Parfois, les employés d'une firme sont choqués de voir un supérieur réagir trop durement ou punir une transgression apparemment mineure. Ces superviseurs sont de surcroît absolument certains qu'ils font la bonne chose et qu'il n'y a pas de débat possible. Une récente recherche nous éclaire un peu plus sur ces comportements. Il s'avère que fournir un sens du pouvoir à quelqu'un le met davantage dans une position où il verra le monde en noir et blanc (sur le plan de la moralité), en particulier pour juger de ce qu'il ne faut pas faire. Une fois armés de cette claire moralité, les gens « puissants » châtient les coupables plus durement que ceux qui n'ont pas beaucoup de pouvoir.

Cela est un signe clair pour les managers qui voient leurs responsabilités et pouvoirs s'accroître au cours du temps. Lors des expériences, lorsqu'on donnait le pouvoir à des volontaires de contrôler les ressources et de distribuer carottes et bâtons, ils étaient bien moins enclins à cocher « ça dépend » pour juger un cas de transgression. Le monde leur devenait manichéen. On a bien vérifié que les gens n'avaient pas cette « morale claire » avant d'accéder au pouvoir, mais bien après cette accession.

.