Chess

G20 : Poutine saute la clôture pour échapper à la meute et au troupeau


Manifestation contre Poutine et la Russie, le 15 novembre 2014 à Brisbane
Hier samedi 15 novembre, les médias occidentaux retenaient surtout de ce sommet que l'offensive américaine destinée à isoler Vladimir Poutine aurait atteint son but. Face aux accusations complètement délirantes d'Obama le qualifiant de menace pour le monde, reprises en chœur par la meute des anglo-saxons fanatiquement antirusses (Grande Bretagne, Australie et Canada), il se serait borné, selon les médias, à opposer un visage fermé, comme s'il reconnaissait sa faute et préférait se taire. La pilule a manifestement été trop difficile à digérer pour celui qui persiste toujours à appeler ses tourmenteurs des collègues, il est finalement retourné en Russie ce dimanche 16 novembre en début d'après-midi (heure locale), sans attendre la clôture de la rencontre.

Les autres membres du G20, notamment le club des pays asiatiques, en particulier les deux très grands, Chine et Inde, par ailleurs membres du BRICS avec la Russie, semblent n'avoir rien dit pour contrer les accusations des occidentaux adressées à Vladimir Poutine. Quant à la France ? François Hollande a été moins véhément, mais, à notre grande honte, manifestement il n'a rien fait pour se démarquer de la meute. Il en sera quitte pour perdre sur les deux tableaux, à propos de la livraison du Mistral, remise à ce jour sine die : l'État français va se brouiller avec la Russie et le pays va devoir payer de très lourdes pénalités.
Propaganda

Incompétence feinte : Quand l'AFP confond 40 camions-citernes avec des chars russes


Commentaire : Voici une bonne initiation aux méthodes de manipulations utilisées dans les médias à travers un décryptage vraiment poussé !


Un truc me fascine vraiment, comme l'heure que je viens de passer (et c'est assez fréquent).

Je ne suis pas journaliste, et n'ai pas la moindre formation approchante. Mais souvent, je lis un papier qui me semble étrange, je décide de passer du temps à contrôler, et bingo, 3 fois sur 4, je tombe sur des trucs - comment dire ? Ah oui : - énormes...

Donc, hier, je vois ça
Donesk
Bon, le mot magique : AFP, donc l'Obs, n'y est pour rien, et a simplement recopié la dépêche telle quelle - le travail du journaliste du copiste se résumant là à trouver une image, comme on l'a vu plusieurs fois.

Cela signifie en gros qu'il n'y a plus qu'un seul organe de presse officiel dans le pays - l'AFP - recopié par tous les journaux, ce qui me semble poser un léger souci - mais tout le monde s'en moque.

Bref, c'est l'image qui m'a arrêté, je trouve piquant que l'Obs montre une maison détruite (par l'armée bien entendu, et ce n'est évidemment pas précisé) et semble s'indigner que "des renforts arrivent"...

Ce qui m'a fait sursauter c'est le :
"L'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) s'est déclarée samedi soir "très inquiète" de la présence de convois militaires et de chars dans l'Est rebelle. "Plus de 40 chars et camions" ont été vus circulant sur une voie rapide"
V

Des milliers de personnes ont recréé la scène de fin du film V pour Vendetta en marchant devant le Parlement anglais


Souviens-toi du 5 Novembre 2012 ! 9000 Anonymous se sont retrouvés face au Parlement d'Angleterre pour le #5Nov @ London pour l'opération Vendetta.

Remember the Vth of November !
Chess

Comment déclencher une guerre et perdre un empire

Traduction : Les crises

© Inconnu
Il y a un an et demi, j'ai écrit un essai sur la façon dont les USA ont choisi de voir la Russie, intitulé l'Image de l'ennemi. A l'époque, je vivais en Russie et, après avoir observé la rhétorique antirusse américaine et les réactions des Russes, j'ai fait des observations qui m'ont paru importantes à l'époque. Il s'avère que j'avais réussi à déceler une tendance importante, mais étant donné l'allure rapide des derniers développements, ces observations sont tristement dépassées, et par conséquent, en voici une mise à jour.

A cette époque, les enjeux n'étaient pas encore très importants. On faisait beaucoup de bruit au sujet d'un type dénommé Magnitsky, un avocat d'affaires véreux qui s'était fait arrêter et qui mourut en détention provisoire. Il détenait des informations sur quelques escrocs occidentaux de plus grande envergure, qui, bien sûr, n'ont jamais été inquiétés. Les Américains ont choisi de traiter toute l'affaire comme une violation des droits de l'homme, et ont répondu par ce qui est communément appelé Loi Magnitsky, qui sanctionnait certains individus russes étiquetés comme "contrevenants aux droits de l'homme". Les législateurs russes ont répliqué avec la "Loi Dima Yakovlev", nommé d'après un orphelin russe adopté par des Américains qui avaient provoqué sa mort en le laissant dans une voiture fermée pendant neuf heures. Cette loi interdisait aux démons américains tueurs d'orphelins de continuer à adopter des enfants russes. Le tout se résumait à un mélodrame stupide.
Bad Guys

« Tuer la Russie », et bien plus encore : « tuer les BRICS »...

© Inconnu
Nous ajoutons ici un point de vue complémentaire à celui qui est développé dans notre F&C du 31 octobre 2014, consacré à la radicalisation "forcée" des BRICS due à l'action hostile du Système, qui s'est notamment manifestée lors de l'élection présidentielle brésilienne (réélection de Dilma Rousseff). Ce point de vue consiste dans le constat que l'attaque générale du Système par la subversion, l'action hostile et dissolvante de la communication, etc., est passée de l'objectif de la Russie identifié clairement avec la crise ukrainienne, à l'objectif des BRICS eux-mêmes. C'est une autre facette de l'appréciation de "la radicalisation des BRICS", une facette qui s'intéresse essentiellement à la perception de ce qui devient un "événement" plus qu'à la psychologie des opérateurs du Système, c'est-à-dire de ces personnalités qui sont placées à son service et s'emploient à la tâche de la déstructuration et de la dissolution.

(Soros est aujourd'hui en première ligne à cet égard, comme on l'a vu dans le texte référencé ci-dessus autant que dans le texte du 24 octobre 2014. C'est une façon, pour le vieil homme, de se représenter sur le mur de la caverne de Platon ce qu'il juge être la preuve qu'il sert bien à quelque chose ; hybris d'une psychologie de vieillard, mais d'une psychologie à la fois aux abois et hystérique. Aujourd'hui, dans cette crise sans précédent de l'effondrement du Système, la vieillesse n'est plus un refuge ni pour l'apaisement, ni pour la sérénité, - et cela vaut pour tous, employés-Système comme résistant de l'antiSystème. Les soubresauts extraordinaires du monde ne peuvent laisser personne en paix, ni de bois.)
Magnify

Focus sur la crise espagnole

© Inconnu
Alors que l'Espagne vit une crise humanitaire sans précédent, le mouvement social subit une répression constante d'un régime qui a peur du changement et protège ses intérêts. Le bipartisme qui s'alterne au pouvoir depuis la fin de la dictature est fort affaibli par une succession de luttes sociales victorieuses et l'irruption d'initiatives populaires qui mettent en pratique de nouvelles façons de faire de la politique. A n'en pas douter, l'Espagne entre dans une phase de mobilisation qui augure de possibles changements politiques importants.

« Une situation pré-révolutionnaire éclate, annonçait Lénine, lorsque ceux d'en haut ne peuvent plus, ceux d'en bas ne veulent plus, et ceux du milieu basculent avec ceux d'en bas. »

En Espagne, sous un gouvernement du Parti Populaire (PP) teinté d'une extrême droite |1| monarchiste liée à l'Opus Dei, la dette poursuit son cours ascendant frôlant les 100% du PIB. L'austérité continue de frapper alors que la fraude fiscale des plus aisés supprime 80 milliards d'euros des recettes de l'État chaque année. |2| Les mesures antisociales aux conséquences incalculables imposées par les créanciers empêchent toute vie digne et condamne la population à la misère dans un pays où l'on parle déjà de malnutrition infantile, où des enfants à jeun s'évanouissent sur les bancs d'école ; un pays où l'on compte près de 6 millions de chômeurs dont une grande partie ne reçoit aucune aide ; où le nombre de foyers dont tous les membres actifs sont au chômage a été multiplié par quatre en cinq ans et est passé de 380 000 en 2006 (2,6%) à plus de 1 million 900 000 en 2013 (11%) |3| ; où une personne sur quatre vit dans la pauvreté et trois millions survivent dans l'extrême pauvreté avec moins de 307 euros par mois, soit le double de celles et ceux qui étaient dans cette situation au début de la crise en 2008 |4| ; où des centaines de milliers de familles sont expulsées de leurs logements pour ne plus pouvoir assumer une dette impayable qui les poursuit même après avoir été mis à la rue...
Quenelle - Golden

Poutine : Le monde est en train d'être détruit par les U.S. et ses satellites qui se font passer pour « La communauté internationale »

AFP PHOTO / POOL / MICHAEL KLIMENTYEV

Le président russe Vladimir Poutine assis à côté de l'ancien Premier ministre français Dominique de Villepin (R) le 24 Octobre, 2014 au cours d'une réunion des membres du Club Valdaï dans la ville russe de Sotchi.
Réunion du Club International Valdaï : De nouvelles règles ou un jeu sans règles ?

24 octobre 2014, Sotchi - Russie

Texte original (russe) : http://kremlin.ru/news/46860
Traduction (anglais) :
http://eng.news.kremlin.ru/news/23137
Traduction française :
http://www.sayed7asan.blogspot.fr

Vladimir Poutine a pris part à la dernière séance plénière de la XIe session du Club International de Discussion Valdaï. Le thème de la réunion était : L'ordre mondial : de nouvelles règles ou un jeu sans règles ?

Cette année, 108 experts, historiens et analystes politiques originaires de 25 pays, dont 62 participants étrangers, ont pris part aux travaux du Club.


La réunion plénière a présenté une synthèse des travaux du Club au cours des trois journées précédentes, qui ont été consacrées à l'analyse des facteurs d'érosion du système actuel des institutions et des normes du droit international.


Discours du Président Vladimir Poutine durant la dernière séance plénière de la XIe session du Club Valdaï

Commentaire: Ce que Poutine ne dit pas à la fin, c'est que l'ISIS / ISIL est une créature des Etats-Unis.

Voici la vidéo du discours finale de la conférence de Valdai qui s'est tenue dans les montagnes au-dessus de Sotchi.



Bad Guys

Necro-agriculture : les multinationales à l'assaut des semenciers africains

© Inconnu
L'Association Kokopelli vient de publier une analyse encore plus complète des Catalogues Nationaux du GNIS, en particulier en ce qui concerne les espèces de grande culture (Maïs, Orge, Soja, Tournesol, Blé et Colza) afin de mettre en valeur que seules quelques multinationales des nécro-technologies contrôlent la quasi-totalité des variétés (ou clones) inscrites dans ces catalogues. (1) Le quatrième semencier du monde, Limagrain, est en première position, dans les Catalogues Français, pour la plupart des espèces potagères et pour quelques espèces de grande culture, dont le maïs et l'orge. Ce sont, ainsi, quatre groupes qui contrôlent 60% des 1425 variétés F1 de maïs - enregistrées dans le catalogue du GNIS - dont Limagrain, Monsanto et Syngenta. Alors que nous commencions à faire circuler cette analyse, Vandana Shiva nous fit parvenir l'alerte sonnée par certaines alliances Africaines qui s'insurgent contre une nouvelle vague de rachat de semenciers Africains par les-dites multinationales, à savoir Limagrain, Monsanto, Syngenta et DuPont (Pioneer Hi-Bred).

Avant de passer en revue les derniers épisodes de cette nouvelle offensive à l'encontre de l'autonomie Africaine, il nous parait important de bien souligner que les multinationales de la semence et de l'agrochimie n'ont pas attendu de racheter les semenciers industriels Africains pour envahir le continent avec leurs technologies biocidaires. Rappelons qu'en 2004, par exemple, au Sénégal, alors que l'Association Kokopelli oeuvrait depuis plusieurs années afin de disséminer des semences de Vie et que nous tentions de briser les inerties locales (et les routines bien confortables de certaines ONGs) afin d'installer une banque de semences dans la région de Guédé, près du Fleuve Sénégal, nous avons été les témoins de la distribution de sacs de semences de maïs, par le gouvernement, qui ne portaient aucune mention d'origine, aucun nom de variété... Ces maïs croissaient fort bien mais sans produire d'épis! Il s'avéra que les paysans Sénégalais étaient vraisemblablement les cobayes, à leur insu, d'expérimentations avec des variétés de maïs transgéniques de Monsanto - variétés qualifiées subséquemment de thermo-réactives par des groupes de paysans de l'Inde qui en furent également les victimes.
Gear

Quand la Russie tourne le système contre lui-même

Partie française traduite par Dominique Muselet pour vineyardsaker

© Yuri Kochetkov / Agence européenne des photos de presse
A Moscou, lundi 6 octobre 2014, dans le grand magasin GUM, un vendeur montre des sweat-shirts à l’effigie du président russe Vladimir Poutine
Pour illustrer semble-t-il notre article du 14 octobre 2014 [1], nous présentons plusieurs situations exemplaires illustrant le climat de la Russie sous l'influence de cette dimension spirituelle dont nous parlons dans le texte cité. Ces situations sont très diverses et touchent différentes activités, et souvent des activités développées selon des modèles-Système. On a alors des situations singulières où l'application de procédures ressortant d'activités-Système courantes produit des situations d'influence et des courants psychologiques collectifs chargés de sentiments patriotique, de volonté de rétablir les puissantes racines culturelles russes, d'opposition au bloc BAO au nom de la patrie russe, etc., c'est-à-dire au bout du compte d'un ensemble formant une dynamiques spécifiquement antiSystème.

1/ L'anniversaire de Poutine (62 ans) a été fêté par un déferlement d'achat de vêtements dans les magasins à la mode à Moscou, précisément des T-Shirt à l'effigie du président russe, et hostiles aux sanctions du bloc BAO. Le succès de ces ventes de promotion a été extraordinaire autant que leur organisation, signifiant que le monde en général hostile aux valeurs qui sont ici référencées en question (le patriotisme et tout ce qui a rapport à lui), que ce soit la mode, le prêt-à-porter, le corporate power [pouvoir corporatiste] qui est derrière, a réussi cette opération en épousant justement des thèmes absolument contraires à ceux que prône le Système, et rencontrant complètement le sentiment du public. C'est un aspect remarquable, quand on connaît le nivellement transnational, le conformisme-Système pseudo-progressiste autour des mêmes thèmes sociétaux et déstructurants de ces activités (dont le mantra [incantation magique] anti-poutinien est le plus remarquable aujourd'hui), et ces activités faisant partie de la partie du monde de la communication le plus asservi au Système. Qu'il s'en soit devenu complètement étranger comme on l'a vu à Moscou témoigne de la puissance du courant patriotique auquel nous nous référons.
Flashlight

GEAB - 2015 : Le monde passe à l'Est

pond
Deux faits majeurs ressortent de l'actualité des quatre dernières semaines. D'un côté, la Chine devient la première puissance économique mondiale, passant officiellement devant les États-Unis, avec un poids économique officiel (chiffres du FMI) de 17,61 billions de dollars (versus 17,4 pour les États-Unis). Si les médias mainstream n'ont pas accordé le moindre haussement de sourcil à cette information, notre équipe, en revanche, estime qu'il s'agit là d'un événement historique : les États-Unis ne sont plus la première puissance économique mondiale et, forcément, ça change tout ! (1)
economy

"PIB de la Chine (bleu) et des États-Unis (rouge) en parité de pouvoir d'achat (PPP), en milliards de dollars, 2002-2019. Source: Financial Times
D'autant plus que, parallèlement au franchissement de ce seuil, les États-Unis, après avoir tenté d'impressionner la planète par un militarisme débordant à l'occasion de la crise ukrainienne, révèlent une faiblesse stratégique majeure dans leur « gestion » de la crise irakienne. La politique du muscle, qui semblait obliger le monde à rester sous tutelle américaine pour un temps encore indéfini, tourne court.

Ces deux indicateurs permettent de voir se dessiner un point de bascule majeur dans le déroulement de la crise systémique globale : le passage d'un monde américain à un monde chinois...
Top