Une équipe internationale a mis en évidence, sur un site néolithique polonais, des traces qui attestent de la fabrication de fromage dès le 6e millénaire avant J.-C.

C'est en analysant des fragments de poterie vieux de plus de 7.000 ans que des chercheurs de l'Université de Bristol (Royaume-Uni) ont fait l'étonnante découverte. En effet, ils ont réussi à déterminer l'usage que les hommes du Néolithique avaient fait des récipients dont ces morceaux proviennent : ils s'en servaient pour la fabrication de fromage !

Ces débris en céramique ont été découverts antérieurement par des archéologues polonais et américains dans la région de Kuyavia, au sud de Gdansk (Pologne). En les étudiant, les spécialistes avaient déjà établi qu'ils provenaient de récipients percés d'orifices et voyaient en ceux-ci de véritables faisselles, comme celles utilisées de nos jours dans la fabrication de fromages. Toutefois, les éléments obtenus jusqu'ici ne permettaient pas de confirmer la chose. Pour en savoir plus, les chercheurs ont donc poursuivi les analyses et fait une découverte qui lève tout doute possible.

Grâce à des analyses isotopiques, ils ont mis en évidence sur ces poteries (et pas sur d'autres récipients provenant du même site) des traces de lait caillé - 'signature' caractéristique de l'industrie fromagère : les tout premiers agriculteurs du Néolithique européen faisaient et consommaient donc bel et bien du fromage. Il s'agit là de la plus ancienne 'industrie' fromagère connue à ce jour.

Plus encore qu'aujourd'hui, "à cette époque, beaucoup d'êtres humains étaient intolérants au lactose. La fabrication du fromage était donc un moyen particulièrement efficace pour eux de profiter des bénéfices nutritifs du lait sans tomber malades", conclut Peter Bogucki, de l'Université de Princeton (États-Unis), cité par le Figaro.