Mercredi dernier, un chef taliban, le mollah Nazir, a été tué par un drone américain. L'affaire n'a pas fait les gros titres. Et pourtant, cet homme a été assassiné par des tirs qui auraient fait au moins une dizaine de victimes. Le lendemain, ce sont quatre autres insurgés qui auraient été abattus. Pour les USA, ces hommes étaient une menace, tandis que pour le Pakistan (leur allié), Maulvi Nazir était plutôt considéré comme un précieux auxiliaire dans leur lutte contre les talibans locaux. Et hier dimanche, ce sont une douzaine de personnes qui auraient été tuées par des missiles tirés depuis des drones américains, faisant au passage de nombreux blessés.

Je suis comme beaucoup, j'ai du mal à comprendre ce qui se passe réellement dans cette région du monde. J'ai l'impression que chacun place ses billes avant le départ de la coalition militaire, l'année prochaine. Pourtant, devant ces assassinats qui s'enchaînent, on doit se rendre à l'évidence : le crime d'État est devenu une banalité.

Et l'arme quasi invisible de ce mécanisme inquiétant est le drone.

Depuis 2004 (le second mandat de George W. Bush), la CIA aurait effectué des centaines de frappes au Pakistan, tuant 2 560 à 3 325 personnes, selon les estimations, dont 474 à 881 civils. « Les drones survolent les populations du nord-ouest vingt-quatre heures sur vingt-quatre, frappent des véhicules, des maisons et des espaces publics sans sommation. Leur présence terrorise les hommes, femmes et enfants, créant un traumatisme psychologique. Les habitants doivent vivre dans la crainte permanente de pouvoir être frappés à tout moment par un bombardement meurtrier, sachant qu'ils n'ont aucun moyen de s'en protéger », peut-on lire dans le rapport d'un groupe d'experts américains cité dans Le Monde. Si l'on compte les autres opérations, notamment au Yémen, en Somalie et aux Philippines, combien de personnes ont ainsi trouvé la mort, alors que ces pays ne sont pas en guerre contre les États-Unis ? De plus en plus de voix s'élèvent d'ailleurs Outre-Atlantique contre ces actions répétées. Sont-elles toutes justifiées ? D'autant que depuis l'arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche, les raids de drones se sont multipliés. C'est aujourd'hui l'un des principaux volets de sa stratégie militaire mondiale.

M. Obama restera peut-être dans l'histoire comme le Prix Nobel de la paix qui a le plus de morts innocents sur la conscience. Car non seulement les dégâts collatéraux sont inévitables, mais en plus, ces assassinats ciblés sont souvent fomentés sur des hypothèses bâties par les services secrets. Des mises à mort sans procès. C'est une guerre d'intellectuels qu'il a déclenchée, disent ses détracteurs. En pointillé, une guerre sans honneur. Durant la récente campagne pour son second mandat, afin de leur couper l'herbe sous les pieds, il s'est plus ou moins engagé à « régulariser » la procédure de ces pratiques meurtrières. Ce à quoi Amnesty international a répondu qu'il n'y avait pas à fixer de nouvelles règles mais à appliquer les règles existantes : les droits de l'homme et les lois humanitaires reconnus internationalement. C'est-à-dire, en langage non châtié, la ligne qui sépare l'action de guerre du crime de guerre. De leur côté, les Nations unies pourraient cette année ouvrir un bureau, à Genève, pour enquêter sur les victimes civiles des attaques par drones. Plusieurs familles de celles-ci auraient d'autre part déposé plainte contre la CIA.

Dans le Courrier International, on peut lire les confidences troublantes de Brandon Bryant, 27 ans, un ancien pilote de drones... Le Predator, un avion délicat et argenté, décrit des huit dans le ciel afghan. À plus de 10 000 kilomètres de là, Brandon est aux commandes. Il attend les instructions. Lorsque l'ordre d'ouvrir le feu tombe, il fixe la cible dans son viseur laser : une étable pour les chèvres. Près de lui, le deuxième pilote actionne alors un joystick. Il reste 16 secondes avant l'impact. Soudain, sur l'écran, un enfant apparaît au coin de la bâtisse. Une lueur. L'explosion. « On vient de tuer un gamin ? » demande Brandon à son collègue. « Je crois », lui répond celui-ci. Quelqu'un qu'ils ne connaissent pas, enfermé ailleurs, dans un poste de commandement, intervient alors sur les ondes : « Non, c'était un chien ! »

Lorsque Brandon sort de son conteneur, ce jour-là, sur la base de Creech, au Nevada, à une cinquantaine de kilomètres de Las Vegas, l'Amérique lui paraît sans doute moins belle. Jamais il n'aurait imaginé tuer tant de gens.

Lors d'un récent débat à l'ONU, les représentants de plusieurs pays ont souligné le mauvais exemple donné par la plus grande puissance militaire mondiale. Un engrenage qui pourrait s'avérer ravageur. Car le drone va se « vulgariser ». Que se passera-t-il lorsque les armées des grandes puissances seront toutes dotées de drones de combat ? A l'opposé de la Kalachnikov, arme symbolique des combattants les plus pauvres, le drone pourrait bien devenir le symbole de leur hégémonie.

À ce jour, il semble que l'armée française ne possède que des drones de surveillance. Mais le mois dernier, Dassault Aviation a présenté le Neuron (qu'il faut parait-il écrire nEUROn), un drone de combat de 10 mètres de long et de 12.50 mètres d'envergure issu d'une coopération européenne dans l'industrie de défense. D'ici deux ans au maximum, nos militaires seront donc équipés de ces engins. Comment les utiliserons-nous, alors que la France est le pays d'Europe le plus engagé à l'étranger ? Lors de la campagne de Libye, le général Vincent Tesnière a insisté sur le rôle déterminant des drones américains. « Si on avait eu 30 ou 40 drones armés, on aurait fait ce qu'il y avait à faire », a-t-il déclaré.

On dit d'ailleurs que c'est un drone américain qui aurait repéré Kadhafi lors de sa cavale. Nos alliés dans la coalition ont-ils passé l'information à la France ? Cela pourrait expliquer le mystère qui entoure la mort du dictateur. Mais alors, s'agirait-il d'un crime d'État ?