Map Algérie site BP
© Inconnu

Des islamistes ont attaqué mercredi un site de British Petroleum, situé dans le sud de l'Algérie, et pris en otage plusieurs de ses employés, notamment de nationalités britannique, norvégienne et japonaise.

Des islamistes disant venir du Mali ont attaqué mercredi un site de British Petroleum en Algérie et pris en otage plusieurs employés, dont des Japonais et un Irlandais, selon des sources concordantes. L'agence algérienne APS a fait état de deux morts et six blessés.

La confusion régnait sur la nationalité des autres otages, dont le nombre n'était pas clair. Des sources diplomatiques occidentales à Alger ont fait état de ressortissants britannique, norvégien et japonais, tandis qu'un député algérien de la région de Tamanrasset dans le sud de l'Algérie, Mahmoud Guemama, évoquait un Français et quatre Japonais pris en otages.

Le ministère irlandais des Affaires étrangères a indiqué qu'un citoyen irlandais, originaire de la province britannique d'Irlande du Nord, faisait partie des personnes kidnappées. «Il est originaire d'Irlande du Nord, mais il détient un passeport irlandais», a déclaré une porte-parole du ministère.

« Nous avons des informations sur un certain nombre de Japonais qui sont détenus, mais nous les vérifions actuellement », a indiqué de son côté à la presse un porte-parole gouvernemental à Tokyo.

Un porte-parole de l'ambassade de France a indiqué pour sa part qu'on « ne pouvait pas confirmer qu'un ressortissant français avait été pris en otage ».

Opération algérienne en cours

Deux personnes ont été tuées et six autres blessées, dont deux étrangers, lors de l'attaque menée par les islamistes mercredi matin dans la région d'In Aménas, dans le sud-est de l'Algérie, non loin de la frontière libyenne, a indiqué l'APS. Un combattant joint par téléphone a affirmé que les attaquants étaient des membres d'al-Qaïda, venus du Mali. « Nous sommes venus du nord du Mali. Nous appartenons à la brigade Khaled Aboul Abbas, Mokhtar Belmokhtar », a-t-il ajouté, en rappelant que Belmokhtar avait « menacé de riposter à toute intervention militaire au Mali ».

La France mène depuis vendredi une intervention militaire au Mali pour y repousser une offensive de groupes islamistes armés liés à Al- Qaïda. « Une opération de l'armée algérienne est en cours contre les assaillants », ont indiqué des sources diplomatiques.