Une nouvelle image évocatrice de l'ESO montre un nuage sombre dans lequel de nouvelles étoiles se forment avec un amas d'étoiles brillantes qui ont déjà émergé de leur nurserie stellaire de poussière. Cette nouvelle image a été prise avec le télescope MPG/ESO de 2,2 mètres à l'Observatoire de La Silla au Chili. Il s'agit de la meilleure image jamais réalisée en lumière visible de cet objet peu connu.

Sur la gauche de cette nouvelle image, il y a une colonne sombre ressemblant à un nuage de fumée. Sur la droite brille un petit groupe d'étoiles lumineuses. Au premier regard, ces deux structures ne pourraient pas être plus différentes l'une de l'autre, mais elles sont en fait étroitement liées. Le nuage contient une quantité considérable de poussière cosmique froide. Il s'agit d'une nurserie où de nouvelles étoiles sont en train de naître. Il est probable que le Soleil s'est formé dans une région de formation stellaire similaire, il y a plus de quatre milliards d'années.

Ce nuage est appelé Lupus 3. Il se trouve à environ 600 années-lumière de la Terre dans la constellation du Scorpion. La zone montrée ici fait environ cinq années-lumière de large.

Le nuage sombre Lupus 3 et les jeunes étoiles chaudes qui y sont associées
© ESO/F. Comeron
Le nuage sombre Lupus 3 et les jeunes étoiles chaudes qui y sont associées


Lorsque les parties les plus denses de ce type de nuages se contractent sous l'effet de la gravité, elles se réchauffent et commencent à briller. Au début, ce rayonnement est bloqué par les nuages de poussière et ne peut être vu qu'avec des télescopes observant dans des longueurs d'onde plus longues que celles de la lumière visible, comme l'infrarouge. Mais, alors que les étoiles deviennent plus chaudes et plus brillantes, leurs radiations intenses et les vents stellaires dissipent peu à peu les nuages qui les entourent jusqu'à émerger dans toute leur splendeur.

Les étoiles brillantes, à droite du centre de cette nouvelle image, forment un exemple parfait d'un petit groupe de ce genre de jeunes étoiles chaudes. Une partie de leur brillante lumière bleue se réfléchie sur la poussière subsistant autour d'elles. Les deux étoiles les plus lumineuses sont suffisamment brillantes pour être vues facilement avec un petit télescope ou des jumelles. Ce sont de jeunes étoiles qui n'ont pas encore commencé à briller par des réactions de fusion nucléaire déclenchées dans leur cœur et sont toujours entourées de gaz brillant [1]. Elles ont probablement moins d'un million d'années d'existence.

Bien qu'au premier regard ils sautent moins aux yeux que les lumineuses étoiles bleues, des campagnes d'observation ont mis à jour beaucoup d'autres objets stellaires très jeunes dans cette région qui est l'une des nurseries stellaires de ce type parmi les plus proches du Soleil.

Les régions de formation d'étoiles peuvent être gigantesques comme la nébuleuse de la Tarentule (eso0650) où des centaines d'étoiles massives sont en train de naître. Toutefois, on suppose que la plupart des étoiles dans notre galaxie, comme dans d'autres, se sont formées dans des régions beaucoup plus modestes comme celle que nous voyons sur cette image, où seulement deux étoiles brillantes sont visibles et où aucune étoile très massive ne se forme. Pour cette raison, la région Lupus 3 est à la fois fascinante pour les astronomes et une magnifique illustration des premières phases de la vie des étoiles.

Note

[1] Elles sont appelées « étoiles Herbig Ae/Be » du nom de l'astronome qui les a identifiées pour la première fois. Le A et le B font référence aux types spectraux des étoiles, un peu plus chaudes que le Soleil. Le « e » indique que des raies d'émission sont présentes dans leur spectre, à cause du rayonnement du gaz qui les entoure. Elles brillent en convertissant l'énergie potentielle gravitationnelle en chaleur en se contractant.

Plus d'informations

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel ».

Liens

- L'article scientifique
- Photos du télescope MPG/ESO de 2,2 mètres
- Autres photos prises avec le télescope MPG/ESO de 2,2 mètres

Source

ESO