Traduit par Initiative Citoyenne

Alors que l'incidence des accidents vasculaires cérébraux a diminué chez les personnes âgées, elle a augmenté chez les jeunes et les personnes d'âge moyen. La question est de savoir pourquoi. Ces problèmes pourraient-ils être liés aux vaccins ?


Les accidents vasculaires cérébraux ont diminué chez les plus de 55 ans. Toutefois les jeunes sont en train d'en devenir les victimes. Le fait que des personnes de plus en plus jeunes fassent un AVC est particulièrement préoccupant du fait qu'il est le signe d'une tendance. Plus grave encore est la confusion que ce problème génère dans le monde médical du fait que les médecins éprouvent d'énormes difficultés à expliquer comment une maladie de personnes âgées touche maintenant des êtres dans leur prime jeunesse.

En 1994, le pourcentage d'accidents vasculaires cérébraux survenant chez des adultes âgés de 20 à 55 ans était de 12,9 pour cent. En 2006, on atteignait le chiffre de 18,6% - soit une augmentation de 44 %. Ces chiffres montrent que quelque chose d'important est en train de se passer.

Comme toujours, on pointe du doigt le régime alimentaire, le diabète, l'obésité et le cholestérol. Les différents auteurs avancent ces explications comme étant des causes probables, mais rien dans leurs recherches ne concerne la véritable cause; ils donnent simplement leur avis.

Il est évident que l'éléphant dans le salon n'est jamais mentionné à savoir: les vaccins. Il est très possible qu'il s'agisse d'une combinaison de tous ces facteurs - mais la vaccination pourrait absolument en faire partie. Après tout, comme il n'y a pas si longtemps que l'on a pu démontrer que les vaccins étaient susceptibles de provoquer le diabète, ils ne peuvent donc en aucun cas être écartés comme facteur possible.

Ce qui devrait de toute manière être bien clair, c'est que les vaccins frappent durement le cerveau des gens. Toute une variété de troubles neurologiques sont associés aux vaccins comme la myofasciite à macrophages, l'encéphalopathie, l'épilepsie, les convulsions, le Syndrome de Guillain-Barré, la surdité, la cécité, les paralysies, la mort subite du nourrisson et bien sûr l'autisme.

Maintenant que les premiers bénéficiaires des vaccinations de masse entrent dans l'âge mûr, pourquoi devrions-nous être surpris de constater qu'ils sont davantage susceptibles de souffrir d'un accident vasculaire cérébral ?

Pour les personnes dont la vie a été bouleversée par ces AVC et pour la société en général, le coût des soins et le fardeau de la perte de productivité sont énormes.

Les chercheurs soulignent :

« Etant donné que l'espérance de vie augmente, si les AVC surviennent à un âge plus précoce, les handicaps dus à des AVC ne cesseront de croître. »

Ainsi, non seulement nous avons maintenant des enfants qui développent du diabète, de l'asthme, de l'autisme et autres maladies, mais nous avons aussi des adultes qui souffrent d'autres maladies associées aux vaccins comme l'arthrite rhumatoïde, la myofasciite à macrophages, le lupus érythémateux, ainsi que beaucoup d'autres. Et maintenant nous apprenons que des AVC se produisent chez des jeunes et des adultes d'âge moyen.

Quand le monde médical décidera-t-il de se retourner pour faire face à l'éléphant qui s'appelle vaccination ?

Voir aussi l'article connexe: Un lien possible entre AVC & vaccination