Douleur chronique ou aigüe, le sommeil peut faire la différence. Car l'augmentation de la durée du sommeil améliore la vigilance, on le savait, mais réduit également la sensibilité à la douleur selon cette étude du Henry Ford Hospital (Detroit), publiée dans l'édition de décembre de Sleep, la revue de l'American Academy of Sleep Medicine. Ces conclusions montrent l'importance d'un sommeil suffisant en cas de maladies chroniques douloureuses ou même en préparation d'une intervention chirurgicale.

Le Pr Timothy Roehrs, auteur principal commente son étude : « Nous avons été surpris par l'ampleur de l'impact du sommeil en termes de réduction de la sensibilité à la douleur, en comparaison d'une prise de codéine, par exemple ». Son étude a porté sur 18 volontaires sains, ne souffrant pas de douleur, assignés au hasard soit à 4 nuits de maintien de leur temps de sommeil habituel, soit à 4 nuits avec un temps de sommeil augmenté à 10 heures « passées au lit » par nuit. Leur niveau de somnolence diurne a été ensuite mesuré avec le test multiple sleep latency test (MSLT) et leur sensibilité à la douleur par stimulus par une source de chaleur rayonnante.

2 heures de sommeil plus efficaces contre la douleur que 60 mg de codéine

Les résultats montrent que le groupe de sommeil prolongé qui a réellement dormi 1,8 heures de plus par nuit que le groupe "sommeil habituel", présente une vigilance diurne accrue, certes, mais associée avec une moindre sensibilité à la douleur. Dans le groupe sommeil prolongé, les participants laissent leurs doigts sur la source de chaleur sur une durée prolongée de 25% , par rapport aux participants du groupe « sommeil habituel ». Ce résultat suggère une réduction de la sensibilité à la douleur associée à la durée de sommeil. Plus surprenant encore, ce délai de latence augmenté l'est plus avec un sommeil prolongé qu'avec la prise de 60 mg de codéine!

C'est la première étude à montrer l'importance du sommeil pour mieux supporter la douleur. Ces résultats, combinés avec ceux de précédentes études suggèrent que la sensibilité accrue à la douleur est, en marge, le résultat d'une somnolence sous-jacente ou d'un manque de sommeil.

Source: Sleep December 2012 doi.org/10.5665/sleep.2240 Pain Sensitivity and Recovery From Mild Chronic Sleep Loss