© Inconnu
La douleur ressentie par les personnes atteintes de fibromyalgie pourrait être causée par une anomalie dans la façon dont les stimuli douloureux sont traités dans le cerveau, selon une étude présentée au congrès annuel de l'American College of Rheumatology. Le traitement anormal du signal de douleur pourrait également être lié à un manque de réponse aux médicaments analgésiques opiacés.

La fibromyalgie provoque des douleurs et une sensibilité généralisées. Des études ont indiqué que les personnes fibromyalgiques ont une sensibilité accrue à la température, au toucher et à la pression. Des symptômes concomitants sont la fatigue chronique, des troubles cognitifs et des troubles du sommeil.

Richard E. Harris de l'Université du Michigan à Ann Arbor et ses collègues ont montré, dans des travaux précédents, que les personnes atteintes de fibromyalgie produisent une quantité accrue d'opioïdes endogènes (endorphines) qui agissent sur les récepteurs mu-opioïdes du cerveau et réduisent naturellement la douleur. Ils ont aussi montré que, chez les personnes atteintes de la maladie, le cerveau présente une réponse plus importante aux stimuli douloureux.

La présente étude visait à déterminer si ces deux facteurs, la fonction altérée de récepteurs mu-opioïdes et la réponse accrue du cerveau à la douleur sont liées.

Les chercheurs ont mesuré l'activité cérébrale de 18 personnes atteintes de fibromyalgie suite à un stimulus douloureux, en utilisant l'imagerie par résonance magnétique. Ils ont également mesuré la disponibilité de liaison des récepteurs opioïdes (pour se lier aux endorphines naturelles ou aux médicaments opiacés). Ces données ont été recueillies avant et après un traitement d'acupuncture destiné à réduire la douleur et un traitement d'acupuncture simulée (acupuncture placebo).

Une plus faible disponibilité de liaison des récepteurs mu-opioïdes était fortement liée à une plus grande réponse du cerveau à la douleur (en particulier dans le cortex préfrontal dorsolatéral droit), ce qui était également lié à une plus grande sensation de douleur rapportée par les participants.

Les chercheurs font l'hypothèse que certaines personnes atteintes de fibromyalgie peuvent présenter une diminution de l'activité des récepteurs mu-opioïdes, ce qui peut exacerber la sensibilité à la douleur. Ces mêmes personnes sont susceptibles de ne pas bénéficier de médicaments opioïdes.

""Ces données peuvent aussi expliquer pourquoi certains états douloureux chroniques présentent des similitudes avec sensibilité paradoxale à la douleur induite par les opioïdes"", souligne le chercheur.