Clock
© Inconnu

Le temps exact que nous sommes censés dormir chaque nuit peut varier d'un individu à l'autre, mais nous semblons tous d'accord sur une chose : nous voulons obtenir un long sommeil ininterrompu. Mais il ne l'a pas toujours été ainsi.

De manière générale, la recommandation est que nous devrions dormir environ huit heures chaque nuit. Historiquement, les gens semblent avoir dormi aussi longtemps, mais il y a une différence essentielle, ils se réveillaient au milieu de leur sommeil.

Comme l'historien Roger Ekirch du Virginia Tech (Institut polytechnique et Université d'État de Virginie) le souligne dans ses recherches, il y a plus de 500 références littéraires, d'Homère à Charles Dickens qui notent les concepts d'un premier et second sommeil, dans lequel les gens dorment pendant quelques heures et puis passe une ou deux heures de veille avant de se rendormir.

Fondamentalement, selon Ekirch, aucune de ces références ne traite du premier et du second sommeil comme de quelque chose sortant de l'ordinaire, c'est ainsi que les choses étaient autrefois, apparemment pendant des milliers d'années. Un article de la BBC (lien plus bas) nous donne un aperçu de la recherche de Roger Ekirch ainsi que des travaux de son compatriote historien Craig Koslofsky (référence en bas de cet article). Il comprend la description dans la façon dont les gens passaient cette période d'éveil de mi-sommeil . Et bien sûr des rapports sexuels y étaient impliqués :
« Au cours de cette période d'éveil, les personnes étaient très actives. Elles se levaient souvent, allaient aux toilettes ou fumaient du tabac et visitaient même certains voisins. La plupart des gens restaient dans leur lit, lisaient, écrivaient et souvent priaient. Les innombrables livres de prières, de la fin du 15e siècle, proposaient des prières spéciales pour les heures entre deux sommes.

Et ces heures ne sont pas entièrement solitaires, les gens discutaient ou avaient des relations sexuelles avec leurs camarades de lit. Un manuel de médecin français du 16e siècle, conseillait même aux couples que le meilleur moment pour concevoir, n'était pas à la fin du travail d'une longue journée, mais « après le premier sommeil », quand « ils auront plus de plaisir » et « le ferons mieux ». »
Jan Saenredam gravure 1595
© Inconnu
Gravure de 1595 (Jan Saenredam), l’une des nombreuses preuves d’une activité nocturne pour Roger Ekirch.
Selon les travaux de Ekirch et Koslofsky, le second sommeil a commencé à disparaître au début dans les années 1600 en Europe, au sein de la classe supérieure urbaine émergente, et en deux cents ans, la pratique avait presque disparu.

L'amélioration de l'éclairage des rues a permis aux gens de rester actifs plus longtemps avant d'aller au lit, et soudain l'idée d'aller se coucher tôt, juste pour se réveiller quelques heures plus tard à perdu de son charme.

La question, alors, est de savoir si la décision d'abandonner le sommeil segmenté (ou sommeil polyphasique) était en fait le bon choix pour l'humanité. Certes, le repos ininterrompu, la pratique courante aujourd'hui, est considéré désormais comme la voie naturelle pour dormir.

Dans le même temps, il y a encore beaucoup de personnes qui vont se réveiller régulièrement dans le milieu de la nuit pour avoir du mal à se rendormir, appeler insomnie de maintien du sommeil ou Insomnie du milieu de nuit.

Cette condition pourrait en fait être le juste retour de la façon dont les humains dormaient avant et comment certains le font encore, basée sur une recherche anthropologique sur les habitudes de sommeil de certaines tribus au Nigeria.

Sommeil monophasique et biphasique graphic
© Inconnu
Aujourd’hui monophasique, hier biphasique et il y en a d’autres
Il est aussi probablement bon de savoir, que se réveiller dans le milieu de la nuit ne doit pas être vu comme quelque chose dont vous devez vous inquiéter, vous êtes juste en train de renouer avec la façon dont vos ancêtres dormaient, le style des années 1500.

Source :
Article de la BBC : « The myth of the eight-hour sleep » qui explore les recherches publiées sous forme de livre de Roger Ekirch pour « At Day's Close: Night in Times Past », et le livre de Craig M Koslofsky : « Evening's Empire ».