Traduction SOTT

Marilyn

« Le sablier », une silhouette en voie de disparition.
Si vous aimez les vieux films, vous aurez probablement remarqué qu'autrefois, les femmes avaient un merveilleux corps en forme de sablier, comme Marilyn Monroe. Aujourd'hui, de telles silhouettes sont rares car les femmes ont la taille moins marquée. Les recherches suggèrent qu'il existe de nos jours cinq fois plus de femmes "de forme rectangulaire" que de femmes ayant la silhouette de Marilyn Monroe. Presque une femme britannique sur deux tombe dans la catégorie « rectangles » une silhouette androgyne où la différence entre la poitrine, la taille et les hanches est très peu marquée.

Selon le CDC, environ un tiers des adultes aux États-Unis (33,8 %) sont obèses ainsi qu'environ 17% (ou 12,5 millions) des enfants et adolescents âgés de 2 à 19 ans. En 2010, aucun état ne connaissait une prévalence de l'obésité de moins de 20%. D'autres statistiques nous disent que plus de deux tiers des adultes aux États-Unis sont en surpoids ou obèses.

Deux tiers ! Et ce dans le pays où la pyramide alimentaire de l'USDA (Département de l'Agriculture des États-Unis) ainsi que le régime pauvre en matières grasses ont guidé les choix alimentaires depuis au moins deux générations !

Partout dans le monde, le mode de vie occidental (et l'alimentation qui l'accompagne) a gagné du terrain et, avec lui, l'obésité qui a plus que doublé depuis 1980. En 2008, 1,5 milliard d'adultes de plus de 20 ans étaient obèses et presque 43 millions d'enfants de moins de 5 ans l'étaient également en 2010.

Selon le site MyPyramid.gov, vous devriez consommer au moins 85 grammes de céréales complètes, de pain, biscottes, riz, céréales ou pâtes ; et idéalement 170 grammes. Pourtant, de nombreuses personnes consommant exactement ces quantités recommandées ne perdent pas de poids et peuvent même en prendre.

Cliquez sur cette abomination pour l'agrandir

Pourrait-il y avoir une relation entre ces conseils alimentaires et l'épidémie d'obésité ? Se pourrait-il que l'obésité soit en fait causée par ces conseillers en santé qui croient que la graisse animale provoque des maladies cardiaques et un taux élevé de cholestérol et que les glucides dans les céréales et les légumes sont La Solution pour être en bonne santé ? Selon ce principe, suivre un régime riche en lipides et pauvre en glucides n'est pas recommandé. Nous sommes censés consommer au moins 45 % de nos calories sous forme de glucides, dont la plupart devraient provenir des légumes, des fruits et des céréales complètes. Cette philosophie alimentaire est dominante dans le monde d'aujourd'hui malgré les faits cités plus haut, malgré le fait que l'épidémie d'obésité se propage.

Le blé, c'est la vie

De toutes les céréales faisant partie de l'alimentation de l'homme, le blé constitue la source principale de notre "nutrition". Le blé, c'est la vie. Les gens prennent du blé au petit-déjeuner, au déjeuner, au dîner et comme en-cas. On en trouve même dans les shampoings, les médicaments et dans la plupart des aliments préparés. Ce que beaucoup ne savent pas, c'est que le blé stimule l'appétit parce que le gluten du blé est une substance proche de la morphine qui met la pagaille dans le cerveau. Le blé provoque des pics de glycémie, qui à leur tour provoquent des cycles de satiété suivis d'appétit décuplé ; il favorise la glycation ("caramélisation") dans le corps, phénomène responsable de maladies et du vieillissement ; il active des réponses immunitaires déséquilibrées et bien plus encore. La consommation de blé est non seulement liée à la maladie cœliaque mais également à des troubles neurologiques, aux maladies cardiaques, à l'arthrite, à certaines formes d'éruptions cutanées particulières, à la schizophrénie et bien d'autres maladies.

Dans Wheat Belly [Ventre rempli de Blé - Ndt], le Dr. Davis décrit la façon dont des variétés de blé ont été hybridées et croisées pour le rendre plus résistant aux conditions environnementales, comme les sécheresses et les pathogènes, et pour augmenter le rendement par hectare. La récolte moyenne d'une ferme moderne d'Amérique du Nord est dix fois plus importante qu'il y a un siècle. Cela est dû au fait que durant la dernière partie du 20e siècle, le bouleversement des techniques d'hybridation a transformé le blé en une céréale mutante dont la sécurité sanitaire pour l'homme est à mettre en doute, et c'est un euphémisme. Comme le dit le Dr Davis, des changements infimes dans la structure des protéines de blé peuvent faire la différence entre une réponse immunitaire dévastatrice au blé et pas de réponse du tout. Il déclare :
Les protéines de gluten du blé, en particulier, subissent des changements structurels importants avec l'hybridation. Durant une expérience d'hybridation, quatorze nouvelles protéines de blé ont été identifiées dans la progéniture qui n'étaient pas présentes dans aucun des plants de blé d'origine. De plus, lorsqu'on les compare aux variétés de blé d'il y a un siècle, il apparaît clairement que les variétés modernes de blé expriment une plus grande quantité de gènes pour les protéines de gluten associées à la maladie cœliaque.

Multipliez ces altérations par les dizaines de milliers d'hybridations auxquelles le blé a été soumis et vous avez le potentiel pour des modifications dramatiques dans les traits génétiques associés à ceux de la structure du gluten.
Le blé est principalement composé de glucides et le faible pourcentage de protéines qu'il contient est du gluten. Mais, plus d'un millier de protéines autres que le gluten qui composent également le blé peuvent s'avérer problématiques pour certaines personnes. Et la mauvaise nouvelle, c'est que les protéines semblables au gluten, les protéines sans gluten et les antinutritiments sont présents dans TOUTES les céréales ET on pense maintenant qu'il n'est pas nécessaire d'y être intolérant ni vulnérable pour souffrir de leurs effets négatifs :
Les Lectines : leur Rôle Préjudiciable sur la Santé Intestinale, l'Arthrite Rhumatoïde et la Perte de Poids
Régime agraire et Maladies d'Affluence : Les Lectines des Nouveaux Aliments Évolutionnaires ont-elles engendrées la Résistance aux Leptines
Lectines des Aliments dans la Santé et la Maladie : une Introduction
Au-delà du Régime sans Gluten : le Rôle Critique des Lectines fixant la Chitine dans les Maladies Humaines
Aller à l'Encontre des Céréales vers une Meilleure Santé
Les Plantes se Rebiffent : les Surprenants antinutriments et toxines complètement naturels dans les Plantes Alimentaires
Virus et Lectines - les Chaînons Manquants
Ouvrir la Boîte à Pain de Pandore : le Rôle Critique de la Lectine du Blé pour les Maladies Humaines
Avoir sa dose

Le gluten peut causer une forte assuétude (dépendance) et c'est également le cas de son équivalent en produits laitiers, la caséine. Ils peuvent tous deux influencer le comportement et l'humeur. Des patients schizophrènes et autistes ont vu leur santé s'améliorer de manière incroyable après avoir supprimé le gluten et la caséine de leur alimentation.

Les gens qui mangent du blé peuvent avoir des effets neurologiques semblables à ceux de la drogue, Ces effets peuvent être inversés avec des médicaments tels que la naloxone ou la naltrexone qui sont utilisées pour contrer les effets des narcotiques ! Avez-vous déjà entendu parler de faibles doses de Naltrexone comme thérapie pour toutes sortes de maladies auto-immunes, le cancer, l'emphysème pulmonaire et même le rhume ? En fait, un nouveau médicament amaigrissant contenant de la Naltrexone pourrait être prochainement mis en vente afin de diminuer l'assuétude à la nourriture. Peut-être que tous ces gens devraient arrêter de manger de la nourriture contenant un équivalent à la morphine (c'est-à-dire le gluten et la caséine) au lieu de prendre un médicament pour contrer les effets de leur assuétude !

Après avoir éliminé le gluten pendant quelques jours ou semaines, les gens observent souvent une amélioration de leur humeur, une diminution des sautes d'humeur, une meilleure concentration mentale et un sommeil plus réparateur. Ils voient également une grande variété de problèmes de santé s'améliorer et ils se sentent mieux en général. Mais arrêter les céréales et les produits laitiers s'apparente vraiment à arrêter de prendre une drogue et beaucoup de gens ne parviennent pas à le faire. Ils continuent alors à manger des aliments qui les rendent malades et obèses tout en prenant toujours davantage de médicaments pour contrer les effets des dommages que leur alimentation inflige à leur corps.

© New England Journal of Medicine 2012
Les effets d'empâtement de l'insuline sur un homme de 55 ans présentant un diabète de Type 1 qui s'injecte de l'insuline sous la peau du ventre depuis plus de 30 ans. Les médecins demandent généralement aux patients de varier les sites d'injection parce que sinon, voici ce qu'ils risquent de développer.
L'implication des glucides et de l'insuline dans la prise de poids

La première réponse de notre corps aux glucides est la libération dans le sang d'une hormone, l'insuline,. Tous les glucides se décomposent en glucose dans les intestins et l'estomac. Le rôle principal de l'insuline est alors de transporter le glucose dans les cellules afin qu'il soit utilisé comme énergie. Le second rôle de l'insuline est d'aider à convertir et stocker le sucre sous forme de glycogène dans le foie et les muscles et sous forme de graisse dans les cellules adipeuses. La graisse est stockée sous forme de triglycérides dans les tissus adipeux. Si l'on mange trop de glucides, tout ce que nos cellules n'utilisent pas directement comme énergie finit en graisse dans notre corps grâce à l'insuline. C'est-à-dire que sans l'action de l'insuline, nous n'aurions pas de graisse dans le corps. Vous commencez à comprendre ?

Même si d'autres hormones peuvent libérer la graisse des tissus adipeux, elles ne peuvent le faire que lorsque les niveaux d'insuline sont bas. Donc, si vous continuez à manger beaucoup de glucides comme des céréales complètes, des fruits et des légumes, vous continuerez à libérer de l'insuline. Ne vous étonnez pas de ne pas perdre de poids.

Beaucoup de gens ne considèrent pas les céréales comme du sucre, il peut donc leur sembler surprenant que le pain au blé complet augmente la glycémie à un niveau plus important que ne le fait le saccharose. Manger du pain complet est souvent pire que boire une canette de soda édulcoré ou de manger une barre chocolatée.

Les glucides favorisent l'obésité abdominale. C'est-à-dire que les pics de glycémie et d'insuline favorisent le développement de graisse autour des viscères. Avec le temps, la graisse viscérale et omentale s'accumule. La graisse viscérale est inflammatoire et est liée à l'insulinorésistance, au diabète, à l'hypertension, aux maladies cardiaques, à la démence, à l'arthrite rhumatoïde et au cancer du côlon. En fait, le tour de taille s'avère être un indicateur important de toutes ces maladies, en plus d'être prédictif de mortalité.

Au revoir la silhouette en forme de sablier pour les femmes et bonjour les seins pour les hommes et le gros ventre pour les deux sexes.

Maman, je déteste les légumes !

Les glucides dans les légumes verts contiennent des fibres indigestes qui ralentissent le processus de digestion. Par conséquent, les niveaux de glycémie demeurent relativement bas après avoir mangé des légumes. Mais certaines personnes sont devenues tellement sensibles aux glucides que même les légumes verts peuvent poser problème lorsqu'il s'agit de perdre du poids.

De plus, il existe de nombreuses études qui indiquent que la consommation excessive de fibres peut être nocive, tout particulièrement pour la santé intestinale. Le rapport Healthy Skeptic dit que :
La majorité des recherches qui confirment les bénéfices des fibres alimentaires viennent d'études épidémiologiques reliant la consommation de fruits et légumes riches en fibres à un risque moindre de maladies telles que l'obésité, les maladies cardiaques et le cancer et tout particulièrement le cancer du côlon. Pourtant (1), lors de tests en laboratoire, des essais d'intervention contrôlée où l'on ajoute simplement des fibres à un régime déjà consistant, n'ont pas montré ces effets protecteurs (2) (3) (4) [...]

Tan et Seow-Choen, dans leur article de 2007 sur les fibres et les maladies colorectales surnomment les fibres insolubles "la malbouffe à l'état pur" car « elles ne sont ni digestes ni absorbables et donc dépourvues de toute nutrition ». (9) Les fibres insolubles en excès peuvent se lier aux minéraux comme le zinc, le magnésium, le calcium et le fer, empêchant ainsi l'absorption de ces nutriments vitaux. (10) De grands excès de certaines fibres comme la pectine ou le guar peuvent également inhiber l'action des enzymes pancréatiques et la digestion des protéines dans l'intestin, ayant ainsi un effet antinutritionnel. (11) L'adjonction de fibres solubles et non solubles aux aliments préparés pourrait en fait les rendre encore moins nutritifs que s'ils n'étaient pas du tout enrichis en fibres.

Un régime riche en fibres a également été présenté comme une stratégie préventive contre la diverticulose, une maladie nettement plus répandue dans les pays occidentaux. Cependant, quand les chercheurs ont testé la théorie selon laquelle les régimes riches en fibres préviennent la diverticulose, ils ont trouvé que non seulement cela n'était pas le cas, mais que ce type de régime et le fait d'aller à la selle plus souvent étaient associés de manière indépendante à une plus grande prévalence de diverticules. (12) De manière intéressante, cette étude n'a trouvé aucun lien entre la présence de diverticulose et la consommation de viande rouge, de graisse ou la pratique d'activité physique, qui sont d'autres facteurs souvent attribués à la diverticulose. [...]

Cette hypothèse révèle un autre aspect du débat sur les fibres : l'effet des fibres alimentaires sur les bactéries intestinales bénéfiques ainsi que la fermentation bactérienne des fibres solubles non digérées en acides gras à courte chaîne comme le butyrate.
Ce qui est absolument incroyable, c'est que juste après avoir cité les faits ci-dessus, le rapport Healthy Skeptic recommande ensuite de manger des légumes, comme tout le monde ! Le travail de lavage de cerveau de la pyramide alimentaire de l'USDA est tellement omniprésent que même les experts qui lisent et comprennent les recherches ne peuvent se soustraire à l'influence de ce conseil alimentaire absolument erroné. Après tout, le gouvernement nous dit qu'ils sont si nourrissants ! Tant pis si la viande de bonne qualité et ses graisses peuvent être bien plus nourrissantes que les légumes. En fait, le butyrate lui-même se trouve dans les produits laitiers riches en graisses comme le beurre.

En fait, la philosophie alimentaire dominante du monde occidental qui prévaut depuis deux ou trois générations - des générations durant lesquelles l'obésité et la maladie se sont abattues sur les populations à la suite de ce conseil - attire doucement mais sûrement de plus en plus de critiques. Elle est discutée et mise en doute tandis que de plus en plus de gens regagnent la santé et leur silhouette grâce à un régime riche en graisses saines et pauvre en glucides.

Pendant des centaines de milliers d'années, nos ancêtres ont pratiqué la chasse et l'élevage tout en ayant un régime pauvre en glucides. Pas nécessairement parce qu'ils ne les aimaient pas ou les considéraient comme nocifs, mais probablement parce que nous avons passé la majorité de notre évolution dans les conditions d'un ère glaciaire dans lesquelles les légumes et les fruits n'étaient tout simplement pas disponibles et lorsqu'ils l'étaient, ils étaient très différents des fruits et légumes disponibles aujourd'hui. Le fait est que, notre corps est conçu et a évolué pour vivre et s'épanouir sans la consommation de glucides, à condition que des protéines et des graisses nourrissantes et de l'eau potable soient disponibles. Des études de selles humaines fossilisées datant d'il y a 300 000 à 50 000 ans ont révélé essentiellement une absence totale de toute matière végétale dans les échantillons testés.

La graisse animale était notre énergie principale, et était - et est toujours - le carburant le plus efficace, dense et lent à se consumer. Les experts s'accordent sur le fait que notre dépendance étendue à la viande et aux graisses animales (comme la graisse de poisson) pendant ces longues périodes glaciales, a favorisé la croissance et le développement de notre cerveau et que c'est ainsi que nous sommes devenus humains. Nous sommes devenus intelligents - Homo sapiens sapiens - parce que nous mangions des graisses animales et de la viande. Ainsi, il n'est pas surprenant de remarquer que les preuves s'accumulent selon lesquelles les végétariens et les membres de sociétés agraires ont des cerveaux de taille réduite.

Ce qui est si déconcertant, c'est que les méfaits supposés des graisses animales et des protéines sont ancrés si profondément dans notre esprit collectif que la plupart des gens sont morts de peur de manger ce qui nous a permis de devenir humains et ne peuvent s'empêcher d'avoir des pensées intrusives de crise cardiaque ou d'attaque - même les soi-disant experts médicaux qui citent les preuves mentionnées ci-dessus ! Ils ne peuvent tout simplement pas se débarrasser de l'idée que les légumes sont nécessaires pour leurs "vitamines et leurs fibres" même en ayant lu les études qui prouvent que tous les nutriments dont l'homme a besoin se trouvent dans les protéines et les graisses animales.

Sur notre forum de discussion, des gens du monde entier rapportent la manière dont leurs besoins en compléments alimentaires ont baissé ou ont disparu après s'être mis au régime pauvre en glucides et riche en graisses.

A la surprise de beaucoup, des problèmes de toute une vie ont disparu après une période d'acclimatation à un régime pratiquement sans presque aucune fibre ! Des quantités négligeables de fibres provenant d'aliments naturels et non préparés (la plupart solubles) ne seront pas un problème pour le système digestif. Mais des quantités importantes de fibres, comme le recommandent de nombreuses autorités sanitaires, peuvent poser de gros problèmes, car les fibres gonflent jusqu'à quatre ou cinq fois leur taille initiale dans le système digestif et créent ainsi une irritation intestinale permanente. Les fibres gonflées peuvent potentiellement créer des dommages à la délicate muqueuse digestive qui s'enflamme alors. Il n'est pas étonnant que de nombreux individus, moi-même y compris, aient des réactions extrêmement négatives en faisant le très populaire nettoyage du colon à base de fibres. Les fibres alimentaires sont de la m...de d'éléphant dans un magasin de porcelaine.

Et les fruits ?

Les fruits sont en fait pire que les légumes (y compris les jus de fruits et les confitures). Les fruits contiennent un type de sucre appelé fructose qui est métabolisé exclusivement dans le foie. Cela signifie que même quand le fructose n'a pas d'effet immédiat sur nos taux de glycémie et d'insuline, à long terme, son métabolisme hépatique peut expliquer nombre d'effets négatifs sur la santé. Le Docteur Mercola fait la synthèse des principales différences entre le métabolisme du glucose et celui du fructose et explique ainsi la raison pour laquelle le fructose est de loin le pire type de sucre qui existe :
- Après avoir mangé du fructose, pratiquement toute la charge métabolique repose sur le foie, tandis qu'avec le glucose, le foie n'en a que 20% à métaboliser.

- Toutes les cellules du corps, y compris celles du cerveau, utilisent du glucose. C'est la raison pour laquelle la majorité du glucose est « brûlée » immédiatement après avoir été consommée. Par contre, le fructose est transformé en acides gras libres (AGL), en VLDL (le mauvais cholestérol) et en triglycérides, qui sont stockés sous forme de graisse.

- Les acides gras qui sont créés pendant le métabolisme du fructose s'accumulent sous forme de gouttes de gras dans le foie et dans les tissus des muscles du squelette, provoquant résistance à l'insuline et stéatose hépatique non alcoolique. La résistance à l'insuline évolue ensuite en syndrome métabolique et en diabète de type 2.

- Le fructose est le glucide le plus lipophile. En d'autres termes, le fructose se transforme en glycérol activé (g-3-p) qui est directement utilisé pour transformer les acides gras libres en triglycérides. Plus vous avez de g-3-p, plus vous stockez de graisses. Le glucose fonctionne tout à fait différemment.

- Lorsque vous mangez 120 calories de glucose, moins d'une calorie est stockée sous forme de graisse. Sur 120 calories de fructose, 40 seront stockées sous forme de graisse. Consommer du fructose, c'est consommer de la graisse !

- Le métabolisme du fructose par le foie crée toute une série de déchets et de toxines, y compris une grande quantité d'acide urique qui fait augmenter la pression sanguine et peut provoquer la goutte.

- Le glucose supprime l'hormone de la faim appelée ghréline et provoque une résistance à la leptine, ce qui supprime l'appétit. Le fructose n'a aucun effet sur la ghréline et en empêchant le cerveau d'utiliser convenablement la leptine, fait manger de trop.
Selon le site MyPyramid.gov, nous devrions manger environ l'équivalent de 2 tasses de fruits par jour afin d'avoir une alimentation équilibrée. Mais souvenez-vous que nous ne cultivons les fruits (et seulement certains d'entre eux) que depuis quelques milliers d'années (et de nombreux arbres fruitiers depuis quelques centaines seulement) et les fruits que nous voyons aujourd'hui - pommes Fuji, poires Bartlett, oranges navel - ont été créés récemment afin d'être plus sucrés que les variétés sauvages et font donc grossir davantage à cause de leur teneur plus élevée en fructose.

J'ai rencontré de nombreuses personnes qui défendent leur consommation de fruits en se basant sur le point de vue évolutionniste de la théorie "de l'origine africaine de l'homme moderne" (ou plutôt l'hypothèse, devrais-je dire). Ils prétendent qu'en Afrique, il y avait de nombreux fruits tropicaux que nos ancêtres appréciaient. Pas si vite...

Les effets possibles des protéines de fruits sur les communautés de primates à Madagascar et dans le Néotropique nous dit que :
Les facteurs écologiques qui contribuent à l'évolution des communautés de vertébrés tropicaux sont encore peu compris. Les communautés de primates d'Amérique tropicale ont moins de folivores mais davantage de genres frugivores que les régions tropicales du Vieux Continent et tout particulièrement beaucoup plus de genres frugivores que Madagascar. ... Les fruits néotropicaux ont des concentrations de protéines plus importantes que les fruits de Madagascar et la représentation plus importante de genres frugivores dans le Néotropique est liée à des concentrations plus importantes de protéines dans les fruits. Les faibles concentrations de protéines dans les fruits à Madagascar aurait restreint l'évolution des frugivores dans les communautés malgaches.
C'est-à-dire que manger des fruits n'était pas le régime principal des primates en Afrique et l'élément principal recherché par les consommateurs, qui leur a permis de se développer en tant qu'espèce, ce sont les protéines. De plus, je devrais souligner que les créatures qui mangent des fruits ne sont pas devenues des êtres humains comme les primates exposés à des conditions difficiles ou inhabituelles l'ont fait. Lisez Aquatic Ape Hypothesis [l'Hypothèse du Singe Aquatique - NdT] pour de très bons arguments révélateurs quant à la façon et la raison pour laquelle les humains ont évolué ainsi. En bref, si vous voulez régresser jusqu'au singe, mangez plus de fruits.

A un certain moment de notre évolution, les acides gras essentiels comme le DHA (acide docosahexaénoïque) - de la viande et des organes de gibier et autre bétail nourris à l'herbe et de poissons et fruits de mer sauvages d'eau froide - avaient un rôle dominant dans notre alimentation au point qu'on pense qu'ils ont été les seuls responsables de la croissance significative de la taille du cerveau humain. Le DHA constitue la majeure partie des acides gras essentiels du cerveau, facilitant les fonctions visuelle et cognitive, formant les récepteurs cérébraux aux neurotransmetteurs comme la sérotonine et la dopamine, et servant de molécule de stockage que le corps peut ensuite reconvertir en un autre acide gras essentiel, l'EPA (acide eicosapentaénoïque) - si nécessaire. Donc, il nous faudrait en fait apparemment une grande quantité de graisses d'animaux terrestres ET de poisson. C'est notre héritage évolutionnaire en tant qu'êtres humains, pas aux singes.

L'importance des graisses

Nous avons mangé avec une alimentation riche en graisses saturées et mono-insaturées et essentiellement des graisses polyinsaturées comme les omega-3 au cours de notre histoire sans effets négatifs. Au contraire, ces graisses ont été cruciales pour notre développement en tant qu'êtres humains. Certaines de ces graisses (comme les graisses saturées à chaînes moyennes) ont en fait des propriétés antimicrobiennes et fournissent une source immédiate d'énergie. De plus, leur structure les rend difficiles à stocker comme amas graisseux dans le corps. Les graisses saturées à plus longues chaînes apportent de l'énergie aux muscles, aident au métabolisme des protéines, à la structure et au fonctionnement du cerveau, protègent les poumons des dommages et protègent les acides gras essentiels polyinsaturés du corps contre les dommages et la rancidité.

Le cholestérol est essentiel pour notre corps et le mythe du cholestérol a de toute évidence conduit les chiffres de l'obésité à des niveaux disproportionnés. Tandis que la soi-disant "civilisation" occidentale étend son influence, nous sommes à présent plus malades que jamais à cause du mythe du cholestérol :
La chose la plus importante que vous ne savez probablement pas à propos du cholestérol
7 raisons de manger plus de graisses saturées
L'arnaque du cholestérol - où se trouvaient les médecins ?
Les origines de l'arnaque du cholestérol
Un taux de cholestérol élevé entraîne-t-il VRAIMENT une maladie cardiaque ?
Pourquoi vous devriez manger plus (et pas moins) de cholestérol
Comment interpréter les résultats des tests de cholestérol
J'ai trop de cholestérol et je m'en fiche
Le mythe du cholestérol qui nuit à votre santé
Un gros titre que vous ne verrez jamais : un sexagénaire meurt de trop de cholestérol
La vérité est que c'est principalement les glucides et les graisses transformées qui vous font grossir et vous rendent malades, pas les graisses naturelles qui vous donnent en fait de l'énergie et vous aident à être en bonne santé. Les graisses transformées sont des huiles végétales hautement polyinsaturées qui sont extrêmement instables et sujettes à devenir rances. Les mauvaises graisses se trouvent aussi dans les céréales ou le bétail nourri aux céréales ou au maïs, les poissons et fruits de mer d'élevage (oui, ils sont nourris au maïs), les huiles végétales hydrogénées et partiellement hydrogénées ou les acides gras trans (margarine, graisse végétale, huiles de soja ou de colza, etc.). Ces graisses transformées contiennent principalement des acides gras oméga-6 pro-inflammatoires. L'inflammation peut être hautement perturbante et toxique pour le corps et rend la perte de poids fondamentalement impossible.

Si vous consommez ces graisses nocives, les graisses de votre corps, y compris celles du cerveau et des membranes cellulaires, auront une signature rance, pro-inflammatoire et nocive. (Il y a sans aucun doute un lien entre la consommation de ces graisses nocives et l'augmentation étonnante de maladie d'Alzheimer et de démence sénile précoce). Elles sont également très mauvaises lorsqu'on considère que les membranes cellulaires ont des capacités incroyables et jouent un rôle crucial pour notre santé et notre bien-être. Les membranes cellulaires ne permettent pas seulement aux nutriments de pénétrer dans la cellule, elles jouent également un rôle d'isolant électrique qui empêche la cellule d'être envahie par n'importe quelle molécule de son environnement. Ce sont les structures des membranes cellulaires qui permettent de lire les signaux environnementaux qui permettront à leur tour la lecture des gènes afin que les protéines usées puissent être remplacées ou que de nouvelles protéines puissent être lues. Il me semble qu'un état optimal des membranes cellulaires est essentiel pour les changements d'ADN dont nous avons bien besoin pour notre guérison. Mais aucune cellule ne peut être saine sans les graisses adéquates pour se construire. Après des années de consommation de mauvaises graisses, d'huiles végétales, etc. les membranes cellulaires de la plupart des gens ressemblent davantage à du plastique qu'à quelque chose de vivant.

Manger pour vivre

Si vous souhaitez perdre du poids sans avoir faim mais au contraire, manger des aliments délicieux et nourrissants et sans faire des tonnes d'exercices dangereux et disproportionnés, lisez nos témoignages et suivez les liens et les recherches sur notre forum Life Without Bread [La Vie sans Pain - NDT]. Vous perdrez non seulement du poids sans effort, mais vous retrouverez également votre santé et vivrez une vie plus épanouissante.

Pensez-y, nous avons passé la majorité de notre histoire humaine dans des périodes glaciaires. Notre physiologie, notre biologie et notre génétique se sont nourries de ce défi. De plus, nous devrions probablement nous préparer à une autre période de ce type dans un futur proche. C'est eux qui peuvent s'adapter qui survivront et s'épanouiront.