Le très sérieux magazine français Le Point -c'est une boutade-, titre cet après-midi: « Libye: la peur des islamistes freine l'enquête sur l'attaque du consulat américain ».

Ah, tiens donc ! Sans vergogne et toute honte bue, les amis de BHL (disparu des radars) qui est chroniqueur dans ce canard ne mettent pas en cause leur falsificateur mais les islamistes. Il n'y a plus d'Etat en Libye à cause des islamistes ? Les « qui » ont privilégié les islamistes en assassinant Mouammar Kadhafi ? Sans un mot sur la sortie de l'intermédiaire français Ziad Takieddine à qui on aime accoler ses origines libanaises, Le Point fait fort mais, dit quand même la vérité sur la réalité libyenne actuelle.

Mohamed Youssef Megaryef
© Inconnu
Mohamed Youssef Megaryef
Dit en passant, Mohamed Youssef El-Megaryef (photo), président du Congrès national libyen a été victime, avant-hier, d'une tentative d'assassinat dans la région de Sebha au sud du pays. Arrivé au Byt Sebha Hotel où il devait résider, une fois installé dans ses appartements, un groupe armée a tenté tout d'abord de l'enlever. Après, s'en suivit un échange de tirs entre des hommes armés et ses gardes du corps durant des heures, et faisant trois blessés graves du côté du président du Congrès national libyen. Les assaillants ayant réussi à s'enfuir, une enquête a été ouverte...

Nous disions donc que Le Point avoue que Al Qaïda a pris le pouvoir en Libye :
La Libye enquête activement sur l'attaque du consulat américain à Benghazi le 11 septembre 2012, mais, selon des sources proches du dossier, la crainte de représailles de la part des extrémistes islamistes s'est révélée être un obstacle dans les investigations.

Des rapports des services de sécurité font état d'une possible implication d'un groupe islamiste lié à Al-Qaïda dans l'attaque qui a coûté la vie à quatre américains, dont l'ambassadeur Chris Stevens, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier.
Un... aveu, mais pas vraiment. Il aurait fallu que Le Point dise noir sur blanc que le frère Guide Mouammar Kadhafi l'avait dit, parlant d'Al Qaïda lors de l'agression de l'OTAN. Apparemment donc, poursuit le magazine, les enquêteurs ont peur d'être... enlevés et tutti quanti. Très drôle en effet !

Alors que par la force des choses la Libye revient sur le devant de la scène et dans la presse « mainstream », il faut désormais épingler ceux qui sont à l'origine de cette dérive, de la décrépitude de la Libye, au lieu d'accuser leurs amis wahhabo-salafistes qu'ils ont soutenu becs et ongles...

Alerte info : 18h30. Takieddine sera entendu par la police pour ses accusations contre le nain politique et bourreau des Libyens, Nicolas Sarkozy. Enfin.