L'explosion a couché des tas d'arbres sur des milliers de kilomètres carrés et le ciel s'est illuminé de sorte qu'on l'a remarqué la lueur jusqu'à Londres...

Le souci est que des chercheurs ne sont allés voir sur place, dans cette région si reculée, que bien plus tard. Depuis, on se demande ce qui a bien pu se passer et les spéculations les plus folles, et même l'explosion d'un OVNI, se sont fait entendre. La théorie la plus acceptée était toutefois qu'il s'agissait de l'explosion d'un assez gros astéroïde (capable de raser une grande ville) qui n'aurait pas supporté le frottement avec notre atmosphère. Toutefois, où sont les traces des débris ?

Les recherches ultérieures plaident pour un crash en bonne et due forme d'un gros débris. On a déjà remarqué des différences de carbone, d'azote et des isotopes d'hydrogène et d'iridium dans la zone concernée. Cela ressemble fort à ce que l'on a trouvé autour d'autres impacts d'astéroïdes dans le monde. Reste que tout le monde a demandé : « C'est bien, mais, et le cratère de ce gros débris dans ce cas? ».

Depuis peu, on s'est beaucoup intéressé à un lac : le lac Cheko. Des chercheurs italiens pensent avoir en main les preuves qu'une météorite a bien frappé le sol et que le cratère se cache en dessous de la surface de l'eau.

La première preuve proviendrait des sédiments au fond du lac. L'équipe italienne avait pratiqué des mesures sismiques au fond du lac en 1999. Cela a permis de montrer que les sédiments ne se sont accumulés que depuis une centaine d'années, soit donc, curieusement, juste après la date de l'évènement. Ils ont aussi a priori trouvé quelque chose de dense au milieu de ce lac (le gros débris du météore).

En 2009, ces chercheurs ont aussi réalisé une étude magnétique et ont détecté l'anomalie qu'on espérait trouver et qui plaide en faveur de la création du lac par l'impact d'un gros débris. D'autres chercheurs restent encore sceptiques et pensent qu'on n'a rien trouvé tant que l'on n'a pas récupéré quelque chose de concret au fond. L'affaire devient de plus en plus claire et il y a de moins en moins d'extraterrestres carbonisés en vue en tout cas...

Pour aller plus loin: Magnetic and seismic reflection study of Lake Cheko, a possible impact crater for the 1908 Tunguska Event, Geochemistry, Geophysics, Geosystems, VOL. 13, Q05008, 12 PP., 2012. doi:10.1029/2012GC004054