Des astronomes ont confirmé qu'une exoplanète dont l'existence était remise en question, nommée Fomalhaut b, existe vraiment et ont calculé son orbite potentiel. Les résultats montrent que l'objet est encore plus étrange que les scientifiques ne l'auraient imaginé, la qualifiant de "planète errante."

Fomahault system
© Nasa/ESA
L'incertitude, à propos de cet objet, a commencé en 2008, lorsque les scientifiques ont publié une image, prise avec le télescope spatial Hubble de la NASA, d'un petit point de lumière dans le disque de débris d'une jeune étoile brillante appelée Fomalhaut, qui est à environ 25 années-lumière dans la constellation du Poisson austral. À l'époque, ils n'ont présenté que deux points de données, montrant l'exoplanète telle qu'elle existait en 2004 et 2006. C'était une image sensationnelle, l'énorme disque de débris fait ressembler l'étoile à "l'Oeil de Sauron" du Seigneur des Anneaux et a été l'une des premières planètes extrasolaires directement imagées. (D'autres beaux exemples ici, ici et ici)

Image d'entête : l'étoile Fomalhaut et la trajectoire au fil des années de la planète errante Fomalha. (NASA, ESA, et Paul Kalas (Université de Californie, Berkeley et SETI Institute).

Mais d'autres chercheurs n'ont pas trouvé le monde supposé. L'instrument original sur Hubble, qui a détecté Fomalhaut b, est tombé en panne en 2007 et n'a jamais été remplacé, ce qui signifie que l'équipe qui a découvert l'exoplanète ne pouvait pas reproduire leurs résultats non plus. Quand ils l'ont repéré en 2010, avec un autre instrument, l'objet semblait avoir dérivé trop loin vers la droite pour être en orbite autour de l'étoile. Cela a conduit certains astronomes à remettre sérieusement en cause la découverte de Fomalhaut b.

Mais à la fin de 2012, un petit nombre d'autres télescopes ont réussi à prendre des images de l'exoplanète. Et maintenant, l'équipe d'origine a présenté ses propres nouvelles données par l'intermédiaire de l'astronome Paul Kalas de l'Université de Californie à Berkeley et de l'Institut SETI, qui a présenté une nouvelle étude liée à une nouvelle image lors d'une conférence de presse à la réunion de l'American Astronomical Society cette semaine.

Avec leurs quatre points de données, l'équipe d'origine a pu calculer plusieurs orbites possibles pour l'objet. Ils montrent l'exoplanète se déplaçant sur une orbite très excentrique autour de son étoile parente, s'en rapprochant à près de 40 unités astronomiques (UA) et pour ensuite s'en éloigner jusqu'à 350 UA. (Une UA est la distance entre la Terre et le Soleil). Il semblerait que l'orbite de la planète est très inclinée par rapport au disque de débris autour de Fomalhaut, ce qui signifie que l'exoplanète se déplace au-dessus et ensuite au-dessous de la poussière.

Ce mouvement, selon Kalas et son équipe, définit Fomalhaut b comme une planète errante, agissant beaucoup plus comme une comète ou un organisme de glace dans la ceinture de Kuiper de notre système solaire, des objets qui orbitent généralement loin du soleil, mais peuvent parfois venir au plus près. Les astronomes pensent que la masse de l'exoplanète lui donnerait l'apparence d'un petit monde de glace, comme Sedna dans notre système solaire, mais elle pourrait être aussi grande que Jupiter. Dans les deux cas, elle ne ressemble à rien de ce qui a été vu dans notre propre système et montre que l'agencement des autres systèmes planétaires pourraient grandement différer du nôtre.

Ci-dessous : simulation de l'orbite possible de Fomalhaut b autour de l'étoile Fomalhaut.


La "re"découverte présentée lors de la réunion de l'American Astronomical Society 2013, l'image publiée sur le site consacré au télescope spatial Hubble : Hubble Reveals Rogue Planetary Orbit for Fomalhaut b.