Franklin scandal
© TrineDay
Mänsomhatarkvinnor - « les hommes qui haïssent les femmes ». C'est le titre suédois original du best-seller éclatant de Stieg Larsson, « la fille avec le tatouage dragon ». Ceux qui ont lu le roman ou/et qui ont vu le film suédois basé sur le livre savent que c'en est une description parfaite. Larsson invente une histoire de viol, de sadisme, d'abus marital, de trafic humain, de crime d'employés de bureau, et de corruption politique autour du personnage iconique de Lisbeth Salander et du journaliste d'investigation Mikael Blomkvist. Oui, c'est peut être juste un roman, mais après mes recherches de ces derniers temps, je suis convaincu qu'il y a plus que le sujet traité par Larsson qu'une simple bonne lecture. Comme le personnage « V » dans [le film] V pour Vendetta le dit, « les artistes utilisent des mensonges pour dire la vérité, pendant que les politiciens les utilisent pour étouffer la vérité ». C'est la vérité et s'il y a bien quelque chose que j'ai compris ces dernières années, c'est bien que la vérité est plus étrange que la fiction et elle est même plus dérangeante.

Alors que je suis un fan du travail de Larsson, et des fictions en général, il y a quelque chose qui doit être dit à propos des récits véridiques. Ils ont une façon de « siéger » dans l'esprit, fabriquant ce qui était en premier lieu seulement une fiction intéressante et peut être une fiction amusante en quelque chose de réel : solide, indispensable, qui change la vie. Les fictions nous donnent la vérité mais avec une distance. C'est au bon vouloir du lecteur de deviner les applications et les implications dans la vie réelle. Mais quand cela devient clair, cela peut être une expérience profonde et douloureuse. C'est tout aussi facile de prendre le chemin de sortie quand cette expérience est simplement trop douloureuse, avec le potentiel de ruiner de multiples illusions tenaces, profondes à propos du vrai fonctionnement de la réalité. « C'est juste une histoire après tout ». Ces six mots tueurs de curiosité sont suffisants pour éviter à une personne de faire des recherches pour voir qu'il y a peut-être plus qu'une histoire qui est plus que le produit d'une bonne imagination. Il y a peut-être des failles dérangeantes à la surface des évènements de la vie courante. Dans mon cas, c'est là où le livre The Franklin Scandal: A Story of Powerbrokers, Child Abuse & Betrayal de 2009 du reporter d'investigation de la vraie vie, Nick Bryant intervient dans l'histoire. C'est le livre qui a engendré beaucoup de déclics en moi, et c'était absolument dévastateur.

Bryant est un journaliste professionnel, qui a publié des articles dans beaucoup de journaux et de dépêches populaires (du « courant principal »). Mais après avoir décidé de rechercher le non célèbre « Scandale de Franklin » à la fin des années 80, début des années 90, aucun éditeur populaire n'a pris son histoire. C'était simplement trop dur à croire. Pour les lecteurs qui ne sont pas familiers avec le scandale, vous pouvez regarder le documentaire non diffusé produit par la télévision Yorkshire basé en Angleterre et qui s'intitule « la conspiration du silence ». Le documentaire était commissionné par Discovery Channel qui l'a retiré à la dernière minute. Par chance, grâce à quelqu'un qui a eu accès à l'ébauche, il y a eu des fuites, et Bryant l'a laissé disponible en libre accès sur son site web, ici. Le scandale de Franklin n'a pas seulement confirmé ce que l'équipe du Yorkshire présentait mais a ajouté des rames de nouveaux détails et de documents démontrant un niveau de criminalité, de corruption, de perversion de justice et de sadisme simplement hallucinant.

larry franklin
© Inconnu
PDG flambeur et pédophile, Lawrence E. King.
L'affaire Franklin a explosé lorsque son homonyme, le Franklin CreditUnion dans l'Omaha, Nebraska, et son directeur, le PDG flambeur, Lawrence E. King, ont été interrogés pour une fraude financière massive. King a été inculpé de 40 chefs d'accusation, de détournement de fonds, fraude, et d'évasion fiscale - il a volé un total de 40 millions de dollars - pour lesquels il a plaidé coupable. Mais l'investigation est allée bien plus loin que des crimes financiers. King avait été un « spécialiste de l'information » au Vietnam avec des accès à des communications top secrètes. Après la guerre, il a cultivé des relations avec des amis haut placés, comme Washington et le FBI. Et il s'entourait d'une caste de personnages, dont plusieurs de ceux-ci, comme King, avaient été et seraient accusés par de nombreux témoins d'agression sexuelle, de pédophilie, de trafic d'enfants, de crimes de drogues, et de meurtres. Les accusations ont fait que ses positions au conseil d'administration pour Head Start, comme président du Girls Club et membre du comité exécutif du Camp Fire Girls, ainsi que les rumeurs de son implication dans le groupe BoysTown du Nebraska, ont pris une connotation sinistre.Nuances de MarkFoley ! Il y avait depuis longtemps des rumeurs sur l'homosexualité de King - Bryant a interviewé un ex-gardien de sécurité qui prétendait qu'une de ses fonctions était de faire à King des fellations dans son lit privé dans les sous-sols du Credit Union - et bientôt les témoins ont commencé à raconter des histoires de parties de sexe, de vols inter-états dans le but de fournir des enfants prépubères comme prostitués pour pédophiles à travers le pays, même d'un marché noir pour la vente des enfants.

Un comité spécial fut mis en place pour enquêter sur les allégations. Mais il était voué à l'échec. En dépit des meilleurs efforts des enquêteurs, ils ont été bloqués à presque toutes les étapes de l'enquête par des témoins qui se seraient retrouvés morts des jours avant leur témoignage, des menaces de mort, des témoins « refusés », des officiels incrédules, une police criminelle inutile, des juges achetés, des avocats achetés, un juré falsifié, et une presse locale qui semblait diaboliser l'investigation et les victimes et supporter pleinement les accusés. Il semblait que tous - excepté l'opinion publique - étaient contre eux. C'était devenu très clair pourquoi lorsque vous réalisiez qui étaient les victimes accusées de tels crimes. Parmi ceux nommés dans le livre de Bryant comme impliqués dans la scène pédophile (seulement ceux dont les noms ont été soulignés dans la presse et le procès sont explicitement identifiés) nous retrouvons Alan Baer un millionnaire businessman local d'Omaha, le chef de départemental de la police d'Omaha Robert Wadman, le journaliste du Omaha World Herald Peter Citron, le sénateur Eugene Mahoney (un ami de Harold Anderson du World Herald, qui a mené une campagne diffamatoire contre les enquêteurs de Franklin et les témoins), le juge Theodore Carlson, le député Barney Frank, l'atout de la CIA Craig Spence, un administrateur des systèmes scolaires et un DOJ officiel. En réalité, durant le déroulement de l'enquête, Peter Citron sera arrêté et accusé de deux chefs d'accusation d'attentat à la pudeur. La police a aussi trouvé une grande cachette de pornographie d'enfants dans sa maison et a révélé qu'il avait un passé criminel de 25 ans dans différents états concernant des attentats à la pudeur. Quelles sont les chances ? Dans une note, George H. W Bush accordera plus tard des éloges au journal le « World Herald » pour son intégrité journalistique, soulignant Harold Anderson (mentionné ci-dessus) de ses louanges. En d'autres mots, les auteurs étaient si haut placés qu'ils avaient le pouvoir de ruiner toute l'enquête : le département de la police, le département de la justice, les médias et le gouvernement.

Caradori
© Inconnu
Investigateur du Comité Franklin, Gary Caradori.
Alors que les victimes et les enquêteurs étaient calomniés dans la presse, ce n'était pas tout ce qu'ils avaient à endurer, comme j'ai fait allusion ci-dessus. De nombreux témoins ont été liquidés, ainsi que le chef des investigations, Gary Caradori. Caradori est l'une des histoires les plus tragiques dans toute l'affaire. Un enquêteur talentueux, connu pour son intégrité et ses compétences, Caradori était indispensable pour trouver des sources, dépister des témoins et trouver la saleté. Le 10 juillet 1990, Caradori et son fils étaient à Chicago, Caradori ayant piloté son avion privé là-bas, pour assister manifestement à la partie des Étoiles du baseball. En réalité, il avait d'autres raisons, pour lesquelles la partie de baseball servait de couverture. Il avait déniché une source qui avait accès à des photos compromettantes de certains des accusés (pratiquement tous les témoins ont dit que leurs interactions - actes sexuels, viol, torture - avaient été photographiées ou mises sur bandes vidéos), et il l'avait dit à Paul Rodriguez, un reporter du Washington Times qui investiguait dans des affaires similaires à Washington, au cours desquelles le nom de Larry King avait fait surface de manière répétée. Avant le vol retour de la nuit, Gary avait appelé sa femme pour lui faire savoir que le voyage s'était bien déroulé. Il a transmis un message similaire au sénateur Loran Schmitt, un membre de la chaire du comité Franklin, en disant "Loran, on les a eus par les petits cheveux ". La source était apparemment Rusty Nelson, un des photographes qui avait admis son implication dans le réseau et qui dira plus tard à Bryant qu'il avait été le contact de Caradori et qu'il lui avait en réalité fourni les photos cette nuit-là à Chicago. Mais la tragédie frappa cette nuit pendant le vol retour, lorsque l'avion de Caradori explosa mystérieusement en plein vol, le tuant de même que son fils. L'enquête n'a trouvé aucune preuve d'acte criminel en dépit du fait que l'avion avait manifestement explosé en plein vol, l'épave éparpillée à travers les champs de maïs de Harold Cameron juste en dehors d'Aston, Illinois. Le porte-document qui ne le quittait jamais et dans lequel il gardait des documents importants relatifs à l'affaire, manquait lors de la découverte de l'épave. Avec la mort de Caradori, le message à ceux qui étaient impliqués dans l'enquête est devenu même plus clair : personne n'est à l'abri, et ces personnes ne s'arrêteraient devant rien pour dissimuler leurs crimes.

Naturellement, tout ceci était trop lourd à supporter pour beaucoup, et encore plus à accepter comme plausible ou vrai. Cela ressemblait trop à de la fiction. Et c'était tellement plus facile de blâmer les victimes pendant que les auteurs des crimes s'en sortaient. Mais les preuves sont claires. De nombreux témoins dont les histoires corroborent les unes et les autres (par ex., le fait que Larry King aimait que l'on urine sur lui est revenu plus d'une fois), les investigations qui se chevauchent dans différents états et dans lesquelles les mêmes noms ressurgissent, l'implication d'anciens détenus pédophiles, les relations et les partenariats entre des personnes haut placées qui avaient été impliquées ensemble par des témoins, les reçus d'avions, les meurtres, les menaces de mort (Bryant, aussi, avait reçu sa part du lot, de même que du harcèlement téléphonique et par courriel, durant son enquête).

Et puis, il y eut les deux procès de grand jury. Les récits de ces procès, spécialement le second, dans lequel Alisha Owen a été finalement accusée de faux témoignage et condamnée à la peine de 9-15 ans de prison, furent peut-être les chapitres les plus frustrants du livre à lire. Le FBI avait réussi à dissuader deux des trois victimes d'apporter leurs témoignages, les menaçant de les mettre en prison ou pire s'ils continuaient à raconter leurs histoires. Seul Alisha Owen refusa de se rétracter. Le ministère public soutenait qu'elle avait fabriqué son histoire dans l'espoir de la vendre et de sortir de prison (elle avait purgé une peine auparavant). Mais toutes ces raisons étaient absurdes. En premier lieu, comme Bryant l'a dit clairement, il aurait été impossible pour elle de gérer les deux autres témoins, comme cela a été présumé. Pas une seule fois Owen n'a parlé à un journaliste à propos de l'histoire. Ni n'a voulu sortir de prison. En fait, la seule façon pour elle d'éviter un allongement de la peine d'emprisonnement (de 9 à 15 ans) aurait été de se rétracter. Mais elle avait décidé de dire la vérité, peu importe les conséquences sur sa propre personne. Son avocat, Henry Rosenthal, a été bloqué à toutes les étapes par le juge Raymond 'Joe' Case, retiré de sa retraite spécialement pour l'affaire (comme le précédent juge Samuel Van Pelt) ainsi que le sous-procureur du comté de Douglas Gerald Moran.

À certains moments, ils ont même étiqueté Rosenthal, Case ayant soutenu pratiquement toutes les objections de Moran et annulé la plupart de celles de Rosenthal. Rosenthal a été incapable de présenter une preuve, de poser des questions pertinentes aux témoins, et a été de manière générale contrecarré pendant tout le procès, tandis que Moran a été libre de faire tout ce que Rosenthal n'a pas été libre de faire et plus encore. En réalité, le procès frisait la criminalité ce qui dévastait Rosenthal. Jusqu'à ce moment là, il avait été un ferme partisan dela loi, mais ce procès descendait dans les profondeurs de l'absurdité kafkaïenne. À certains moments, il a même franchi la ligne du droit. À ce moment, Case a été choisi comme juge, il pratiquait le droit, alors que la loi du Nebraska interdisait aux avocats de servir comme juges. Et pendant que le jury était en train de délibérer, des preuves qui n'avaient pas été présentées pendant le procès furent insérées dans les matériaux du jury, dont plusieurs des jurés ont dit avoir été influencés en faveur de condamner Owen pour parjure. Aussi, avant les délibérations, Case avait fait savoir aux jurés de ne PAS regarder le programme TV spécial sur l'affaire diffusé ce soir-là (un programme dont ils n'avaient pas entendu parler jusqu'à ce que Case en parle). Bien sûr, presque tous les jurés ont désobéi à son « avertissement », et le programme de télévision a été un succès.

Inutile de dire que les deux procès disculpèrent entièrement les pédophiles et punirent même les victimes. La lecture du récit complet de Bryant fait clairement comprendre qu'il s'agissait d'un cover-up dès le départ, et d'une perversion répréhensible de la justice.

Mais même aujourd'hui, les victimes restent fidèles à leurs histoires, et de nouvelles sont venues s'ajouter. Bryant retrouva les témoins originels (ceux qui étaient encore en vie), ce qui conduisit à d'autres témoins, incluant quelques-uns qui avaient été molestés pendant leur séjour à Boys Town, terrain de chasse de King. Leurs vies avaient été ruinées : victimes d'addiction à la drogue, de traumas, et de marginalisation sociale. C'est ainsi que le réseau opère après tout. Les victimes étaient approchées jeunes. Elles étaient ainsi initiées au milieu criminel de manière graduelle : on leur fournissait de l'argent et de la drogue gratuitement en échange de petites « faveurs ». Ainsi, les choses évoluaient jusqu'au point où les victimes étaient utilisées comme des enfants prostitués pour sadiques et pédophiles. À ce moment-là, elles étaient allées trop loin. Parler aurait signifié plusieurs choses. En premier, il y avait les menaces. Pour avoir vu des meurtres de premières mains, elles savaient que de telles menaces n'étaient pas des paroles en l'air. Eux ou leur famille paieraient. Deuxièmement, elles étaient elles-mêmes impliquées, forcées d'abuser d'autres personnes et de recruter d'autres victimes. Et troisièmement, qui les croirait ? Comme les évènements allaient le démontrer, les droguées, une jeunesse dérangée mentalement, souvent au passé criminel, cela ne produit pas des témoins crédibles, spécialement en fomentant des accusations de toute apparence folkloriques à propos des soi-disant piliers de la communauté. King et ses sbires s'assureront qu'il en soit ainsi. Et ils savent qu'ils peuvent s'en tirer sans problème.

Beria

L.P. Beria, bourreau, meurtrier, violeur, ... et figure officielle Soviétique
Malheureusement, ceci est la réponse typique aux allégations ou aux preuves des actes de la plus extrême dépravation. C'est tellement plus facile et réconfortant de croire que ce genre d'activités (souvenez-vous : nous parlons d'abus organisés, de torture, de meurtre, de prostitution, de commerce et de trafic d'enfants) n'ont pas lieu. C'est la même réponse que de nombreux Allemands avaient durant l'holocauste : un refus obstiné d'admettre les crimes commis par leurs propres leaders. Selon eux, de tels actes ne sont pas si durs à croire. Les livres d'histoires vraies de meurtres sont des best-sellers. Nous avons tous lu des livres à propos de pédophiles, de sadiques, et de meurtriers en série. À petites doses, et comme exemple « unique » et isolé, nous pouvons croire de telles choses même si nous ne pouvons pas les comprendre. En même temps, nous pouvons accepter - comme beaucoup d'études de l'histoire l'ont montré - l'existence de leaders politiques qui ont torturé, violé, et tué sans hésitation ou remord (Beria me vient à l'esprit). Mais mis ensemble, il y a quelque chose à propos de l'idée qui établit que les réseaux de ce genre d'individus existent de nos jours/maintenant, sous notre nez, et c'est ce qui est incroyable.

C'est le fait que cette activité implique des soi-disant « piliers de la communauté » qui est si choquant. Accepter une telle notion, en particulier quand ces crimes sont parmi les plus répréhensibles à la nature humaine - le type qui inspire le plus grand sentiment de dégout moral et de rage parmi les gens normaux - casserait les fondations de nos croyances profondes à propos du système politique et tout le tissu social de notre société. Cela voudrait dire accepter un profond sentiment de trahison : la trahison d'un enfant soumis à des agressions sexuelles par celui qui devrait être son protecteur multipliée de manière exponentielle par notre entière société. Imaginez que votre chef de police, juge, votre banquier, gouverneurs, sénateurs, ou peut être votre journaliste favori est un pédophile sadique. Vous seriez choqués. Maintenant, imaginez qu'ils le sont tous, que c'est la même chose dans toutes les grandes villes et petites villes du monde entier. Quand la réalité frappe à la porte, je pense que c'est parfaitement compréhensible qu'un sentiment de désespoir prenne racine. Comment justice peut-elle être faite quand des criminels occupent des positions clés du pouvoir ?
Mais l'histoire va plus loin. Dans son dernier chapitre, Bryant écrit :
Lors de mon enquête sur Franklin, les noms de hauts politiciens et de personnes de puissance qui avaient des appétits pédophiles ont fait surface de manière répétée. Les noms ont été absolument ahurissants. Le sénateur Schmit était imploré anonymement pour ne pas poursuivre l'enquête du Comité Franklin car cela l'aurait amené aux niveaux les plus élevés du parti républicain. Et juste après que Gary Caradori ait réalisé qu'il était dans la ligne de mire des fédéraux et qu'il allait subir une arrestation « orchestrée », il écrivit une lettre à un avocat de renom en soulignant que le réseau pédophile qu'il avait découvert s'étendait « aux sphères les plus élevées des États-Unis ». « En donnant les noms qui ont fait surface durant mon enquête, je crois que sans un camouflage parfait de l'affaire Franklin, l'administration de H.W.Bush aurait été compromise... »

Finalement, nous avons besoin de considérer une question extrêmement embarrassante : les fédéraux sauvaient-ils une administration spécifique ou un système politique institutionnalisé extrêmement corrompu, où le chantage est monnaie courante - ou peut-être, les deux à la fois ? En d'autres termes, est-il possible que le gouvernement fédéral ait été le moteur des événements sous-jacents de l'affaire Franklin ? Est-il concevable que l'affaire Franklin pourrait avoir été la plus sombre des Black Ops ? (Bryant 2009, p.491-2)
Craig Spence est apparu dans l'enquête du Washington Times de Paul Rodriguez. Spence lui-même, comme d'autres sources, prétendait qu'il était un atout de la CIA. Spence était impliqué dans un service de « call-boy » dirigé par Henry Vinson à Washington DC, qu'il utilisait pour faire chanter les politiciens, et avec lequel King était impliqué. Vinson, après le plan ingénieux qui consistait à acheter les numéros de téléphone des services d'escorte des call-boy qui n'étaient plus dans le business, et ainsi encaissant sur le dos de la clientèle existante, Vinson finit par réussir à diriger quasiment tout le business. Mais quand Spence s'est impliqué, les choses se sont compliquées. Spence avait son lieu truffé de micros et de caméras qu'il utilisait pour faire les vidéos de ses chantages. Il a aussi présenté Vinson à Larry King. Après avoir rechigné à l'une des idées véreuses de Spence, et après avoir été menacé par un représentant du Département de la Justice s'il ne s'identifiait pas, les opérations de Vinson furent bousillées et il fut finalement condamné à 63 mois de prison pour divers crimes après une transaction pénale. Son opération a été ruinée. (Spence, bien qu'il ait été cité à comparaître, ne s'est jamais présenté devant le grand jury). Dans le processus, le gouvernement finit par sceller sa liste de clients à perpétuité. Selon Vinson, il y avait une raison. La liste contenait des noms de personnes très reconnaissables.

Si quoi que ce soit est vrai - et il semblerait que ce soit certainement le cas - cela veut dire que tous les hauts gradés de la politique, de la police et des médias, etc. sont corrompus. Quiconque avait accès aux vidéos ou aux photographies de ces individus impliqués sexuellement avec des prostituées et des enfants pouvait ainsi les manipuler et les contrôler totalement. Comme Bryant le souligne, même si cela n'est pas si dur à croire. Dans les années 50, la CIA a lancé l'opération Midgnight Climax, une entreprise avec un nom ridicule dans laquelle la CIA payait des prostituées « qui attiraient les clients dans des maisons sûres où ils étaient subrepticement amenés à prendre diverses drogues incluant du LSD, et les surveillaient derrière un miroir sans tain. Un chantage sexuel était, d'après certaines informations, utilisé afin de sécuriser la confiance des victimes peu méfiantes qui étaient subrepticement droguées. La CIA avait un enregistrement des abus des enfants et du chantage ; donc, est-il possible que les politiciens américains aient été ciblés par le vaisseau-espion de la CIA ? Ça me parait insensé. La question est, que demandait-on à ces personnes lors du chantage ? Je laisse cela à votre imagination.

Mais rassemblons tout cela. En premier lieu, Franklin n'était pas la seule histoire de ce genre : le cas des 'Finders' dans le Tallahassee 2 ans plus tôt en 1987 ; l'affaire Dutroux en Belgique juste 5 ans après ; ensuite il y a eu le scandale de la DynCorp peu d'années après ceci, dans la fin des années 90 ; le Portugal en 2002, le Royaume-Uni et le Chili en 2003.

Avant le cas Fanklin, il y eut l'étrange histoire des 'Finders', relatée brièvement dans le livre de Bryant. Le 4 février 1987, la police de Tallahassee a pris un appel qui mentionnait deux hommes bien habillés vus avec six enfants crasseux et sauvages jouant dans un parc. Quand la police est arrivée sur place, les enfants ne pouvaient pas s'identifier eux-mêmes et ne connaissaient pas « la fonction et l'utilité des téléphones, de la télévision et des toilettes ». Ils semblaient avoir vécu dans une fourgonnette que les hommes avaient conduite dans le parc. On a découvert que les hommes étaient liés à une « secte » appelée les ' Finders ' qui opérait à partir d'un entrepôt DC. Quand la police obtint des mandats et fouilla l'entrepôt, ils découvrirent des « pots de matière fécale et d'urine », des documents avec des instructions détaillées pour l'obtention d'enfants à des fins non précisées... l'achat d'enfants, le commerce et le kidnapping. ... Un... télex [message] commandant spécifiquement l'achat de 2 enfants de Hong Kong qui devait être arrangé par un contact à l'ambassade chinoise. » Bryant ajoute, citant le rapport du service des douanes US officiel :
Les enquêteurs ont aussi découvert des documents qui traitaient de "secret de banque", "de transferts de haute technologie", " de terrorisme", et 'd'explosifs '. À leur grand étonnement, ils ont même trouvé un résumé détaillé des évènements entourant l'arrestation à Tallahassee la nuit précédente et des instructions qui avaient été diffusées via un réseau informatique. Les instructions conseillaient les « participants » de déplacer les « enfants » à travers différentes juridictions policières et « comment éviter l'attention de la police ». (Bryant 2009, p.11)
En moins d'un mois, le FBI et la CIA avaient réquisitionné l'enquête, scellé le rapport, abandonné toutes les accusations d'abus contre les hommes, et retourné les enfants aux « Finders ». Aucune mention des choses étranges découvertes à leur entrepôt... Heureusement, le rapport de USCS fut divulgué aux médias par un groupe d'agents horrifiés. Aucune autre information n'a été rendue publique .

Un cas remarquablement similaire au cas Franklin a ainsi émergé en Belgique dans le milieu des années 90, complété par des témoins assassinés, un travail bâclé des médias, des enquêteurs de police incompétents, des allégations de hauts fonctionnaires impliqués dans des réseaux pédophiles et des snuff films, etc. Surnommé l' « affaire Dutroux », le cas était centré autour d'un pédophile tueur en série, Marc Dutroux, et ses liens avec un réseau d'enfants prostitués impliquant des personnes haut placées. Vous pouvez lire le vaste résumé de Joel Van Der Reijden ici (attention, certains textes et images sont extrêmement choquants).

Quelques années après ça, un scandale impliquant l'entrepreneur militaire DynCorp, opérant dans la guerre de Bosnie, devint publique en 1999.
Selon la plainte de la RICO (Racketeer Influenced Corrupt Organization Act) déposée dans l'état du Texas de la part d'un ancien mécanicien de la DynCorp, « à la fin de l'année 1999 Johnston appris que les employés et les chefs supérieurs de la DynCorp étaient impliqués dans des affaires perverses, illégales et inhumaines et achetaient des armes illégales, des femmes, des faux passeports et [participaient] à d'autres actes immoraux. Johnston fut témoin de collègues et de chefs supérieurs achetant et vendant littéralement des femmes pour leur plaisir personnel, et d'employés se vantant à propos des divers âges et talents des esclaves individuels qu'ils avaient achetés».
Whistleblower
© Palgrave MacMillan
Les filles (plusieurs de celles-ci étaient âgées de 12 à 15 ans) étaient importées par la DynCorp et la mafia serbe depuis d'autres pays, comme la Russie et la Roumanie, et les hommes impliqués incluaient des membres de l'ONU. Les dénonciateurs ont fini par gagner un accord avec la DynCorp après leur licenciement dû à leur implication dans l'éclatement du scandale. Un des dénonciateurs, ancien enquêteur de la police du Nebraska, Kathryn Bolkovac, a écrit un livre sur ce qui s'est passé, Le Dénonciateur : trafic de sexe, entrepreneurs militaires et le combat d'une femme pour la justice, qui a donné lieu récemment à un film avec l'actrice Rachel Weisz.

2002 et 2003 furent de grandes années en ce qui concerne la mise en lumière de réseaux pédophiles, avec des histoires en Bosnie, au Portugal et au Chili. En premier lieu, il y eut celle du Portugal :
Cruz
© Inconnu
Pédophile détenu, la personnalité de la Télévision, Carlos Cruz.
L'implication de hautes personnalités politiques et sociales dans un vaste réseau pédophile avec la nette complicité des autorités a ébranlé les fondements mêmes de la démocratie portugaise. Des doutes sont désormais jetés même sur l'impartialité des juges responsables du dossier...
La découverte d'un réseau pédophile dans les maisons Casa Pia destinées aux soins des enfants est considérée comme la crise la plus sérieuse du Portugal après presque 30 ans de démocratie. L'ancien employé de la Casa Pia, Carlos Silvino, est soupçonné d'avoir fourni des garçons pour de riches et influents pédophiles pendant 20 ans. Plus de 100 enfants ont été violés ou poussés dans des activités sexuelles avec des adultes.

Des accusations ont été formellement portées contre 10 suspects incluant l'ancien ministre du Travail Paulo Pedroso, un brillant jeune socialiste et proche ami du leader du parti Eduardo Ferro Rodrigues. D'autres suspects comprennent deux personnalités de la télévision, l'un des ambassadeurs les plus éminents du pays, un médecin de la haute société et un avocat très connu.
Orgies dans une villa
... les pédophiles ciblaient les enfants les plus vulnérables, comme des orphelins et de jeunes garçons sourds-muets. Beaucoup d'orgies avaient lieu apparemment dans la villa de l'ambassadeur Jorge Ritto, près de Lisbonne.

Des rapports concernant les abus ont émergé dans les années 1980, mais les enquêtes ont été abandonnées et les documents ont disparu dans ce qui semble apparaitre comme un camouflage orchestré. L'ancien secrétaire d'État des familles, Teresa Costa Macedo, a dit qu'elle avait reçu des menaces de mort après avoir parlé à la police.
Six hommes dont un avocat, un médecin, un ancien ambassadeur, un présentateur TV Carlos Cruz, ont été condamnés en septembre 2010. Tout comme pour Franklin, et tous les autres cas semblables, les hommes ont nié toute implication, malgré les preuves du contraire.

Puis, au début de 2003, Counterpunch a rapporté :
Un scandale sexuel, impliquant des enfants, qui menaçait de détruire le gouvernement de Tony Blair la semaine dernière a été mystérieusement étouffé et effacé des premières pages des journaux britanniques. L'Opération Ore, l'enquête de police du Royaume-Uni la plus complète et approfondie concernant les crimes contre les enfants, semble avoir découvert plus que ce qui est politiquement acceptable au plus haut niveau de l'élite britannique. Dans l'édition du 19 janvier du journal The Sunday Herald, Neil Mackay a signalé de manière sensationnelle que les membres supérieurs du gouvernement de Tony Blair étaient entendus pour une affaire de pédophilie et de « plaisir » pornographique avec enfants :
"Le Sunday Herald a également eu confirmation par une source de très haut niveau dans les services secrets britanniques qu'au moins un ancien ministre du Parti travailliste à forte visibilité est parmi les suspects de l'Opération Ore. Le Sunday Herald connaît le nom du politicien, mais, pour des raisons juridiques, ne peut pas le divulguer.

Il y a encore des rumeurs non confirmées selon lesquelles un autre politicien important du Parti travailliste est parmi les suspects. L'officier du renseignement a déclaré qu'un comité du Cabinet avait été mis en place pour travailler sur la façon de traiter les retombées potentiellement dévastatrices à la fois pour Tony Blair et le gouvernement si les arrestations se produisaient. "
Les allégations sont encore plus graves pour une administration qui se targue d'avoir dans ses rangs un quota élevé d'hommes homosexuels controversés et flamboyants, et dont la Première Dame, Cherie Blair, est venue sous le feu des projecteurs pour son indulgence dans les rituels païens qui ressemblent aux rites maçonniques. Des informations non confirmées suggèrent également que le terme « ancien ministre du Parti travailliste » est trompeur et que l'enquête a identifié un nombre étonnamment grand de présumés pédophiles au plus haut niveau du gouvernement britannique, dont un ministre du cabinet de très haut niveau.
(Trois ans plus tard, en 2006, l'affaire de l'île de Jersey ferait les grands titres, en dévoilant une série d'abus qui datait de plusieurs décennies et entrainant 7 condamnations.)

Ensuite, il y eut le Chili :
spiniak
© Inconnu
le pédophile chilien accusé, Claudio Spiniak.
Le scandale secoue le Chili depuis l'année dernière, lorsque MariaPiaGuzmán, un député conservateur du Congrès, a dénoncé ce qu'elle a décrit comme un réseau de prostitution et de pornographie infantile et a accusé M.Spiniak, le nouveau riche propriétaire d'une chaîne de clubs de santé, de le diriger. Elle a dit que certains de ses propres alliés politiques étaient impliqués.

"Il y a des preuves qu'il y a des politiciens dans le cercle intime du réseau de Spiniak,", a-t-elle dit, citant les récits qu'elle a dit avoir entendu dans une maison pour des jeunes abusés sexuellement.

Dans la dernière série d'accusations, rendues publiques en juillet, les personnes identifiées comme des proxénètes du réseau ont impliqué en tant que clients, le maire d'une grande ville et un évêque de l'Église catholique romaine connu pour son opposition à la dictature de Pinochet. Les deux hommes ont nié toute implication dans le réseau sexuel, mais dans un sondage effectué plus tôt cette année, les trois quarts des personnes interrogées ont dit qu'ils croyaient que les politiciens étaient impliqués.

M.Spiniak, via son avocat, a nié qu'il avait dirigé un tel réseau.

Un total de 18 enquêtes criminelles est en cours, avec au moins une demi-douzaine d'autres qui devraient être ouvertes prochainement. Le mois dernier, le juge d'instruction en charge de l'affaire, Sergio Muñoz, a statué qu'il y avait des motifs suffisants pour aller de l'avant dans les enquêtes et les inculpations formelles de M. Spiniak et d'autres que le juge a considéré être membres d'une « association illicite ». ...

M. Jocelyn-Holt soutient que l'attention des nouveaux médias sur M.Spiniak reflète « une combinaison d'homophobie et d'antisémitisme », se référant au fait que M. Spiniak est juif et bisexuel.

« Il est la bête noire par excellence », a déclaré M. Jocelyn-Holt, et est devenu « une sorte de bouc émissaire ou paratonnerre » pour les diverses formes de ressentiment social et sexuel.

En effet, l'affaire a pris une tournure encore plus particulière après qu'un important réseau de télévision ait diffusé un reportage dans lequel le propriétaire d'un établissement de bains gai a identifié le juge d'instruction à l'origine désigné pour l'affaire, Daniel Calvo, comme un de ses clients. Sous une caméra tournante, il a appelé le juge et lui a fait admettre « qu'il vivait dans une maison de verre ».

Mais le juge Calvo a refusé de se récuser de l'affaire, en disant : « Je n'ai rien fait qui puisse compromettre l'enquête qui m'a été confiée ».

La Cour suprême a statué autrement, cependant, l'excluant de l'affaire afin de « préserver la bonne marche de l'administration de la justice » et en le suspendant de ses fonctions pour quatre mois pour « comportement inapproprié ».

Le réseau de télévision fait maintenant face à des accusations criminelles pour avoir violé une loi interdisant l'enregistrement des interrogatoires sans la permission des personnes concernées. Un deuxième réseau, qui a diffusé un entretien avec une femme de 20 ans disant que les membres du réseau l'avaient agressée sexuellement, est actuellement poursuivi en justice par un éminent sénateur de droite, qui a senti que la description de ses agresseurs remettait en question son honneur, même s'il n'était pas nommé.

De plus, le Congrès a donné son approbation préliminaire à un projet de loi qui restreindrait la capacité des organismes journalistiques à faire des reportages sur des cas similaires dans le futur. La loi, disent les experts juridiques, mettrait effectivement toute conduite sexuelle de tout personnage public, y compris les politiciens, au-delà de toute surveillance en faisant d'un reportage aux nouvelles un "abus" de leur droit à la vie privée.
Plus récemment, en août 2009, il y eut l'incident des trois Américains expulsés du Cambodge pour avoir eu des relations sexuelles avec des enfants. Le journaliste Wayne Madsen décrit comment cette histoire n'est que la pointe de l'iceberg, et que le problème de la pédophilie et de l'abus des enfants prostitués mène jusqu'à des diplomates américains et des responsables militaires, y compris les délégations du Congrès qui font des voyages dans l'Asie du Sud-Est expressément à cet effet, organisées par les ambassades américaines. Quelques mois plus tôt, Blackwater (désormais connu sous le nom de Xe) est venue sur le grill avec des poursuites alléguant la prostitution des enfants : le soi-disant « Blackwater Man Camp », dans lequel des filles irakiennes étaient achetées pour donner aux entrepreneurs militaires du sexe oral pour 1 $.

Et bien sûr, il y a le PM italien Silvio Berlusconi, actuellement impliqué dans un procès pour ses achats présumés de sexe d'un enfant de 17 ans. Ceci fait suite aux allégations de son propre harem, et des « photos compromettantes » ou il est engagé dans des parties de sexe. Et DominiqueStrauss-Kahn, ancien directeur général du FMI, également accusé de nombreuses escapades sexuelles et d'agressions. Et que dire de l'ancien président israélien, Moshe Katsav, reconnu coupable de viol et de harcèlement sexuel à la fin 2010 ? Incidemment, le PM russe Vladimir Poutine semble être un fan des deux hommes :
katsav
© Inconnu
Violeur accusé, l'ancien Président israélien Moshe Katsav (au centre).
Le Premier ministre russe Vladimir Poutine, a fait la lumière vendredi sur les scandales sexuels entourant le Premier ministre italien Silvio Berlusconi, en disant que les critiques étaient tout simplement jaloux de ses prouesses sexuelles. ...

En 2006, il a été surpris, faisant l'éloge du président israélien Moshe Katsav qui était à l'époque accusé de viols multiples, et qui plus tard sera reconnu coupable de deux chefs d'accusation.

"Il s'est avéré être un homme très puissant ! Il a violé 10 femmes, jamais je n'aurais cru cela de lui. Il nous a tous surpris - nous l'envions tous !". Ce commentaire de Poutine a été cité plus tard comme étant une plaisanterie par le Kremlin.
Charmant, non ?

Inutile de dire que les allégations qui entourent le cas Franklin commencent à paraître beaucoup moins farfelues. Les mêmes caractéristiques apparaissent encore et encore. Alors qu'est-ce que tout cela signifie ? Je pense que Stieg Larsson avait raison. Ce sont des hommes qui haïssent les femmes (et les enfants). Ils manquent de conscience et de remords. Plus précisément, ce sont des psychopathes. Le pire de tout cela, c'est qu'ils sont aussi sadiques et pédophiles.

salter
© Perseus Books Group
La psychologue Anna Salter a écrit un livre sur le sujet : Prédateurs : Les pédophiles, violeurs et autres délinquants sexuels (Basic Books, 2003). Après avoir rencontré un nombre choquant de tels cas dans sa petite ville où elle pratiquait, et en parlant avec des cliniciens d'autres villes petites et grandes, qui ont tous pensé qu'ils étaient pris de manière énigmatique au « centre de l'univers de la maltraitance des enfants », Salter a conclu : « Ce sale petit secret de la nation ... est le nombre de violences domestiques, viols et agressions sexuelles sur mineur qui ne sont jamais signalés à la police. "(p. 2) L'expérience réelle contredit les estimations officielles pour ce type de comportement. Il est plus courant que quiconque ne le croit.

Salter précise le point important que ces délinquants ne sont pas stupides. Ils savent comment choisir leurs victimes. Tout comme les victimes de Franklin n'étaient pas crédibles en raison de leurs histoires de crime et de maladie mentale, les tribunaux ne sont pas susceptibles de prendre la parole d'un enfant de quatre ans au sérieux face à un prêtre respecté ou à une figure publique. Les délinquants interrogés par le Dr Salter ont en moyenne été accusés de 1 à 3 fautes. Mais en privé, ils ont admis entre 10 et 1250 victimes chacun. Et ils sont plus susceptibles d'être invités dans votre maison que de rentrer par effraction. « Le plus souvent, ils se présentent à votre porte dans la journée, comme des amis et des voisins, comme des dirigeants scouts, prêtres, directeurs, enseignants, médecins et entraîneurs. ... Nous leur donnons la permission d'entrer parce que nous ne reconnaissons pas ces gens comme des prédateurs."(p. 5) Et nous ne les reconnaissons pas, parce qu'ils sont des experts de la tromperie. Ils portent un masque convaincant de santé mentale. Ils vivent une double vie. Ils sont charmants, très respectés, et impitoyablement rusés.

Mais quand vous grattez la surface, vous découvrez clairement un environnement intérieur nu et froid. Comme un délinquant a dit un jour à Salter :
Parce que les gens veulent croire en quelque chose. Ils veulent de l'espoir. Et ils veulent y croire. Ils le veulent, il y a quelque chose à l'intérieur des gens qui leur donnent envie de croire au meilleur dans les choses et au meilleur chez les autres. Parce que l'alternative n'est pas très agréable. (p. 29)
C'est un euphémisme. Aussi, prenez le cas que Salter a cité à propos du père accusé d'avoir abusé de sa fille de 4 ans. Convaincu de son innocence, son avocat l'a envoyé voir un expert du polygraphe, espérant être en mesure d'utiliser le test au tribunal. Avant l'essai, l'expert du polygraphe lui a dit : « je détesterais vraiment gâcher votre polygraphe avec quelque chose qui est sans importance. Donc s'il y a quelque chose, quoi que ce soit que vous vouliez me dire avant le polygraphe, alors c'est maintenant ».

Eh bien, maintenant que vous dites cela ! Le père a ensuite commencé à dire à l'expert comment sa fille attrape son pénis dans la douche quatre à cinq fois par semaine, comment il se masturbe sous la douche avec elle dans le but de « l'éduquer » se frotte contre elle la nuit jusqu'à ce que parfois « quelque chose se passe », utilise un vibrateur sur elle jusqu'à ce qu'elle ait un orgasme (dont elle « raffole »). Après tout cela, l'homme a échoué le test polygraphique, mais pas avant d'admettre qu'elle « a léché et sucé son pénis pas plus de cinq fois ... Il a léché son vagin et pratiqué du sexe oral pas plus de dix fois. » (pp. 17-18) Et après cela, il s'est plaint de son petit corps, il s'est blessé au dos alors qu'ils faisaient un « 69 » sur elle. Je partage les sentiments de Salter, « Peut-être que je peux être pardonné de penser que la prison ferait des merveilles pour le dos de M. Jones. » Mais le polygraphe a été une affaire privée, donc pas admis dans la cour. M. Jones s'en est tiré.

De la description de Salter concernant le champ d'étude de la pédophilie, je ne peux pas m'empêcher de conclure qu'il y a un effort concerté pour minimiser le problème (ce qui est logique, étant donné tout ce qu'on a dit ci-dessus). Salter cite une longue liste de psychologues et de psychiatres (Freud est peut-être le plus célèbre) qui ont ignoré, occulté, menti, et nié qu'il y avait même un problème. Ensuite, il y a des organisations comme le Paidika néerlandais : le journal de la pédophilie, dont la mission est de « démontrer que la pédophilie a été, et demeure, une partie légitime et productive de la totalité de l'expérience humaine » (p. 64). Seulement rose, hein ? Ils négligent de mentionner que de nombreux pédophiles sont aussi sadiques. Ils aiment faire mal et même torturer leurs victimes. Salter cite une telle créature :
Quand j'ai pointé le pistolet dans le dos de ma victime, la montée d'adrénaline que j'ai ressentie - j'avais déjà consommé de la drogue avant et j'avais bu de l'alcool. Rien ne peut se comparer à cette montée que j'ai eue quand j'ai pointé ce pistolet dans son dos. C'était comme si mon monde entier était bouleversé. Tout s'est déroulé au ralenti pendant quelques minutes. Plusieurs fois j'ai pensé que j'étais un accro de ma propre adrénaline. Peut ne pas avoir été cela. Cela peut avoir été d'autres produits chimiques dans mon corps. Mais j'ai appris à puiser dans ces choses en utilisant ma propre peur, la peur des autres, et beaucoup [d'adrénaline] est venue avec ce comportement déviant. C'est le seul moyen que j'ai pour l'exploiter. Je voulais un haut niveau [d'adrénaline]. (p. 101)
Et un autre :
Q : L'état d'euphorie est-il le même ou différent avec des actes sadiques [comparé à une relation sexuelle consensuelle] ?
R : L'état d'euphorie est différent avec des actes sadiques. C'est plus extrême. C'était plus extrême. Il me semblait que commettre un acte sadique et avoir des rapports sexuels impliqués dans cet acte sadique augmentait tout : les sentiments, l'orgasme, l'éjaculation. Cela semblait même plus élevé. (p. 102)
Commentaires de Salter :
Tout comme il y a des sons que beaucoup d'humains ne peuvent pas entendre tandis que d'autres espèces le peuvent, cet homme [un sadique a trouvé qu'asphyxier sa victime avec un sac Ziploc était sexuellement irrésistible] a des motivations, des sentiments et des faims en dehors de la plage normale. Si nous pouvons au moins compatir avec la solitude d'un agresseur d'enfant, nous ne pouvons pas compatir avec quoi que ce soit d'un sadique : Nous ne saurons jamais, fort heureusement, ce qu'il y a d'excitant à torturer un enfant. (Salter, p. 99)
Maintenant, j'apprécie le diagramme de Venn. Malheureusement, je suis une artiste graphique assez médiocre, alors laissez-moi juste en décrire un. Dessinez un cercle pour chacun des groupes suivants, dont je suis sûr que vous serez d'accord sur leur existence :
1. « Piliers de la Communauté » (par exemple, les politiciens, avocats, juges, responsables de l'application des lois, hommes d'affaires, médecins, gens des médias)
2. Les psychopathes (par exemple les personnes qui malgré leur charme n'ont pas de conscience, et une traînée de personnes qu'ils ont utilisées et détruites)
3. Les pédophiles (par exemple les personnes avec une attirance sexuelle pour les enfants pré pubères)
4. Les sadiques (par exemple les personnes qui obtiennent un frisson en torturant d'autres personnes, parfois sexuellement, parfois non)
Bundy
© Inconnu
Futur PDG ? proche. Ted Bundy.
Maintenant, faites chevaucher chaque cercle avec tous les autres. Mélanger 1et 2 et vous obtenez ce qu'on appelle des psychopathes d'entreprise ou politiques. Ce sont les types étudiés par des experts comme Robert Hare et Paul Babiak. Selon leurs recherches, il y a 4 fois plus de psychopathes dans des positions PDG que dans la population générale. Raison de prendre une pause, si vous me le demandez. Combinez 2 et 4 et vous aurez probablement un tueur en série, comme Ted Bundy (qui se trouve être également un républicain de plus en plus populaire, de sorte que vous pouvez ajouter 1 à son entourage). Nous savons d'après les recherches de Hare et Babiak, ainsi que d'Andrew Lobaczewski, que les psychopathes « montent au sommet », un peu comme l'écume. Et nous savons que les « plus grands » psychopathes usurpent les plus « petits ». Nous savons aussi que les oiseaux d'une même espèce ont tendance à se rassembler, et ont tendance à s'attirer (essayer juste d'imaginer Gandhi rejoignant les rangs des nazis...). Donc, par la logique divine de Venn de concert avec la loi d'attraction de Rhonda Byrne ainsi que des lois de la chaîne alimentaire, vous vous retrouvez avec ce flou, ce centre surpeuplé où les quatre cercles se chevauchent. À en juger parce que nous pouvons voir partout dans le monde d'aujourd'hui, cela semble être la façon dont les choses sont.

Le résultat ?

Un groupe de psychopathes avides de pouvoir, lié par leur propre ambition mutuelle, une impitoyable ruse, une propension au secret, et une vision déviante du monde, qui ont réussi à atteindre le sommet des organisations du pouvoir dans le monde entier. Beaucoup d'entre eux (ou la plupart - il peut y avoir des critères de sélection pour faire « parti du gang ») se livrent à des actes qui bouleverseraient l'estomac de tout être humain normal. Et malgré le fait qu'ils sont compétitifs par nature, et qu'ils utilisent ces actes mutuels d'ennui pour faire du chantage entre eux, par rapport à ce qu'ils pensent des gens comme vous et moi, ces gars sont les meilleurs amis du monde. Ils sont liés les uns aux autres par leur participation volontaire dans le viol, la torture et l'assassinat de femmes et d'enfants. Alors quand l'un d'eux est impliqué dans ces activités et qu'il est menacé d'exposition, leurs propres derrières sont sur la ligne de mire. Cela signifie la mise en commun des ressources, demander des «faveurs», et s'assurer que l'exposition ne se produise PAS, même si cela signifie menacer les enquêteurs et les témoins de meurtres, et de ruiner la réputation de quiconque menace de quelque façon leur secret nécessaire.

bryant
© Inconnu
L'auteur, Nick Bryant.
Mais revenons au livre de Bryant. Je ne serais pas surpris si ceux qui nient avec véhémence et déforment de manière mensongère ses paroles le font parce qu'ils partagent certaines affinités naturelles avec ceux qu'il a exposés. C'est une dynamique observée dans beaucoup de cas cités : ceux qui défendent sont souvent les complices des crimes qu'ils camouflent. Mais malgré ce que disent ses détracteurs (et il en a quelques-uns - il suffit de jeter un œil sur les critiques sur Amazon), ses recherches sur le cas « Franklin » sont excellentes. Il présente une somme de documentation pour établir son dossier (environ 100 pages de documents numérisés sont inclus dans le livre). La litanie des erreurs judiciaires, des menaces, du chantage, des morts mystérieuses de témoins clés et d'enquêteurs, la contrainte des victimes et des témoins, des mensonges, et la courtoisie du blocus de diverses agences et institutions fédérales laissera au lecteur aucun doute que Larry King & Co ont été impliqués dans certains des crimes les plus horribles qu'on puisse imaginer. Et ils ont été étouffés.

Comme le fait remarquer Bryant, ce n'est PAS une « théorie du complot » - c'est un complot, simple et clair, et celui-ci a été répété ces dernières années dans tous les pays du monde. Ce qui est présenté n'est qu'un microcosme - détaillé, documenté et truffé de preuves - de ce qui est vraiment un phénomène mondial. Et à cet égard, dans mon esprit, le livre est un incontournable. D'une part, je le vois comme une revendication pour non seulement les victimes, dont les vies ont été ruinées tellement qu'elles sont presque invariablement tombées dans la toxicomanie (aidées par leurs agresseurs) et la maladie mentale, mais aussi pour les enquêteurs dont la crédibilité a été calomniée, qui ont été salis dans la presse, et qui, dans le cas de Gary Caradori, a rencontré la mort. Comme le mystique Thomas Merton a écrit à propos de JFK, et cela s'applique à toute personne qui répond par la vérité au pouvoir et aux mensonges : « Ce qui est nécessaire n'est pas vraiment de la perspicacité ou de la dextérité, mais ce que les politiciens n'ont pas: la profondeur, l'humanité et une certaine capacité d'oubli de soi et de compassion, non seulement pour les individus, mais pour l'homme en général : une sorte de profond dévouement, ... Mais ces personnes sont marquées assez rapidement comme candidat à assassiner. " (cité dans le livre de James Douglass « JFK et l'indicible », p. xv)