Ces images sont difficiles à regarder. Elles témoignent des exactions commises par une brigade de l'Armée syrienne libre (ASL) dans la ville de Harem, province d'Idlib.


Ce sont ces gangs criminels de l'ASL que nos médias traditionnels et nos autorités osent qualifier de « révolutionnaires, résistants, opposition démocratique, libérateurs » ! Alors que les opposants syriens véritablement démocratiques qui en appellent en leur majorité à l'union, à dialoguer, à trouver une solution politique - permettant de sauvegarder l'indépendance de leur pays et leur souveraineté - sont ignorés, discrédités.