© Inconnu
Magnétosphère de la Terre
Dans mon article précédent, « Elles marchent... », j'évoquais la possibilité que la mort massive de carouges au dessus de Beebe en Arkansas avait été causée par l'onde de choc d'un fragment de bolide ou de comète. Bien que cette explication semble correspondre aux faits de ce cas spécifique, il est apparent que ces morts massives d'animaux sont actuellement un phénomène global ; et des explosions de comètes en altitude ne sont pas la cause des morts dans tous les cas. En outre, les animaux qui meurent sont de divers types. Des vaches et des poulpes, même des criquets meurent en masse dans des régions disparates autour du globe. Bien que des maladies et des virus spécifiques aux animaux puissent être responsables dans certains cas, il y a nettement un processus plus important ici à l'œuvre que personne dans les grands médias n'a réellement saisi.

Peu après avoir écrit cet article, Kniall a mentionné dans son article, « Procession des damnés... », la possibilité que ces morts massives d'animaux soient causées par des changements magnétiques. Apparemment, il n'est pas le seul à avoir pensé à l'idée des changements magnétiques. Jeter un coup d'œil aux tendances Google pour l'expression « pole shift » (mouvement du pôle) au cours des 12 derniers mois (et plus loin) montre une graphique montant en flèche juste après le Nouvel An !

Pole Shift Trend 12 Months
© Sott.net
Les 12 derniers mois pour "pole shift" sur Google Trends.
.
Pole Shift Trends 30 Days
© Sott.net
Les 30 derniers jours pour "pole shift" surGoogle Trends.
.

Bien que le champ géomagnétique ne se soit pas encore décalé de manière significative, il semble que quelque chose a changé dans l'esprit du public envers une telle possibilité. En fait, ici à SOTT.net nous avons récemment publié une histoire, "Shift of Earth's Magnetic North Pole Impacts Tampa Airport" (Le mouvement du pôle nord magnétique de la Terre a une répercussion sur l'aéroport de Tampa » qui, selon notre webmestre et à notre grande surprise, a été l'article le plus populaire sur le site ce jour-là. L'article sur l'aéroport de Tampa déclare simplement que les autorités de l'aéroport de Tampa doivent repeindre une de leurs pistes parce qu'elle n'est plus alignée sur le vrai nord magnétique. Pas grand-chose, n'est-ce pas ?

Mais réfléchissez-y, si un minuscule décalage magnétique (probablement localisé) est suffisant pour induire une complication dans le voyagement des avions, je ne peux même pas imaginer le chaos qui s'ensuivrait lors d'une inversion magnétique totale. Comme nous le verrons plus loin, la perturbation des voyages par avion sera probablement le cadet de nos soucis.

La planète électrique

Bien qu'il y ait peu de connaissances sur la manière dont les changements de l'environnement magnétique de la Terre peuvent affecter les hommes et les animaux, nous pouvons probablement supposer que les changements peuvent être importants et peuvent même inclure des changements de conscience ou de cognition. Souvenez-vous, selon l'article de Kniall, ces zones d'anomalies magnétiques terrestres sont des lieux connus pour des observations d'OVNI et d'autres grandes étrangetés. C'est certainement un aspect à considérer lorsqu'on discute des changements possibles qu'un décalage du pôle peut apporter.
Magnetic Reversal Extinction
© Popular Science; Jan 88; p73
Graphiques montrant la coïncidence entre les inversions géomagnétiques (3 - rouge), baisse du niveau de la mer (3 - orange) et les extinctions massives (4 - rouge).
On a aussi avancé comme une sérieuse hypothèse que les extinctions massives coïncident avec, ou sont causées par, des changements dans l'orientation magnétique de la Terre. Qu'un changement magnétique soit la cause directe ou juste un autre effet provenant d'une plus grande catastrophe est inconnu jusqu'à présent. Il semble qu'il y a une certaine corrélation entre les inversions magnétiques, les âges glaciaires, les baisses du niveau de la mer et probablement plusieurs autres données indicatrices d'une activité catastrophique (voir le graphique à droite).

Une théorie bien connue avance que, pendant ces inversions géomagnétiques, il y a une période où le champ magnétique terrestre est nul, et cela permet ensuite à de grandes quantités de radiation solaire et cosmique de frapper la surface de la Terre, la stérilisant de toute vie. Toutefois, bien que cela puisse expliquer les extinctions, cela n'expliquerait pas les changements du niveau de la mer, les âges glaciaires, les marques d'activité volcanique et même les marques de bombardement cométaire. Etant donné tous ces facteurs, il y a un besoin de séparer la cause de l'effet.

En parlant de radiation solaire et cosmique, plusieurs jours avant les morts des carouges à Beebe dans l'Arkansas, une ouverture coronale massive s'est produite sur le soleil, provoquant l'impact sur la Terre d'un déluge de particules chargées. Mitch Battross sur Earth Changes Media décrit cet événement récent :
Lorsque cette ouverture coronale se produit, le champ magnétique solaire s'ouvre et permet au vent solaire (particules chargées) de s'échapper. Le choc initial de ce pulse pouvait frapper la Terre entre 8 minutes et 24 heures. Le flux suivant de particules chargées s'échappant de ce trou coronal a atteint la Terre à la fin de la journée du 2 janvier 2011.

Ce scénario correspond parfaitement à la chaîne des événements qui ont commencé le 1er janvier avec la mort de quelque 5000 oiseaux en Arkansas. Les oiseaux migrateurs suivent les « lignes magnétiques » qui les dirigent pendant les changements de saison. Les mammifères marins, comme les baleines et les dauphins, se dirigent aussi avec le magnétisme.
Le champ magnétique terrestre n'est pas une caractéristique fixe de la planète. Il s'étend à plusieurs rayons terrestres dans l'espace dans une configuration en couches et il est très sensible au temps de l'espace qui vient du Soleil. Au cours des tempêtes solaires intenses, comme la tempête récente décrite ci-dessus, ce champ entourant la Terre peut rétrécir à des niveaux dangereux, laissant l'impact de grandes quantités de radiation sur la surface terrestre. Selon un auteur scientifique qui décrivait ces éjections de masse coronale (EMC) :
[L]e soleil peut aussi cracher des nuages de milliards de tonnes de plasma et leurs champs magnétiques associés. Voyageant à plus d'1,6 million de km/h, certaines de ces éjections de masse coronale [...] peuvent arriver sur la Terre en seulement quelques jours.

De beaucoup de manières, elles sont plus nocives que les éruptions solaires familières. Les EMC martèlent le champ magnétique terrestre comme une marteau large d'un million et demi de km et bouleversent les délicats équilibres des particules piégées dans les ceintures de radiation de Van Allen et ailleurs dans les limites du champs magnétique terrestre. [...]

Certains effets des tempêtes solaires étaient bien au-delà du niveau de nuisance, surtout aux hautes altitudes. En août 1972, un transformateur de 230 000 volts de l'Autorité Hydroélectrique de Colombie Britannique a explosé lorsque des changements de champs magnétiques ont induit un pic de courant. Le 13 mars 1989, une tempête a plongé Québec dans une panne de courant totale qui a touché des millions de personnes.

Au fil des années, ce type de pannes - qui suivent le cycle solaire - a provoqué des centaines de millions de dollars de dégâts.
aurora borealis
© Orvar Atli Thorgeirsson/Barcrott Media
2010: Cette année les lumières septentrionales ont produit des spectacles étonnants
Ces « marteaux » de particules chargées compriment le champ magnétique terrestre du côté du jour et l'étirent du côté nuit. La charge fait ensuite le tour et entre dans l'atmosphère terrestre dans les régions polaires, excitant les molécules de gaz dans l'atmosphère et provoquant des aurores boréales, des couchers de soleil spectaculaires et ainsi de suite. La Terre a été martelée par ces tempêtes solaires dans le passé sans pourtant avoir de morts massives d'animaux, donc il semble qu'il manque encore quelque chose dans l'équation.

Malgré les problèmes que pose la radiation solaire et cosmique, notre activité cérébrale et plusieurs de nos processus corporels sont liés aux rythmes électromagnétiques de la Terre de manières très imbriquées. Les premiers astronautes dans les programmes spatiales américains et soviétiques sont devenus conscients du problème lorsqu'ils souffraient de maladies inconnues après leur retour sur Terre. On a déterminé plus tard que « la maladie que manifestaient les astronautes à leur retour avait été causée par le manque de champs magnétiques dans l'espace. Dans les vols suivants, la NASA plaça des aimants dans les vaisseaux spatiaux et les combinaisons spatiales des astronautes. » Il semble que le corps humain est habitué à vivre dans un environnement magnétique optimal. (On peut se demander ce que notre obsession des gadgets et trucs électriques fait à notre santé.)

Non seulement le champ magnétique terrestre est important, mais nous avons aussi besoin d'une certaine radiation électromagnétique de basse fréquence. Cette radiation est causée par les éclairs qui établissent des ondes stationnaires entre la surface de la Terre et l'ionosphère. Le terme utilisé pour designer ce phénomène est appelé Résonance de Schumann1 . La fréquence de ces ondes dépend de la hauteur de la cavité entre le sol et l'ionosphère. Cette petite vidéo devrait suffire à expliquer pourquoi ces ondes sont importantes.


Beaucoup de personnes soupçonnent que l'installation HAARP à Fairbanks en Alaska peut aussi manipuler la hauteur de la cavité électrique entre le sol et l'ionosphère, créant ainsi des changements temporaires et localisés dans ces ondes. Bien que cela soit certainement remarquable, une tempête solaire ferait essentiellement la même chose, mais à une échelle bien plus grande. Comme attendu, il y a des rumeurs que HAARP, ou une technologie semblable, pourrait causer ces morts massives d'animaux. Toutefois, c'est improbable.

HAARP n'a pas autant de puissance qu'une EMC (souvenez-vous du « marteau ») et serait donc éclipsé par toute activité de cette sorte de la part du Soleil. Ce n'est pas pour dire que HAARP ne peut changer les états d'ondes cérébrales dans une région localisée - et cela pourrait être son but principal. Comme nous le verrons, le soleil et le flux de particules chargées qui frappent la Terre, est probablement la cause primordiale de tout changement terrestre ou de temps majeur qui se produit en ce moment. Autrement dit, nous devons commencer à regarder le ciel et l'espace au lieu de chercher une cause humaine.

Donc quand on en vient à ces morts massives d'animaux, nous revenons toujours à la question « Qu'est-ce qui a changé ? » Et ce changement a-t-il quelque chose à voir avec le champ magnétique terrestre comme tant de personnes l'ont spéculé ?

Réglons nos compas : Une nouvelle théorie de l'effet dynamo pour les planètes

Une partie du problème peut être la manière dont nous avons été formés par la science officielle à penser au champ magnétique terrestre. On nous a dit que ce champ prend son origine quelque part très profondément à l'intérieur de la Terre où du magma en déplacement forme des courants électriques qui, à leur tour, établissent un dipôle magnétique, transformant essentiellement la Terre en un gros électro-aimant. Ce champ est ensuite projeté loin dans l'espace influençant la trajectoire des particules chargées, etc. Bien que cette théorie puisse aider à maintenir l'emploi de certains géologues et astronomes, elle pose un tas de problèmes. Par exemple, elle n'explique pas directement la nature des champs magnétiques sur les planètes géantes gazeuses comme nous allons le voir.
Planet-X Comets and Earth Changes Cover
© jmccanneyscience.com press
Dans son article récent sur la comète Elenin, Laura Knight-Jadczyk mentionne le travail du professeur James McCanney et ses théories électrodynamiques sur le système solaire - spécifiquement la nature électrodynamique des comètes. McCanney a été chercheur et enseignant à l'Université de Cornell pendant les années 1980 avant d'être exclus et finalement expulsé pour ses points de vues « hérétiques » - quoique scientifiquement sains - sur l'astronomie. Il semble que ses idées sur l'électricité dans l'espace allaient trop loin pour être tolérées par l'établissement ; rien n'a beaucoup changé à ce jour semble-t-il. J'ai le livre de McCanney, Planet-X, Comets & Earth Changes, devant moi et je dois dire qu'il est arrivé à une théorie assez intéressante sur le champ magnétique terrestre (entre autres). Voici une partie de ce qu'il a à dire au sujet des champs magnétiques planétaires :
Prenez l'exemple du thème des lunes et des champs magnétiques des planètes. On a depuis longtemps reconnu que seules les planètes avec des lunes avaient des champs magnétiques substantiels. Cela peut maintenant être compris à partir de la base de l'électrodynamique du condensateur solaire. Les lunes se chargent électriquement comme le noyau cométaire. Les courants électriques reliant la planète associée sont les facteurs qui créent et maintiennent au moins une partie des champs magnétiques planétaires non-permanents. [McCanney, 2002, p18]
McCanney dit essentiellement qu'il y a un rapport entre les lunes, les champs magnétiques planétaires et le soleil qui a été négligé par la science officielle. Le fait que cela a été négligé n'est pas si difficile à imaginer après avoir lu tout son livre. Comme nous le pensons ici à SOTT.net, l'astronomie et la science officielles ont été corrompues par des groupes d'intérêt puissants qui n'ont pas à cœur les meilleurs intérêts de l'humanité. Leur plan est largement de nous maintenir ignorants des forces extraterrestres qui contrôlent les cycles sur Terre.

Revenons à ce que dit McCanney, un concept qui a besoin de plus d'explication est le « condensateur solaire ». Pour comprendre ce concept, nous devons d'abord comprendre ce qu'est un condensateur. Un condensateur est un système électrique qui a deux plaques conductrices (p.ex. du métal) séparées par un diélectrique (un matériau qui ne conduit pas l'électricité, comme du mica, du verre, un plastique solide ou même de l'air). Lorsqu'un grand nombre d'électrons s'accumulent sur une plaque, l'autre plaque perd un nombre semblable d'électrons pour trouver un équilibre. Cela montre que la charge (ou les électrons) est conservée dans tout circuit électrique.
Capacitor
© qsl.net
Simple condensateur
Pour appliquer ce concept au système solaire, pensez au soleil et à la limite du système solaire comme étant deux plaques chargées en opposition dans un condensateur. Au lieu de deux plaques métalliques planes, le système solaire forme un condensateur cylindrique ou sphérique. La surface du soleil a une charge négative et les gaz et poussières extérieurs qui entourent le système solaire ont une charge positive - comme les plaques d'un condensateur.

Comme tout condensateur réel, il n'est pas parfait ; la charge (ou les électrons) fuient toujours d'un côté à l'autre. Cela arrive naturellement avec le temps, mais il y a des situations dans l'espace qui poussent le condensateur solaire à se décharger à une plus grande vitesse. Les comètes (ou tout autre objet important dans l'espace), voyageant sur une orbite très excentrée, établit des chemins conducteurs pour la décharge du condensateur solaire. Lorsqu'une comète forme une queue, qui lui donne l'aspect traditionnel d'une comète mature, ce n'est pas de la glace et de la poussière qui sont éjectées, formant ainsi la queue, mais un plasma créé à partir de courants électriques qui passent à travers la comète depuis le soleil.

Ce qui est intéressant sur cette théorie est que les planètes peuvent aussi créer des chemins conducteurs pour la décharge du condensateur solaire. C'est pourquoi les alignements de planètes et même les alignements planète-comète peuvent être dignes d'intérêt. Une planète passant à travers une zone conductrice, créée par un alignement planétaire ou cométaire, recevrait un flux plus grand que le flux normal de courant électrique. Autrement dit, la planète est vidée. Selon McCanney, cela provoque de plus grandes probabilités de séismes, volcanisme et temps extrême - et nous avons vu notre part de tout cela récemment ! C'est probablement une indication de beaucoup d'activité qui se passe 'là dehors'. Il y a d'autres nuances dans ce concept de condensateur solaire, mais elles sont en dehors de la portée de cet article. Son livre explique très bien ce concept en termes ordinaires.

Une fois que nous voyons que les forces électriques jouent un rôle dans notre système solaire, nous pouvons l'appliquer à la Terre et son champ magnétique. En fait, le champ magnétique terrestre se trouve être bien plus complexe qu'un simple électro-aimant formé à partir de magma de fer en déplacement sous la croûte terrestre. McCanney décrit le champ magnétique terrestre comme étant composé de plusieurs couches. Voici une description de son livre Planet-X
:
Magnetosphere
© Unknown
Magnétosphère de la Terre avec ses différentes couches.
En conséquence, sur Terre, j'ai conçu un modèle du champ magnétique terrestre qui a au moins 5 couches ou composants. La plus interne est assez petite et est située profondément dans le noyau central de la Terre. C'est là bien entendu où réside le noyau cométaire initial qui était le germe initial de la comète qui a formé la planète Terre il y a très longtemps (très probablement il y a des milliards d'années). Dans la croûte extérieure et le manteau de la Terre se trouvent des dépôts de fer et de nickel qui ont des poches ou des régions de champs magnétiques. Comme exemple de ces régions, il y a la région de Mesabi Iron Range au nord du Minnesota. Pour quelque raison, il y a un très riche dépôt de fer que l'homme a utilisé pour fournir des champs magnétiques localisés puissants. Les boussoles sont inutiles pour trouver la direction dans ces régions. [...]

Il y a bien d'autres « couches variables » du champ magnétique terrestre. Elles sont causées par une interaction complexe du vent solaire avec notre champ magnétique intérieur existant, ou permanent, et voici comment il fonctionne. Il est basé sur le principe que les champs magnétiques tendent à s'aligner l'un devant l'autre. Quand le vent solaire dépasse la Terre, les particules du vent solaire interagissent avec le petit champ magnétique permanent. Les électrons sont forcés de tourner à l'extérieur et autour de la Terre dans une direction, et les protons se déplacent dans l'autre direction. Ce flux pousse l'ionosphère de la Terre à créer trois flux distincts qui constituent les principaux jets streams de notre haute atmosphère. Aux latitudes tempérées, les ions positifs s'écoulent vers l'est, tandis qu'à l'équateur il y a un jet stream d'électrons qui s'écoule vers l'ouest.

Ces courants constituent ce que j'appelle le champ magnétique variable et, tant que le vent solaire est constant, notre champ magnétique global est stable et constant en direction du nord et aligné avec le champ magnétique permanent du noyau. Il y a une composante mineure additionnelle de courants électriques comme celui dans l'ionosphère qui est induit dans le manteau, la croûte et les couches en fusion visqueuse à l'intérieur de la Terre.
On ne veut pas compliquer le sujet davantage, mais il y a deux couches externes dans l'espace en dehors de la surface terrestre. La première est une paire de ceintures de radiation connues comme les ceintures de Van Allen (anneaux de particules à haute énergie qui entourent notre globe) et en dehors bien plus loin se trouve le courant extérieur du vent solaire lui-même qui s'ajoute à la coque externe du champ magnétique multicouches. [McCanney, 2002, p19-20]
Dans un des articles de McCanney, il écrit sur l'influence des lunes sur le champ magnétique d'une planète :
La corrélation empirique entre les lunes et les champs magnétiques planétaires est connue depuis un certain temps et est sans aucun doute exacte, surtout dû aux données récentes de Voyager I et II. [...]

Avec la prise de conscience que les corps chargés existent dans l'espace et que la Lune, Mercure et d'autres corps célestes s'éloignent des orbites de Kepler, nous pouvons établir les généralisations suivantes. L'hypothèse de base est que les champs magnétiques sont induits par l'étoile ou la planète en rotation à l'intérieur d'un corps en orbite légèrement chargé.
L'idée est que tout le système Terre-Lune-Soleil fonctionne globalement pour créer le champ magnétique terrestre. Le vent solaire, la Lune, les couches de l'ionosphère (qui à son tour crée les jet streams), la couche de la croûte terrestre, la couche fondue et le noyau de la Terre font tous partie de ce système. Chaque couche se bâtit sur elle-même. La partie intéressante est que ce n'est pas juste l'intérieur de la Terre qui forme le champ magnétique, comme le suppose la plupart des géologues. Le système est aussi à la merci des forces externes dans le système solaire (surtout le Soleil et la Lune). McCanney croie que les forces externes dans le système solaire provoquent probablement les changements périodiques dans l'orientation magnétique de la Terre.

Ce que je trouve aussi intrigant est le rôle que jouent les lunes dans la formation des champs magnétiques planétaires. Un examen rapide du système solaire nous montre qu'il est vrai que seules les planètes qui ont des lunes assez grandes ont une champ magnétique significatif. Selon McCanney, la raison est que les champs magnétiques planétaires sont mus par une planète en rotation à l'intérieur d'un corps chargé (p.ex. une lune). Donc, bien qu'une planète puisse avoir un certain niveau de magnétisme interne, la taille et la force de son champ magnétique est largement le produit d'une dynamique entre la planète et sa lune (ou ses lunes).

Cela signifie aussi que d'autres corps fortement chargés comme des comètes pourraient potentiellement semer le chaos dans la dynamo naturelle d'un système planète-lune-soleil si elles passaient suffisamment près. Ce mécanisme de passage cométaire est le postulat de McCanney pour la cause des inversions des pôles magnétiques. Cela signifie qu'au lieu de regarder le sol et attendre que les pôles magnétiques changent magiquement, peut-être devrions-nous regarder dans l'espace et surveiller tous signes imminents « là dehors ».

Il semble qu'il y a quelque chose qui ne va pas dans la théorie de la dynamo actuelle telle qu'elle est proposée par les astronomes et les géologues officiels. Cette théorie peut fonctionner sur Terre, mais elle s'écroule complètement pour les planètes extérieures. Pour Uranus et Neptune, nous voyons que l'axe polaire magnétique est très écarté de l'axe de rotation de chaque planète à la fois en direction et en décalage (voir image ci-dessous). Si les théoriciens officiels ont raison, cela implique un processus d'un fluide interne qui favorise un côté de ces planètes au lieu d'un processus plus ou moins centré vers le noyau. La théorie devient un peu absurde sur ce point. Cependant, si nous acceptons ce que dit McCanney, alors il y a probablement bien plus qui se passe pour former ces champs magnétiques que les notions simplistes que supposent les astronomes officiels ; la configuration lunaire, le vent solaire, et la période de rotation peuvent jouer un grand rôle pour déterminer comment se manifeste le champ magnétique.
Planet Magnetic Fields
© 2007 Thompson Higher Education
Comparaison entre l'axe de rotation et le champ magnétique des principales planètes.
Récemment, il y a eu un article écrit sur le Modern Survival Blog, intitulé, « "Pole Shift: North Races, South Crawls" (Mouvement du pôle : le nord fonce, le sud se traîne). L'auteur présente une grande quantité de données montrant que, tandis que le pôle nord magnétique de la Terre fonce vers la Sibérie, le pôle sud ralentit en réalité. Cela signifie que l'axe des pôles magnétiques ne passe pas droit à travers la planète, mais favorise un côté. Il écrit :
Se pourrait-il que le noyau externe, ou une partie, soit excentré, causant l'axe polaire magnétique à passer d'un côté de la planète plus que l'autre ? Cela ne causerait-il pas une oscillation de la planète ?
La consistance du fer change-t-elle dans une partie du noyau externe plus que dans l'autre ?

Si le noyau externe est « centré » avec le reste de la Terre et que la composition du fer en fusion est considérée comme relativement cohérente, ces observations indiquent-elles que l'axe magnétique se courbe ou se vrille quand il passe à travers la planète ?
Earth Magnetic Pole Top Bottom View
© ModernSurvivalBlog.com
Vue de dessus et de dessous de l'axe polaire magnétique. Montre comment le pôle favorise un côté de la planète.
Il se trouve que ceci peut être un sujet discutable. Il n'est peut être pas nécessaire de penser qu'un côté de la planète est unique comme le suggère l'auteur. Comme déclaré ci-dessus, c'est exactement ce que nous voyons sur Uranus et Neptune, seulement sous des formes plus extrêmes ; sur ces planètes extérieures, l'axe polaire magnétique est loin de passer par le centre de la planète.
Mais selon la théorie de McCanney, ces errances polaires ne sont peut être pas dues à des changements planétaires internes mais à des changements dans notre environnement externe qui comprend la Lune, le Soleil et d'autres corps chargés qui passent près de la planète. Peut-être même de subtils changements dans la Lune et comment elle se charge électriquement pourrait produire ces changements ? Peut-être le vent solaire change-t-il quelque chose et provoque ces décalages ?

Nourriture pour la Lune (et autres corps cométaires chargés)

Avant de conclure, je voudrais mentionner un texte classique du livre du Dr Ouspensky, Fragments d'un enseignement inconnu, où il cite l'enseignant mystique et spirituel George Ivanovich Gurdjieff dans un entretien donné à Moscou il y a presque un siècle. Gurdjieff, comme le savent certains, était un homme qui possédait de grandes connaissances dans les questions ésotériques, bien que l'endroit où il a reçu cet enseignement soit incertain. Ceux qui ont pris le temps d'étudier Gurdjieff savent qu'il était précis dans ses descriptions de la psychologie et du développement psychologique. La psychologie et la neuroscience modernes commencent juste à saisir ce qu'il disait sur de nombreux aspects.
Gurdjieff
© Inconnu
George Ivanovich Gurdjieff
Gurdjieff a aussi fait beaucoup de remarques sur les sciences et la place de l'homme dans l'Univers. Une de ses remarques les plus énigmatiques tourne autour du rapport de l'Homme avec la Lune. Il déclarait brutalement que nous sommes « de la nourriture pour la Lune ». Beaucoup croient que cette expression contient une signification ésotérique profonde - et cela peut très bien être le cas - mais cela pourrait être une base scientifique évidente également. Gurdjieff a aussi fait d'autres commentaires intéressants sur la Lune qui correspondent étroitement avec ce que dit McCanney. En parlant des échanges d'énergie possibles entre la Terre et la Lune, Gurdjieff déclare :
Cette énergie est collectée et préservée dans un accumulateur immense situé à la surface de la Terre. Cet accumulateur est la vie organique sur Terre. La vie organique sur Terre nourrit la Lune. Tout ce qui vit sur la Terre, les gens, les animaux, les plantes, constituent de la nourriture pour la Lune. La Lune est un être vivant énorme qui se nourrit de tout ce qui vit et croît sur la Terre. La Lune ne peut exister sans la vie organique sur Terre, pas plus que la vie organique sur Terre ne pourrait exister sans la Lune. De surcroît, relativement à la vie organique, la Lune est un énorme électro-aimant. Si l'action de l'électro-aimant était arrêtée soudainement, la vie organique s'écroulerait.
Ce qu'il dit a du sens si nous considérons que la Lune peut être nécessaire pour maintenir le grand champ magnétique terrestre qui protège l'Homme et toutes les autres créatures des radiations cosmiques. Comment la vie organique à la surface de la Terre survivrait-elle sans un tel environnement magnétique idéal ? Elle ne le pourrait pas - du moins pas à la surface. Et si la théorie de McCanney est vraie, alors la Lune est une partie indispensable de l'environnement magnétique unique de la Terre. Gurdjieff mentionne aussi que la Lune est un immense « électro-aimant » en relation avec la vie sur Terre. Gardez à l'esprit que Gurdjieff a fait ce commentaire au début des années 1900 avant qu'il y ait connaissance des effets électriques dans le système solaire et les planètes. Gurdjieff était certainement en avance sur son temps, semble-t-il.
© Inconnu
Revenons aux déplacements des pôles et aux changements terrestres. On a récemment observé que le Groenland a eu son premier lever de Soleil deux jours plus tôt cette année. C'est resté un mystère jusqu'à présent, mais cela n'a pas empêché les gens de relier cet événement aux morts massives d'animaux et aux errances des pôles magnétiques.

McCanney fait remarquer que la croûte terrestre ne contient pas de zones magnétiques permanentes alignées, en moyenne, en direction du nord. Si le champ magnétique terrestre change réellement à cause de forces externes, ces grands domaines magnétiques dans la croûte peuvent être les dernières choses à vivre le déplacement. Comme le champ externe changeant tire ces domaines dans une nouvelle direction, cela pourrait causer soulèvements, séismes, volcans et peut-être même une élévation du sol jusqu'à ce que la croûte devienne stable dans une nouvelle configuration. Si l'élévation du sol change, cela peut expliquer pourquoi le Groenland a vu le retour du Soleil un peu plus tôt cette année. Cela est plus logique que les explications du réchauffement global qui circulent en ce moment.

En revenant au point de départ sur ces carouges à Beebe en Arkansas, je maintiens mon hypothèse que leurs décès pourrait avoir été causé par l'explosion d'un bolide ou d'une comète en altitude. Il semble que la Terre n'était pas le seul objet céleste impacté durant cette période. Une sonde chinoise a pris récemment une vidéo d'un impact de météore sur la Lune. Plusieurs comètes plongeant sur le Soleil ont été observées juste avant cette période. Selon Karl Battams du Naval Research Lab à Washington D.C., sur une période de dix jours commençant le 3 décembre 2010, « la sonde SOHO (Solar and Heliospheric Observatory) a détecté 25 comètes qui plongeaient dans le Soleil. » Comme noté par Battams dans l'article original, c'est fortement inhabituel.

Selon Mc Canney, il devrait y avoir le passage d'une comète fortement chargée près de la Terre pour provoquer une inversion complète du champ magnétique terrestre. Peut-être avons-nous eu un avant-goût des choses à venir ? Et si une grande comète (de la taille d'une planète ou d'une lune) passait à ras de la Terre, vous pouvez être sûr qu'il y aurait plus que quelques morts massives d'animaux. Après coup, nous serions heureux de reconnaître la surface de la Terre - en supposant que quelqu'un soit toujours vivant.

1) http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9sonances_de_Schumann - NdT