USA

L'Otan entend interdire à la Russie et à la Chine de se développer

Le fastueux sommet de l'Otan à Newport n'a pas accouché publiquement des grandes décisions annoncées, mais il est probable qu'elles ont été prises en secret. Pour empêcher la Russie et la Chine - mais aussi l'Inde - de poursuivre leur développement, l'Otan peut compter sur le terrorisme de l'Émirat islamique qu'il feint de condamner et de combattre.

Le sommet de Newport (Pays de Galles) est le plus important de l'Otan depuis celui de Prague en 2002. À l'époque, il s'agissait d'inclure de nouveaux États d'Europe centrale et orientale au sein de l'Alliance. Cette fois, il s'agit de planifier une stratégie à long terme pour contenir le développement de la Russie et de la Chine de sorte qu'ils ne puissent rivaliser avec les États-Unis [1].

Tout ce qui touche à l'Otan est sujet à polémique. En effet, elle n'a cessé, depuis sa création, en 1949, de manipuler les faits pour se présenter comme une alliance défensive face à l'expansionnisme soviétique, alors que c'est le Pacte de Varsovie, créé six ans plus tard, en 1955, qui visait à défendre les États socialistes face à l'impérialisme anglo-saxon (et non l'inverse).

En outre, contrairement à sa dénomination, l'Otan n'est pas une alliance entre égaux, mais la vassalisation des armées partenaires par les États-Unis et le Royaume-Uni. En effet, toutes les armées membres de cette prétendue « alliance » sont placées sous le commandement d'un unique officier états-unien - par ailleurs commandant des forces US en Europe - , tandis que le service secret de l'Otan, le « Gladio », sous l'autorité conjointe de Washington et de Londres, veille à ce que jamais des anti-impérialistes n'arrivent au pouvoir dans les autres États membres [2]. Pour ce faire, l'Otan n'a lésiné ni sur les assassinats politiques, ni même sur les coups d'État (en France [3], en Italie, en Grèce, à Chypre et en Turquie).
Cowboy Hat

Ce qu'Obama va laisser en héritage : des « conneries »

Quand les gens voient ce qui se passe en Ukraine, l'agression de la Russie envers ses voisins et la façon dont elle finance et arme les séparatistes ; ce qui se passe en Syrie, le ravage causé par [le président Bachar el-]Assad contre son propre peuple ; l'incapacité d'amener les sunnites, les chiites et les Kurdes à un compromis en Irak, bien que nous essayons de voir s'il est possible de former un gouvernement pouvant fonctionner ; les menaces terroristes récurrentes ; ce qui se passe en Israël et à Gaza ; une partie de leur inquiétude est liée au sentiment que, dans le monde, le vieil ordre ne tient plus et que nous n'en sommes pas encore tout à fait où nous devrions être en matière de nouvel ordre, qui s'appuie sur des principes différents, qui s'appuie sur notre humanité commune, qui s'appuie sur des économies avantageuses pour tout le monde.

Le président Barack Obama
obama menteur
On dirait bien que le président des États-Unis, Barack Obama, a fait tout un gâchis de ce que son maître à penser, Zbigniew « grand échiquier » Brzezinski, lui a enseigné.

Zbig reprend constamment les trois grands impératifs de la géostratégie impériale de Sir Halford John Mackinder, qui sont d'empêcher les collusions et maintenir les vassaux dans une relation de dépendance en matière de sécurité, de faire en sorte que les tributaires restent dociles et protégés, et d'empêcher l'alliance des barbares.

Après avoir brièvement tenté de « diriger en arrière-plan », ce qui n'allait nulle part, M. Obama a finalement fait un Mackinder de lui avec sa brillante doctrine en matière de politique étrangère, qui consiste à « ne pas faire de conneries » [1].

Il n'en reste pas moins que la toujours vive Hillary Clinton, ex-secrétaire d'État, a dit que « ne pas faire de conneries » n'est pas un principe d'organisation de la politique étrangère » [2]. Pourtant, tout ce que l'équipe chargée de la politique étrangère de M. Obama sait faire, ce sont des « conneries » justement.

À commencer par M. Obama, qui traite le président de la Russie Vladimir Poutine de la même manière que l'époux d'Hillary traitait le tonneau de vodka Boris Eltsine. Puis est venue la décision, sans le moindre débat public, de bombarder de nouveau l'Irak, et la Syrie y goûtera prochainement. Que le bombardement de la Syrak commence !

« Protéger » les Yazidis, oui. Protéger les Gazaouis, non. « Protéger » la bande de néo-nazis, de fascistes et d'oligarques véreux, oui. Protéger les Russophones dans l'est de l'Ukraine, non.
Gear

Ukraine : Washington accumule mensonge sur mensonge

Traduit par SLT

Le dernier mensonge de Washington, celui-ci venant de l'OTAN, est que la Russie a envahi l'Ukraine avec 1000 soldats et de l'artillerie.

Comment savons-nous que c'est un mensonge ? Est-ce parce que nous n'avons rien entendu d'autre que des mensonges de la part de l'OTAN au sujet de la Russie, de la part de l'ambassadeur US ou de Samantha Power de l'ONU, de la secrétaire adjoint de l'Etat Victoria Nuland et d'Obama et de tout son régime de menteurs pathologiques, ou bien de la part des gouvernements britanniques, allemands et français ainsi que de la part de la BBC et l'ensemble des médias occidentaux ?

Ceci, bien sûr, est une bonne raison de penser que la dernière propagande occidentale est un mensonge. Ceux qui mentent de manière pathologique ne commencent pas à dire la vérité subitement et ne sont guère digne de confiance.

Mais il y a encore de meilleures raisons pour penser que la Russie n'a pas envahi l'Ukraine avec 1.000 soldats.

L'une des raisons est que Poutine a beaucoup investi dans la diplomatie en lien avec une volonté d'apaisement. Il ne risquerait pas sa stratégie fondée sur la diplomatie par l'envoi de troupes trop peu nombreuses pour avoir un effet décisif sur le résultat.

Une autre raison est que si Poutine décide qu'il n'a pas d'alternative à l'envoi de l'armée russe pour protéger les résidents russes dans l'est et le sud de l'Ukraine, Vladimir Poutine enverra assez de troupes pour faire le travail plus rapidement qu'il l'a fait en Géorgie lorsque les Etats-uniens et les Israéliens ont formé l'armée de Géorgie qui a envahi l'Ossétie du Sud et qui fut détruite en quelques heures par la réaction de la Russie. Si vous entendez que 100.000 soldats russes soutenus par une couverture aérienne ont envahi l'Ukraine, alors ce sera effectivement une revendication plus crédible.
USA

L'Empire US, vers l'internationale totalitaire en chantant

Comme disait l'autre, les Etasuniens sont des gens vraiment formidables, pour peu que l'on puisse faire abstraction des morceaux de cervelles d'enfants qui pendouillent à leur parka. Et si eux-mêmes y arrivent parfaitement, c'est que leur ascension en tant qu'hyper-puissance mondiale s'est accompagnée d'une descente dans une pathologie à mesure. Pathologie de la domination mêlant messianisme, exceptionnalisme (version américanisée de l'élitisme israélien), ivresse de puissance et, surtout, inculpabilité. Une pathologie protéiforme terrifiante lorsqu'elle ronge l'âme d'un Empire disposant d'une capacité technologique et d'une puissance de feu inégalés dans l'Histoire de l'humanité, le tout dissimulé sous les paillettes hollywoodiennes et le vernis d'une machine de propagande qui le font passer pour vertueux. Décryptage.

Violence permanente

Au risque de nous répéter - risque parfaitement assumé car il est pour nous cri par l'écrit - , il faut dire et redire encore que les Etats-Unis ont été parmi les principaux pourvoyeurs d'atrocités à travers le monde depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, que ce soit directement ou par supplétifs interposés. Vietnam, Cambodge, Panama, Nicaragua, Salvador, Guatemala, Chili, Pérou, Iran, Somalie, RDC et Serbie sont quelques-uns des pays qui ont eu à affronter dans un passé récent la machine de guerre US, ou ses commandos d'assassins et autres spécialistes du coup d'état.

Ces vingt dernières années, les seuls massacres de masse commis sur la planète l'ont été par l'Empire. Sa projection de violence, au besoin à l'aide de sa milice globalisée qu'est l'OTAN, n'a fait que gagner en intensité avec les tueries à grande échelle et l'emploi méthodique de la torture (Irak / so called War on Terror) ; les guerres d'occupation (Afghanistan) ; les regime change ou tentative de (Libye / Syrie / Ukraine) ; les campagnes systématisées d'assassinats extrajudiciaires (Yémen-Pakistan) ; les boucheries à grande échelle et les épurations ethniques par supplétifs interposés (Liban 2006 / Palestine 2002-2006-2008-2012-2014).
Padlock

Poutine : son discours légendaire à Munich en 2007

Intervention de Vladimir Poutine, président de la fédération de Russie, le 10 février 2007, lors de la 43ème Conférence de Munich sur la politique de sécurité. Poutine y dénonce le fantasme états-unien de gouvernance unilatérale du monde, comme illégitime et immoral. Ce discours majeur marque un basculement dans la politique extérieure russe.



Blue Planet

Le conflit ukrainien expliqué dans son contexte historique : interview de Sergei Glaziev, conseiller du président Poutine

Traduction : SOTT


sergei glaziev
Grâce au travail extraordinaire de notre Équipe russe, j'ai l'immense plaisir de vous présenter l'une des interviews les plus intéressantes au sujet de la guerre en Ukraine et de la lutte globale pour le futur de la planète. Une interview qui présente la vision de l'un des hommes les mieux informés de Russie : Sergei Glaziev.

Glaziev est un conseiller et ami proche du président Poutine. Personnellement, je crois que les médias occidentaux ont tort, ou bien qu'ils mentent de façon délibérée, lorsqu'ils affirment que Douguine est le mentor idéologique de Poutine. Je ne suis pas certain que Poutine ait un mentor, ni même qu'il ait besoin d'un mentor, mais au fil des ans, j'ai découvert que Glaziev semble dire tout haut ce que Poutine ne dit pas, mais dont il tient compte dans sa politique.

Glaziev, qui est né en Ukraine et qui est lui-même un économiste, a une compréhension magistrale des jeux de pouvoir qui se jouent en coulisse, en Ukraine et en Russie. Cet homme *sait* vraiment ce qui se passe. En outre, c'est l'un des principaux « Souverainistes eurasiatiques », et il est donc haï par les cercles pro-américains en Russie. Il est tout aussi haï aux États-Unis, qui l'ont mis sur leur récente liste de sanctions, pour une seule raison : ce qu'il dit ne leur plaît pas.

J'encourage tout le monde à écouter cette interview de 15 min., qui est l'une des plus intéressantes que j'aie jamais eu le plaisir de publier ici.

Bon visionnage !

The Saker

(Pour activer les sous-titres, appuyez sur « subtiles/cc » et sélectionnez « français ».)


Commentaire: Retrouvez le texte intégral de cette interview ici.

Star of David

Le génocide israélien et ses complices volontaires

israel genocide
Traduction Alexandre MOUMBARIS

En dehors d'Israël et de ses partisans organisés dans les principales organisations sionistes, l'opinion publique mondiale et la plupart des experts en droit international considèrent l'invasion par l'État sioniste de la bande de Gaza et son attaque systématique contre les civils et les infrastructures essentielles, comme un crime contre l'humanité.

Le but de cet essai est quadruple :

1. Identifier la nature du crime - le caractère génocidaire de l'attaque armée et le processus qui mène à lui

2. Identifier les auteurs directs des crimes de guerre ainsi que leurs complices nationaux et internationaux

3. Expliquer les liens entre les dirigeants, les décideurs, les propagandistes, les complices et les séides, y compris leurs idéologies, leurs intérêts matériels et leur structure organisationnelle, qui font que leurs crimes soient non seulement possibles, mais commis à ce jour en toute impunité

4. Identifier les intérêts impériaux plus étendus qui lient Israël aux États-Unis, et dans la poursuite desquels, l'assaut de Gaza n'est qu'une horrifiante répétition.
Snakes in Suits

Comprendre la Ponérologie Politique - Andrew M. Lobaczewski

Bush, Hitler
MAL : 1 a : moralement répréhensible : péché, méchant < une mauvaise pulsion> b : provenant d'un réel ou attribué mauvais caractère ou conduite 2 a archaïque : inférieur b : causant malaise ou répulsion : choquant c : désagréable 3 a : causant du tort : pernicieux b : marqué par le malheur : malchanceux (Merriam-Webster en ligne)

Les éditions Pilule Rouge ont récemment publié [en français] le livre du psychologue Andrew M. Lobaczewski Ponérologie Politique, dans lequel l'auteur expose ses observations durant ses années de travail clinique en Pologne sur la corrélation élevée entre des actes que la plupart considèrent « mauvais » et diverses pathologies.

Le diagnostic le plus juste de ces individus [atteints des diverses pathologies] en jargon psychologique moderne pourrait être la sociopathie, dont la caractéristique la plus importante est le manque apparent de conscience, ou d'empathie, pour les autres êtres vivants. Lobaczewski et certains de ses collègues d'Europe de l'est, travaillant sous le gouvernement soviétique, ont décidé de mener cette étude aux niveaux les plus hauts et de rechercher comment la sociopathie se déroule dans le gouvernement, dans les affaires, et dans d'autres groupes sociaux.
Better Earth

Le début du basculement du monde


L’Organisation de coopération de Shanghai représentera, à partir de son élargissement probable en septembre 2014, 40 % de la population mondiale
L'agression des Anglo-Saxons contre la Russie prend la forme d'une guerre financière et économique. Cependant Moscou se prépare aux hostilités armées en développant l'autarcie de son agriculture et en multipliant ses alliances. Pour Thierry Meyssan, après la création du califat au Levant, Washington devrait abattre une nouvelle carte en septembre à Saint-Petersbourg. La capacité de la Russie à préserver sa stabilité intérieure déterminera alors la suite des événements.

L'offensive menée par les Anglos-Saxons (États-Unis, Royaume-Uni et Israël) pour dominer le monde se poursuit sur deux lignes simultanées : à la fois la création du « Moyen-Orient élargi » (Greater Middle East) en attaquant simultanément l'Irak, la Syrie, le Liban et la Palestine, et la séparation de la Russie de l'Union européenne à travers la crise qu'ils ont organisée en Ukraine.

Dans cette course de vitesse, il semble que Washington veuille imposer le dollar comme monnaie unique sur le marché du gaz, la source d'énergie du XXIe siècle, à la manière dont il l'a imposé sur le marché du pétrole [1].

Les médias occidentaux ne couvrent presque pas la guerre du Donbass et leur population ignore l'ampleur des combats, la présence des militaires US, le nombre des victimes civiles, la vague des réfugiés. Les médias occidentaux traitent par contre avec retard les événements au Maghreb et au Levant, mais en les présentant soit comme la résultante d'un prétendu « printemps arabe » (c'est-à-dire, en pratique, d'une prise de pouvoir par les Frères musulmans), soit comme l'effet destructeur d'une civilisation violente en soi. Plus que jamais, il serait nécessaire de venir en aide à des arabes incapables de vivre paisiblement en l'absence de colons occidentaux.
Bacon n Eggs

Végétalisme? Végétarisme? Omnivorisme? : quelle est la meilleure solution?

Traduit par Hélios pour le BBB

Le végétarisme est devenu à la mode depuis quelque temps. Qu'en est-il vraiment ?

Le végétarisme est-il une bonne solution ?

Le végétarisme. Quel est son réel impact sur la santé ?

Le fait est que le végétarisme est un sujet sérieux. Alors que de nombreuses personnes l'adoptent pour des raisons allant d'une mauvaise digestion à la compassion pour les animaux, de nombreux praticiens de santé - dont je fais partie - observent une augmentation d'effets négatifs causés par le régime de nombreux végétariens.

Que se passe-t-il vraiment ? Le végétarisme serait-il un choix équilibré mais avec des principes mal appliqués ? Ou bien est-il nocif ?

Et qu'en est-il du végétalisme ? Serait-il un meilleur choix ou une forme plus radicale de dérèglement alimentaire uniquement pour les « braves » dans leur quête du respect de la vie ?

Allons au fond des choses.
Top