La vie de ce célèbre insecte n'est pas facile. Il n'a pas un très gros cerveau, mais il cherche à rouler en ligne droite. Il a trouvé une astuce pour y arriver. Il se fonde sur la bande que forme la Voie lactée et que vous avez probablement vue si vous êtes allé la nuit loin d'une grande ville.

Des chercheurs avaient remarqué quelque chose de curieux avec le bousier. Après avoir constitué sa précieuse boule, l'insecte monte dessus et semble réaliser une danse de célébration. Il n'en est rien : l'insecte tourne dans tous les sens pour bien réaliser son orientation par rapport au ciel. Les yeux situés sur la partie dorsale de l'insecte sont capables de détecter la polarisation de la lumière, soit le plan selon lequel la lumière vibre. Lorsque l'insecte regarde en l'air, il regarde le soleil, la lune et le schéma de la lumière polarisée dans son ensemble.

L'insecte a d'assez bons yeux, mais il ne peut pratiquement pas voir d'étoile individuelle et l'astronomie n'est pas trop sa tasse de thé ; c'est plutôt la sexualité qui l'intéresse. En effet, réaliser sa boule n'est pas une mince affaire. Cette « bouse » doit servir à la reproduction, pour que la femelle y ponde et que cette progéniture se nourrisse de la « pelote fécale » par la suite. Le problème est que des bousiers voleurs sont prêts à s'emparer de l' « oeuvre ». Le meilleur moyen qu'a le bousier d'éviter que ce vol se produise est de rouler en ligne droite.

Les chercheurs ont placé une espèce de bousier dans différents environnements avec différents « ciels » (avec lune, sans lune, avec nuages, avec certaines étoiles ou toute la Voie lactée, etc.) pour réaliser que la lune et les nuages gênent dans l'appréciation de la ligne droite. C'est la Voie lactée qui donne la réponse à cet insecte et c'est la première fois que l'on trouve un insecte qui se guide grâce aux étoiles.

Bien entendu, cette technique ne marche que dans les endroits de la Terre où la Voie lactée est très apparente. Cela concerne surtout ceux qui vivent dans l'hémisphère sud et l'on ne sait pas encore comment se débrouillent les bousiers qui vivent dans l'autre hémisphère. Les chercheurs regardent maintenant si ces insectes se fondent sur d'autres indices pour leur orientation.