Dmitri Krioukov : Hyperbolic geometry of complex networks.
L'univers n'est ni un ordinateur (bien que certains prédisent qu'il en est issu), ni un cerveau, mais il y a des lois étonnamment similaires qui semblent les gouverner.

Selon une nouvelle étude, la structure de l'univers est assez similaire à la structure et à la conception d'autres grands réseaux complexes, comme les cerveaux humains et l'Internet. Cela ne veut pas dire que les cerveaux et l'univers suivent une sorte de schéma directeur, mais plutôt que les règles qui sous-tendent les structures de ces choses complexes peuvent être comprises/appréhendées de la même façon.

Ce qui est intéressant, c'est que cela suggère une sorte de règle universelle ou un système de lois contrôlant les grands systèmes. La science des réseaux démêle ces règles et essaye de prédire ou de contrôler le comportement des réseaux complexes.

Selon Dmitri Krioukov, coauteur de cette novelle étude (lien plus bas), qui a été publiée par la Cooperative Association for Internet Data Analysis (CAIDA) au San Diego Supercomputer Center (SDSC ) à l'Université de Californie à San Diego :
En aucun cas, ne nous prétendons que l'univers soit un cerveau global ou un ordinateur. Mais l'équivalence découverte entre la croissance de l'univers et des réseaux complexes suggère fortement et de manière inattendue que des lois similaires régissent la dynamique de ces systèmes complexes et très différents.
Il n'est pas possible de simuler l'infini, alors les chercheurs ont supposé que l'univers est vraiment gigantesque, pour appliquer une estimation, ils se sont dit qu'il représenterait au moins 10 ^250 atomes d'espace et de temps (un 1 suivi de 250 zéros) ce qui est déjà assez important. Il a été ramené à une taille plus gérable et mis dans un supercalculateur nommé Trestles. Celui-ci a utilisé ces données pour effectuer des simulations détaillées du réseau causal de l'univers et les informaticiens ont réussi à le faire en un jour. Sans les opérations réalisées en parallèle et une programmation créative, ce calcul aurait pris trois ou quatre ans, selon le SDSC.

Le résultat est un graphique qui ressemble beaucoup aux visualisations représentant d'autres réseaux complexes, comme l'Internet, les réseaux sociaux et les réseaux biologiques.

D'après le directeur du SDSC, Michael Norman :
Qui aurait pu deviner que l'émergence de l'espace-temps quadridimensionnel de notre univers à partir du vide quantique aurait quelque chose à voir avec la croissance de l'Internet ? La causalité est au cœur des deux, alors peut-être que l'on doit désormais s'attendre à cette similitude constatée par Krioukov.

Tirée de l’étude, la cartographie simple entre deux surfaces représentant les géométries de l’univers et des réseaux complexes prouvent que leur dynamique de croissance et leurs structures à grande échelle sont semblables. (CAIDA/SDSC)
Cette similitude de structure n'est probablement pas une coïncidence, disent les chercheurs. Elle pourrait même être une étape vers une nouvelle découverte de certaines règles universelles. Peut-être que les règles sont les mêmes partout, mais il y a certains facteurs limitant, comme la gravité, qui modifient la taille et les résultats éventuels.

L'annonce sur le site de l'Université de Californie à San Diego : Human brain, Internet & cosmos: Similar laws at work? et l'étude publiée sur Nature : Network Cosmology.