Prière de ne pas rire. Pour en être rendus là, l'industrie culturelle favorable au droit d'auteur doit vraiment être dans un état de désespérance qui inspire la pitié davantage que la moquerie.

Le blog Torrentfreak rapporte qu'en Allemagne, des lobbys s'étaient unis pour organiser jeudi une manifestation de défense du droit d'auteur (et plus précisément de l'accord ACTA) à l'occasion de la Journée Mondiale de la Propriété Intellectuelle. Mais craignant de voir trop peu de monde se rendre dans la rue pour défiler ensemble sous le drapeau du copyright, ils ont eu l'idée de recruter de faux manifestants parmi les étudiants (probablement une mauvaise idée lorsque l'on sait le succès qu'a le Parti Pirate chez les jeunes allemands).

La petite annonce proposait de payer grassement les étudiants, 100 euros pour 2 heures de présence, avec probablement l'obligation de lever quelques pancartes à la gloire de l'accord ACTA ou de la destruction continue du domaine public.

Devant le fiasco annoncé, un des principaux lobbys associés à la manifestation a préféré annuler sa participation.

Selon un comptage des forces en présence, le vote programmé au Parlement Européen s'annonce extrêmement serré, d'où ces mesures désespérées pour tenter de faire pencher la balance. Ensemble, les groupes parlementaires européens qui ont annoncé leur rejet de l'ACTA (S&D 25%, ALDE: 11%, Verts : 7.5%, GUE/NGL 4.5%) pèsent pour 48 % des sièges. Ils totalisent 367 voix, alors que la majorité est à 378 voix.*

Pour mémoire, voici à quoi ressemblait les manifestations anti-ACTA, composées exclusivement de bénévoles :