Une vie microbienne a été découverte scellée dans un lac de saumure sous 20 mètres de glace de l'Antarctique après avoir passé près de 3000 ans isolée de toutes sources d'énergie externes.

A partir de l’étude, photomicrographie de cellules dans la saumure du lac Vida.
Les résultats détaillés cette semaine dans un document de recherche (lien plus bas) décrivent les microbes du lac Vida (photo d'entête) en Antarctique : un habitat en zone aphotique (avec peu ou pas de lumière), anoxique (sans oxygène) et composé essentiellement de saumure légèrement acide d'une température de -13°C. La datation au carbone a indiqué que l'inhospitalière saumure était isolée depuis plus de 2 800 ans.

Selon Peter T. Doran, professeur à l'Université de l'Illinois département des sciences de la Terre et de l'environnement :
Cela nous donne de nouvelles frontières aux limites de la vie. Les basses températures ou la salinité élevée imposent déjà leurs limites, mais combinées avec l'absence d'énergie solaire ou de tout nouvel apport de l'atmosphère, cela en fait un endroit très difficile pour former la vie.
De précédentes analyses de la saumure du lac Vida, en 2002, avaient découvert la présence d'anciens microbes, cependant ces prélèvements devaient être décongelés avant de pouvoir observer des signes de vie. Les récents résultats ont montré que le lac Vida contient un écosystème dominé par diverses bactéries métaboliquement actives.

Pour étudier la vie dans ce lac subantarctique, l'équipe a recueilli des échantillons de saumure à partir de carottes de glace. Les résultats ont révélé des composés réduits et oxydés ainsi que des niveaux élevés d'hydrogène moléculaire.

Selon Fabien Kenig, également de l'Université de l'Illinois :
Les analyses géochimiques suggèrent que les réactions chimiques entre l'eau salée et le sédiment sous-jacent génèrent de l'oxyde d'azote et de l'hydrogène moléculaire. L'hydrogène pourrait fournir une partie de l'énergie nécessaire pour entretenir les microbes.
En plus d'apporter de précieuses informations sur de différents habitats terrestres gelés, l'écosystème du lac Vida pourrait également fournir de nouvelles hypothèses pour les conditions de vie possibles sur des mondes glacés au-delà de l'atmosphère terrestre.

L'étude au format PDF publiée sur PNAS : Microbial life at −13 °C in the brine of an ice-sealed Antarctic lake.