C'est le titre d'une fatwa lancée par le cheikh Abdul-Salam Harba, chef militaire et spirituel de l'ASL, surnommé le Arour d'Homs (Adnane Arour est le cheikh qui a appelé à hacher les alaouites réfractaires et à jeter leur chair aux chiens).

Après avoir humilié et chassé les chrétiens de Qoussayr, le cheikh Harba a appelé à égorger devant les égouts tous les Syriens non-ASL :
« Ils seront tous égorgés devant les égouts !
Ceux qui boivent de l'alcool égorgez-les devant les égouts !
Ceux qui achète de l'alcool, égorgez-les devant les égouts !
Ceux qui cachent l'alcool dans leur maison, égorgez-les devant les égouts !
Tous à égorger devant les égouts ! Ici, chez nous à Qoussayr, nous avons des espions, des mouchardes et des traitres !
Vous, les espions, devant les égouts, nous allons vous égorger !
Vous, les soldats de Bachar, devant les égouts, nous allons vous égorger !
La révolution veut tous vous égorger devant les égouts, vous qui collaborez avec le régime !
Sachez que personne n'échappe à l'égorgement car nous avons une liste des personnes qui fréquentent les soldats aux barrages et aux postes militaires.
La révolution est contre la prostitution et va égorger les prostituées devant les égouts ! En ce vendredi de l'unification de l'ASL, si vous n'êtes pas avec nous, vous serez égorgés devant les égouts !
Il n'y a pas un troisième voie. Vous êtes avec nous ou contre nous ».


D'après un article de Syriatruth paru le 7 octobre, ce prêche a été donné le vendredi 28 septembre dans une mosquée à Qoussayr.

Abdel-Salam Harba est un proche de Farouq Tayfour, numéro deux des Frères Musulmans au sein du CNS, de la famille libanaise Hariri et des takfirites libanais de Tripoli.

En juin dernier, Abdel Salam Harba a "fait porté l'étoile" aux chrétiens de Qoussayr avant de les chasser de la ville en tuant l'un d'entre eux pour l'exemple (cf article Farid Aichoune, Le Nouvel Obs, 1er août 2012).

Le même phénomène d'épuration ethnique et religieuse s'est produit dans toutes les zones mixtes islamo-chrétiennes du pays sous contrôle ASL.

A Al-Bab et Alep, les rebelles ont créé une police des mœurs inspirée des moutawa'een saoudiens. Cette police est chargée d'imposer le Bien et de combattre les actes impies comme empêcher les actes de pillage organisés quotidiennement par les rebelles, interdire aux femmes de rouler en voiture, forcer les gens à prier...

Vous ne le saviez pas ? Grâce à l'OTAN, aux monarchies du Golfe et à Al Qaida, la démocratie syrienne avance à grands pas.