Deux scientifiques danois et tchèque ont annoncé jeudi 15 novembre avoir presque élucidé un mystère vieux de 400 ans, la mort de l'astronome danois Tycho Brahe (1546-1601), due à des causes naturelles et non à un empoisonnement. Ce grand personnage de la science au XVIe siècle avait été exhumé en novembre 2010 à Prague, dans l'espoir de déterminer s'il a été assassiné, comme l'ont affirmé certains historiens.

"Depuis, une équipe de chercheurs dano-tchèque a travaillé intensément pour éclaircir la cause de la mort de Tycho Brahe, et elle exclut maintenant qu'il ait succombé à un empoisonnement au mercure", a indiqué l'université d'Aarhus dans un communiqué. Cette théorie du mercure, a rappelé l'université, s'appuyait sur des analyses de poils de sa barbe réalisées après une première exhumation en 1901.

Mais en examinant cette barbe, les os et les dents avec des techniques beaucoup plus avancées, Kaare Lund Rasmussen et Jan Kucera ont déterminé que les concentrations en mercure dans l'organisme de l'astronome étaient "normales" et certainement "pas assez élevées pour provoquer sa mort". Mieux : elles ont baissé à l'approche du décès, intervenu après 11 jours d'une maladie qui reste à déterminer. Les analyses des dents se poursuivent pour peut-être y parvenir.

Les deux scientifiques en ont profité pour lever le voile sur un autre mystère. L'histoire disait que Brahe avait un nez d'or ou d'argent, une prothèse qu'il s'était fait poser après une blessure lors d'un duel. La découverte de fragments de cuivre et de zinc "laisse penser que la prothèse était faite en bronze", d'après l'université.

Tycho Brahe était arrivé à Prague deux ans avant sa mort, ville impériale florissante qui attirait les meilleurs savants et artistes grâce à la générosité de l'empereur Rodolphe II de Habsbourg. Il est resté dans l'histoire pour avoir notamment découvert en 1572 une supernova dans Cassiopée.