Star of David

Gaza : 105 morts - 31 enfants, 16 femmes, 21 personnes âgées, et le massacre n'est pas fini

Vidéo Facebook :

À ceux d'entre vous qui ont des enfants : pouvez-vous imaginer ce que ça fait ?

Israël est un État d'apartheid encore pire - bien pire - que l'Afrique du Sud à l'époque de la ségrégation raciale ; pourtant, les merveilleux gouvernements « démocratiques » d'Occident non seulement ferment les yeux sur ces atrocités, mais les DÉFENDENT.

Nous vivons dans un monde dominé par des créatures sans conscience qui se font passer pour des êtres humains.
USA

Ukraine : pour la Russie, c'est une question de tactique, pas de stratégie

Je pense que la chute imprévue de Slaviansk nous touche tous très durement. Nous étions habitués à la considérer comme une nouvelle Stalingrad, comme une version « Donbass » de Bint Jbeil, et le soudain retrait des forces de Strelkov fut une surprise pour nous tous. Et je veux vraiment dire, nous tous, y compris les Ukies (qui avaient prédit que Strelkov combattrait là-bas jusqu'à la dernière balle). Et c'est exactement ce que Strelkov voulait.

Je pourrais ressasser tous les arguments d'Auslander ou ceux du Général Ukie anonyme, mais tout ce que je puis ajouter, c'est que je suis d'accord avec eux. D'ailleurs, pourquoi refaire ça ? J'ai déjà discuté de l'évolution de la situation des combats dans le Donbass (voir ici) et déjà discuté spécifiquement de la seule importance réelle qu'avait Slaviansk : symbolique. Si quelqu'un croit encore sincèrement que le départ de Strelkov fut autre chose qu'une retraite très élégante et parfaitement chronométrée depuis une position intenable, je n'ai plus d'arguments pour contrer une telle croyance. Aux autres je dirai ceci : reculer est une des compétences les plus difficiles et les plus importantes qui soient, lorsqu'on fait la guerre, une compétence complètement sous-estimée et méconnue des civils ; cela constitue un test épuisant et très révélateur de la qualité des forces qui exécutent la manoeuvre. Il apparaît que Strelkov a réalisé un retrait quasi parfait, impeccablement ordonné et réglé depuis Slaviansk déjà encerclée, et c'est la meilleure preuve possible de son habileté tactique.

Ce que je veux faire maintenant, c'est regarder non les aspects tactiques, mais les options stratégiques russes. Pas comment la Russie essaierait de faire ceci ou cela, mais plutôt ce qu'est probablement l'objectif final russe.
Cult

Angleterre : deux enquêtes indépendantes sur le réseau pédophile VIP noyautées dès le départ

Revenons chez nos amis anglais, qui sont en pleine lutte actuellement pour obliger le gouvernement à mettre au jour ses dossiers concernant des réseaux pédophiles VIP. A force de remuer le cocotier, Cameron a fini par annoncer l'ouverture de deux enquêtes. Bien-sûr, personne n'y croit, tant les autorités ont l'habitude d'étouffer toutes les affaires de réseaux pédophiles. Comme chez nous, d'ailleurs.

Pour planter le décor rapidement : depuis l'affaire Savile qui a éclaté en octobre 2012, le public découvre des pédophiles de tous les côtés, à la BBC, au Parlement, chez les élus locaux, dans les services secrets, etc. Même les hôpitaux sont touchés, et un nombre hallucinant d'orphelinats a abrité des dizaines et des dizaines de "prédateurs isolés". Le public a aussi découvert que tout ce petit monde était consciencieusement protégé par les autorités.

Toutefois, quelques-uns ont fini par tomber parmi les vieilles stars de la BBC ou ceux qui étaient déjà morts, mais aucun politicien.

Quant aux dossiers, ils ont la fâcheuse manie de disparaître après être tombés dans les mains des renseignements, qui ont récupéré plusieurs dossiers potentiellement compromettants pour des politiciens.

L'indignation grandit, et plus de 130 députés demandent aujourd'hui des comptes.

On a appris la semaine dernière que certains de ces dossiers explosifs, remis au patron du Home Office (ministère de l'Intérieur) à l'époque, Léon Brittan, par le député Geoffrey Dickens, ont disparu. Ils portaient sur l'existence d'un réseau pédophile au sein du Parlement, Westminster. Mais au total, il semble que pas moins de 114 dossiers concernant des réseaux ont disparu du ministère de l'Intérieur, sans explication même s'il est probable qu'ils aient été détruits.
Bomb

Gaza : le génocide continue

Traduction : Info-Palestine.eu - Dominique Muselet


Cinq militants du mouvement Hamas ont été assassinés dans cette frappe israélienne - Photo : AA
La bande de Gaza se remet d'une nuit de frappes aériennes et navales par les forces israéliennes et craint de voir s'intensifier les opérations.


Les Palestiniens de la bande de Gaza se préparent à des frappes ininterrompues pendant « Opération bordures protectrices », l'agression militaire israélienne contre l'enclave qui a commencé mardi aux aurores.

Tout de suite après son annonce vers 1H du matin, heure locale (22:00 GMT), l'armée israélienne a procédé à 65 frappes aériennes et 3 frappes navales contre 50 objectifs dans la bande de Gaza pendant la nuit, détruisant 5 maisons et blessant 16 Palestiniens dont 7 enfants.

Le Cabinet de Sécurité israélien s'est mis d'accord, à 18H lundi soir, pour intensifier les frappes sur Gaza en réponse aux tirs de roquettes en provenance des territoires occupés sans toutefois envoyer des troupes sur le terrain.

Dimanche soir et lundi matin, 3 frappes israéliennes ont tué 9 Palestiniens dans le camp de réfugiés de al-Bureij et à Rafah. Selon les brigades al-Qassam du Hamas, 7 des hommes tués à Rafah - Ibrahim 'Abdeen par des bombes et Ibrahim al-Bal'aawy, Abdul-Rahman az-Zamely, Mustafa Abu Morr, son jumeau Khaled Abu Morr, Yousef Sharaf Ghannam, et Jom'a Abu Shallouf dans une frappe ultérieure sur un tunnel - faisaient partie de leurs combattants.
Family

Notre ventre, cette intelligence supérieure

belly
© Shutterstock
Le système digestif a une capacité de réaction s’apparentant à une «  intelligence  »
Le cortex cérébral n'a pas l'exclusivité des commandes sur notre organisme. Les chercheurs découvrent l'indépendance d'action de l'appareil digestif et sa capacité à régir nos émotions.

En transférant la flore intestinale d'une souris obèse à une autre qui ne l'était pas, des chercheurs de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) ont fait une découverte surprenante : non seulement l'animal s'est mis à grossir lui aussi, mais son comportement vis-à-vis de la nourriture a radicalement changé, tant au niveau des préférences gustatives que de la façon, plus compulsive, d'avaler ses rations. «  Cela signifie que le contenu de notre ventre a indéniablement la capacité d'influencer le fonctionnement normal du cerveau  », s'enthousiasme Karine Clément, directrice de l'Institut du métabolisme cardiovasculaire et de la nutrition (Ican) à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Ces travaux pourraient se révéler d'une extrême importance dans la compréhension de nombreux dérèglements organiques. «  Sans flore, pas de vie  », souligne la nutritionniste. Sans doute 100.000 milliards de bactéries peuplent nos parois intestinales, dix fois plus que le nombre total de cellules du corps humain ! Cette constellation microbienne agit en symbiose avec son milieu «  comme un organe en prise directe avec notre environnement  », pressentent de plus en plus de gastroentérologues. Les travaux encore récents sur cette organisation bactérienne montrent que leur fonction dépasse de loin la simple usine à fermentation. «  Nos microbes entériques protègent des mauvaises bactéries, produisent de la vitamine B et participent à la maturation du système immunitaire  », détaille Dusko Ehrlich, professeur de microbiologie à l'Inra et coordinateur de deux projets d'étude du microbiote intestinal, Meta HIT et MetaGenoPolis.

Commentaire: Ce lien entre le fonctionnement du corps et le nerf vague est justement une des clés utilisées par le programme Éiriú Eolas

USA

Washington assassine des pays, la constitution des Etats-Unis et les médias pressetitués rendent les Américains complices

Traduit par Résistance 71

Après avoir assassiné l'Irak, l'Afghanistan, la Libye, la Syrie et la constitution américaine, Washington est maintenant en train d'assassiner l'Ukraine.


Grâce au contributeur d'Op-Ed News Eric Zuesse, je peux porter à votre attention ces photos (lien ci-dessous) ce que le gouvernement nazi de Washington est en train de faire aux Ukrainiens qui protestent contre le vol de leur pays par les nazis de Washington. En ce 4 Juillet (NdT: fête nationale du pays du goulag levant..), les Américains doivent se demander combien d'horreur, de malfaisance, de mensonges, ils peuvent accepter de ce gouvernement à Washington qui s'est lui-même mis hors d'atteinte des citoyens auxquels tout gouvernement est pourtant redevable. Avant que vous vous enrouliez dans le drapeau en ce 4 Juillet, rendez-vous compte que "votre" gouvernement sous les Clinton, Bush et Obama, a détruit, en votre nom, la totalité ou des parties de huit nations, assassinant, estropiant et déplaçant des millions de civils et que ce gouvernement a maintenant porté le malheur en Ukraine.

Ces énormes crimes contre l'humanité sont en parité avec ceux commis par Hitler et ont été totalement occultés par notre pressetituée des médias américains, une parfaite collection de putes qui mentent pour du fric. Comment pouvez-vous vous considérer humain en vous asseyant devant la fange de CNN, de Fox News ou en lisant le New York Times et que vous vous soumettez au lavage de cerveau incessant ? Pensez un peu comment vous êtes victime de la propagande, comment on vous ment, on vous désinforme en long en large et en travers et comment on vous induit à accepter le meurtre par "votre" gouvernement, de millions de personnes. Considérez ceci, n'est-ce pas une trahison pour Washington que de déshonorer le drapeau que vous aimez ? Pourquoi le tolérons-nous ? Que nous arrive t'il ? Notre devoir est envers la constitution et non pas envers les criminels qui siègent à Washington. Un patriote est quelqu'un qui défend la constitution contre tout ennemi "étranger ou domestique". Pendant que nous étions sur nos culs de singe, tremblant dans nos bottes de peur de "terroristes" inexistants, notre constitution, elle, a été assassinée par Washington.
Eye 1

Les objectifs prédateurs des pouvoirs européens - L'accord d'Association de l'UE avec l'Ukraine est le prélude à d'autres bains de sang

La signature d'un accord de partenariat commercial et politique entre l'Ukraine, la Georgie, la Moldavie et l'Union européenne (UE) est une nouvelle étape du projet consistant à encercler la Russie sur le plan militaire et économique. Elle ouvre la perspective immédiate d'une escalade de l'offensive militaire déjà menée par le régime de Kiev, soutenu par l'Occident, dans l'Est de l'Ukraine.
Accord association Ukraine Union Européenne
© Reuters
José Manuel Barroso, Petro Porochenko, Herman Van Rompuy - Les accords d’association et libre échange avec l’Union européenne signés hier par l'Ukraine, la Georgie et la Moldavie, ont non seulement une valeur économique, mais politique et stratégique. La rhétorique pompeuse dont s'est servi Porochenko, « symbole d'une foi et d'une volonté implacable », cache mal les objectifs prédateurs des pouvoirs européens
L'Accord d'association, volet économique d'un accord politique signé en mars à la suite de l'annexion de la Crimée par la Russie, a été signé par le président ukrainien Petro Porochenko. Il devra être ratifié par chaque parlement national de l'Union européenne jusqu'à l'automne. La Géorgie et la Moldavie ont toutes deux signé le volet économique et politique de cet accord.

Sur le plan économique, Moscou s'inquiète de ce que l'accord servira à intensifier l'exportation de produits à bon marché vers la Russie via l'Ukraine, mais sa principale inquiétude est de nature géostratégique et concerne l'intégration de tous les Etats constituant autrefois son 'territoire étranger rapproché' dans un bloc militaire et économique occidental. Porochenko y avait clairement fait allusion en disant que « L'Ukraine mettait l'accent sur son choix souverain en faveur d'une adhésion à l'EU ».
Stock Down

La dette totale des États-Unis atteint un nouveau record de près de soixante mille milliards de dollars

Traduction : SOTT
Réserve fédérale illustration
© Inconnu
Que diriez-vous si je vous disais que les étasuniens avaient une dette de près de 60 000 milliards de dollars ? Eh bien c'est vrai. Lorsque vous cumulez toutes formes de dettes, incluant la dette du gouvernement, du commerce, la dette des crédits immobiliers et la dette-consommateurs, nous atteignons 59 400 milliards de dollars de dettes [43 676 milliards d'euros - NdT]. C'est une somme d'argent tellement énorme qu'il est difficile de la décrire avec des mots.

Par exemple, si vous viviez à l'époque de la naissance de Jésus-Christ, et que vous aviez dépensé 80 millions de dollars [environ 59 millions d'euros - NdT] chaque jour depuis, vous n'auriez toujours pas dépensé aujourd'hui 59 400 milliards de dollars [43 676 milliards d'euros - NdT].

Et la majeure partie de cette dette a été cumulée dans les récentes décennies. Si vous retournez quarante ans en arrière, la dette totale des États-Unis se situait aux environs de 2 200 milliards de dollars [1 618 milliards d'euros - NdT]. D'une façon ou d'une autre, durant les quatre dernières décennies, nous avons permis que la dette étasunienne devienne approximativement vingt-sept fois plus grande.

C'est d'une démence absolue, et quiconque pense que ceci est viable est dans l'illusion totale. Nous vivons dans la plus grande bulle de dettes de tous les temps, et il est impossible que cela se termine bien. Regardez le graphique...
Graphique dettes USA
© Conseil d'administration des Gouverneurs du système de Réserve Fédérale.
Les zones grisées indiquent les périodes de récessions aux U.S.A. - 2014 research.stlouisfed.org
Quand la dernière récession est survenue, la dette totale des États-Unis a en fait commencé à décroître pour une courte période de temps.
Crusader

La Troisième Guerre mondiale est une guerre des élites envers les classes

Traduction par VD pour Le Grand Soir

Banque, Gouvernement, Peuple
© Inconnu
La plupart des experts de l'évolution historique ont tendance à percevoir une nouvelle guerre mondiale par le déploiement à grande échelle de moyens militaires visant la défaite, la destruction ou l'asservissement d'un des belligérants. Bien que l'idée d'un tel scénario sinistre ne peut certainement pas être exclue, il y a des raisons de croire, cependant, que la fameuse Troisième Guerre mondiale dont on parle tant pourrait être d'un type différent : plutôt entre classes qu'entre pays.

Vue sous cet angle, la troisième guerre mondiale se déroule déjà, et elle fait rage depuis des années : la guerre unilatérale néolibérale, transfrontalière de l'économie d'austérité qui est menée par la classe transnationale de l'oligarchie financière contre l'écrasante majorité des citoyens du monde, les 99 %.

La mondialisation du capital et l'interdépendance des marchés mondiaux a atteint un tel niveau que des affrontements militaires de grande envergure comme ceux des première et seconde guerres mondiales pourraient conduire à une catastrophe financière pour tous. Sans surprise, le réseau des élites financières transnationales, qui choisissent souvent depuis les coulisses les politiciens et les gouvernements, semblent être opposés à une autre guerre internationale qui pourrait paralyser les marchés financiers à travers le monde.

Cela explique pourquoi les récentes agressions impérialistes ont souvent pris la forme d'interventions de type « soft-power » : révolutions de différentes couleurs, coups d'état « démocratiques », guerres civiles provoquées, sanctions économiques, etc. Bien sûr, l'option militaire demeure lorsque les stratégies de changement de régime « soft-power » échouent ou s'avèrent insuffisantes.
Cookie

L'impact pharmacologique du blé - 23 788 protéines potentiellement dangereuses

Traduit de l'anglais par NOT
Champ de blé
© ceciliawyu
La plupart des gens ne réalisent pas que lorsque nous parlons de problèmes de santé liés au blé ou au gluten, nous ne parlons pas d'une entité monolithique, d'un unique « méchant », seul responsable des ravages que causent souvent la consommation de cette céréale. Après tout, comment un unique méchant pourrait provoquer les plus de 200 différents effets, observés cliniquement, nuisibles à la santé que la littérature biomédicale associe maintenant à la consommation de blé ?

Non, le problème est que « gluten » est une abstraction, et qu'en se concentrant uniquement sur lui, on dénature profondément la véritable ampleur du problème, un peu la pointe de l'iceberg qui cache en-dessous une énorme menace...

Le gluten veut dire « colle » en latin, et se réfère au complexe pâteux de protéines dans le blé, comprenant les gliadines (solubles dans l'alcool), les glutélines (solubles dans des alcalins ou acides dilués), et d'autres. Comme le blé est une espèce hexaploïde (c'est déjà effrayant, non ?), un sous-produit de trois plantes ancêtres réunies, avec pas moins de 6 lots de chromosomes et 6,5 fois plus de gènes que dans le génome humain, il peut produire pas moins de 23 788 protéines différentes - un fait aussi incroyable qu'inquiétant. [i]
Top