Google map
© Google map

Je vous présente aujourd'hui une nouvelle hypothèse sur la localisation de Gergovie. Je laisse la plume à l'un de ses auteurs, Baptiste Granjon, pour vous la présenter...

Quatre gamins en 1940, Marcel Ravidat, Jean Clauzel, Maurice Queyroi, Louis Perrier.
Trois spéléologues Ardéchois, Jean Marie Chauvet, Christian Hillaire, Eliette Brunel.
Un plongeur, Henry Cosquer.

Une liste de noms insignifiants pour une grande majorité d'entre nous. Pourtant sans eux, notre connaissance de l'histoire n'en serait pas au point où elle en est aujourd'hui. En effet, ce sont respectivement les inventeurs des grottes de Lascaux en Dordogne, Chauvet en Ardèche et Cosquer à Cassis.
Ils ont deux points communs : avoir fait des découvertes archéologiques impressionnantes et surtout, ce ne sont pas des chercheurs professionnels.

Avec beaucoup plus de modestie, c'est un peu pour Jean Paul Jouen et moi-même Baptiste Granjon, l'histoire que nous avons l'impression de vivre avec une hypothèse surprenante sur Gergovie.

En effet, depuis que les chercheurs de Napoléon III ont validé le site de Gergovie à Merdogne, il est universellement contesté. En 150 ans, il s'est promené une vingtaine de fois sur les oppida autour de Clermont Ferrand et dans la plaine de la Limagne.

Pourquoi de telles dérives ? Simplement parce que personne à l'heure d'aujourd'hui ne peut proposer un oppidum qui rassemble tous les détails que César à décrit dans « La guerre des Gaules ». Quand ces détails manquent, on nous explique que César s'est trompé ou, que la traduction Latine/Française est mauvaise. Rien de sérieux dans tous ces propos qui ne servent qu'à alimenter des polémiques sans fin. Des dizaines de chercheurs, archéologues sont mobilisés en permanence depuis cinquante ans en Auvergne et pas de Gergovie à l'horizon Clermontois. Un vrais 'remaque' de Barbe Bleue « Anne ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir » « Je ne vois que le soleil qui poudroie et l'herbe qui verdoie, mais Gergovie, je ne le vois ».

César dans la guerre des Gaules ne décrit jamais la géographie de ses déplacements, sauf quand il y a des périples militaires. Par contre le lieu et la géographie de la bataille y sont très précisément décrits, surtout en ce qui concerne Gergovie où, une vingtaine de chapitres y sont consacrés. Dans « La guerre des Gaules » Livre VII du chapitre 35 au chapitre 55.

Passionnés par cette histoire, nous aussi, avons trouvé, et un peu par hasard un site ou TOUS les détails décrits par César sont réunis. Cela ne suffit pas pour autant à le valider, la bataille doit y être lisible en effet, on ne peut pas justifier une charge de cavalerie sur un terrain trop pentu, créer une diversion militaire sur un oppidum trop petit. On doit également pouvoir expliquer l'importance des annotations de César qui paraissent anodines ou étrangères à la bataille. Tous ces détails sont aujourd'hui réunis sur un oppidum Auvergnat, « le plateau de Saint Maurice de Lignon en Haute Loire ».

Gergovie hypothèse Vellavie

En regardant les noms des tribus Gauloises, nous avons été surpris de leurs consonances Méditerranéennes. Il y a même une tribu qui se nomme « Atuatucal » pour la ville de Tongres en Belgique, on se croirait dans les Andes Péruviennes. Toutes les invasions post-invasions Romaines sont venues du Nord. On a donc émis l'hypothèse que derrière la consonance Latine de ces noms, se cachaient peut-être des noms de tribus Germaniques. Comme on l'explique sur notre site internet, on a rapproché les noms Gergovie et Vellavie. Démonstration qui va surprendre beaucoup d'érudits, mais qui nous fait envisager un oppidum dans le Velay !

Grâce à Google Earth, sachant que César venait du Nord pour aller à Gergovie, on a survolé la Loire qui nous a directement amené sur un premier oppidum à St Maurice de Lignon, un oppidum immense de 180 ha. Ceux de la Limagne ne dépassent pas les 10 ha . . . Armé du portrait-robot d'Andreas Palladio dessiné au XVIe siècle, nous n'avons trouvé que des similitudes. Un 2e portrait-robot plus récent et dessiné par Mrs Renaud et Zaballos nous a encouragé dans notre hypothèse. Mais cela ne suffit pas, pour valider ce site.

Nous avons noté tous les 21 détails géographiques que César donne dans « La guerre des Gaules ». Un par un, nous les avons étudiés et superposés sur notre site de St Maurice. Tous collent à la peau de notre oppidum. Les traces des deux tranchées font la bonne longueur, la bonne largeur, nous avons même découvert une fosse qui a put permettre depuis le grand camp de César, la descente dans ces deux tranchées. Fosse dont César ne parle pas mais dont l'existence nous est soudain apparue indispensable. Tous ces détails sont soigneusement notés sur notre site diffusé sur Internet.

On tient à noter que tous les détails sont pris, sur des traductions prélevées sur la toile et sur des portraits robots que nous n'avons pas fait. C'est ce qui, à la différence des autres sites, nous démarque d'une interprétation personnelle qui nous aurait permis d'adapter le site de St Maurice de Lignon aux textes de César.

A St Maurice, on n'adapte pas le texte au site, c'est le site qui s'adapte aux textes

Il y a une question qui s'impose au lecteur de ces quelques lignes, « vous affirmez Gergovie à St Maurice, pourquoi est ce que les autorités de tutelles ne s'intéressent pas à ce site ? » La réponse est très simple, allez voir le combat que mènent les gérants du site d'Alésia du Jura contre le dictat des ministères de tutelles qui ont validés Alésia en cote d'Or.

Alésia - Avec un minimum de logique, sachant que César, réfugié à Langres fuyant vers l'Helvétie à travers le pays des Mandubiens (Jura) n'est pas allé faire un détour de 2x 200 km en Bourgogne pour trouver Alésia. Cet oppidum ne peut qu'être sur le trajet Langres Lausanne. Des chercheurs ont trouvé à Chaux des Crotenay dans le jura, un site qui recueille toutes les caractéristiques géographiques décrites par César. Les chercheurs de Napoléon III avaient fait valider Alésia à Alise Sainte Reine en cote d'or et depuis 150 ans rien ne doit plus bouger, du moins administrativement parlant. Ils y ont même fait construire un musée gigantesque. Invalider Alise Ste Reine serait un camouflet pour tous ceux qui y ont fait investir l'argent des contribuables.

Voici les deux « Alésia » :

le premier ci-dessous, le vrai, celui de Chaux des Crotenay 150ha et l'officiel,

Alesia 1 map
© Inconnu
et le deuxième ci-dessous, Alise Sainte Reine 10ha

Alesia 2 map
© Inconnu
Gergovie - c'est le même problème, tous les archéologues, historiens sortant de l'éducation nationale Française sont formatés pour placer Gergovie sur le plateau de Merdogne près de Clermont Ferrand. Toutes les autres hypothèses deviennent non recevables . . . Pourtant, essayez de faire vivre pendant un mois et demi 40 000 guerriers gaulois, équipage, artisans, bêtes de viande et de trait + fourrage sur un oppidum de 30ha sans eau de source, extraordinaires ces gaulois ! ! ! Et je ne parle pas de la diversion de César pour éloigner les Gaulois du front principal, impossible sur un lieu où la cavalerie Gauloise rangée sur trois colonnes occupe la totalité du périmètre de cet oppidum. Mais ce ne sont là que quelques détails.

Voici les deux « Gergovie » :

le premier ci-dessous, St Maurice, 120ha,

gergovie 1 map
© Inconnu

et le deuxième l'officiel, 9 ha.

Gergovie 2 map
© Inconnu

Les différences de surfaces sont parlantes (attention, les échelles des photos sont différentes).

Quelle est la solution à adopter pour faire reconnaître notre travail ? Nous avons essayé de prendre contact avec des archéologues Français, aucune critique constructive n'est ressortie de nos dialogues. C'est pour cela que nous voulons faire appel à des étudiants d'académies Francophones qui pourraient être intéressés de prendre notre travail pour proposer une thèse dans leurs académies de tutelles.

N'oubliez pas Gergovie Celtic Awards.

Un lien est proposé pour recevoir toutes les critiques et les conseils de passionnés.

Le site est encore en construction, il reste la bataille à y installer par Toutatis.