Nanoparticuls
© Inconnu
Des nanoparticules contre le vieillissement
Des chercheurs espagnols de l'Université de Valence ont mis au point des nanoparticules capables d'éliminer sélectivement les cellules vieillissantes et de ralentir les effets du vieillissement.

Comme le souligne José Ramón Murguia qui dirige ces recherches, « Quand nous sommes jeunes, les mécanismes de sénescence ont la capacité de prévenir l'apparition de tumeurs. Le problème, c'est qu'avec l'âge, les cellules vieillissantes s'accumulent dans les organes et les tissus finissent par altérer leur fonctionnement normal. Si nous parvenons à éliminer ces cellules dégénérées, nous pourrons également prévenir les maladies associées au vieillissement ».

Toute la difficulté consiste, pour ces chercheurs, à parvenir à détruire uniquement ces cellules vieillissantes et pas les cellules saines. Pour relever ce défi, ils ont eu recours aux nanotechnologies et ont mis au point des nanoparticules dont la taille optimale leur permet d'entrer facilement dans les cellules pour y délivrer des molécules thérapeutiques.

Ces nanoparticules sont dites « mésoporeuses » et transportent plusieurs molécules. Pour ne viser que les cellules vieillissantes, ces nanoparticules sont munies en surface d'un composé qui se dissout en présence d'une enzyme, la betagalactosidase, qui est présente à haute concentration dans les cellules vieillissantes. Grâce à ce procédé, ces nanovecteurs ne délivrent leurs molécules qu'aux cellules concernées.

Cette technique a été validée sur des cultures cellulaires et va à présent être expérimentée sur l'animal. Elle pourrait, d'ici une dizaine d'années, révolutionner la prévention et la prise en charge des pathologies liées au vieillissement mais également de certaines maladies génétiques.