Snakes in Suits

Ukraine : Georges Soros et la corruption dans tous ses états

Traduit par Wayan, relu par jj et Diane pour le Saker Francophone

Image
© Inconnu
Le public a rarement l'occasion de pouvoir jeter un œil dans le monde corrompu des oligarques occidentaux et les manipulations éhontées qu'ils fomentent pour accroître encore leur fortune aux dépens des biens publics. L'occasion nous vient ici d'avoir accès à la correspondance du milliardaire né hongrois, spéculateur maintenant naturalisé américain, George Soros.


Le groupe de hacker CyberBerkut a mis en ligne des lettres présumées écrites par Soros qui ne le montrent pas seulement comme le marionnettiste en chef du régime pro-américain de Kiev. Elles montrent aussi les machinations en accord avec le gouvernement américain et des responsables de l'Union européenne dans une combine qui, si elle réussit, pourra lui faire gagner des milliards grâce au pillage du patrimoine ukrainien. Tout cela, bien sûr, aux dépens des citoyens ukrainiens et des contribuables de l'UE.

Ce que révèlent ces trois documents piratés est le degré de manipulation, dans les moindres détails, du régime de Kiev par le milliardaire new-yorkais.

Dans le plus long de ces mémos, daté du 15 mars 2015, et classé confidentiel, Soros aligne toute une liste détaillée d'actions à entreprendre par le régime de Kiev. Intitulé Une stratégie globale à moyen et long terme pour la nouvelle Ukraine, le mémo appelle à «restaurer les capacités de combat de l'Ukraine sans violer les accords de Minsk». Pour y arriver, Soros note allégrement que «Le général Wesley Clark, le général polonais Skrzypczak et quelques spécialistes de l'Atlantic Council [ONG financée par Soros, NdT] vont conseiller le président Porochenko sur la manière de restaurer les capacités de combat de l'Ukraine sans violer les accords de Minsk.»

Gear

Un Système atlantiste en décomposition s'enfonçant dans le totalitarisme

Image
© Inconnu
On dirait une accélération filmée au ralenti. En vision panoramique, on voit la multiplication exponentielle des crises qui agitent la scène géopolitique mondiale. Et si l'on zoome sur une crise ou sur l'autre, on observe que toutes, absolument toutes, s'aggravent et s'amplifient par la grâce d'une lente mécanique de pourrissement quasi automatique. Moteur de ce désordre globalisé : un Système atlantiste en décomposition qui, comme pris dans des sables mouvants, précipite sa disparition d'autant plus vite qu'il s'agite en tous sens. C'est que l'effondrement de sa contre-civilisation se fracasse désormais à la fois contre la montée en puissance des pays émergents ; et contre le mur des contradictions de son modèle néolibéral. Comme attendu, le Système atlantiste cherche dès lors à persévérer dans son être par la guerre à l'extérieur (1), et la dérive totalitaire à l'intérieur. Et là, du « flash » français au stroboscope US, les choses se précisent.

USA

L'Occident facilitera la montée de l'Etat Islamique « afin d'isoler le régime syrien », lit-on dans un document de la Defense Intelligence Agency de 2012

Traduction : Dominique Muselet

Image
© Inconnu
Le lundi 18 mai, Judicial Watch, le groupe de vigilance du gouvernement conservateur, a publié une sélection de documents autrefois classifiés obtenus du Département américain de la Défense et du Département d'Etat grâce à un procès fédéral.


Alors que les grands médias se concentraient sur le traitement par la Maison Blanche de l'attaque du consulat de Benghazi, un bien plus « grand tableau » se dégage de la lecture d'un document de la Defense Intelligence Agency rédigé en 2012 : à savoir que l'avènement d'un « État islamique » dans l'est de la Syrie est souhaitable pour que l'Occident puisse arriver à ses fins dans la région.

De manière surprenante, le rapport récemment déclassifié stipule que pour « l'Occident, les pays du Golfe et la Turquie [qui] soutiennent l'opposition [syrienne]... il y a la possibilité d'établir une principauté salafiste officielle ou pas, dans l'est de la Syrie (Hasaka et der Zor), et c'est exactement ce que veulent les puissances qui soutiennent l'opposition, afin d'isoler le régime syrien ... ».

Le rapport de la DIA, anciennement classé « SECRET // NOFORN* » et daté du 12 août 2012, a été largement diffusé dans les divers organes gouvernementaux, y compris CENTCOM, la CIA, le FBI, le DHS, NGA, le Département d'État et beaucoup d'autres.

Dollar

La pathologie de la riche famille blanche

Traduction: Nicolas Casaux

Image

Les portraits des ex-présidents George W. Bush, à gauche, et George H.W. Bush, son père, extrait de l’émission « l’art de la gouvernance : la diplomatie d’un président ». L’exposition des portraits des dirigeants du monde organisée par le plus jeune des Bush, se trouve à la bibliothèque présidentielle George W. Bush et au muséum de Dallas jusqu’au 3 juin.(AP / Benny Snyder)
La pathologie de la riche famille blanche est la plus dangereuse des pathologies des États-Unis. La riche famille blanche est maudite par trop d'argent et de privilèges. Elle est dénuée d'empathie, conséquence de vies entières de prérogatives. Son sens de loyauté est restreint et elle ne possède pas d'aptitude au sacrifice personnel. Sa définition de l'amitié se réduit à « que pouvez-vous faire pour moi ? » Elle est possédée par un désir insatiable d'accroître sa fortune et son pouvoir. Elle pense que la richesse et les privilèges lui confèrent une intelligence et une vertu supérieures. Elle baigne dans l'hédonisme et le narcissisme effrénés. Et à cause de tout cela, elle interprète la réalité à travers un prisme d'auto-adulation et d'avarice qui la rend délirante. La famille blanche et riche est une menace. Les pathologies des pauvres, lorsqu'on les compare aux pathologies des blancs riches, sont comme une bougie que l'on comparerait au soleil.

Les familles riches et blanches ne manquent ni d'acolytes ni de propagandistes. Elles dominent nos ondes radio-télévisées. Elles imputent la pauvreté, la rupture sociétale, la violence urbaine, l'usage de la drogue, les abus domestiques et le crime à la pathologie des familles pauvres et noires — sans en connaître aucune. Elles prétendent que les familles pauvres et noires se désintègrent à cause de quelque défaut inhérent — vous pouvez alors lire entre les lignes que les blancs sont supérieurs aux noirs — un défaut que ces familles pauvres doivent réparer.

Si vous colportez ces bêtises racistes et simplistes, on vous donnera une colonne dans le New York Times. Faire de la lèche aux riches familles blanches rapporte toujours. Si vous êtes noir et que vous tenez ce genre de discours, les blancs riches déborderont de joie. Ils feront tout leur possible pour vous offrir une tribune. Vous pourrez alors devenir président, ou juge à la cour suprême. Vous obtiendrez peut-être une émission de télévision, ou un poste dans une université. Vous obtiendrez de l'argent pour votre fondation. Vous pourrez publier des livres sur le développement personnel. Vos films seront financés. Vous pourriez même être embauché pour diriger une compagnie.

Snakes in Suits

La parole, instrument majeur du pervers narcissique

Image
© Inconnu
« L'apanage le plus redoutable de la pensée perverse[1] est le décervelage, »[2] nous dit Racamier. Mais si le décervelage est l'attribut princeps de la pensée perverse à l'œuvre dans les relations d'emprise, ou toutes entreprises totalitaires, par quels moyens « extraordinaires » les pervers narcissiques réalisent-ils l'exploit d'assujettir leur entourage à la satisfaction de leur moindre désir ?

C'est à cette question que tente de répondre ce billet qui porte sur un des aspects les plus négligés de cette problématique dont la connaissance pourrait aider certains à mieux s'y retrouver, car « le terrain de prédilection, l'instrument majeur de la perversion narcissique, il est temps de le dire, c'est la parole »[3].

Ainsi, le secret de la prétendue force que l'on octroie inconsidérément au pervers réside dans l'usage dévoyé des mots et du raisonnement dont il use et que trahit un certain type de parole. Cette parole est tout à la fois séduisante et fascinante, voire envoûtante. Sa capacité de persuasion est remarquable, mais elle chante comme un petit air de faux que l'on a du mal à symboliser. Et pour cause... elle possède l'étrange don de « méduser » ses auditeurs ce qui, du point de vue de la psychotraumatologie, provoque un état dissociatif de la personnalité avec tous les effets délétères que cela implique[4] (identification à l'agresseur et syndrome de Stockholm).

Bad Guys

Opération Jade Helm, contre le peuple américain ?

Image
© Inconnu
L'opération fait actuellement les choux gras des sites complotistes ou des blogs survivalistes américains. Il s'agit de l'opération officielle Jade Helm prévue du 15 juillet 2015 au 15 septembre 2015 dans sept états américains. Il s'agit d'un énorme exercice, grandeur nature de sécurité intérieure comme les États-Unis aiment en produire souvent. Déjà les véhicules militaires du type Humvees ont été transportés par camion directement vers les États concernés et ils ont été entreposés dans des établissements Wal-Mart, ces établissements qui avaient officiellement fermés pour six mois en début d'année, licenciant du jour au lendemain tout son personnel pour des travaux de plomberie !

L'opération Jade Helm est énorme et travaille sur l'hypothèse de l'instauration en urgence de la loi martiale dans tous les Etats-Unis, suite à un effondrement sociétal du pays, une sécession ou une dislocation inter étatique.

USA

Échec du coup d'État US en Macédoine

La Macédoine vient de placer hors d'état de nuire un groupe armé dont elle surveillait les commanditaires depuis au moins huit mois. Elle a prévenu ainsi une nouvelle tentative de coup d'État, planifiée par Washington pour le 17 mai. Il s'agissait d'élargir à la Macédoine le chaos déjà installé en Ukraine de manière à prévenir le passage d'un gazoduc russe vers l'Union européenne.

L'affaire de Kumanavo

La police macédonienne a lancé, le 9 mai 2015, à l'aube, une opération pour arrêter un groupe armé qui s'était infiltré dans le pays et qu'elle soupçonnait de préparer divers attentats.


La police avait évacué la population civile avant de donner l'assaut.


Les suspects ayant ouvert le feu, il s'ensuivit une dure bataille qui fit 14 morts du côté des terroristes et 8 du côté des forces de l'ordre. 30 personnes ont été faites prisonnières. On dénombre quantité de blessés.

Che Guevara

Luttes et résistances mondiales contre les lois semencières de l'agro-business

Image
© Tineke d'Haese/Oxfam
Les semences paysannes sont attaquées de toutes parts. Sous la pression des grandes entreprises, les législations de nombreux pays posent des obstacles à ce que les paysans et les paysannes peuvent faire de leurs propres semences et des semences qu'ils achètent. La conservation et la réutilisation des semences, une pratique millénaire à la base de l'agriculture devient une activité criminelle. Que peut on faire ?

Les semences constituent l'un des piliers majeurs de la production d'aliments. Partout dans le monde et depuis des siècles, les paysans et paysannes en ont pleinement conscience. Il s'agit en effet de l'une des conceptions les plus universelles et fondamentales qu'ils ont toujours partagée, et, à ce titre, toutes les communautés agricoles savent conserver, utiliser et échanger les semences, sauf dans les cas où elles ont subi des agressions externes ou se sont retrouvées dans des circonstances extrêmes. Des millions de familles et de communautés agricoles ont œuvré à donner vie à des centaines de cultures et à des milliers de variétés de ces dernières. L'échange régulier de semences entre les communautés et entre les peuples a permis aux cultures de s'adapter à des conditions, des climats et des topographies représentatifs de la diversité de la nature . C'est ainsi que l'agriculture a pu se développer, croître et nourrir le monde en offrant une alimentation diversifiée.
Les semences sont également à la base de processus productifs, sociaux et culturels qui ont donné à la population rurale une capacité tenace à conserver un certain degré d'autonomie et à refuser une soumission complète aux grandes entreprises et au règne de l'argent. Pour les intérêts commerciaux qui aspirent à prendre le contrôle des terres, de l'agriculture et des aliments - et de l'immense marché que cela représente - cette indépendance représente un obstacle.
Depuis la Révolution verte, les entreprises ont ainsi déployé toute une batterie de stratégies pour concrétiser ce contrôle, qui vont des programmes de recherche agricole et de vulgarisation au développement de filières mondiales, en passant par la promotion de l'expansion massive de l'agriculture destinée à l'exportation et au secteur de l'agro-alimentaire. La plupart des agriculteurs et des peuples autochtones ont résisté et continuent de résister, de diverses manières, à cette mainmise.

Bomb

Le but ultime de l'Empire est le chaos, pas la victoire

Traduit par SLT

Image
Une fois de plus, un pays « libéré » par l'Occident sombre de plus en plus profondément dans le chaos.


Ceci peut s'appliquer à tous les pays actuellement en conflit, où Washington et ses sbires occidentaux et moyen-orientaux ont imposé la guerre - le chaos perpétuel, la misère et la mort - et l'asservissement.

C'est là que se trouve toute la question: la stratégie de Washington et de l'OTAN n'est pas de « gagner » une guerre ou un conflit, mais de susciter un chaos continuel, sans fin. C'est la façon de (i) contrôler les gens, les nations et leurs ressources; de (ii) garantir à l'Occident un besoin incessant en troupes et en équipement militaire - souvenez-vous que plus de 50% du PIB des USA dépend du complexe militaro-industriel et des industries et services connexes; et enfin (iii), qu'un pays dans la détresse ou le chaos est ruiné et a besoin d'argent - de l'argent sous des conditions de nécessité, des conditions « d'austérité » du sulfureux FMI, de la Banque Mondiale et d'autres malfaisantes « institutions de développement » et de prêteurs d'argent; de l'argent qui équivaut à un esclavage, surtout avec des dirigeants corrompus qui ne se soucient pas de leurs populations.

C'est la nature de l'enjeu - au Yémen, en Ukraine, en Syrie, en Irak, au Soudan, en Afrique Centrale, en Libye... faites votre choix. Qui se bat contre qui n'a pas d'importance. ISIS / EIIL / EI / Daesh / al-Qaeda et quels que soient les noms des organisations de tueurs mercenaires que vous voulez ajouter à la liste - ce ne sont que des étiquettes pour distraire votre attention. Vous pouvez tout aussi bien y ajouter Blackwater, Xe, Academi et tous ses noms successifs choisis pour ne pas être facilement reconnus. Ce sont des prostituées de l'Empire Anglo-Saxon/Sioniste, des prostituées de raz-de-trottoir. Arrivent ensuite les prostituées de luxe comme l'Arabie Saoudite, le Qatar, le Bahreïn et d'autres États du Golfe; puis le Royaume-Uni et la France, bien sûr.

Eye 1

Loi sur le renseignement : Moi non plus, je n'ai rien à cacher !

Image
© Inconnu
Comme beaucoup d'entre vous, je n'ai rien à cacher. Enfin ... si, mais rien qui ne menace la vie de mon voisin. Ainsi, lorsqu'on nous promet un peu moins de liberté pour un peu plus de sécurité, la conclusion semble logique car, finalement, qui ira faire grand cas de mes messages si banals ou de mes photos de vacances. Pourtant, cette question mérite que nous nous y attardions plus longuement.

Si vous n'étiez pas au courant, nos députés devront se prononcer le 5 mai prochain sur un projet de loi concernant le renseignement. Les idées que je souhaite développer ici viendront sûrement s'ajouter au brouhaha de ces derniers jours, mais je reste persuadé que cela est nécessaire et je m'en expliquerai. Pour ma part, je ne suis pas juriste et je m'en tiendrai uniquement à ce qui se trouve dans le texte et vous devriez faire de même sans écouter les interprétations et les grandes promesses, surtout lorsqu'on vous dira que des amendements changent ces dispositions. Ils apportent éventuellement des nuances sur la forme mais ne changent rien sur le fond. En revanche, étant très impliqué dans le numérique, et notamment dans les systèmes en réseaux, je suis en mesure de saisir toute la portée de ce texte dans ce qu'il permettra de faire aujourd'hui mais aussi demain.