Microsoft a obtenu un brevet sur un nouveau système de DRM, qui permettrait aux ayants droit de limiter le nombre de spectateurs ayant le droit de regarder un programme loué sur les services de vidéo à la demande. Pour y parvenir, Microsoft propose d'utiliser la caméra du Kinect pour espionner les spectateurs chez eux.

L'enfer est pavé de bonnes intentions. Actuellement, lorsque vous louez un film sur un service de vidéo à la demande, le prix est le même quel que soit votre situation familiale. Vous payez la même chose pour regarder le dernier dessin animé de Disney, que vous soyez seul dans votre studio ou que vous soyez un couple marié avec quatre enfants, tous assis sur le grand canapé du salon. Contrairement aux salles de cinéma qui vendent leurs places à l'unité, les ventes et locations de films se fichent du nombre de spectateurs, faute d'avoir les moyens techniques de les comptabiliser. Les producteurs doivent donc arbitrer le prix unique pour qu'il soit acceptable par tous, du célibataire qui ne sait pas quoi faire de sa soirée jusqu'à la famille qui fait de la location d'un film le grand évènement familial de l'année.

Or Microsoft vient de se faire délivrer le 1er novembre un brevet déposé le 26 avril 2011, qui propose d'apporter une réponse technologique aux rêves les plus fous des producteurs. Le brevet porte sur "un système et une méthode de présentation de contenu permettant aux fournisseurs de contenus de réguler la présentation du contenu sur une base de vue-par-utilisateur".

Jusqu'à présent, les DRM utilisés par les éditeurs prévoient de limiter le nombre de copies qui peuvent être faites du contenu, de le rendre illisible après un temps donné, ou encore de limiter le type d'appareil pouvant être employé pour le lire. Mais Microsoft propose d'ajouter aux contenus une "option de licence associée sur le nombre de consommateurs individuels ou de spectateurs autorisés à consommer le contenu".

"Les utilisateurs qui consomment le contenu sur un écran d'appareil sont surveillés de sorte que si le nombre de vues-utilisateurs prévu par la licence est dépassé, une mesure corrective puissent être prise", indique le brevet. Il précise que la licence peut prévoir de limiter le nombre d'utilisateurs simultanés, ou consécutifs, ce qui suppose de conserver en mémoire qui a vu quels contenus.

La caméra du Kinect, le système de reconnaissance de mouvements dédié à la Xbox 360, est bien sûr le vecteur idéal pour permettre cette surveillance des spectateurs au moment où ils regardent un film loué sur la console de Microsoft, ou sur les futurs téléviseurs basés sur Windows 8.