NOUVEAU ! Disponibles en français sous format électronique (Amazon Kindle) !

L’Onde, Tome 6 – Affronter l’inconnu, de Laura KNIGHT-JADCZYK

L'histoire secrète du monde, tome 2 - Les comètes et les cornes de Moïse, de Laura KNIGHT-JADCZYK


Propaganda

Deux dangereux mensonges sur la Syrie

Nasrallah
© Inconnu

Des analystes et des observateurs, mus par de bonnes intentions, tombent dans les pièges des mensonges sémiologiques véhiculés sur la Syrie. Parmi les plus dangereux mensonges, celui d'« opposition armée » et l'« impossibilité de la solution militaire ». Certains prennent pour prétexte ces deux postulats mensongers pour appeler au dialogue, qualifiée de seule voie pour un règlement politique. Pourtant, dès le début de la crise, le pouvoir syrien a plaidé pour le dialogue, et le président Bachar al-Assad a expliqué sa vision de ce dialogue national, qu'il considère comme un moyen pour élargir la base du partenariat national, et pour reconstruire les institutions de l'Etat tout en préservant et en consolidant l'indépendance nationale. Pour encourager le dialogue, les autorités syriennes ont multiplié les amnisties pour les personnes impliquées dans l'insurrection armée. Plus récemment, l'Etat a franchi un grand pas sur la voie du règlement du problème des déserteurs des forces armées, dont un grand nombre combat aujourd'hui dans les rangs de l'Armée arabe syrienne et certains sont même tombés en martyrs sur le champ d'honneur.

Le terme « opposition armée » vise en réalité à dissimuler la véritable composition des groupes qui combattent l'armée syrienne, et qui constituent le noyau de l'agression coloniale contre la Syrie, son peuple et ses institutions. Ce terme est un voile qui cache d'horribles vérités dont voici les plus importantes :
Book 2

Interview de James W. Douglass, auteur de « JFK et l'indicible : Pourquoi Kennedy a été assassiné... »

Le 50e anniversaire de l'assassinat du président John Fitzgerald Kennedy ce 22 novembre est l'occasion pour nous de revenir sur les parallèles entre ces deux événements, au travers du livre de James W. Douglass "JFK et l'Indicible : Pourquoi Kennedy a été assassiné...". Nous publions ci-dessous l'interview exclusive de l'auteur, réalisée par ReOpen911 pour la sortie de son livre en France aux Éditions Demi Lune.

Pour commencer, pouvez-vous éclairer nos lecteurs sur votre parcours et les raisons qui vous ont amené à travailler sur l'assassinat de Kennedy ?

James Douglass :
Je suis un disciple de Jésus, de Gandhi, de Dorothy Day et de Martin Luther King. Je m'attache à rechercher le règne de la justice et de la paix sur la terre, à travers des expériences non violentes par la force de la vérité et de l'amour. JFK et l'Indicible est une expérience de la vérité, telle que la comprenait Gandhi. Cela signifie rechercher inconditionnellement la vérité, aussi patiemment que possible et sans se préoccuper des conséquences.

Je suis venu à JFK à travers MLK (Martin Luther King). Lorsque King a été assassiné en avril 1968, j'étais professeur de religion à l'Université d'Hawaï à Honolulu. Lorsque mes étudiants et d'autres amis ont formé la Résistance Hawaïenne, je me suis joint à eux. Nous avons été emprisonnés pour nous être assis devant un convoi de troupes partant pour le Vietnam. Ce fut mon baptême de la non-violence comme mode de vie, et aussi le début de ma recherche de la vérité sur le meurtre de King. L'assassinat du Dr King soulève des questions parallèles à ceux de Malcolm X et de John et Robert Kennedy. J'ai commencé à enquêter sur ces quatre assassinats en 1996. J'ai écrit le livre sur JFK d'abord, parce qu'il est mort le premier. Je vois leur histoire comme les quatre dimensions d'un mouvement qui a transformé les États-Unis et le monde, et leur assassinat comme quatre efforts successifs pour annihiler une vision d'espoir.
Eye 1

La Libye au bord de l'effondrement - BHL, Sarkozy et Aubry, coupables

Mouammar Kadhafi
© Inconnu

BHL, Sarkozy et Aubry, nos grands empafés de leaders, étaient d'une joie sans retenue quand en août 2011, le « dictateur » a dû quitter le pouvoir, chassé par une coalition cornaquée par l'OTAN. L'OTAN qui s'intéressait soudain aux droits et libertés du peuple libyen...

Ce qui était dénoncé dès l'origine s'impose désormais dans la lumière : des Etats ont truandé le Conseil de Sécurité pour organiser le renversement d'un gouvernement, ouvrant une phase nouvelle au sein de l'ONU. Ces Etats, dirigés par des petits, ont rêvé de se faire une gloire droit-de-l'hommiste, pour récupérer trois points de sondages et gagner quelques puis de pétrole tant il est évident qu'ils se contrefichent au dernier stade de ce que peut et pouvait être la société libyenne.

Mouammar Kadhafi, qui était le chef d'Etat de droit, est mort lynché et mutilé, mais les grands défenseurs du droit avaient d'autres préoccupations, et aucune enquête n'a été ouverte. Rappelez-vous bien du nom de ces muridés : BHL, Sarkozy et Aubry.

Deux ans, plus tard, ce qui était écrit dès le premier jour se réalise.
Che Guevara

Une nouvelle révolution couve-t-elle en France ? Le phénomène Dieudonné/Alain Soral vu des États-Unis

Traduit de l'anglais par Égalité & Réconciliation

Soral/Dieudonné, Astérix/Obélix
© Inconnu
Je commence aujourd'hui une série d'articles sur ce qui, je crois, fait partie de la crise extrêmement profonde en Europe et sur la probabilité que cette crise puisse déboucher sur des bouleversements considérables. Je vais commencer par aborder ce qui se déroule en France, qui est probablement le pays européen que je connais le mieux et qui est d'après moi celui qui a le plus grand potentiel pour provoquer une détonation d'une grande ampleur.

Je pourrais considérer la situation économique et financière de la France (catastrophique) ou bien les nombreux problèmes sociaux s'abattant sur une population déjà très insatisfaite, mais je préfère me focaliser sur un aspect spécifique de la crise française actuelle : le délire total de la majorité des élites dirigeantes, que j'illustrerai par un exemple frappant, l'hystérie grandissante de ces élites françaises concernant un brillant philosophe, Alain Soral, et un comédien humoriste, Dieudonné M'bala M'bala.

J'ai déjà écrit sur ces deux personnages notoires et je vous incite vivement à lire ces articles pour mieux vous figurer ce qui se passe à l'heure actuelle. Pour ceux qui n'ont pas envie de lire ces quelques pages, en voici une petite introduction.

Dieudonné M’bala M’bala et Alain Soral
© Inconnu
Dieudonné M'bala M'bala est un comédien franco-camerounais qui a été un humoriste très populaire en France jusqu'à son sketch, très bref, sur un colon religieux israélien à la télévision française. Le sketch n'était pas particulièrement drôle mais il a enragé le CRIF, équivalent de l'AIPAC américain en France, qui a alors entamé une campagne systématique de diffamation, de censure et de mise au silence de « Dieudo », tel qu'on le désigne en France. Dieudo a refusé de s'écraser et a riposté en se moquant de ceux qui l'ont persécuté, ce qui lui a valu la popularité de nombreuses personnes détestant les élites financières gouvernant la France depuis 1969. À présent, bien qu'il soit totalement évincé de tout média public, Dieudo reste le comique le plus populaire en France.

Alain Soral est un auteur et philosophe français. Dans son parcours politique, il a été membre du Parti communiste français et du Front national. Il est connu pour avoir développé le concept « gauche du travail, droite des valeurs », ce qui correspond à la promotion à la fois des idées et mesures économiques et sociales « socialistes » et des valeurs religieuses, éthiques et morales de la droite, sur les sujets culturels, éthiques et idéologiques. Il est le fondateur d'un mouvement extrêmement intéressant appelé « Égalité & Réconciliation », dont le but est de réconcilier les Français natifs (appelés « Français de souche ») avec les immigrés devenus récemment français (appelés « Français de branche »), afin de les faire co-exister dans une totale égalité. Du fait de ses nombreuses idées « politiquement incorrectes » et de ses déclarations sans retenue, Soral est haï et redouté par la classe dirigeante française. Bien qu'il ait été complètement évincé de tout média public, Soral reste immensément populaire auprès du public et ses livres sont tous des best-sellers.
Vader

Quel est le véritable programme de l'État policier étasunien ?

Traduit de l'anglais par Avic

Dans ma dernière chronique, j'ai souligné qu'il était important pour les citoyens américains d'exiger de savoir quels sont les vrais programmes qui sont derrière les guerres qu'ont choisi de faire les régimes de Bush et d'Obama. Ce sont des guerres majeures à long terme d'une durée de deux à trois fois celle de la Seconde guerre mondiale.

Obama
© Inconnu
Forbes rapporte que un million de soldats américains ont été blessés en Irak et en Afghanistan. http://www.forbes.com/sites/rebeccaruiz/2013/11/04/report-a-million-veterans-injured-in-iraq-afghanistan-wars/

RT rapporte que le coût du maintien de chaque soldat américain en Afghanistan a augmenté de 1,3 million de dollars à 2,1 millions de dollars par soldat.http://rt.com/usa/us-afghanistan-pentagon-troops-budget-721/

Matthew J. Nasuti rapporte dans Kabul Press qu'il a coûté aux contribuables 50 millions de dollars pour tuer un soldat taliban. Cela signifie qu'il a coûté 1 milliard de dollars pour tuer 20 combattants talibans. http://kabulpress.org/my/spip.php?article32304 C'est une guerre qui ne peut être gagnée qu'au prix de la faillite totale des États-Unis.
Control Panel

La démocratie, l'argent et la crise : un système savamment organisé

Démocratie, illustration
© Inconnu

Si les États membres de l'Union européenne continuent d'appliquer les politiques d'austérité, il pourrait y avoir entre quinze et vingt-cinq millions de nouveaux pauvres. Un nombre équivalent à celui des citoyens européens vivant actuellement aux Pays-Bas ou en Autriche... Cette inflation de la misère ferait grimper le nombre de pauvres à quelque 146 millions, soit plus du quart de la population européenne.

C'est l'avertissement lancé par Oxfam, confédération d'ONG luttant contre la pauvreté et l'injustice dans le monde, dans son rapport intitulé : « le piège de l'austérité - l'Europe s'enlise dans les inégalités ». Lequel conclut que les politiques d'austérité menées par les États membres pour surmonter la crise de la dette souveraine et accéder aux programmes de sauvetage n'ont réussi ni à réduire le coût de la dette, ni à favoriser la croissance.

« En Afrique, en Asie et en Amérique latine, certains pays ont mis vingt ans pour revenir aux niveaux d'avant la crise. En Europe, ces politiques minent de façon irréversible les caractéristiques du modèle économique et social européen tel qu'il s'est développé au cours du XXème siècle. Notre analyse indique que les effets de ces politiques empêchent les plus pauvres de se ressaisir, y compris lorsque la croissance sera de retour en Europe », explique Maurizia Iacchino, présidente d'Oxfam Italie.
Solar Flares

Des choses étranges se produisent sur le soleil : « le maximum solaire est le plus faible depuis 200 ans »

Les scientifiques s'interrogent : « L'activité solaire que l'on enregistre actuellement n'a jamais été aussi étrange depuis au moins un siècle. Le soleil produit à peine la moitié du nombre normal de taches solaires et ses pôles magnétiques sont totalement désynchronisés », écrit Robert Lee Hotz du Wall Street Journal.

Si l'on se base sur des données historiques, le soleil aurait dû se trouver proche de l'apogée de ses éruptions explosives de son cycle d'activité de 11 ans, ce que l'on appelle le maximum solaire. « Mais ce point culminant n'est qu'une blague », affirme Jonathan Cirtain. « Je dirais qu'il est le plus faible depuis 200 ans», renchérit David Hathaway, chef du groupe de physique solaire au Marshall Space Flight Center de la NASA.

Les chercheurs sont perplexes : ils ne savent pas si cette accalmie est temporaire ou si elle marque le début d'une baisse d'activité qui pourrait s'étendre sur plusieurs décennies, et qui pourrait atténuer légèrement le réchauffement climatique en modifiant l'intensité de la lumière du soleil, ou la puissance de ses rayons.
Star of David

Autodafé sioniste en France : 1 ouvrage de Kontre Kulture interdit à la vente et 4 autres censurés

Le juge des référés de Bobigny a condamné ce mercredi 13 novembre 2013 Alain Soral et les éditions Kontre Kulture à retirer de la vente un livre et à en censurer quatre autres.

Anthologie des propos contre les Juifs, le judaïsme et le sionisme de Paul-Eric Blanrue est donc totalement interdit à la vente, alors que quatre ouvrages historiques du XIXe et XXe siècles : La France juive d'Edouard Drumont, Le Salut par les juifs de Léon Bloy, Le Juif international d'Henry Ford et La Controverse de Sion de Douglas Reed devront être amputés de nombreux passages jugés contraires au bon vouloir du plaignant, la LICRA.

Cette condamnation est une première en France quant à l'exceptionnalité de son étendue et la violation d'un certain nombre de principes pourtant bien établis concernant la liberté d'opinion et d'expression, la rétroactivité des lois ou bien la nécessaire transmission de la connaissance historique.

En imposant à tous les desiderata d'une association aux intérêts particuliers, cette condamnation d'exception accomplit dans les faits ce qu'Orwell préfigurait dans son ouvrage 1984 : la réécriture du passé pour mieux transformer le présent. Aussi la LICRA impose-t-elle désormais au monde son uchronie et n'hésite plus, lorsque s'oppose quelque résistance, à actionner son bras armé, la justice.

On n'aura donc pas vu une telle décision de caviardage massif et même de mise au pilon depuis l'époque des autodafés. Cette condamnation aussi unique qu'inique va probablement faire trembler le landerneau de l'édition, même hostile, en ce qu'elle pourrait faire jurisprudence en matière de censure des ouvrages historiques et même contemporains. Mais, beaucoup plus grave, ce jugement qui paraissait inconcevable dans un état de droit risque probablement de venir fortifier le vent de révolte qui déjà sourd de toute part en France.
USA

Traité de libre échange USA - UE : menace mortelle pour le social, la démocratie et le Net

Traduit par Carolina Badii pour Investig'Action

L'année 2013 semble être une année trépidante pour le lobby des multinationales ainsi que pour les défenseurs du libre-échange. Alors qu'ils s'activent frénétiquement d'une conférence mondiale sur le libre-échange à une autre, telles des abeilles butinant de délicieuses orchidées, leurs efforts commencent à porter leurs fruits.

Rien que le mois passé, les dirigeants de 12 pays dont les Etats-Unis, l'Australie, le Japon, la Nouvelle-Zélande et le Mexique, ont promis de signer le Trans-Pacific Partnership (TPP) d'ici la fin de l'année. Pendant ce temps, de l'autre côté de la planète, l'Europe a signé un traité majeur de libre-échange les Etats-Unis, le Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP). Malgré le scandale des allégations selon lesquelles la NSA (agence de sécurité nationale) et le GCHQ (centre d'interception des télécommunications étrangères) auraient mis sur écoute des dirigeants européens, la majorité des membres de l'UE sont déterminés à s'assurer que les retombées de ce scandale n'affectent pas les négociations actuelles du TTIP. Ce traité réunirait alors les pays qui concentrent à eux seuls la moitié du PIB de la planète dans une vaste zone de libre-échange.

Cependant le président du Parlement Européen, Martin Schultz, a déclaré qu'il serait peut-être nécessaire de suspendre temporairement les négociations. En fait, ce n'est pas qu'il se soucie du danger de conclure un partenariat étroit avec un pays dont les actions récentes ont bafoué toute notion de confiance mutuelle et de coopération. C'est parce qu'il craint que la poursuite des négociations dans le climat actuel entraîne un mouvement plus général d'opposition au libre-échange :
Gold Coins

Corruption économique - Eco-Taxe : Bonnets Rouges et Bonnets d'Âne...

« Nous marchons vers un monde inconnu sans boussole et sans pilote, il n'y a qu'une chose qui soit certaine, c'est que tout finira par un naufrage. »

~ Talleyrand (1)
Révolte en Bretagne

La mise en application d'une nouvelle « taxe » provoque la colère d'une région entière. Mettant en lumière l'incurie de nos gouvernements et l'irresponsabilité de nos « élus », censés représenter et défendre les intérêts de notre "collectivité". Votée à l'unanimité de tous les partis politiques, sous le précédent gouvernement.

Europe et Crise - Caricature de Teddijo
© Teddijo
« Collectivité » ? Oui, car on n'ose plus employer les termes de « peuple » ou « nation » pour ne pas être accusé de « populisme », de « souverainisme », voire de se retrouver peinturluré en « rouge-brun », par le terrorisme inquisitorial des fanatiques, radicaux imbéciles, dévots illuminés, ou mercenaires, de la « mondialisation »...

Soulèvement rappelant les lointaines Jacqueries de l'Ancien Régime par son rejet de l'injustice fiscale induisant la paupérisation croissante de ceux qui vivent non pas de spéculations ou de rentes de situation, aristocratiques, politiciennes ou mafieuses, mais de leur simple labeur. Sur fond de corruption et de gabegie d'un Etat en pleine régression, déliquescence.
Top