Le manque de sommeil est un problème qui affecte beaucoup de gens. Heureusement, on peut souvent récupérer ses nuits blanches, mais dans une certaine mesure seulement. Malheureusement, avoir un sommeil peu régulier conduirait à la formation de plaques dans le cerveau. Or, ces plaques « amyloïdes » sont des marqueurs de la maladie d'Alzheimer...

Des recherches ultérieures devront donc se pencher plus avant sur ce qui se passe au niveau du cerveau lorsque des modifications du sommeil se manifestent. Les chercheurs ont pour l'instant étudié le sommeil d'une centaine de volontaires âgés de 45 à 80 ans (sans démence) grâce à un dispositif placé sur le volontaire durant deux semaines. Une moitié du groupe avait des antécédents familiaux relatifs à la maladie d'Alzheimer.

On a aussi découvert qu'un quart des participants avaient des plaques amyloïdes qui apparaissent parfois des années avant les symptômes de la maladie d'Alzheimer. Les volontaires étaient en moyenne 8 heures dans le lit, mais de courts réveils faisaient que le sommeil moyen n'était que de 6,5 heures.

On a trouvé que ceux qui passent moins de 85 % du temps dans leur lit à dormir étaient plus susceptibles d'avoir ces marqueurs signalant le risque d'arrivée d'Alzheimer par rapport à ceux qui passaient plus de 85 % de leur temps dans le lit à vraiment dormir. Cela ne veut pas dire qu'il y a cause à effet pour l'instant.