Les chercheurs ont mis en évidence ce à quoi pouvait ressembler le visage du célèbre et controversé Homme de Florès aussi appelé "Hobbit" en raison de sa petite taille.

Avec une formation en médecine légale, Susan Hayes, chercheur à l'Université de Wollongong, en Australie, a pu donner un visage au squelette.

Les restes ont été découverts dans la grotte de Liang Bua, sur l'île indonésienne près de Flores en 2003. Les ossements étaient ceux d'une femme âgée de 30 ans et haute de 1 mètre.

Pour arriver à cette représentation du visage, Hayes a entré les informations obtenues à partir de scans en imagerie 3D du crâne dans un logiciel graphique et elle a également examiné des portraits de paléo-artistes du Hobbit.
Les interprétations antérieures faisaient plus ressortir les caractéristiques du singe; cependant, son examen suggérant des caractéristiques modernes est plus précis.


Ce à quoi pouvait ressembler le visage de l'Homme de florès...
Le squelette vieux de 18.000 ans est officiellement connu sous l'appellation d'Homo floresiensis, il tire son surnom de sa stature trapue. Il aurait pesé entre 30 et 35 kg.

À grande découverte, grande controverse.

Depuis sa découverte, les scientifiques ont vivement débattu pour savoir si l'échantillon représentait une espèce éteinte dans l'arbre généalogique de l'homme. Il pouvait être une émanation de l'Homo erectus, un hominidé de 1,8 millions d'années, et le premier à avoir les proportions du corps comparables à celles des modernes Homo sapiens.

Les critiques, cependant, ont fait valoir que les restes pourraient avoir appartenu à un être humain avec une microcéphalie, une affection caractérisée par une petite tête, une petite taille et un retard mental.

Mais une étude de 2007, qui a révélé que le cerveau du Hobbit était d'environ un tiers de la taille du cerveau d'un être humain adulte moderne, a révélé que les ratios de la région du cerveau étaient incompatibles avec celles qui caractérisent une microcéphalie. "C'est à ce moment là que l'hypothèse de la microcéphalie a été exclue" explique Dean Falk, anthropologue à la Florida State University, "ce n'est pas seulement que leurs cerveaux sont petits, ils sont de forme différente. C'est propre à leur espèce."


Le cheminement de Hayes pour la reconstruction du visage du Hobbit.
Toujours en 2007, le travail de Matthew Tocheri, anthropologue au Musée national d'histoire naturelle à Washington, et ses collègues ont trouvé des os du poignet de la femelle Hobbit. Dans leur forme et orientation, ils correspondaient à ceux des singes non-humains.

Ils avaient l'air bien différents des os du poignet de l'Homme de Néandertal (Homo neanderthalensis) et de l'homme moderne, ce qui confirmait une nouvelle espèce.

Hayes, qui préfère le terme d' "approximation faciale" à "reconstruction faciale" pour son travail, a dit qu'elle était satisfaite des résultats.