreparties, ces histoires décrivent la destruction de l'humanité en raison de son manque de respect pour sa véritable raison d'être, sa véritable fonction de Création Divine. Par contre, ce sur quoi les Mayas n'ont pas spéculé, c'est sur une fin du monde en 2012, voire une illumination collective. Ce que la plupart des « disciples » de la 2012-mania ne réalisent pas, c'est que l'intégralité du concept d'une prophétie maya concernant 2012 est totalement inventé et n'appartient qu'au « monde mécanique »,comme j'aime à l'appeler ; après tout, le monde mécanique crée et entretient les normes artificielles de l'« Occident moderne » - qu'il me semble inutile de détailler - qui montre du doigt le reste du monde et le traite d'ignorant, d'arriéré, de «Tiers-Monde » barbare ou de « pays en voie de développement », y compris l'Amérique centrale d'où provient la culture maya et où elle subsiste toujours actuellement, dans une certaine mesure.


Femmes mayas modernes du Guatemala
J'ai passé ces derniers mois au Guatemala en compagnie de Mayas - pas en ville, évidemment, mais dans la cambrousse, avec des gens qui parlent encore la langue, portent les vêtements traditionnels et se frayent un chemin à travers la jungle à coups de machette pour rentrer chez eux après le travail. Et laissez-moi vous dire que si vous questionnez ces gens sur la fin du monde ou une illumination collective en décembre, ils vous regarderont comme si vous aviez besoin d'une camisole !
« Si j'allais voir des communautés parlant maya et demandais aux gens ce qui va arriver en 2012, ils n'en auraient aucune idée. »~Jose Huchim, archéologue maya au Yucatan

« Le calendrier à Compte Long [maya] débute en 3 114 avant JC et découpe le temps en périodes d'environ 394 ans connues sous le nom de baktuns. 13 était un nombre sacré important pour les Mayas, et le 13e baktun se termine aux alentours du 21 décembre 2012. C'est un anniversaire spécial de la Création. Les Mayas n'ont jamais dit que le monde allait cesser, ils n'ont jamais dit que quoi que ce soit [...] se produirait nécessairement, ils ont juste enregistré ce futur anniversaire sur le Monument 6 »

~David Stuart, spécialiste en épigraphie maya, Université du Texas

« Une période de temps significative pour les Mayas se termine à cette date, et des exaltés ont trouvé une série d'alignements astronomiques qui, selon eux, coïncident avec 2012... Mais les archéologues, les astronomes et les Mayas disent que la seule chose qui frappera probablement la terre, c'est une pluie météorique de philosophie new-age, d'astronomie populaire, de cyber-rumeurs de jugement dernier et d'émissions spéciales à la télé... »

~Mark Stevenson, The AssociatedPress, Selon un sage Maya, 2012 n'est pas la fin du monde
Alors, si les Mayas ne croient pas à cette affaire de jugement dernier/illumination collective du 21/12/2012, d'où vient tout ce battage ?
« Les théories sur le jugement dernier viennent de l'Occident, pas des idées mayas. »

~Apolinario Chile Pixtun, sage Maya guatémaltèque
Quand on est immergé dans le monde mécanique, il est certainement très facile de gober tout ce que tout le monde raconte parce que c'est la norme - c'est ce qui passe pour la « réalité » ; même quand on n'est pas d'accord, le plus souvent, c'est parce qu'on se cramponne à une idéologie tout aussi fallacieuse qui nous donne l'impression qu'on « en sait plus ». C'est le travail du COINTELPRO, de la désinformation médiatique et d'une grande partie du mouvement New Age, en fait. Si vous n'aimez pas une idée, il y en a plein d'autres sans plus de fondement ni de preuve parmi lesquelles choisir. Et malheureusement, la désinformation se répand comme les mauvaises herbes dans un jardin négligé, négligé parce que l'information véritable - la connaissance - n'est pas cultivée.

Pour ceux qui ne le savent pas (bien que je vous recommande vivement d'étudier le sujet par vous-mêmes), COINTELPRO est un acronyme désignant un programme de contre-espionnage interne du FBI et - bien que le terme soit d'ordinaire spécifique aux opérations clandestines du FBI - on l'utilise maintenant comme terme général pour tous les types de projets secrets et « black-ops » impliquant désinformation, entravement et discrédit de toute source ou information qui pourrait potentiellement menacer le statu-quo - comme une émancipation spirituelle et un « éveil de la population », par exemple.

COINTELPRO est impliquée depuis le milieu des années 50 dans de nombreuses organisations politiques sur le sol américain, à commencer par la création et la promotion du Maccarthysme. Fait indéniable et documenté : COINTELPRO a initié les mouvements New Age populaires, comme le Mouvement du Potentiel Humain, comme moyen de distraction frivole comparé aux méthodes d'Éveil laborieuses et pourtant valables. On doit au COINTELPRO la promotion de la « pensée positive » (qui vise à ne pas se « bloquer » sur des trucs négatifs qui requerraient éventuellement de l'attention), l'usage illicite de drogues et la promotion de pathologies sexuelles comme sucreries « spirituelles » pour les masses. COINTELPRO s'avéra fort prolifique, de manière insidieuse ; après tout, non seulement le sexe, la drogue et la pensée positive contredisent « l'Homme » mais en outre, ces pratiques ont la forte tendance, si l'on n'y prend garde, à contrarier la pensée critique et l'objectivité, en fournissant des distractions de bas-étage sous la forme d'un hédonisme débridé acclamé comme « vertu suprême ». Il n'y a qu'à regarder l'échec total du mouvement hippie des années 1960 pour en avoir la preuve.
À la fin des années 1960, le mouvement du « Potentiel humain » était devenu un véritable pot-pourri de religions, sciences, mysticisme, « magick » et « occultisme ». L'usage de drogues était devenu incontrôlable, et les graves défaillances de ces « techniques » commencèrent à se révéler à la suite de plusieurs tragédies impliquant crimes ou folie ; l'idée que les humains étaient en train de devenir des « surhommes psychiques » s'écroula. Les promesses des années 1960 tombèrent dans la décadence, laissant la place à une léthargie nostalgique : de vieux hippies vivant en communauté et passant leur temps à tresser leurs dreadlocks grisâtres et à reluquer les lolitas tout en rallumant leur bong et en pérorant sur « le bon vieux temps » à Esalen

~Laura Knight-Jadczyk, L'Histoire Secrète du Monde
Bien qu'« officiellement », ces projets COINTELPRO aient été interrompus, quiconque ayant suffisamment de discernement pour reconnaître que cela est un mensonge réalisera aussi que n'importe quelle opération secrète de nature - dont le mode opératoire même est la désinformation - préférera sûrement demeurer « officiellement inexistante » tout en conservant un statut énigmatique du genre « peut-être/peut-être pas », ce qui, soit dit en passant, devient un outil utile à cette opération. Pour avoir la preuve que COINTELPRO (ou quelque autre nom) et les opérations de désinformation gouvernementales existe toujours, pas besoin d'aller voir plus loin que les FAITS 100% irréfutables concernant le cover-up du 11 septembre.

Alors, comment s'en sortent-ils ? Comment arrivent-il à s'en tirer encore et encore ? Une chose dont on est sûr, c'est que les agents du « contre-renseignement » sont tout sauf stupides et qu'ils créent des labyrinthes extrêmement complexes de tromperie, de manipulation paradigmatique et de contradiction, même au sein de leurs propres rangs, afin de protéger leurs motivations clandestines. C'est un fait incontestable dont attestera quiconque a travaillé pour ou avec - ou a enquêté sur - un service de renseignement gouvernemental, que ce soit avec une admiration béate, de la désapprobation ou les deux à la fois. Ne vous y trompez pas : l'idée d'un « échec des renseignements » est une ruse pour vous endormir.

Il paraît que la plus belle ruse du diable, c'est de faire croire qu'il n'existe pas (ou qu'il est incompétent). Quel meilleur moyen pour s'immiscer que d'être invisible ? Quand il s'agit de tout gâcher ou de rassasier les gens avec un sentiment de liberté et de spiritualité, personne ne le fait mieux que « l'Homme [invisible] » du COINTELPRO New Age. Ils ont tellement envahi le terrain et dilué la Vérité que les gens, soit se raccrochent avec espoir à des mensonges, soit ne savent plus quoi croire. Dans les deux cas, la confusion règne et c'est exactement comme ça qu'ils veulent que ça reste. Et c'est ainsi que quelques pommes pourries - des baratineurs New Age - gâtent tout le panier, comme on le voit avec nos idées modernes de spiritualité facile et notre culture de l'excès et du caprice.
« Les gens présupposent simplement que, parce qu'ils sont du côté « alternatif », ils détiennent la Vérité et qu'on ne leur enlèvera pas. C'est malheureux car certains d'entre eux semblent sincères, mais ils sont comme des moutons guidés par des loups. »

~Étude de Cas sur COINTELPRO et la Ponérisation : Compte-rendu d'une « Convention Alternative »

« Bien sûr, la science et les médias conventionnels ridiculisent tout ce qui ne rentre pas dans la catégorie de réalité de la « culture officielle ». Il faut s'y attendre. Mais ce qui est plus perturbant, c'est le nombre de gens des médias alternatifs qui gobent autant de désinformation, consciemment ou non. Tout ceux qui ont commencé à remettre en doute la réalité et se sont embarqués dans la quête de la vérité ont, à un moment ou un autre de leur vie, cru à des mensonges et de la désinformation. »

~Bernhard Guenther,2012 - Éveil Collectif ou Fin du Monde ?

« La seule chose qui devrait nous choquer au sujet des opérations COINTELPRO... c'est à quel point nous avons cru si facilement à l'idée que les gouvernements ne s'y adonnent pas. »

~Allan Branson,COINTELPRO : la Guerre de l'Information

« Nous saurons que notre programme de désinformation est accompli quand tout ce que le public américain croira sera faux. »

~William Casey, Directeur de la CIA (tiré de la première réunion du personnel de Casey en tant que Directeur en 1981).
Aussi, il n'est pas vraiment étonnant que tant de personnes croient à cette affaire de prophétie maya. Bon sang, même Hollywood est dans le coup, avec la superproduction à gros budget 2012. Des chaînes de télé « éducatives », en apparence crédibles et destinées aux familles, comme Discovery Channel, History Channel et la BBC, ont su tirer profit de la prétendue prophétie maya, à coup d'histoires abracadabrantes, de spéculations infondées et de fonds sonores menaçants. Nombre de livres ont été écrits par des savants auto-proclamés, des voyants et des gourous porteurs d'espoir qui nous promettent de super pouvoirs et que nous serons libérés de nos peines quand ce jour fatidique arrivera - surtout si vous assistez à leurs séminaires à 5 000 $ par tête de pipe !

Pourquoi supposez-vous qu'il en est ainsi ? C'est sûr, les grippe-sou rusés reconnaissent une bonne affaire quand ils en voient une, et tout le monde veut en profiter tant qu'il le peut, mais je peux vous assurer ceci : s'il y avait de la vérité là-dedans, COINTELPRO aurait fait dérailler ce train il y a bien longtemps. À l'inverse, ce que nous voyons est probablement - avec l'arnaque du 11 septembre - la campagne de désinformation la plus juteuse et la plus intense que le monde ait jamais connu, avec des milliards de recettes fiscales par-dessus le marché. C'est moi qui vous le dis, c'est une manipulation bien planifiée et hautement orchestrée spécifiquement conçue pour détourner le monde de ce qui se passe vraiment - et le terrier du lapin est probablement bien plus profond que la plupart d'entre nous ne le réalisons ou ne pouvons le comprendre. D'accord, il se produit actuellement un changement qui pourrait bien être écrit dans les étoiles, mais il n'a probablement rien à voir avec ce que les baratineurs nous vendent.

Notez que je parle d'un CHANGEMENT collectif plutôt que d'un ÉVEIL collectif. Je vais vous dire, si vous atteignez l'illumination le 21 décembre 2012, venez me le raconter le 22 ; je serai très heureux d'admettre que j'avais tort, si vous pouvez me montrer la preuve de votre « ascension ». Sinon, vous aurez peut-être envie de relire cet article - et les liens - plusieurs fois et de considérer sérieusement ses implications.
« La réponse au problème de la désinformation n'est pas la paranoïa mais la vigilance, une vigilance incessante qui pousse à examiner la source de toutes les informations qui nous parviennent. Chaque citoyen du monde doit être son propre super-enquêteur. C'est notre seul moyen de nous libérer de la prison globale de l'esprit qui gagne partout du terrain. »

~Richard Dolan, Historien, Ufologue, Chercheur et Auteur, dénonciateur professionnel, KeyholePublishing
On ne peut pas parler de la désinformation New Age sans aborder les nombreuses allégations sur la façon dont les choses vont se jouer. Pas non plus besoin de trop nous creuser la tête pour imaginer plusieurs scénarios raisonnables de fin du monde : échange nucléaire, catastrophe biologique, effondrement économique, ère glaciaire subite, super volcan, bombardement cométaire, glissement tectonique du manteau, éruptions solaires, invasion extraterrestre, et même trou noir errant ou collision entre dimensions.


V838 Mon, une étoile avec un écho lumineux en expansion, présentée par certains
comme une preuve photographique de Nibiru
Le problème de la plupart des scénarios de Fin du Monde est qu'ils ne laissent guère de place pour vendre de l'espoir, à moins d'être vraiment « créatifs » dans la façon de tourner les choses. Il est bien mieux - c-à-d plus profitable - de suggérer que ce qui arrivera entraînera notre « éveil collectif » ou notre salut ; autrement dit, le New Age n'est guère différent du christianisme qui essaye de vendre une panacée. Le concept peut-être le plus largement promu est l'idée que la terre va subir une inversion des pôles, peut-être due à un « alignement galactique » ou à un grand corps cosmique traversant notre système solaire - une planète inconnue souvent désignée par les termes « Planète X » ou « Nibiru ». Que cela signifie-t-om vraiment et en quoi est-ce lié au phénomène de désinformation ?

Laura Knight-Jadczyk, historienne, érudite indépendante, mystique et auteur a fait des recherches sur le sujet de manière plus approfondie que la plupart des chercheurs, aussi je la laisserai répondre à cette question :
De nos jours, les causes d'une catastrophe cosmique sont généralement attribuées par les « chercheurs alternatifs » et pourvoyeurs de sagesse ésotérique à un basculement des pôles. [...]

Au final, le problème central de toutes les théories est celui du « mécanisme déclencheur ». Qu'est-ce qui actionne la machine ? Qu'est-ce qui est en train de changer dans notre système solaire et dont nous ne pouvons rien savoir ? Pourquoi permet-on aux colporteurs de rumeurs et théoriciens d'une « planète Nibiru », d'un « alignement galactique » ou d' « âges précessionnels » de répandre toutes absurdités alors que les vraies données sont si soigneusement dissimulées ?

Le fait que les pôles magnétiques de la Terre se sont déplacés à de nombreuses reprises est maintenant accepté par les scientifiques. Mais cela ne nous dit rien sur un basculement de la planète proprement dite. Cela signifie seulement qu'il y a eu des renversements du champ magnétique. Nous savons à présent que le Soleil renverse son champ magnétique régulièrement et cycliquement, sans effets cataclysmiques apparents. Dès lors, un simple basculement du champ magnétique ne peut correspondre à l'idée d'un « basculement de pôles » physique et littéral.

[...] La théorie actuellement la plus populaire est celle présentée par Zechariah Sitchin, qui a étudié les mythes des Sumériens pour en conclure qu'ils se réfèrent à une massive planète invisible, et aussi que tous les récits mentionnent un retour cyclique à des intervalles de 3 600 ans.

Pendant des années, on nous a tellement corné aux oreilles que la « Fin du Monde » approchait que cela en est devenu lassant. Avez-vous entendu parler dernièrement de la « Ceinture de Photons » ? Cette idiotie a été très populaire pendant un moment. Elle a suscité une panique générale tandis que des dizaines d'individus se mettaient tranquillement des tas d'argent dans les poches en vendant des livres et « cours » d'Ascension permettant de survivre à « l'illumination » de la planète.

La « ceinture de photons » étant tombée à l'eau, c'est ensuite la folie Hale Bopp qui a pris le relais, provoquant des suicides en masse, et une paranoïa générale. Ce que bien des gens n'ont jamais soupçonné, c'est que beaucoup de choses bizarres se produisaient sur la Planète Bleue pendant que Hale Bopp décorait notre ciel : la météo a subi d'impressionnants changements, et l'Europe a subi ce qu'on a appelé « les inondations du millénaire ». On peut se demander si l'affaire Hale Bopp n'a pas été montée pour détourner l'attention de ce qui se passait de vraiment intéressant ailleurs - une sorte de procès O.J. Simpson à l'échelle cosmique, peut-être. [...]

Naturellement, pendant que tout cela se produisait, le monde politique perdait la boule, et nous voilà tous assis sur un baril de poudre, attendant que quelqu'un allume tranquillement une cigarette.

Pour pouvoir nous faire une idée d'un « événement déclencheur », il est important que nous triions les données dont nous disposons, afin de voir si un basculement de pôles est du domaine du possible, et si oui, si cet événement est graduel, uniformitariste, ou bien soudain et cataclysmique ?

Les scientifiques acceptent à présent l'idée d'un « cycle d'extinction ». Mais jusqu'il y a peu, ils se sont efforcés de le repousser si loin dans le passé ou le futur qu'il ne pouvait pas affecter notre civilisation actuelle. Tout récemment, cependant, de frileuses allusions et timides indices ont commencé à faire leur apparition dans la conscience du public, un peu comme on tâte l'eau du bout de l'orteil. Mais le débat est animé. En général, les tenants du « cycle d'extinction » approchent le sujet du point de vue de la collecte et présentation de données. Les adversaires de cette idée, quant à eux, approchent le sujet en réfutant les données disponibles; selon eux, elles sont « inexactes » ou « mal comprises ». Ils ont aussi tendance à s'emballer et s'en prennent à la personnalité de ceux qui présentent les données. Nonobstant tout cela, de plus en plus de faits, données et informations pouvant être confirmées voient le jour.

L'importance relative d'une idée et les implications des conclusions qui peuvent en être tirées devraient déterminer le niveau d'attention accordé à cette idée. Le fait est que l'idée selon laquelle un objet pourrait se précipiter à travers notre système solaire à intervalles périodiques est d'une importance telle qu'on ne peut tout simplement pas assez la souligner.

Au cours des années 1960, Les Russes ont émis l'hypothèse qu'il pourrait y avoir, dans notre système solaire, non pas un mais trois corps planétaires au-delà de Pluton. Des anomalies dans le mouvement orbital de Neptune et d'Uranus ont convaincu beaucoup de nos propres scientifiques qu'il y avait de fortes chances qu'une sorte de corps massif existe dans l'espace solaire au-delà de Pluton et exerce une forte attraction gravitationnelle sur les planètes qui se trouvent le plus à l'extérieur. Nous sommes d'accord avec Sitchin pour dire que, s'il y a en effet un cycle défini, l'une des explications les plus logiques est que ce cycle dépend d'un corps d'apparence planétaire qui apparaît régulièrement et de façon prévisible. Mais nous disons que ce corps n'est pas à l'intérieur du système solaire.

« Si ce corps existe et réapparaît cycliquement, pourquoi la science n'en sait-elle rien ? », se demandera le lecteur sceptique.

Le problème du cyclede ce « retour supposé » est de la plus haute importance. Nous nous retrouvons face à l'idée que soit le monde subira bientôt de grands bouleversements géologiques et météorologiques, soit il n'en sera rien. Si nous considérons la possibilité que cela pourrait arriver, et si nous nous intéressons à la destinée humaine, alors il nous incombe de chercher s'il existe ou non une corrélation entre les bouleversements géologiques cycliques du passé de la Terre et le futur, et quel pourrait être ce cycle. En outre, il existe des preuves scientifiques irréfutables que notre planète a subi dans un passé relativement récent des cataclysmes géologiques: les résultats de l'analyse des « carottes de glace » et des anneaux de croissance des arbres.

Si nous pensons ne serait-ce qu'une seconde qu'il existe 1% de chances que de tels événements soient cycliques et qu'un événement de ce genre se profile, alors nous devons mettre au service de cette idée toutes les ressources de la science et rassembler les grands esprits de notre civilisation pour analyser cela. Mais il semble que ce ne soit pas le cas. Nos chefs d'État sont-ils stupides au point d'être incapables de voir plus loin que le bout de leur nez ? Ou bien sont-ils tellement avides de pouvoir qu'ils s'en fichent ? Ont-ils l'intention de se « retirer du jeu juste à temps » et puis quand - et SI - le rideau tombera, ils penseront avoir été les vedettes du spectacle ? Cela pose un problème particulier. Comment déterminer qui sait quoi exactement ?

À mesure que nous approfondissions nos investigations, nous avons constaté à maintes reprises que faire des recherches sur ces sujets pose problème, pour un tas de raisons. En surface, nous constatons que les géologues, glaciologues, géophysiciens, paléontologues, océanographes, astronomes, astrophysiciens, physiciens, mathématiciens, archéologues, etc., universitaires et professionnels n'acceptent pas facilement les intrusions dans leurs petits mondes fermés. Ils ont leurs propres divinités de convention et, surtout, que personne ne vienne critiquer les protocoles acceptés de l'interprétation conventionnelle ! Ils sont bien au chaud et en sécurité, et leur carrière est protégée du fait de leur pacte avec la Police de la Pensée Scientifique, dont les membres sont les grands-prêtres du système de Contrôle.

Et c'est là qu'est le problème. Le système de Contrôle, via les officines de ses grands-prêtres de la science, fait en sorte qu'aucun glaciologue ne croise le chemin d'un astrophysicien, et qu'aucun géologue ne croise le chemin d'un archéologue. Ainsi, il ne peut y avoir de Science Comparative, et cela est particulièrement vrai aux États-Unis, où les frontières entre disciplines sont fortement marquées, contrôlées et renforcées par la Police de la Pensée Scientifique.

Ces circonstances mettent notre problème en pleine lumière. À mesure que nous tentions d'analyser en profondeur les nombreuses affirmations d'experts dans divers domaines, nous avons découvert que beaucoup de données étaient purement et simplement étouffées par ce même système. Nombre de données tombent également sous le contrôle de ministères et d'agences officielles, et leur accès est sévèrement limité. J'ai découvert qu'il y avait bien un effort d'investigation de la part de diverses agences gouvernementales concernant les retours cycliques et les impacts de comètes, mais les résultats de ces recherches ne sont en général pas disponibles au public. Il s'agit d'articles techniques, stockés sur des microfiches ensevelies dans les rayons recherche et archives spéciales de bibliothèques universitaires. Certains de ces articles finissent par être imprimés, mais ces volumes sont tellement coûteux que le chercheur qui s'y intéresse doit disposer de finances solides pour pouvoir se les offrir. Les articles qui passent le cap de la publication dans des journaux techniques sont caractérisés par une terminologie tellement abstruse et opaque qu'il faut avoir l'esprit aiguisé comme une épée de Damas pour pouvoir tailler son chemin à travers les absurdités et en venir au cœur du sujet. Et il va pratiquement de soi que seul un scientifique connaissant à fond le « jargon secret » est capable de déchiffrer le code.

Je dois aussi dire au lecteur que pendant des semaines et des semaines, à mesure que nous commandions et lisions des articles et livres techniques, fichiers de données, rapports etc.,l'énormité du problème de la censure d'informations est devenue d'une évidence accablante. [...]

Et voilà où en sont les choses. Non seulement chaque discipline scientifique n'a pas conscience des développements dans d'autres disciplines qui pourraient disposer d'informations importantes pouvant les aider dans leurs propres études, mais elles sont aussi conditionnées - programmées - de manière à considérer comme un blasphème scientifique le fait de comparer leurs propres conclusions aux données issues d'autres disciplines. Et tout en haut, quelqu'un contrôle ce système de censure.

~Laura Knight-Jadczyk, L'Histoire secrète du monde
Aussi, ça n'est pas tant que toutes les informations ici-bas ne sont que des foutaises, mais plutôt qu'elles sont en majeure partie déformées et alambiquées en raison de tel ou tel dispositif - que ce soit voulu ou le fruit d'une erreur honnête.
C'est ainsi que la désinformation se propage aussi bien ; la plupart du temps, c'est de la vérité mélangée à des mensonges et des erreurs, de sorte que les gens ont quelque chose à se mettre sous la dent, inconscients que cela n'équivaut qu'à de la malbouffe - sans valeur nutritive. Il est vital de nous efforcer de mettre en lumière la vérité sur le sujet afin de pouvoir comprendre avec quoi nous travaillons. S'il existe une quelconque possibilité d'Illumination, la Vérité est primordiale. Si nous sommes régis par de fausses impressions, mieux vaut ne rien comprendre du tout. La différence entre un mensonge auquel on croit et une vérité qu'on n'arrive pas à voir, c'est que la seconde option nous permet au moins d'être - en majeure partie - disponible pour acquérir de nouvelles connaissances. Croire un mensonge est encore plus problématique que l'ignorance, voyez-vous - comme je le concluais dans mon article sur la corruptibilité de l'idéologie :
Les gens se contenteront d'accepter une idée fleurie et puis s'en iront, continuant à vivre comme avant, avec la prétention qu'ils « comprennent » quelque chose. En réalité, cela les empêche de vraiment comprendre ce qu'ils pourraient comprendre s'ils n'étaient pas convaincus de « déjà savoir ». [...] La grande ironie est donc que ce genre de concepts, bien que pris pour la vérité, nous permettent en fait de nous éloigner de la Vérité plutôt que de nous en approcher.
Je sais que je détruis un tas d'illusions ici, mais c'est ainsi, la vérité importe - énormément, en fait. Et si nous voulons comprendre ce qu'on peut y faire, il est nécessaire de déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas - ou au moins, de reconnaître ce qui est possible et ce qui ne l'est pas.

Alignement galactique



Le mouvement précessionnel de la Terre. La Terre tourne (flèches blanches) une fois par jour
autour de son axe de rotation (en rouge). Cet axe lui-même tourne lentement (cercle blanc),
effectuant une rotation complète en 26 000 ans environ.
Nous avons établi que la « prophétie » maya de 2012 en tant qu'annonciatrice d'une fin du monde n'avait aucune pertinence. Cela semble être une invention à la Hollywood. Ce que l'on peut noter, c'est que le 13e baktun du calendrier maya à compte long se termine aux alentours du 21 décembre 2012 et semble, selon certains, correspondre à la « précession des équinoxes » ou précession axiale - une théorie apparemment découverte par Hipparque(vers 130 avant JC) et définie par Isaac Newton, et plus tard par d'autres scientifiques, comme un cycle de 26 000 ans environ qui, en raison de l'axe de rotation oscillant de la Terre, nous met en alignement avec l'axe céleste (galactique).

En d'autres termes, les Mayas auraient réussi d'une façon ou d'une autre à déterminer quand aurait lieu cet alignement - conformément à une théorie proposée en premier lieu par l'anthropologue Munro Edmonson, en 1988, et ultérieurement par le chercheur indépendant John Major Jenkins qui a prétendu que les Mayas savaient où l'écliptique croise le Grand Rift (une bande de nuages de poussières sombres dans la Voie Lactée) et ont donné à cette position dans le ciel une signification spéciale dans leur cosmologie. {Jenkins, What is the Galactic Alignment? [Qu'est-ce que l'Alignement Galactique ? - NdT]}

Personnellement, je n'ai absolument aucun problème à croire que les anciennes cultures observaient les cieux et utilisèrent ces observations de manières prédictives. Là où ça devient problématique, c'est quand les spéculations avancées par Jenkins et de nombreux autres après lui - apparemment uniquement sur la base de ce que Jenkins affirme - disent que les Mayas ont spécifiquement indiqué que la transformation spirituelle de l'humanité se produirait lors de cet événement. Bien que discerner un alignement avec l'axe céleste soit une prouesse impressionnante pour une culture qui - pour ce qu'on en sait - n'avait guère de capacité technologique, il n'y a pas de preuve suffisante pour suggérer, en premier lieu, que les Mayas attachaient une grande importance à l'événement, à part le fait qu'il se produirait. Et deuxièmement, il n'existe aucune donnée concluante quant à la position précise de l'équateur galactique, même aujourd'hui avec nos meilleurs astronomes sur le coup. Comme l'ont fait remarqué plusieurs astronomes comme David Morrison, qui soutient à juste titre que l'équateur galactique est une ligne entièrement arbitraire qu'on ne peut jamais tracer avec précision car il est impossible de déterminer les frontières exactes de la Voie Lactée (à la différence de la Terre, par exemple, qui est un objet clairement défini). En fait, le Grand Rift obscurcit le centre galactique plutôt qu'il ne le définit. De ce fait, nous ne savons toujours pas exactement quand se produit l'alignement en question, seulement qu'il se produit, et que cela pourrait avoir lieu n'importe quand entre ces quelques dernières décennies et celles à venir - ce que même Jenkins lui-même ne nie pas, de peur qu'il devienne totalement impossible de le prendre au sérieux. {Jenkins, The True Alignment Zone [La Vraie Zone d'Alignement - NdT]} De plus, dire que cet alignement était ce que les Mayas voulaient mettre en valeur n'est que pure spéculation.
Note : Le lecteur souhaitera peut-être lire Lost Star of Myth and Time de Walter Cruttenden pour une meilleure explication de ce qu'on appelle « précession ». Nombre d'astronomes ont proposé que le phénomène est en fait dû au mouvement du système solaire autour du centre de la galaxie - c-à-d sa marche en avant par rapport aux autres systèmes.

Un système calendaire mésoaméricain couramment attribué aux Mayas
bien que c'étaient en fait les Aztèques qui présentaient le calendrier sous cette forme.
Je n'exclus pas l'idée que les Mayas aient pu disposer de méthodes - qu'elles soient mystiques ou technologiques - pour observer les choses plus précisément que nous aujourd'hui. On ne peut pas plus écarter cette idée qu'on ne peut certifier le nombre d'hypothèses avancées sur le sujet. Aussi remarquable soit le fait que le calendrier maya à compte long se termine quelque part à proximité relative de ce prétendu alignement précessionnel, il n'en reste pas moins que, quel que soit le moyen par lequel les Mayas aboutirent à leur conclusions - quelles qu'elles pussent avoir été - il ne s'agit pas d'une « prophétie », mais d'une prédiction astronomique ! Et quelles que soient les déductions que nous pouvons tirer de cette prédiction, cela requiert des informations qui ne sont pas disponibles dans la culture Maya, malgré le fait que les Mayas existent toujours de nos jours ! On ne peut qu'en déduire, à la place, que cela n'était pas aussi important pour eux que ça l'est pour les auteurs New Age et les réalisateurs d'Hollywood. Intéressant, ça !
Cela dit, il n'existe aucune preuve concluante que les Mayas étaient au fait de la précession axiale, bien qu'on ne puisse pas l'écarter non plus. Selon les spécialistes Mayas, il existe également peu de preuves - archéologiques ou historiques - que les Mayas aient accordé une quelconque importance cosmologique aux solstices ou aux équinoxes. {Astronomy, ritual and the interpretation of Maya E-Group architectural assemblages, Ancient Mesoamerica 17 (1):79 - 96, Aimers and Rice, 2006}.


- J'ai eu de la place que pour aller jusqu'à 2012.

- Ha ! Ça fera peur à quelqu'un un jour.
Il est peut-être hautement important de souligner - étant donné que le concept d'« alignement galactique » est exclusivement issu de la version New Age de la « prophétie » maya de 2012 - que les Mayas n'ont aucun glyphe dans leur système d'écriture qui représente un quelconque terme relatif à « galaxie » ou « Voie Lactée » ou autre chose du genre. Selon les preuves qui subsistent, ils n'avaient pas de concept de « galaxie » en tant qu'espace spécifiquement défini, uniquement de corps individuels liés au point de vue d'un observateur depuis la terre. Et pour ce qu'on en sait, ils ont pu croire, comme de nombreuses civilisations antiques, que la Terre (ou au moins le Soleil) était le centre de l'univers. Il est assez difficile de coller une prédiction certaine d'« alignement galactique » à un Peuple qui apparemment ne fait nulle part mention dans ses écrits, ni sur de quelconques tablettes astronomiques ou chronologiques, d'une galaxie sur le centre de laquelle nous devons nous aligner. {The End of Time: The Maya Mystery of 2012, Anthony Aveni, 2009, University Press of Colorado}

Je ne doute pas que des contorsionnistes mentaux extrêmement imaginatifs débattront sur ces points jusqu'à la Saint-Glinglin. Néanmoins, ce sont les FAITS et rien de ce que quiconque affirme ou préfère croire n'y changera quoi que ce soit. Je reste ouvert à l'examen de nouvelles données factuelles au fur et à mesure qu'elles se présentent, cependant, telle est la situation à l'heure actuelle - un peu moins de trois mois avant le prétendu événement.

Cela dit, il s'agit là de ma propre conclusion fondée sur une évaluation des données que j'ai rassemblées ainsi que sur une intuition grandissante que quelque chose exerce une grande pression sur notre monde. Une Onde Énorme qui amène la Scission, c'est la meilleure description que me vient - une impression d'une cellule prête à se diviser. Je ne vais pas prétendre que je peux fournir au lecteur la preuve scientifique de ce que j'avance ici. Je peux seulement énoncer ce à quoi les données et les connaissances nous mènent - à savoir que pour qu'une force effective s'exerce, il faut que les propriétés de cette force s'alignent. C'est ce que nous disent les lois fondamentales de la physique. Donc, il semble que si l'on prend en compte tous les facteurs que j'ai passés en revue (et bien d'autres que je n'ai pas encore abordés ici), une sorte de grand alignement de force effective prédestiné de longue date s'approche de nous - et l'Histoire, les mythes et les légendes nous disent que cet alignement est d'ordre cyclique.

Il va sans dire que choix et Travail sont les composants vitaux de l'Accomplissement Spirituel, et si l'illumination devait être une « garantie », non seulement cela nierait la nécessité du choix, mais en plus, cela susciterait la paresse vis-à-vis du Travail. Le choix est la clé ; le Travail est la porte. C'est une Loi Universelle.
« À chaque moment donné, l'avenir entier du monde est prédestiné et existant, mais il est prédestiné conditionnellement, c'est-à-dire qu'il doit y avoir l'un ou l'autre futur en accord avec la direction des événements du moment donné, si aucun nouveau facteur n'entre en jeu. Et un nouveau facteur peut entrer en jeu seulement du côté de la conscience et de la volonté qui en résulte. Dans le passé, ce qui est derrière nous, se trouve non seulement ce qui était mais aussi ce qui aurait pu être. De la même manière, dans le futur se trouve non seulement ce qui sera mais aussi ce qui pourrait être. »

~P.D. Ouspensky, TertiumOrganum
Ça n'est pas tant que nous devons ne pas croire au concept d'un genre de grand changement nous tombant dessus, peut-être à la fois favorable et destructeur, mais plutôt que nous devons réaliser que les spécificités du processus et son issue sont pour l'heure inconnues. En tant que tel, il est irréfléchi et imprudent de repousser notre responsabilité quant à une action appropriée, sur la base hautement spéculative que nous serons tous illuminés ou sauvés par quelque événement hautement hypothétique, voire même douteux. Rappelez-vous, un tas de gens mettent leur vie dans la balance de cette manière ; c'est sérieux ! Je suggère que cette interruption de la clarté et de l'Action Juste est le but du mouvement New Age en général, que cela soit délibéré (promu par COINTELPRO) ou simplement dû à un manque de discernement critique. Comme je l'ai déjà montré, il apparaît qu'une grande partie, si ce n'est la totalité, de ce qui a été affirmé sur le sujet provient de John Major Jenkins seul - avec relativement peu, voire aucune, de corroboration indépendamment vérifiée. Se pourrait-il que Jenkins soit un agent COINTELPRO ou encore un atout crédule mis en place pour semer une graine et cultiver les chercheurs malavisés afin qu'ils tombent dans le piège de la crédulité qui entoure le phénomène 2012 ? Cela me semble une nette probabilité. Dans le cas contraire, Jenkins est juste un idiot. Dans tous les cas, « malheur à l'aveugle conduit par l'aveugle, car ils tomberont tous deux dans la fosse. »


Le Syndrome de Noé et l'Emprise de la Matrice



La Parabole des Aveugles, Pieter Bruegel, huile sur toile, 1568
« L'Éternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal. [...]

La terre était corrompue devant Dieu, la terre était pleine de violence.

Dieu regarda la terre, et voici, elle était corrompue ; car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre. »

~La Genèse
Je ne discuterai pas le fait qu'un tel extrait fait un constat plutôt sinistre du monde et des gens qui sont mes compatriotes et mes frères et qui portent en eux la possibilité d'un grand amour et d'une compassion remarquable. Pourtant, je ne discuterai pas non plus le fait que notre monde est devenu bien moins qu'idéal - et que si l'on devait se soucier d'y remédier, un effort courageux d'observer ce fait et d'affronter objectivement la réalité qui entraîne notre monde au bord de la ruine, est indispensable. Le fait que si peu d'entre nous reconnaissent ceci - et les implications de cette énorme méprise vis-à-vis de notre époque, méprise qui est au mieux problématique, au pire catastrophique - prête certainement à apprécier l'extrait ci-dessus. Je sais bien que je ne suis pas le seul.
« ... nous n'apprendrons rien en disant que la plupart des découvertes, orientées d'abord vers l'accroissement du bien-être humain, sont rapidement détournées de leur but et spécialement appliquées à la destruction. Les instruments de paix se changent en engins de guerre, et l'on connaît assez le rôle prépondérant que la science joue dans les conflagrations modernes. Tel est, hélas ! l'objectif final, l'aboutissement de l'investigation scientifique ; et telle est aussi la raison pour laquelle l'homme, qui la poursuit dans cette intention criminelle, appelle sur lui la justice divine et se voit nécessairement condamné par elle. (Fulcanelli)

Mais Noé trouva grâce aux yeux de Dieu. C'était indubitablement quelqu'un que tout son entourage considérait comme « malade ». Il dépareillait, il était anormal - un homme de discernement et circonspection en un temps et un lieu où tout ce qui avait toujours été considéré comme bon par l'humanité avait été corrompu, perverti, bouleversé et déformé jusqu'à être rendu méconnaissable. [...]

... agir en réponse à la conscience d'un désastre imminent pourrait être perçu comme une forme d'aberration mentale, un syndrome non pas affectant toute l'humanité, mais définissant en termes très spécifiques le « Noé des Elus » et les « Élus », ceux qui ont été amenés à voir la Fin comme le Commencement d'un ordre nouveau. Et comme au temps de Noé, ceux qui ne sont pas frappés par cet éclair de conscience y réagiront en le tournant en dérision et ridicule.

Nous découvrons donc que le Syndrome de Noé décrit à la fois la condition dans laquelle se trouve la planète - mortellement malade - et la condition de certains individus que cette maladie rend malades. Et tout comme un animal localise, grâce à son odorat, la plante qui lui permettra de se soigner, les personnes atteintes éprouvent une agitation, un esprit de quête, un instinct qui les pousse à chercher et découvrir la chose qui leur permettra de soulager la douleur lancinante qui leur étreint l'âme. Une telle quête ne peut être entreprise que dans une foi ouverte et aventureuse, en suivant la trace à l'odeur, pour ainsi dire, en absorbant la vérité quand celle-ci est enfin découverte. Quand nous examinons la constellation de nos symptômes, nous voyons que nous nous trouvons apparemment dans une période semblable à celle du « temps de Noé ». C'est pourquoi nombreux sont ceux - y compris votre humble servante - qui se sont mis en Quête de la Vérité, de la Connaissance et de la Compréhension de la réalité dans laquelle nous vivons, et qui cherchent à savoir pourquoi la Terreur de l'Histoire reigne toujours.

Au cours de cette quête, l'esprit ouvert rencontre naturellement de nombreuses anomalies inexplicables en termes de science ou d'histoire conventionnelles, linéaires/uniformitaristes. La question se pose tôt ou tard de savoir si ces choses sont l'évidence d'une ancienne civilisation avancée qui aurait péri. Et une fois cette question posée, la question suivante est : comment a-t-elle péri et ce phénomène pourrait-il se reproduire ? [...]

Mais quelque chose changea dans la façon de voir le monde. D'une manière ou d'une autre, la perception de la Fin du Temps devint un terrible châtiment. D'une manière ou d'une autre, un dieu fit irruption sur la scène du monde, qui anéantit la paix de l'Eden et tenta l'homme pour que celui-ci plaçât sa confiance en lui et en lui seul : « Je suis le Seigneur, ton Dieu, et je suis un dieu jaloux ! ». Et le temps devint linéaire, et il fut prophétisé qu'il aurait une fin définitive et complète. Et malheur à ceux qui n'étaient pas du côté du « bon dieu » qui prétendait être le seul à pouvoir offrir le « salut ».

Le concept de fin du temps en tant qu'annonciateur de renaissance fut perdu avec l'introduction du monothéisme. C'est alors que la Fin du Temps devint la Fin du Monde pour tous, sauf pour quelques élus qui devaient être sauvés par un dieu unique, spécifique, pour aller vivre dans quelque mystique Cité de Dieu dont les rues sont pavées d'or et où des houris aux yeux en amande servent des dattes et du vin à tous les coins de rue. Et depuis lors, ce dieu unique, spécifique, mène le jeu sous un nombre incalculable de déguisements.

Jusqu'à l'apparition du monothéisme, un mythe était mis en scène chaque année qui décrivait une condition existentielle acceptée pour ce qu'elle était : le Temps est Cyclique. Oui, le monde pouvait finir ; mais s'il finissait, c'était seulement parce qu'il était arrivé « en bout de course » et qu'il fallait le « faire repartir » à nouveau. Tous les éléments de l'histoire de Noé se retrouvent dans ces mythes : « Comme au temps de Noé. »

~Laura Knight-Jadczyk, L'Histoire secrète du monde

Londres en proie au prochain Déluge ?
Que signifie exactement « temps cyclique » ? C'est plus qu'assurément un concept difficile à saisir à cause du fait que l'on semble faire l'expérience du temps de manière linéaire. Mais est-ce parce que le temps est linéaire, ou parce que nous sommes coincés dans un très petit segment de ce temps ? La Terre ne semble-t-elle pas aussi clairement plate lorsqu'on est dessus, même depuis le sommet d'une montagne ? Ai-je besoin de rappeler au lecteur qu'il y a à peine 500 ans, les Européens croyaient encore que la Terre était plate ? Les saisons ne sont-elles pas l'assurance que la nature est cyclique ? Tous les corps célestes dans l'univers ne tournent-ils pas et ces orbites cycliques n'apportent-elles pas la fonctionnalité même du cosmos jusqu'à la durabilité même de la vie et la possibilité de l'existence ? Cela serait-il alors si curieux de présumer que le temps aussi soit cyclique ? De plus en plus de données scientifiques étayant ce concept sont découvertes, c'est pourtant sûrement ce que les anciens savaient et ce qu'ils ont essayé de nous dire.
« À présent, voyons ces histoires comme des métaphores du Grand Œuvre alchimique. Nous supposons donc que cet « œuvre » consiste à prendre conscience de, et si possible d'interagir avec, une réalité hyperdimensionnelle dans laquelle la nôtre est incrustée. De nos jours, il existe un très bon exemple moderne de ce processus dans le film Matrix. En surface, ce film présente des possibilités issues de la manipulation technologique de la société et de la réalité individuelle. Ce que de nombreuses personnes ne réalisent pas, c'est qu'il s'agit en fait d'une allégorie de la Vraie Réalité - une Matrice encore bien plus mystérieuse et subtile que celle qui est suggérée dans le film - une Matrice dont les spéculations et formules liées à la physique hyperdimensionnelle et les études modernes sur la conscience n'ont encore révélé que la partie visible de l'iceberg.

La vraie Matrice de l'expérience humaine sur Terre n'est que l'ombre d'une réalité qui existe au-delà de nos conceptions humaines de la société, de nos religions, des systèmes de croyance, des technologies, et même des paradigmes ultraterrestres si largement et diversement répandus de nos jours. De nombreuses spéculations scientifiques commencent actuellement à mettre en place les pièces du puzzle de notre existence d'une manière très troublante. L'une de ces pièces semble suggérer - indubitablement en utilisant la science pure et dure - que non seulement le temps est cyclique, mais encore que notre race humaine et notre société technologique actuelles pourraient bien ne pas constituer les sommets de l'évolution darwinienne. En fait, la possibilité qu'il y ait eu avant nous des races et des civilisations, ou même une plus grande sophistication et de plus grandioses accomplissements, devient de plus en plus certaine... [ainsi que nous en avons déjà discuté dans L'Histoire secrète du monde]

Au vu de ce qui précède, et aussi de la nature « matricielle » de notre réalité, les questions que nous avons mises en avant sont : si le temps est cyclique et si de plus grandes civilisations que la nôtre ont existé par le « passé », comment ont-elles péri ? Et si elles ont péri, se pourrait-il que des éléments de leurs connaissances aient survécu dans les mythes et les contes populaires ? Et si c'est le cas, que pouvons nous en apprendre à propos de notre propre Matrice ? [...]

Joseph Campbell écrit :

« La figure du tyran-monstre est très répandue dans les mythologies, traditions populaires, légendes, et même cauchemars dans le monde entier, et ses caractéristiques sont partout essentiellement les mêmes. C'est lui qui tire toujours les marrons du feu. C'est le monstre gourmand et avide à qui tout est dû. Les ravages qu'il fait sont décrits comme universels dans les mythologies et les contes de fées, partout où il passe. » {The Hero With A Thousand Faces (New York: MJF 1949) p. 15}

Actuellement, quelle que soit l'origine de notre réalité, ce monstre-tyran semble se manifester dans notre monde depuis des réalités hyperdimensionnelles, sous des formes telles que celle de George Bush ou de Ariel Sharon, et le monstre devient de plus en plus réel et de plus en plus actif. C'est comme si nous étions en un point du cycle temporel où il se manifeste dans notre monde de manière très concrète et effrayante. Le chaos augmente, la vigueur de ce qui est beau, bon et noble diminue, la vertu des ressources cosmiques décline. Nous vivons, en quelque sorte « comme il en était au temps de Noé ». Dans cette perspective, nous pensons que l'homophonie entre le nom du héros du film - « Néo » - et celui du héros de l'arche - « Noé » - est plus qu'une coïncidence.

Dans Matrix, la constatation que quelque chose va « terriblement mal » dans notre réalité est ce qui pousse le héros, Néo, à partir sans trêve ni repos à la recherche d'une piste. Qui le mènera où ? Il ne le sait pas. Mais Morphéus lui explique en quoi consiste la maladie de son âme :

« Tu as l'air d'un homme qui accepte ce qu'il voit parce qu'il s'attend à se réveiller. Tu es ici parce que tu sais quelque chose. Ce que tu sais, tu es incapable de l'expliquer, mais tu le sens. Tu as toujours senti que quelque chose clochait dans le monde. Tu ne sais pas ce que c'est, mais c'est là, comme une écharde dans ton esprit, et ça te rend fou. » [Matrix] »

~Laura Knight-JadczykL'Histoire secrète du monde
Cette folie pourrait avoir l'air d'une malédiction, mais en fait, c'est une grande bénédiction. Le mouvement New Age contrôlé par COINTELPRO, avec son manque de perspicacité, voudrait vous faire croire le contraire, bien sûr - « au point de séduire, s'il était possible, même les élus. » Mais sans voir le malaise du monde, sans au moins le début de quelque chose qui ressemble à de la clarté quant à la présence immanente de la grande mascarade, du monde mécanique, on ne peut pas commencer à « s'échapper de la Matrice », à « construire une Arche », pour ainsi dire.

Et c'est là que se trouve l'essentiel de la vérité du « monstre-tyran » - cette sombre figure archétypale qui existe dans notre société, notre culture, nos gouvernements, nos voisinages et nos familles, même notre propre moi. C'est le fantôme dans l'obscurité de la machine, l'obscurité qui se fait passer pour la lumière (même Satan peut apparaître sous les traits d'un ange), le parasite vaguement familier que Campbell appelle à juste titre « celui qui tire toujours les marrons du feu ». Voir au-delà de cela, ŒUVRER pour se libérer de cette emprise dévitalisante est la seule Voie pour avancer. Contrairement à ce que la plupart du New Age voudrait vous faire croire, ce Travail exige du chercheur non seulement un effort incessant et sans précédent et une endurance hors pair, mais il l'amène aussi à faire face à une terrible contestation et à une reconnaissance nette de ce qui est vrai dans le monde et de ce qui ne l'est pas - ce qui est VIABLE et ce qui ne l'est pas.

Comme nous pouvons le voir d'après ce qui précède, nous n'irons nulle part avec les spéculations du New Age, pas plus qu'on ne nous servira la vérité sur un plateau en argent ou que nous serons sauvés par Jésus ou l'illumination. Et en fait, il est plus que probable que notre apathie collective concernant la question contribue au problème - psychologiquement, sociologiquement et karmiquement.

De faux prophètes et maîtres ont percé à toutes les époques, mais nous avons assurément observé un afflux en constante augmentation au cours de ces dernières décennies. Toutes sortes de pronostiqueurs de ceci ou de cela, de telle prophétie ou prédiction de Fin des Temps sont apparus. Nous sommes toujours là, tout ce qu'on peut dire à coup sûr c'est que rien ne semble s'améliorer. Au contraire, pour ceux qui ont les yeux ouverts, tout devient clairement pire. Cela nous amène à considérer que, malgré les efforts de COINTELPRO pour endormir tout le monde, pour les empêcher d'entreprendre les actions nécessaires pour que ça change, il SEMBLE assurément y avoir QUELQUE CHOSE DANS TOUT CA. Il est possible que les pro-2012 aient vu juste en partie, car il est impossible d'éviter les prises de conscience de ce qui se passe « là dehors ». Mais nous ferions mieux de savoir ce qui est exact et ce qui ne l'est pas et d'éviter les pièges...

Bombardement Cométaire et Cataclysme Cyclique

Bien qu'il puisse être séduisant d'imaginer que nous pouvons changer notre monde rien qu'avec des prières et des pensées positives, il est vital de considérer que, d'après nombre de preuves - scientifiques, historiques et par le biais de références textuelles anciennes et analogues -, les réelles transformations de la planète ont été à maintes reprises cataclysmiques. Une perspective qui ignore ce fait court au désastre.

Toutes les preuves indiquent que nous avons affaire à un processus cyclique qui peut être révélé par une étude attentive et méticuleuse du passé. Les spéculations et les théories les plus plausibles à propos de la façon dont les changements du type que nous considérons se manifestent vraiment ne mentionnent ni une inversion des pôles ni une mystérieuse planète, ni des précessions axiales, et assurément, nous voyons peu de preuves d'une illumination cyclique. Ce que nous avons, c'est une quantité impressionnante de preuves de bombardements cométaires cycliques. Pourquoi n'en savez vous rien ? La réponse pourrait vous surprendre, ou non.

Les « pouvoirs en place » ont de bonnes raisons de ne pas vous parler de choses contres lesquelles ils ne peuvent rien. À la place, ils insisteront sur le réchauffement planétaire dû à l'homme, feront s'écrouler des bâtiments avec des avions et accuseront les musulmans, et vous abreuveront d'absurdités sur l'éveil collectif et la pensée positive afin que vous ne remarquiez pas - ou choisissiez de ne pas regarder - les 11 ans de guerre, les milliards de dollars gaspillés, l'économie anéantie, les millions de morts, pendant que vous essayez bêtement de décider pour quel sauveur voter, qui vous promet tout ce qu'il ne peut pas offrir et ne sert que ses patrons des affaires. La dernière chose qu'ils veulent que vous sachiez est qu'ils ne peuvent pas vous protéger de la colère du ciel.
« Si des bombardements à courte période de notre planète par des comètes ou de la poussière cométaire constituent une réalité (comme ce semble être de plus en plus le cas), et que les effets d'un tel événement sont délétères à l'extrême, et si nous sommes en retard pour une nouvelle visite céleste (ce qui semble aussi être le cas), quel effet la prise de conscience de ces faits par le public pourrait-elle avoir sur le statu-quo qui règne sur la planète à l'heure actuelle ? La fausse « guerre contre le terrorisme » ne deviendrait-elle pas obsolète instantanément et les gens n'exigeraient-ils pas immédiatement que leurs leaders politiques réévaluent les priorités et prennent toutes les mesures possibles pour atténuer la menace ? Et si ces leaders politiques refusaient de le faire et que les gens apprenaient que l'élite politique était depuis longtemps au courant (avec tout ce que cela implique) de cette grave menace pesant sur les vies de milliards de gens, alors que se passerait-il ? »

~Laura Knight-Jadczyk, La comète Biela et la vache de Mme O'Leary
Où est la preuve, demanderez-vous ? Voici une longue liste d'observations et d'impacts confirmés que vous ne trouverez pas sur Fox News, d'avril à juillet 2012. Voici ce que vous avez manqué depuis la nuit des temps, juste pour vous rattraper. Et pour une liste en continu des événements maintenant presque JOURNALIERS, restez informés iciet ici. Et n'oubliez pas celui-là. Oh, et celui-ci est sûr de faire mouche. Et si cela ne satisfait pas votre quête de réponses sur le sujet, permettez-moi de vous offrir ce qui suit, et qui devrait aussi facilement régler n'importe quel détail de l'affaire Nibiru/Planète X :
... sur base des observations faites par les anciens, ce que nous cherchons, c'est une pluie récurrente de comètes qui tourne régulièrement autour du système solaire, sur une orbite de 3 600 ans. [...]

Nous revenons à la question : qu'est-ce qui « déclenche » ces pluies, et ont-elles débuté en interaction avec quelqu'agent extérieur ?

D'après des études scientifiques sur la possibilité que notre Soleil ait un compagnon, des comètes sont périodiquement heurtées dans le système solaire, par une étoile noire, un « petit frère » ou une « petite sœur » de notre propre Soleil, qui parcourt une orbite mesurée, très probablement, en millions d'années.

S'il s'agit d'une étoile-compagne, la science actuelle démontre assez clairement que cette étoile doit avoir une très longue période, sans quoi nous la remarquerions très clairement dans des perturbations orbitales d'un certain type. En fait, le modèle informatique qui tient le mieux compte de toutes les dynamiques est celui d'une orbite de 27 millions d'années. Et cela nous place devant un obstacle considérable : la période des retours de l'Étoile Sombre, par rapport aux périodes de désastres.

Manifestement, un corps dont l'orbite est de 27 millions d'années n'a aucune chance d'être entré dans les mémoires. Cependant, une ancienne science avancée a pu se le figurer de la même manière que la science se le figure aujourd'hui, on peut s'en être souvenu par la suite, et cette connaissance peut alors avoir été transmise par l'intermédiaire de mythes et légendes fantastiques. [Y compris le calendrier maya] {Voir par exemple :Matese, J.J., Whitman, P.G., Whitmore, D.P., "Cometary evidence of a massive body in the outer Oort cloud", Icarus 141: 354-366. 1999.}

Les travaux de ces experts suggèrent que les observations d'autres systèmes binaires viennent en démonstration du modèle de séparation projetée qu'ils ont donné. Ces étoiles qui vont par paires sont des « systèmes connectés physiquement », et ces « naines brunes » sont « ardentes », quoique non nucléaires. Qui plus est, elles restent toujours en dehors du système solaire, bien qu'on puisse les apercevoir de loin et qu'elles soient susceptibles d'interagir avec notre Soleil de façons spectaculaires. [...]

Nous comprenons donc ainsi que ce n'est pas ce Soleil jumeau qui fait une « apparition » à chaque période de catastrophes. Néanmoins, l'analyse des comètes périodiques suggère qu'à de très longs intervalles, il se précipite encore et encore à travers le nuage de Oort comme une boule de bowling dans des rangées de quilles, en envoyant de nouveaux amas tournoyer en orbite périodique, et puisque ces amas suivent les lois de la mécanique céleste, ils établissent une orbite de 3 600 ans. Cette idée a reçul'appui de certaines études scientifiques, à l'inverse de la théorie de la planète Nibiru visitant l'intérieur du système solaire.

Si nous nous penchons sur la mythologie de la Mésopotamie et de l'ancienne Égypte, nous pouvons soupçonner que ces récits ne font pas allusion à une « dixième planète » mais bien à la présence du compagnon sombre du Soleil, une étoile avortée classée « naine brune » [ou des comètes géantes ou des essaims de comètes]. Il semble aussi que cette hypothèse englobe toutes les « sous-hypothèses » des nombreux chercheurs qui ont tenté d'aborder divers aspects des problèmes du passé et du futur de la Terre.

Sitchin suggère qu'une « dixième planète » carambole à travers le système solaire. Les preuves scientifiques ne soutiennent pas l'idée d'un corps céleste - de la taille suggérée par Sitchin - entrant dans le système solaire. Cependant, la science peut soutenir l'idée d'un amas de comètes étalées dans l'espace et qui reviendrait à des intervalles de 3 600 ans. En fin de compte, la perspective d'un bouleversement cataclysmique de la Terre est pratiquement aussi mauvaise dans l'un et l'autre cas. [...] [Seuls une poignée d'événements de type Toungouska recouvriraient la Terre d'un voile de poussière qui entraînerait des famines et provoquerait peut-être une Ère glaciaire.]

Nous répétons donc que les deux grands thèmes du mythe sont la nostalgie de l'Âge d'Or et la terreur que le monde ne disparaisse dans une catastrophe mondiale. Et ces deux idées sont inextricablement liées. Dans pratiquement tous les récits de la Chute de l'Éden et du Déluge de Noé, il est dit que les grands corps célestes avaient perdu tout contrôle. »

~Laura Knight-Jadczyk, L'Histoire Secrète du Monde
Un bombardement cométaire n'est pas quelque chose qu'on prend la peine d'envisager au quotidien. Après tout, j'imagine que nous en avons une peur intrinsèque à cause de la longue expérience qu'en a l'humanité. Que pourrait-il y avoir de plus terrifiant que des boules de feu qui explosent et pleuvent sur nos têtes ? Pouvez-vous imaginer des dizaines d'événements de type Toungouska dévaster les villes ou les campagnes, provoquer des tremblements de terre, des tsunamis, d'effrayants phénomènes électromagnétiques tels des sons et lumière, des gémissements sur la terre et dans le ciel ? Nous parlons ici d'événements qui sont vraiment supra-mythiques, carrément bibliques !

Néanmoins, une fois qu'on a examiné les recherches, cela est parfaitement logique et concorde avec nos estimations - non seulement des nombreuses références dans nos textes anciens, dont la Bible (de nombreuses fois), mais aussi dans la prise de conscience que nous sommes des êtres cosmiques, et quel meilleur moyen de s'en aller que par le feu du cosmos ? Quelle épopée ! Et je ne pense guère devoir souligner qu'un caillou assez gros frappant notre planète expliquerait certainement n'importe quel type de Grand Déluge - qu'il soit d'eau ou de feu. Il n'y a aucune raison de penser qu'un grand astéroïde ou une large comète frappant n'importe où les 75 % de la Terre qui sont recouverts d'eau ne déplacerait pas ladite eau ailleurs - du moins temporairement.

Le fait qu'on néglige largement un bombardement cométaire est un phénomène intéressant qui mérite d'être considéré. La NASAsait que cela arrive, la FEMA sait que cela arrive, d'autres organismes savent que cela arrive, seulement ils ne veulent pas que VOUS sachiez que cela arrive car ils perdraient rapidement le contrôle de la scène, surtout que les gouvernements ont tout intérêt à ce que nous croyions qu'ils assurent notre sécurité. À cette fin, ils créent des diversions, comme par exemple en vous incitant à haïr des musulmans que vous n'avez jamais rencontrés. Néanmoins, l'idée d'un bombardement cométaire cyclique devient de plus en plus inévitablement évidente.
« Ce « nouveau catastrophisme » n'est pas différent des révolutions apportées par le système solaire héliocentrique de Copernic, l'évolution darwinienne ou le Big Bang. Rétrospectivement, de telles idées révolutionnaires semblent toujours évidentes. À la lecture de l'Origine des Espèces, Thomas Huxley fit simplement la remarque « Pourquoi n'y ai-je pas pensé ? ». Maintenant, en regardant la Lune, nous nous retrouvons à nous demander pourquoi il nous a fallu aussi longtemps pour demander si le processus qui avait crevassé sa surface continue toujours. »

~ Robert L. Park de la The American Physical Society, Lori B. Garver de la National Space Society et Terry Dawson, membre du House Committee on Science, Technology, and Space [Comité parlementaire sur la science, la technologie et l'espace] travaillant pour le républicain George Brown, alors Président du Comité.
Construire l'Arche

Tôt ou tard - si nous accomplissons l'Œuvre et faisons vraiment attention à ce qui se passe - nous en arrivons à la conclusion incontestable que le monde est perdu, que tout est mensonge et qu'on ne peut rien faire pour y remédier, si ce n'est en affrontant les faits et en continuant le Travail/l'Œuvre. Et même ceci n'est qu'un point de départ, une façon de commencer à reconnaître les actions appropriées ultérieures à entreprendre. C'est là que l'Œuvre devient vraiment le grand Œuvre, qui consiste en la « construction de l'Arche », la « découverte du Graal », l' « évasion de la Matrice », etc.


Construire l'Arche est une tâche énorme et imposante à bien des égards. Pas de temps à perdre.
Arrêtez de penser que l'on peut résoudre les problèmes avec le même niveau de raisonnement qui les a causés en premier lieu ! Cela est absurde ; un pansement ne constitue pas un remède contre une blessure mortelle ! Si, par négligence, vous vous êtes gravement blessé, vous avez besoin d'un docteur qui a reçu une formation spéciale et la connaissance pour vous guérir ; la même négligence ne vous sauvera pas ; être encore plus insouciant et penser qu'un pansement réglera le problème signifie que vous allez saigner à mort ! Ironiquement, à un niveau de pensée superficiel, on pourrait croire que j'entends par là qu'il faut attendre que quelqu'un d'autre résolve nos problèmes. Non ! C'est VOUS qui devez les résoudre ! C'est VOUS qui devez devenir ce « docteur » ; c'est VOUS qui devez acquérir cette connaissance ; c'est VOUS qui devez acquérir cette aptitude. Alors, non seulement vous guérissez vos blessures, mais de plus, vous ne vous mettez plus en danger. Mais le monde est rempli de paresseux qui préfèrent faire confiance à n'importe quel escroc qui passe et qui prétend avoir le « médicament » qui vous guérira de tout ce qui vous fait souffrir. C'est le piège ! En agissant ainsi, nous renonçons à notre responsabilité : celle de Vivre Juste !

N'importe quel fou intelligent peut voir les contradictions patentes de notre monde et pourtant, nous continuons à agir comme si nous pouvions résoudre un acte de guerre en faisant la guerre ! Nous agissons comme si nous pouvions arranger l'effondrement économique en imprimant plus d'argent et en le donnant aux personnes mêmes qui ont provoqué l'effondrement en premier lieu ! Nous agissons comme si voter pour un nouveau et meilleur président pour nous « représenter » allait résoudre un problème qui n'a rien à voir avec le fait de savoir qui dicte la loi à Washington. Nous agissons comme si une nouvelle et meilleure technologie allait remédier à nos soucis environnementaux sans reconnaître le fait que cela n'a jamais, au grand jamais, été le cas avec la science ; que toujours et toujours, les découvertes vraiment valables ont été détournées ou étouffées par la machine - pendant que nous restons à ne rien faire, imaginant que la prochaine fois, le système marchera, alors pas besoin de nous inquiéter ou de nous secouer pour agir de façon responsable. Nous agissons comme si le fait d'éviter de nous focaliser sur les faits déplaisants et nous concentrer sur « l'amour » allait faire disparaître ces situations comme par enchantement ! Nous agissons comme si nous pouvions rester les bras croisés et devenir Illuminés parce que tout ce que nous avons jamais vraiment su faire, c'est nous tourner les pouces ! Nous agissons comme si nous pouvions passer d'une distraction à l'autre et être libre.

Ces actes viennent d'une pensée fragmentée et superficielle. Dit simplement, la pensée devient une réponse émotionnelle, et cette réponse nous pousse à agir. Donc, quand la pensée est corrompue, l'acte est corrompu. Quand presque toutes les actions sont corrompues, on ne reconnaît plus la corruption. Cet échange de la vérité pour les mensonges, ce renversement des valeurs, nous a été imposé, petit à petit, et est devenu « normal » pour la population dans son ensemble. C'est un travestissement. Nous sombrons dans un Déluge de notre propre fait ! Construire l'Arche qui nous fera traverser ce Déluge implique d'abord de reconnaître cette Vérité et ensuite de suivre les instructions sur la façon de construire une Arche ! C'est-à-dire que nous devons lutter puissamment pour acquérir l'objectivité grâce à une méthode ésotérique valide qui affronte les faits de la dissolution imminente et donne les consignes pratiques pour naviguer sur les flots.
Si nous savions ce qu'est l'Illusion, nous saurions par opposition ce qu'est la Vérité. Et la Vérité nous affranchirait.
~Boris Mouravieff
Nous voyons alors que rien n'est résolu si rien n'est fait pour nous changer d'abord nous-mêmes. Rien ne se résout avec la même façon de penser et d'agir que celle qui crée les problèmes. En fait, cela ne fait naître que davantage de problèmes et à vrai dire, des problèmes encore plus complexes. Seul un intellect pur et affiné, né d'une conscience pure et affinée, menant à une perspective cosmique (« au sommet de la montagne ») est capable de prendre conscience de ce qu'il faut faire et de posséder les moyens de le faire.

Reconnaître le problème en tant que problème est une chose ; comprendre le problème en est une autre ! Comprendre quoi faire pour résoudre le problème est encore mieux, mais être vraiment capable d'utiliser cette Compréhension afin de faire ce qui doit être fait est vraiment inestimable ! Vous voyez, c'est le fait d'être CAPABLE d'agir qui importe, tout le reste n'est que blabla, politique et masturbation intellectuelle ! Il est temps de grandir ! Cela implique de voir les choses telles qu'elles sont, de prendre conscience de l'obscurité et de révéler le monstre-tyran - à l'intérieur comme à l'extérieur. Car l'obscurité n'est pas obscurité quand elle est illuminée par la lumière de la véritable Conscience et de la véritable Compréhension ; elle devient Clarté libérée et disponible, et Être qui ne se consacre plus à être « celui qui tire toujours les marrons du feu ». Il voit plutôt que le Service d'Autrui est la Voie et que le plus grand Service est de construire l'Arche, d'abord intérieurement, et ensuite, d'être capable de se joindre à tous ceux qui comme lui voient les eaux monter.

Notre capacité à changer les choses pour le mieux est plus puissante si nous sommes au départ disposés à voir les choses exactement telles qu'elles sont, sans projection ni espoir aveugle. Nous sommes plus aptes à traverser la route en tout sécurité si nous regardons d'abord des deux côtés. Regarder en avant est bien sûr également pertinent pour traverser la route, mais si l'on ne regarde pas d'abord des deux côtés, il y a danger. Et ce n'est pas parce que vous arrivez peut-être à traverser la petite allée derrière votre maison sans regarder des deux côtés que vous pourrez faire pareil sur une autoroute à grande circulation. Et nous avons beaucoup, beaucoup de routes à traverser ! Les lois des probabilités - révélatrices de la Loi Générale - vous assurent que vous vous ferez faucher si vous n'apprenez pas à regarder des deux côtés et à voir la circulation, objectivement. Ce n'est pas la pensée positive - qui évite la conscience du négatif - qui apporte un changement positif, mais la persévérance positive à la lumière du négatif ! Inclure le négatif - ses aspects les plus sombres et opaques - dans votre Champ de Conscience offrira un contraste vraiment positif et compatissant qui définira clairement votre Champ d'Action. De plus, cultiver la persévérance positive face au chaos et au désastre, c'est vraiment Aimer, et cela est digne du Centre Divin - l'endroit depuis lequel effectuer l'Action Juste et donc un changement qualitatif et quantitatif, abondamment dans notre vie tout comme dans la vie des autres.

Parvenir aux conclusions appropriées implique un Effort Juste. En cela, nous pouvons développer les pouvoirs du discernement par les méthodes appropriées et la connexion au bon réseau de compagnons chercheurs, lire les bons textes et vivre de Manière Juste. C'est en soi un voyage de découverte, lequel commence toutefois par la question : la pilule rouge ou la pilule bleue ? De quel côté du « Syndrome de Noé » vous trouvez-vous ? Êtes-vous un somnambule ou un Chercheur du Graal ?... Un Suiveur autoritariste ou un Guerrier Souverain ? Une fois que vous avez répondu à cette question, vous avez le fondement de l'Œuvre et après cela, partir en quête signifie discerner la Vérité des mensonges - ce qui veut dire faire la différence entre les mensonges que nous nous racontons pour nous sentir bien et la tâche ardue consistant à affronter les faits et à construire une Arche.
Le fait est que notre planète, et tout ce qu'il y a dessus, comprend un système intelligent et vivant qui a conçu en lui un mécanisme par lequel n'importe quel déséquilibre de n'importe quel aspect du système peut être résolu. Considérez la manière dont n'importe quelle population animale est gardée sous contrôle par le biais des prédateurs ou de la maladie. Ce mécanisme est destiné à protéger le système global et à empêcher n'importe quel aspect de compromettre les buts évolutionnaires du système lui-même. Les humains ont évolué jusqu'au point où ils n'ont plus de prédateurs naturels [en apparence] et bien que la maladie tue toujours de nombreux êtres humains chaque année, la médecine moderne a réussi (jusqu'ici) à empêcher qu'une pandémie n'éradique la race humaine. Mais il serait téméraire de penser que le « système vivant » a négligé les êtres humains quand il s'agit de redresser n'importe quel déséquilibre causé par ceux-ci et qui menacerait le système vivant entier. Nous espérons que ce que nous avons écrit ici fournit amplement la preuve que cela n'est pas le cas.

Nous espérons aussi qu'il est relativement clair que les êtres humains, en tant qu'espèce sur la planète Terre, ont atteint un niveau de grave déséquilibre, à la fois en terme de leurs effets sur la planète et sur les autres êtres qui y vivent et en termes de la propre évolution de l'humanité, qui peut se définir par l'évolution de la connaissance et de la conscience. Manifestement, l'humanité d'aujourd'hui cale dans son évolution. En effet, elle semble régresser à un rythme alarmant, essentiellement à cause de l'influence de l'idéologie déviante répandue par les psychopathes au pouvoir partout dans le monde. Il n'y a qu'à voir comment des milliards de personnes ont gobé et soutenu le mensonge de la « guerre contre le terrorisme » psychopathique, qui a pour objectif d'assassiner et de dominer autant d'innocents que possible. Qu'est-ce que ce simple fait (parmi de nombreuses autres supercheries que les gens ont avalées) nous dit sur le niveau de connaissance et de conscience de la race humaine dans son ensemble ?

~Joe Quinn and Niall Bradley,Le Règne du Feu : Météorites, Feux de Forêt, Chaos Planétaire et Sixième Extinction


"Light vs Dark" [Lumière vs Oscurité], de Nicoescochi
Au plus profond de l'Enfer, pendant sa descente dans le chaos, l'homme est éveillé par la Déesse qui lui apporte la bonne nouvelle de son salut, de sa libération imminente, et du retour à l'Âge édénique de l'Innocence. Comme au temps de Noé, Noé a bâti une Arche. La venue de la Déesse représente l'avènement de la Connaissance, de la Sagesse, de la Compréhension des réalités hyperdimensionnelles au moyen des symboles de notre réalité qui ne sont, en fin de compte, que des ombres sur les parois de la caverne de l'allégorie de Platon.

[Selon les anciens] le Temps est Cyclique. Oui, le monde pouvait finir ; mais s'il finissait, c'était seulement parce qu'il était arrivé « au bout de sa course » et qu'il fallait le « faire repartir ». Tous les éléments de l'histoire de Noé se retrouvent dans ces mythes : « Comme au temps de Noé. »

~Laura Knight-Jadczyk, L'Histoire secrète du monde
La Vérité a toujours été importante, mais nous en avons aujourd'hui besoin plus que jamais. Pas parce qu'elle a plus de valeur maintenant qu'auparavant, mais parce que nous faisons face à ce qui pourrait être l'extinction de l'humanité, et seule la Vérité peut nous Libérer. Ceci n'est pas un simple article à lire et à balayer. Sa validité n'expirera pas non plus le 21 décembre 2012 - contrairement à la plupart des théories New Age sur le sujet. Ce qui est énoncé ici représente énormément de recherches et de contributions de la part de nombreuses personnes très bien informées et spécialisées dans diverses disciplines - y compris quelque 150 hyperliens qui constituent eux-mêmes un portail vers une mine de connaissances supplémentaire. J'encourage également le lecteur à lire le livre capital de Laura, L'Histoire secrète du monde. Ce que j'ai présenté ici suffit à démarrer et illustre la nécessité immédiate de le faire, mais cela ne fait qu'effleurer la surface d'une Connaissance bien plus vaste. À l'ère de l'information, l'ignorance est un choix, et comme toujours, le choix vous appartient. Il se fait tard ; il n'y a guère de temps pour les espoirs timides, la fuite de la réalité et les bonnes intentions. Le Travail est nécessaire. Beaucoup sont appelés mais peu choisissent de répondre.

« Que celui qui a des oreilles entende »

*****

.....
J'aimerais remercier tous ceux qui ont contribué à cet essai - qu'ils le sachent ou non - et tous ceux dont l'engagement envers la Vérité et la Connaissance dans le Service d'Autrui est d'une importance primordiale au sein de leur Champ de Conscience.

Plus particulièrement, je remercie : J'aimerais aussi remercier Robin Rantamaki pour son aide extrêmement minutieuse dans la recherche de plusieurs des hyperliens. Et merci également à mes étudiants, Lincoln Bickford, Marc-André Bégin, et JenRadomski, qui se sont assurés que je sois nourri pendant l'écriture de cet article et m'ont laissé le temps de le finir. :)