Après 3.000 ans, la lumière est faite sur la "conspiration du harem" qui a coûté la vie au pharaon Ramsès III. Selon une nouvelle série d'analyses, celui-ci a été égorgé.

Grâce à une analyse aux rayons X et à des tests ADN, des chercheurs ont pu lever le voile sur la mort de Ramsès III : le pharaon a eu la gorge tranchée. La "conspiration du harem", comme elle a été appelée, a été organisée par des membres du harem du pharaon comme en atteste des documents d'époque, en particulier le "Papyrus judiciaire" conservé à Turin et qui relate une tentative de coup d'État de la reine Tiyi, l'une des épouses de Ramsès III.

Il y a 3.000 ans, Tiyi souhaitait voir son fils Pentaour monter sur le trône alors que l'héritier légitime de Ramsès III était le fils d'Isis, sa première épouse. La reine Tiyi espérait ainsi mettre à profit l'hostilité croissante du peuple à l'égard du pharaon, qui vivait dans le luxe, alors que les ouvriers n'étaient plus payés et que la famine menaçait. Ce mécontentement donnera d'ailleurs la première grève de l'histoire, rapporte l'AFP. Pour mettre au point son complot, Tiyi, bien que cloîtrée dans son harem, est parvenue à entrer en contact avec des gens à l'extérieur, impliquant ainsi des militaires et même un prêtre.

Une importante blessure à la gorge révélée

Les détails exacts ne seront probablement jamais précisément connus mais, d'après des documents officiels de l'époque, la tentative de coup d'État a échoué en 1156 av. J.-C et une trentaine de coupables ont été condamnés. En revanche, les textes restent flous sur la mort de Ramsès III, alors âgé d'environ 65 ans. La question restait ainsi posée : le pharaon a-t-il été assassiné par les sbires de Tiyi et de Pentaour ou a-t-il été blessé avant de mourir quelques jours plus tard ?

Pour y répondre, le spécialiste allemand des momies, Albert Zink, s'est intéressé à la dépouille de Ramsès III. Avec l'aide d'autres experts, dont Zahi Hawass, ancien responsable du Conseil suprême des antiquités égyptiennes, il a passé la momie à la tomographie assistée par ordinateur. L'autopsie numérique a ainsi permis de révéler une importante blessure à la gorge, sous le larynx, qui était jusque-là passée inaperçue. "La blessure fait environ 70 mm de large et s'étend jusqu'aux os [ ... ] La trachée a été coupée net" à l'aide d'un couteau tranchant ou d'une lame similaire, précise l'étude, publiée par le British Medical Journal.

"L'étendue et la profondeur de la plaie indiquent qu'elle a provoqué la mort immédiate de Ramsès III", révèlent donc les chercheurs. Plus surprenant encore, l'imagerie médicale en 3D a identifié un corps étranger enfoncé dans la plaie : une amulette en pierre. Il s'agit de "l'Oeil d'Horus", auxquels les Égyptiens prêtaient des pouvoirs de guérison. "La gorge tranchée et l'amulette prouvent clairement que le pharaon a bien été assassiné", indique Albert Zink dans un communiqué repris par l'AFP.

La momie de Pentaour retrouvée ?

Mais ce n'est pas tout puisque les experts se sont également intéressés à la momie d'un homme de 18 à 20 ans retrouvée en compagnie de celle de Ramsès III. Celle-ci était enveloppée dans des peaux de chèvre, une matière "rituellement impure". Il s'agirait probablement de Pentaour le parricide, contraint au suicide. Les peaux de chèvre l'auraient privé d'une vie après la mort, suprême humiliation dans l'Égypte antique.

L'analyse ADN a révélé que cette momie est bien celle d'un fils de Ramsès III mais pour être sûr qu'il s'agit bien de Pentaour, il faudrait disposer de l'ADN de la reine Tiyi, dont la momie n'a jamais été retrouvée.