cheikh Hamad ben Jassem Al-Thani
© Inconnu
cheikh Hamad ben Jassem Al-Thani

La lune de miel entre le Qatar et la France de Nicolas Sarkozy puis de François Hollande se transformera-t-elle en drame ?

Impliqué comme tout le monde le sait dans la livraison d'armes et le financement des groupes terroristes, aussi bien au Mali qu'en Syrie, le pays de chameliers se rebiffe, tout comme la France d'ailleurs. Au Mali, la France voit des terroristes partout mais, en Syrie, quelque chose l'aveugle, elle a de la merde aux yeux comme le dirait l'autre. Quant au Qatar, il souhaite une paix négociée au Mali, mais la liquidation pure et simple du régime syrien par la...force. Une dichotomie des deux pays qui laisse à désirer.

Le Qatar a estimé, hier, mardi, que le recours à la force au Mali ne réglerait pas le problème, appelant au dialogue. Mon oeil ! Le Premier ministre du Qatar, cheikh Hamad ben Jassem Al-Thani, l'homme dont la fille a maille à partir avec les autorités anglaises pour cause de proxénétisme aggravé a déclaré devant des journalistes à Doha, au Qatar :

"Bien sûr que nous espérons que ce problème puisse être réglé par le dialogue. Je pense que le dialogue politique est important et nécessaire. Je ne pense pas que la force réglera le problème" [...] "La question malienne devrait être discutée entre les pays voisins, l'Union africaine et le Conseil de sécurité". "Si quelqu'un demande notre aide [...] nous ferons partie de la solution (mais) nous ne serons pas le seul médiateur".
Quelle hypocrisie !

Et pourtant, ces gens qui ont cru qu'en armant les terroristes en Syrie ils pouvaient faire tomber le régime de Bachar al-Assad, prônent la « paix » au Mali par le dialogue, alors qu'ils ont toujours refusé que ce procédé soit appliqué en Syrie. Ah, j'oubliais, ils jugent le régime syrien inorganique, préférant les coupeurs de mains, de pieds et lapideurs.

Ces gens sont des monstres !