piano
© Inconnu
Quand les aveugles peuvent voir
Des chercheurs de l'Université Hébraïque de Jérusalem associés à une équipe du centre de recherche de l'Institut du cerveau et de la moelle épinière (Inserm/UPMC/AP-HP) et de NeuroSpin (CEA-Inserm), ont mis au point un système de « vision sonore » permettant à des aveugles de naissance de percevoir les formes d'un visage, d'un objet ou d'une lettre. Ces chercheurs ont pu montrer que les zones du cortex cérébral normalement spécialisées dans la lecture pouvaient s'activer sous l'effet de stimulations chez les personnes aveugles de naissance.

On pensait jusqu'à présent que le cortex visuel ne pouvait pas se développer de façon normale chez les aveugles de naissance et que, de ce fait, ceux-ci ne pouvaient pas recouvrer la vue, même en cas de correction de la cécité. Mais cette étude a montré que les aveugles peuvent bel et bien accéder à une forme de vision, décrire des objets et reconnaître des lettres, grâce à un dispositif de « substitution sensorielle » (SSD) qui transforme les images en sons.

Concrètement, le dispositif comprend une micro-caméra vidéo intégrée à des lunettes, un ordinateur portable qui traduit l'image en sons, et un casque stéréo pour entendre ces sons. Il est ainsi possible de « traduire » une ligne en un son qui sera de plus en plus aigu en fonction de l'angle de cette ligne. Mais ce système remarquable peut également traduire sous forme auditive des images beaucoup plus complexes et les aveugles peuvent ainsi retrouver une capacité visuelle meilleure que celle qui définit la cécité selon les critères de l'OMS.

Deux semaines d'entraînement suffisent en moyenne aux aveugles pour apprendre à classer les images en différentes catégories et à percevoir la présence de personnes dans un lieu.

L'étude a pu montrer que ce système activait non seulement le cortex visuel mais induisait également une spécialisation fonctionnelle pour les différentes catégories d'objets. Par exemple, c'est la même région du cerveau qui s'active dans l'hémisphère gauche, chez les aveugles et les voyants, pour percevoir les lettres et les mots.

Stanislas Dehaene, neurologue au NeuroSpin, souligne que « Le fait que cette spécialisation pour la lecture se développe après seulement quelques heures d'entraînement, montre la remarquable plasticité cérébrale du cerveau ».

Ces résultats montrent qu'à l'aide d'une technologie et une réadaptation appropriées, il est envisageable de reveiller certaines régions cérébrales et d'activer un certain type de vision, même après des années de cécité.