Propaganda

Mea culpa d'un médecin faiseur d'opinion : oui, le gras est bon pour la santé

Image
© Inconnu
Je retranscris ici l'interview d'un cardiologue américain qui fait un peu froid dans le dos en raison de la tournure qu'a pris la société en général et en particulier nord-américaine au sujet de la mauvaise nourriture et de la « mauvaise science ». Les effets particulièrement néfastes des « conseils en diététique » a finalement abouti en une cinquantaine d'années avec parallèlement le développement hors de contrôle de l'alimentation industrielle à un véritable désastre sanitaire qui s'est répandu à l'échelle planétaire. Voici, retranscrit aussi fidèlement que possible l'interview par Disclose.TV du Docteur Dwight Lundell.

Nous médecins, avec toutes nos études, nos connaissances et notre autorité, il nous arrive souvent d'atteindre un large « ego » qui fait que parfois il nous est difficile d'admettre que nous avons fait erreur. C'est comme ça et j'admets avoir été moi-même dans l'erreur. En tant que chirurgien spécialisé dans la chirurgie cardiaque avec plus de 25 ans d'expérience, j'ai réalisé plus de 5000 interventions sur cœur ouvert et aujourd'hui le jour est venu de reconnaître que j'ai été dans l'erreur en regard des évidences scientifiques et médicales.

Pendant des années, j'ai fait partie des médecins qu'on peut qualifier de « faiseurs d'opinion ». Submergés de littérature scientifique, assistant sans arrêt à des séminaires de formation, nous, faiseurs d'opinion, avons finalement insisté sur le fait que les problèmes cardiaques étaient la simple résultante de taux trop élevés de cholestérol sanguin. La seule approche acceptable était qu'il fallait prescrire des médicaments susceptibles de réduire ce taux de cholestérol et d'imposer aux patients un régime sévèrement restreint en graisses. Le résultat serait une décroissance du cholestérol sanguin et donc une réduction des maladies cardiaques. Toute déviation à ces principes de praticien fut considérée naturellement comme une hérésie et une mauvaise pratique médicale.

Commentaire: Reprise d'un commentaire d'un article concernant le même sujet. Pour rappel, l'ALA est un omega 3, mais d'origine végétale :

L'ALA (Acide alpha-linolénique) est certes un oméga 3. On le retrouve dans les huiles végétales, ainsi que se plaisent à nous le seriner depuis des années tous les médias dominants. Cependant, c'est une forme chimique qui demande de grands efforts au corps pour être transformé en DHA. Qui plus est, en quantité sans doute peu efficiente. Autant dire qu'il n'est pas besoin d'en rajouter une couche à notre organisme, déjà submergé par les poisons issus de nos modes de vie modernes.

Et cela, sans parler des molécules potentiellement inflammatoires que l'on retrouve en plus dans les-dites huiles végétales (lectines).

Pourquoi ne pas consommer les animaux qui ont déjà travaillé à la conversion de ces précieux acides ?

- Les oméga-3 du poisson, une piste pour prévenir la maladie d'Alzheimer ?

- Les oméga-3 réduisent la gravité des accidents vasculaires cérébraux

- Des oméga-3 aux allures d'antidépresseurs

On pourra objecter qu'avec la pollution généralisée de nos océans, la consommation de poissons radioactifs bourrés de métaux lourds et de pcb devient de plus en plus risqué. Et ce serait vrai.

On pourra alors malgré tout se tourner vers les produits animaux issus de modes d'élevage respectueux du vivants, des animaux se nourrissant d'herbe. Beurre, œufs, gras animal, tous riches en bons acides gras.


Books

Exclusivité SOTT : propagande anti-russe dans les manuels scolaires hollandais

Il y a quelques jours, un parent d'élève hollandais a posté sur sa page Facebook deux illustrations issues du manuel scolaire de sa fille. Le manuel s'intitule « Thèmes en sciences sociales 1 pour VMBO-KGT, VMBO signifiant « formation professionnelle préparatoire de niveau secondaire », et désignant une filière niveau lycée aux Pays-Bas,. Le manuel est fourni aux élèves de la VMBO (âgés d'environ 15-16 ans) au cours des deux dernières années de leur cursus dans cette filière.

On peut lire dans la description du manuel : « Le manuel est mis à jour annuellement et contient de nombreuses sources d'informations actuelles et diverses, ainsi que des exercices ». Le manuel a certes été mis à jour, car la Russie y est dépeinte comme un pays tout à fait hostile, ce qui est dans la ligne de l'actuelle propagande occidentale anti-russe.

Les deux images suivantes figurent à la page 67 du manuel, Chapitre 7 : pays non démocratiques. La première image dépeint la Russie comme un pays « maléfique » tentant de s'emparer de l'Ukraine, tandis que l'Europe tend désespérément la main à l'Ukraine. L'une des questions posées aux élèves est : « Que fait la Russie, et que fait l'Europe sur cette image ? » Eh bien, la réponse est simple : la monstrueuse Russie tente manifestement de dévorer la pauvre Ukraine, sous les yeux d'une gentille Europe très très inquiète !
Image
© M. Philipsen

Family

Transhumanisme : du progrès de l'inhumanité

Image
© Inconnu
Encore un dossier sur le transhumanisme ? Depuis deux ans, pas une semaine sans un article, une émission, un livre, un film sur le sujet. On finira par ne plus en parler, si le transhumanisme devient, comme l' informatique, si familier qu'on ne le remarque plus. Il y a dix ans, le sujet était quasi tabou, et l'on traitait nos alertes de « complotistes » et de « catastrophistes ». En 2015, Les Echos annoncent posément « L'ère de l'homme augmenté a débuté » (1) sans heurter quiconque. Le Monde offre à cette idéologie une chronique hebdomadaire - signée Laurent Alexandre - sans plus de protestations. Le transhumanisme est aujourd'hui une option à discuter parmi d'autres. Quant à la population, c'est à peine si elle a le temps de réaliser ce qui arrive - encore moins de le penser . Or rien n'est plus urgent que de comprendre si l'on espère arrêter les ennemis de l'humain.

L'eugénisme 2.0

On doit le terme « transhumanisme » à Julian Huxley, frère d'Aldous (2) , biologiste et théoricien de l'eugénisme dans les années 1930. Après la guerre et l'industrialisation de la sélection eugéniste, J. Huxley cherche à se démarquer du nazisme. En 1957, il exhorte l'Homme à prendre en main l'évolution : « C'est en fait lui qui détermine l'orientation future de l'évolution sur cette terre. (...) Si elle le souhaite, l'espèce humaine peut se transcender (...). Nous avons besoin d'un nouveau nom pour cette nouvelle conviction. Peut - être le mot « transhumanisme » pourra-t-il convenir : l'homme demeurera l'homme, mais se transcendant en réalisant les possibilités de sa nature humaine et à leur avantage. " Je crois en le transhumanisme " : sitôt que cette conviction sera suffisamment partagée, l'espèce humaine se tiendra au seuil d'une nouvelle existence, aussi dissemblable de la nôtre que la nôtre l'est de celle de l'homme de Pékin. Elle accomplira enfin consciemment son véritable destin. » (3)

Commentaire: Le mirage de l'homme augmenté, amélioré, qui permet encore une fois à l'être humain de ne pas prendre sa part de responsabilité dans le malheur qui est le sien. Pourquoi se soucier de la destruction de son propre corps, pourquoi vouloir comprendre les maladies de son propre esprit, pourquoi se préoccuper de la dégradation de son environnement : n'avons-nous pas les meilleurs pansements, les meilleures béquilles ? Cette négation à peine voilée de la mort elle-même et ce refus de l'inéluctable ne sont pas le résultat de la quête d'une connaissance juste qui permettrait à l'homme de se libérer. On pourra y voir à la place la manifestation d'une volonté de pouvoir et de contrôle sur un corps qui lui a été donné dans un environnement qui lui a été offert, l'expression de son incapacité à faire face à ses propres peurs en cherchant des raccourcis, des « buffets gratuits », des assurances à la vie.

Les commodités valent-elles le sacrifice d'une liberté sempiternellement réclamé par ces mêmes spécialistes, ces mêmes leaders, ces mêmes élites et ces mêmes hommes d'influence qui n'ont toujours su que conduire l'être humain à sa perte ?


Pistol

La police a tué plus de 500 personnes aux Etats-Unis cette année

Image
L'épidémie de violences policières aux Etats-Unis a fait plus de 500 morts cette année, et la police a tué 20 personnes au cours de la seule semaine du 12 juin.

Les médias américains ont largement ignoré cette statistique sinistre. Ils ont plutôt tenté d'attiser l'hystérie sécuritaire en évoquant la chasse à l'homme pour retrouver deux détenus qui se sont évadés récemment de la prison Clinton dans l'Etat du New York.

Selon une base de données d'homicides policières, la police a tué la 500e victime le 8 juin, lorsqu'un commando policier a abattu Richard Warolf, un homme suicidaire de 69 ans, au cours d'une visite de politesse demandée par sa famille à Sun City, une banlieue de Phoenix.

Le 9, une policière à Des Moines a tiré à travers la fenêtre de sa voiture de police et a abattu Ryan Bollinger, un homme de 28 ans sans armes, après une poursuite de deux minutes à basse vitesse.

Les neuf autres victimes de la police depuis lundi sont: Matthew Wayne McDaniel, 35 ans, en Floride; Rene Garcia, 30 ans en Californie, tué lors d'une interpellation routière; Mario Ocasio, 51 ans de New York, tué par un Taser (pistolet à impulsion électrique); Jeremy John Linhart, 30 ans de l'Ohio, également tué lors d'une interpellation routière; Ross Anthony, 25 ans, de Dallas, tué par un Taser; un homme inconnu suicidaire de 45 ans de la région de Houston; QuanDavier Hicks, 22 ans, de Cincinnati; Isiah Hampton, 19 ans, de New York; un homme sans-abri inconnu de Miami, tué avec cinq balles; et Charles Allen Ziegler, 40 ans, de Pompano Beach, en Floride.

Video

Pourquoi Poutine ne reconnait pas les républiques populaires de Donetsk et Lougansk comme états souverains ou la technique récurrente et particulière des adversaires géopolitiques de la Russie

Traduit de l'anglais par le Saker francophone
© Inconnu
Nikolai Starikov
Grâce à mon génial ami Tatzhit Mikhaïlovitch je peux, encore une fois, partager avec vous la version sous-titrée d'une déclaration vidéo d'importance cruciale faite par Nicolas Starikov. Les hourra patriotes [ultra-nationalistes russes, NdT] vont être furieux, mais beaucoup d'entre vous apprécieront la sophistication de la stratégie de Starikov (bon, en fait de Poutine).

Régalez vous !


Vidéo de Nicolas Starikov sous-titrée en Français
Traduction des sous-titres Claude Rodier


Transcription

1 - 00:00:00,000 - > 00:00:14,640

Avant de parler de ce qui va se passer, je suggère que nous nous mettions d'accord pour dire que les sentiments n'interviennent pas ici. Parce que nous allons parler de choses sérieuses et que les émotions ne pourraient être qu'un obstacle.

2 - 00:00:14,960 - > 00:00:26,080

Permettez-moi de préciser par écrit un certain nombre de choses... Qu'ont fait nos adversaires géopolitiques pendant des siècles ? Ils ont une technique particulière, regardez :

3 - 00:00:26,320 - > 00:00:40,400

L'Inde, année 1949. Nos « partenaires » anglais, grâce à l'URSS qui a gagné la Seconde Guerre mondiale, sont poussés hors du pays.

4 - 00:00:40,640 - > 00:00:56,400

Oui, le peuple indien réclame son indépendance, mais il aurait pu la réclamer un autre siècle, s'il n'y avait eu les chars soviétiques à Berlin - et, encore plus important, les chars soviétiques dans la Corée voisine.

Bad Guys

L'accaparement mondialisé des terres agricoles par les pouvoirs financiers

Image
© Inconnu
La concession ou l'acquisition de la terre pour des fins spéculatives n'est pas un phénomène nouveau. Celui-ci s'est produit, au cours des derniers siècles, avec l'établissement des latifundios, de grands domaines appropriés ou usurpés par de riches propriétaires terriens ou par les institutions bancaires comme on a pu l'observer fréquemment en Amérique latine. Ou encore quand des terres consacrées aux cultures vivrières sont transformées pour laisser place à des cultures pour l'exportation telles que les cultures du café, de la canne à sucre ou du cacao. En général, ceux qui faisaient l'acquisition de vastes propriétés foncières dans un pays étaient le plus souvent originaires ou habitaient le pays. Aujourd'hui, les acheteurs peuvent se retrouver un peu partout sur la planète et parcourent le monde pour saisir les possibilités d'acquisition de propriétés de valeur et très souvent offertes à bas prix par leurs propriétaires ou par les gouvernements nationaux. C'est la course aux investissements rentables ou la financiarisation du domaine foncier. C'est une forme extrême du colonialisme qui ne connaît pas de frontières. Dans les faits, c'est toute la planète qui est sacrifiée pour le bénéfice des grands pouvoirs financiers et ce le plus souvent avec le concours des États et des organisations internationales telles que la Banque mondiale.

Snakes in Suits

Ukraine : Georges Soros et la corruption dans tous ses états

Traduit par Wayan, relu par jj et Diane pour le Saker Francophone

Image
© Inconnu
Le public a rarement l'occasion de pouvoir jeter un œil dans le monde corrompu des oligarques occidentaux et les manipulations éhontées qu'ils fomentent pour accroître encore leur fortune aux dépens des biens publics. L'occasion nous vient ici d'avoir accès à la correspondance du milliardaire né hongrois, spéculateur maintenant naturalisé américain, George Soros.


Le groupe de hacker CyberBerkut a mis en ligne des lettres présumées écrites par Soros qui ne le montrent pas seulement comme le marionnettiste en chef du régime pro-américain de Kiev. Elles montrent aussi les machinations en accord avec le gouvernement américain et des responsables de l'Union européenne dans une combine qui, si elle réussit, pourra lui faire gagner des milliards grâce au pillage du patrimoine ukrainien. Tout cela, bien sûr, aux dépens des citoyens ukrainiens et des contribuables de l'UE.

Ce que révèlent ces trois documents piratés est le degré de manipulation, dans les moindres détails, du régime de Kiev par le milliardaire new-yorkais.

Dans le plus long de ces mémos, daté du 15 mars 2015, et classé confidentiel, Soros aligne toute une liste détaillée d'actions à entreprendre par le régime de Kiev. Intitulé Une stratégie globale à moyen et long terme pour la nouvelle Ukraine, le mémo appelle à «restaurer les capacités de combat de l'Ukraine sans violer les accords de Minsk». Pour y arriver, Soros note allégrement que «Le général Wesley Clark, le général polonais Skrzypczak et quelques spécialistes de l'Atlantic Council [ONG financée par Soros, NdT] vont conseiller le président Porochenko sur la manière de restaurer les capacités de combat de l'Ukraine sans violer les accords de Minsk.»

Gear

Un Système atlantiste en décomposition s'enfonçant dans le totalitarisme

Image
© Inconnu
On dirait une accélération filmée au ralenti. En vision panoramique, on voit la multiplication exponentielle des crises qui agitent la scène géopolitique mondiale. Et si l'on zoome sur une crise ou sur l'autre, on observe que toutes, absolument toutes, s'aggravent et s'amplifient par la grâce d'une lente mécanique de pourrissement quasi automatique. Moteur de ce désordre globalisé : un Système atlantiste en décomposition qui, comme pris dans des sables mouvants, précipite sa disparition d'autant plus vite qu'il s'agite en tous sens. C'est que l'effondrement de sa contre-civilisation se fracasse désormais à la fois contre la montée en puissance des pays émergents ; et contre le mur des contradictions de son modèle néolibéral. Comme attendu, le Système atlantiste cherche dès lors à persévérer dans son être par la guerre à l'extérieur (1), et la dérive totalitaire à l'intérieur. Et là, du « flash » français au stroboscope US, les choses se précisent.

USA

L'Occident facilitera la montée de l'Etat Islamique « afin d'isoler le régime syrien », lit-on dans un document de la Defense Intelligence Agency de 2012

Traduction : Dominique Muselet

Image
© Inconnu
Le lundi 18 mai, Judicial Watch, le groupe de vigilance du gouvernement conservateur, a publié une sélection de documents autrefois classifiés obtenus du Département américain de la Défense et du Département d'Etat grâce à un procès fédéral.


Alors que les grands médias se concentraient sur le traitement par la Maison Blanche de l'attaque du consulat de Benghazi, un bien plus « grand tableau » se dégage de la lecture d'un document de la Defense Intelligence Agency rédigé en 2012 : à savoir que l'avènement d'un « État islamique » dans l'est de la Syrie est souhaitable pour que l'Occident puisse arriver à ses fins dans la région.

De manière surprenante, le rapport récemment déclassifié stipule que pour « l'Occident, les pays du Golfe et la Turquie [qui] soutiennent l'opposition [syrienne]... il y a la possibilité d'établir une principauté salafiste officielle ou pas, dans l'est de la Syrie (Hasaka et der Zor), et c'est exactement ce que veulent les puissances qui soutiennent l'opposition, afin d'isoler le régime syrien ... ».

Le rapport de la DIA, anciennement classé « SECRET // NOFORN* » et daté du 12 août 2012, a été largement diffusé dans les divers organes gouvernementaux, y compris CENTCOM, la CIA, le FBI, le DHS, NGA, le Département d'État et beaucoup d'autres.

Dollar

La pathologie de la riche famille blanche

Traduction: Nicolas Casaux

Image

Les portraits des ex-présidents George W. Bush, à gauche, et George H.W. Bush, son père, extrait de l’émission « l’art de la gouvernance : la diplomatie d’un président ». L’exposition des portraits des dirigeants du monde organisée par le plus jeune des Bush, se trouve à la bibliothèque présidentielle George W. Bush et au muséum de Dallas jusqu’au 3 juin.(AP / Benny Snyder)
La pathologie de la riche famille blanche est la plus dangereuse des pathologies des États-Unis. La riche famille blanche est maudite par trop d'argent et de privilèges. Elle est dénuée d'empathie, conséquence de vies entières de prérogatives. Son sens de loyauté est restreint et elle ne possède pas d'aptitude au sacrifice personnel. Sa définition de l'amitié se réduit à « que pouvez-vous faire pour moi ? » Elle est possédée par un désir insatiable d'accroître sa fortune et son pouvoir. Elle pense que la richesse et les privilèges lui confèrent une intelligence et une vertu supérieures. Elle baigne dans l'hédonisme et le narcissisme effrénés. Et à cause de tout cela, elle interprète la réalité à travers un prisme d'auto-adulation et d'avarice qui la rend délirante. La famille blanche et riche est une menace. Les pathologies des pauvres, lorsqu'on les compare aux pathologies des blancs riches, sont comme une bougie que l'on comparerait au soleil.

Les familles riches et blanches ne manquent ni d'acolytes ni de propagandistes. Elles dominent nos ondes radio-télévisées. Elles imputent la pauvreté, la rupture sociétale, la violence urbaine, l'usage de la drogue, les abus domestiques et le crime à la pathologie des familles pauvres et noires — sans en connaître aucune. Elles prétendent que les familles pauvres et noires se désintègrent à cause de quelque défaut inhérent — vous pouvez alors lire entre les lignes que les blancs sont supérieurs aux noirs — un défaut que ces familles pauvres doivent réparer.

Si vous colportez ces bêtises racistes et simplistes, on vous donnera une colonne dans le New York Times. Faire de la lèche aux riches familles blanches rapporte toujours. Si vous êtes noir et que vous tenez ce genre de discours, les blancs riches déborderont de joie. Ils feront tout leur possible pour vous offrir une tribune. Vous pourrez alors devenir président, ou juge à la cour suprême. Vous obtiendrez peut-être une émission de télévision, ou un poste dans une université. Vous obtiendrez de l'argent pour votre fondation. Vous pourrez publier des livres sur le développement personnel. Vos films seront financés. Vous pourriez même être embauché pour diriger une compagnie.