Une alliance aux dépens de la cause palestinienne
L'objectif est donc, somme toute, clair : il s'agit pour l'Occident de faire de l'Emirat du Qatar un sous-traitant de ses desseins de déstabilisation et d'atomisation du Monde arabe. Leur principal objectif est la mise en oeuvre du projet du Grand Moyen-Orient, revu et corrigé, par l'installation, de petits États théocratiques, sans objectifs, ni assise démocratique.

Selon l'ancienne chef de la diplomatie israélienne, l'Emirat a financé les campagnes du Likoud, du Premier ministre Benjamin Netanyahu, et Israël Beïtenou du ministre des Affaires étrangères, Avigdor Liebermann.

Qui sème la « révolution », récolte le chaos. L'Emirat du Qatar, véritable parrain des pseudos « printemps arabes », vient d'être piégé par ses propres manigances. Ce minuscule Etat, qui aurait pu s'appeler « Al Jazeera » - cette chaîne de télévision qui continue d'attiser le feu de la discorde dans les pays arabes - ne recule devant rien. Il est même prêt à s'allier avec le diable et à sacrifier les causes nobles pour s'arroger le leadership du Monde arabe.

Après le scandale de l'« achat » de la Coupe du Monde 2022, révélé il y a moins d'une semaine par le magazine France Football, c'est au tour de l'ancienne ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni, de jeter un autre pavé dans la mare, en soulevant littéralement le « Kamis » de l'émir du Qatar.

S'exprimant sur une chaîne de télévision israélienne, juste après les législatives emportées par le Likoud de Benyamin Netanyahu, l'« amie » de Cheikha Moza, a affirmé sur un plateau de télévision, en Israël, que le Qatar a financé, lors des dernières élections législatives, les campagnes du Likoud du Premier ministre, Benjamin Netanyahu, et Israël Beïtenou du ministre des Affaires étrangères, Avigdor Liebermann.

Les deux responsables israéliens auraient empoché, respectivement 3 millions et 2,5 millions de dollars. Selon la responsable du parti Kadima, certains hauts responsables « commettent une grave erreur, car nous apparaissons dans le monde comme des voleurs de grand chemin ». Pour elle, « le Qatar est un pays ami et je suis personnellement très amie avec Madame Moza, mais il s'agit de notre Etat et de notre démocratie qu'il ne faut pas discréditer dans le monde ».

Le plus curieux dans tout cela, est que les deux formations sont connues pour leur hostilité au Monde arabe. D'autant plus qu'elles prônent une intense vague de colonisation, tout en s'opposant à la création d'un Etat palestinien indépendant. Quelle en est donc la contrepartie ? Selon des sources concordantes, Doha aurait obtenu des deux partis d'extrême droite israélienne, la création, sous réserve de leur élection, d'une fédération jordano-palestinienne, présidée par le mouvement Hamas. Un vieux « projet » remis au goût du jour, à la faveur de l'éclatement du Monde arabe.

Ce qui est d'autant plus curieux c'est le fait que les autorités qataries n'ont pas réagi aux déclarations de Livni, alors que du côté de la presse occidentale, c'est le silence radio. L'objectif est donc, somme toute, clair : il s'agit pour l'Occident de faire de l'Emirat du Qatar un sous-traitant de ses desseins de déstabilisation et d'atomisation du Monde arabe. Leur principal objectif est la mise en oeuvre du projet du Grand Moyen-Orient, revu et corrigé, par l'installation, de petits États théocratiques, sans objectifs, ni assise démocratique.

De fait, la « bombe » lâchée par Livni, confirme les grands soupçons qui pèsent sur cet émirat de moins de 500 000 habitants, devenu ces derniers temps le financier de la mort de l'Occident dans les quatre coins du monde, notamment dans le monde arabo-musulman. Ce qui se passe aujourd'hui en Egypte, en Tunisie, en Libye, en Syrie... et même dans le Sahel, répond à un plan de déstabilisation prédéfini pour plonger ces pays dans les ténèbres du Moyen âge, avec des fetwas « grassement » financées par l'Emirat de Cheikh Hamad.

Sur un autre chapitre, et en plus des révélations de France Football concernant les « magouilles » ayant présidé à l'octroi de l'organisation de la Coupe du Monde 2022 au Qatar, le journal français, Le Canard enchaîné a révélé, il y a six mois, documents à l'appui, que le Qatar finance le Mujao et autres groupes terroristes au nord du Mali. Comme il l'a également fait en Libye en soutenant les rebelles islamistes qui continuent de mettre le pays à feu et à sang. L'émir Hamad n'a-t-il pas déclaré en personne que le Qatar finance les rebelles syriens et tous les mercenaires islamistes qui viennent de tous les pays arabes combattre en Syrie.

Ainsi, et au lieu de venir à la rescousse des populations palestiniennes, notamment ces enfants de Ghaza victimes des raids meurtriers israéliens, le Qatar apporte son soutien à l'extrême droite israélienne, celle-là même qui affiche sa haine viscérale aux Arabes et à la création d'un Etat palestinien indépendant.

D'ailleurs, la visite du cheikh Hamad Bin Khalifa à Ghaza, quelques jours avant le raid israélien, a été mal perçue par le mouvement Fatah. « Cette visite n'est pas la bienvenue, parce qu'elle vise à consacrer la division et la séparation entre la Cisjordanie et la bande de Ghaza. »

Cette visite ne sert que l'entité sioniste selon le Fplp, qui rappelle que « le sang des milliers d'enfants syriens, libyens et yéménites versé à cause des fonds et des médias qataris ne permettra pas à ce visiteur de redorer son blason ». Ce qui a conforté le deal relevé par Tzipi Livni, concernant la création d'une fédération jordano-palestinienne. Les masques sont tombés.