Fireball 5

Paul de Tarse s'est-il converti au christianisme après avoir vu un météore alors qualifié de « signe de Dieu » ?

Dans un récent article de la revue Meteoritics and Planetary Science, l'astronome William Hartmann estime que l'apôtre Paul s'est converti au christianisme après avoir vu un météore qui explosait dans le ciel et qu'il l'a pris comme un signe de Dieu.
© Web Gallery of Art
Conversion de St Paul - Fresque de Michelangelo Buonarroti, 1542-1545
Ce chercheur a pris le temps d'étudier tous les faits et événements qui ont convaincu l'apôtre Paul de se convertir au christianisme. La plupart des faits et événements peuvent être expliqué par un météore qui aurait percuté la terre.

La version biblique sur la conversion de Paul

Selon la Bible, Paul n'était pas l'un des 12 apôtres de Jésus et il ne s'est converti qu'après la mort de Jésus. Il était sur le chemin de Damas en Syrie lorsqu'il a vu une lumière qui descendait du ciel. Cette lumière était tellement intense qu'elle a fait tomber Paul et que cette lumière était accompagnée par toutes sortes de voix qui parlaient à Paul. Les voix lui demandaient pourquoi il n'accueillait pas Jésus dans sa vie. Et toujours selon la Bible, Paul est resté aveugle pendant 3 jours et lorsqu'il a finalement été guéri, il s'est converti au christianisme. Et il a commencé à faire ses voyages autour du monde pour répandre la nouvelle religion.

Un simple météore

Dans son rapport au journal Meteoritics and Planetary Science, William Hartmann estime que si on considère tous les faits rapportés par Paul, on peut dire que celui-ci a vu un météore sur son chemin vers Damas. Le météore n'explique pas seulement la lumière intense, mais également les voix de tonnerre qui l'accompagnaient.

Commentaire: Et l'on peut élargir du christianisme aux deux autres religions majeures - toutes trois issues de l'Ancien testament - en émettant l'hypothèse de travail et de recherches que le judaïsme et l'islamisme contiennent également dans leurs textes des références indirectes à des événements de type météores/fragments de comète et qui sont présentés comme étant des actes de Dieu. Pour exemple,
[...] dans la Sourate 24.35, Allah est dépeint comme une étoile et la « Lumière des cieux et de la terre » - termes qui nous sont familiers dans les descriptions de comètes bien que, évidemment, nous réalisons que tout fut « astralisé » par les Grecs. (Laura Knight-Jadczyk, Les cornes de Moïse, L'Histoire secrète du monde - Tome 2, p.258)
Voir aussi l'article Selon Francesco Carotta, Flavius Josèphe était Paul de Tarse

Et :
[...] Josèphe décrit les années soixante [60-70 apr. J.-C.] comme une période de famine, d'agitation sociale, de détérioration institutionnelle, d'âcres luttes intestines, de guerres de classes, de banditisme, d'insurrections, d'intrigues, de trahisons, de bains de sang, et de dispersion des Judéens à travers toute la Palestine. [...] Il y eut des guerres, des rumeurs de guerre pendant presque dix ans, et Josèphe rapporte des présages, notamment une lumière brillant comme le jour en pleine nuit ! [...]
Cette lumière brillant comme le jour en pleine nuit nous est familière - Toungounska oblige. Josèphe donne plusieurs présages des malheurs sur le point de s'abattre sur Jérusalem et le Temple. Il décrit une étoile ressemblant à une épée, une comète, une lumière brillant dans le temple [...] des armées combattant dans le ciel, et une voix émanant du Saint des Saint annonçant « Nous partons d'ici ». (Josèphe, La guerre des Juifs, 6)
Ce fut d'abord, quand apparut au-dessus de la ville [Jérusalem] un astre semblable à une épée, une comète qui persista pendant une année... (Josèphe, La guerre des juifs, 6.3)
[...] Il se pourrait bien que les écrits eschatologiques du Nouveau Testament - la formation même du mythe de Jésus - aient été basés sur des événements cométaires de l'époque, y compris sur un souvenir de « l'étoile en Orient ». La destruction du Temple de Jérusalem pourrait bien avoir été un « acte de Dieu », comme rapporté par Marc dans son Évangile. (Laura Knight-Jadczyk, L'Onde - Tome 7, Annexe A)



Arrow Down

Le chaos n'est pas un accident, mais le but de la stratégie militaire des États-Unis

Image
© Inconnu
Un nombre indéterminé de migrants est mort en Méditerranée. Parfois, les vagues rapportent des corps sur les plages italiennes ou les douanes saisissent une embarcation remplie de cadavres.
Les responsables de l'Union européenne se trompent complètement sur les attentats islamistes en Europe et les migrations vers l'Union de gens fuyant les guerres. Thierry Meyssan montre ici que tout ceci n'est pas la conséquence accidentelle des conflits au Moyen-Orient élargi et en Afrique, mais un objectif stratégique des États-Unis.

Les dirigeants de l'Union européenne se trouvent soudainement confrontés à des situations inattendues. D'une part des attentats ou tentatives d'attentats perpétrées ou préparées par des individus n'appartenant pas à des groupes politiques identifiés ; d'autre part un afflux de migrants via la Méditerranée, dont plusieurs milliers meurent à leurs portes.

En l'absence d'analyse stratégique, ces deux événements sont considérés a priori comme sans relation et sont traités par des administrations différentes. Les premiers ressortent du Renseignement et de la police, les seconds des douanes et de la Défense. Ils ont pourtant une origine commune : l'instabilité politique au Levant et en Afrique.

Cult

La circoncision, ses mythes et rumeurs




Note : Cet article a été remanié par l'auteur depuis sa parution en 2013 et peut être consulté ici.


Iconographie : SOTT


La circoncision, ses mythes et rumeurs : le plus grand crime contre l'humanité, catalyseur de fanatisme, terrorisme, génocide et féminicide, et un racisme artificiel masqué derrière culture, tradition, religion et folklore.

© Lenars C
La Circoncision de Jésus, fresque de Jean Canavero, XVe siècle, église Notre-Dame-des-Fontaines.
« Tout homme qui a choisi le mensonge comme moyen doit inexorablement choisir la violence comme règle ».
~ Alexandre Soljénitsyne
« Le sexe de (l'enfant) apparaît bien comme un enjeu de possession, un symbole de soumis-sion.
~ Simone Veil, qui a écrit « la femme » au lieu de « l'enfant »1
Alors que la plupart des cultures respectent l'anatomie humaine, une minorité (20 % de l'humanité) détruit les organes spécifiques de l'auto-sexualité (le prépuce, et parfois le clitoris). Cependant, l'usage fréquent du même terme pour les deux mutilations montre que la circoncision est responsable de l'excision. Mais les ravages de l'excision ne sont que le sommet de l'iceberg des mutilations sexuelles. Car si les dommages physiologiques et sexologiques de la circoncision sont le plus souvent occultés, ses conséquences psychologiques au niveau mondial sont dramatiques ; pratiquées en masse sur des mineurs, ces sacrifices humains avec torture sont le comble des méthodes d'éducation brutales qui enseignent la violence, la barbarie, le sexisme et le racisme. L'ineptie de la circoncision éclate dans le fait qu'un des principaux résultats escomptés : réduire l'appétit sexuel, n'est pas atteint. On doit penser que d'autres buts sont visés.

Commentaire: voir aussi :

« La circoncision à l'origine de troubles de la personnalité (incapacité de ressentir des émotions et impulsivité) »

« La Circoncision - Conditionner l'adulte en Torturant l'Enfant »

« Traumatisme de la circoncision »

« Origine de la circoncision, de l'excision et des sacrifices d'enfants : culte du sang et changement de filiation »


Bad Guys

Manipulation des informations par les médias

Image
© Inconnu
Dans Matrix, le film des frères Wachowskis, l'humanité est connectée à un programme informatique qui simule la réalité. La matrice détourne les esprits pour cacher aux Hommes leur véritable condition : la servitude dans un système dominé par les machines. Le film est l'exemple le plus radical de ce qu'on appelle la construction de la réalité, une notion qui peut paraître encore ésotérique mais qui a de vraies bases théoriques et qui est prise très au sérieux par les conseillers de Georges Bush, comme le rapporte un article du New-York Times : « Nous sommes désormais un empire, et quand nous agissons, nous créons notre propre réalité. Et pendant que vous étudierez cette réalité — de manière judicieuse, sans aucun doute — nous agirons à nouveau, créant d'autres nouvelles réalités, que vous pouvez étudier également. »

Organisation des médias de masse

L'augmentation de la productivité des suites du fordisme va permettre une augmentation sans précédent du volume de production, auquel il faudra évidemment trouver des débouchés. En effet, la production de masse n'est rentable que si elle produit de manière constante et croissante. L'offre industrielle ne peut plus se contenter, comme au siècle précédent, de simplement répondre à la demande du consommateur, il faut qu'elle crée elle même sa propre demande. Pour ce faire, l'industriel doit rester en contact permanent avec le grand public, il doit donc connaître sa psychologie dans les moindres détails. Les progrès faits en matière de psychologie des foules, suite aux travaux de Gustave Le Bon, vont permettre ce rapprochement.

Better Earth

Poutine réfute en 15 points les accusations de l'Occident et met en lumière l'aspect psychopathique des dirigeants étasuniens

© Reuters
Le président russe Vladimir Poutine a répondu en direct à a télévision aux questions de ses concitoyens, ce jeudi 16 avril 2015.

Commentaire : Nous avons publié hier un article à propos de George Friedman (fondateur de Stratfor, think-tank proche de la CIA) qui assure, en 13 points, que la politique stratégique étasunienne « ...c'est cynique, amoral, mais ça marche », lors de son discours devant le Chicago Council, le 4 février 2015.

L'implacable et sombre logique psychopathique étasunienne est particulièrement mise en lumière par les paroles de Vladimir Poutine lors du dernier grand rendez-vous télévisé annuel en Russie, « Ligne directe », à Moscou le 16 avril 2015. Pendant plus de 4 heures, les Russes posent des questions en direct au chef de l'État. De ce rendez-vous, ont été extraits 15 points détaillés ci-dessous. Dès lors, établir un comparatif entre les deux discours devient tentant et... révélateur. Que chacun se fasse sa propre opinion.
Extrait du discours de Georges Friedman pour Stratfor devant le Chicago Council, le 4 février 2015 :

1 - L'Europe n'existe pas, La France ou la Roumanie, oui, mais l'Europe, non.

2 - Seule une union Allemagne-Russie pourrait nous [les Américains] menacer, ça n'arrivera jamais, nous faisons ce qu'il faut pour cela.

3 - L'armée ukrainienne est une armée US, la preuve : nous donnons nos médailles à leurs soldats méritants, alors que les décorations sont réservées aux citoyens US.

4 - Nous livrons des armes dans tous les pays de l'est européen, même en Ukraine où nous entraînons les troupes.

5 - Notre but est d'installer un cordon sanitaire autour de la Russie, afin qu'elle ne soit jamais stabilisée et pour en chasser toute velléité d'alliance européenne.

6 - Nous intervenons militairement dans le monde entier, nous dominons les océans et toute la terre.

7 - Nous faisons se battre nos ennemis entre eux, « c'est cynique mais ça marche ».

8 - Les attaques préventives déstabilisent les ennemis, nous faisons ça dans toutes les guerres.

9 - Nous installons des régimes favorables à nos intérêts.

10 - Nous sommes un empire, nous ne pouvons pas nous relâcher.

11 - L'Otan doit occuper tout l'espace terrestre entre la mer Baltique et la mer Noire.

12 - Nous ne savons pas ce que va faire l'Allemagne, elle est dans une situation très difficile.

13 - Une coopération entre le capital allemand et les matières premières russes serait désastreuse pour les États-Unis. Les USA l'empêchent depuis un siècle et continueront. Le destin de l'Europe dépendra de la décision des Allemands. Ils ont besoin des Russes, mais ils sont menottés par les USA.

Voici les réponses extraites de la conférence de Vladimir Poutine :

1 - La Russie n'attaque pas l'Occident, elle n'agresse personne, elle défend ses intérêts.

2 - En 1990, la Russie a arrêté les vols de ses bombardiers stratégiques, mais les avions US continuaient à voler avec des armes nucléaires à bord. Pourquoi ? Contre qui ? Nous avons recommencé depuis trois ans, alors qui provoque ?

3 - Nous avons deux base militaires hors de Russie, à la frontière afghane, c'est même l'intérêt des USA. Eux ont plus de mille bases partout dans le monde, et nous sommes des agresseurs ? Où est le bon sens ? Que font les armes nucléaires américaines en Europe ?

4 - Le budget militaire du Pentagone est dix fois plus élevé que le nôtre et nous menons une politique agressive ? Il faut garder son bon sens. Avons-nous des bases aux frontières des USA ?

5 - Pourquoi veut-on nous interdire de nous défendre ? Qui a résilié le traité sur les missiles ? Qui installe ses missiles aux frontières de l'autre ? Et nous sommes agressifs ?

6 - Nous voulons des relations d'égalité avec l'Occident, en accord avec nos intérêts nationaux.

7 - Nous avons attendu 20 ans avant d'être acceptés à l'OMC, avec beaucoup de concessions, les règles solides sont violées, celles de l'OMC, de l'ONU, du droit international avec les sanctions contre nous.

8 - Nous voulons collaborer sur les problèmes de l'humanité, sécurité, désarmement, terrorisme, santé, drogue, crime organisé.

Commentaire: Vladimir Poutine a également nié que la Russie ait envie de rétablir un empire, et a même reconnu qu'imposer le modèle soviétique en Europe après 1945 n'était pas « une bonne chose ». « Après la deuxième guerre mondiale l'URSS a voulu imposer son modèle dans les pays est-européens, et cela s'est retournée contre nous » et, a-t-il lancé à l'attention de Washington, « si les Américains se comportent de la même façon, eux aussi vont échouer ».

À la rencontre de Vladimir Poutine, selon Radio Courtoisie :



Voir aussi : Selon les services de renseignement français, la Russie n'a jamais eu l'intention d'envahir l'Ukraine


Bad Guys

Guerres occidentales contre le terrorisme : 4 millions de morts en Afghanistan, au Pakistan et en Irak depuis 1990

Les opinions publiques occidentales en sont persuadées : le colonialisme est une histoire du passé ; leurs États ne pratiquent plus de massacre de masse. Mais la réalité est tout autre. Ainsi que viennent de le démontrer plusieurs associations internationales (dont le prix Nobel de la paix 1985, une époque où cette distinction avait encore un sens), rien qu'en Afghanistan, au Pakistan et en Irak, les guerres occidentales ont probablement fait 4 millions de morts.
© Inconnu
Une importante étude démontre que la « guerre contre le terrorisme » conduite par les États-Unis a tué jusqu'à 2 millions de personnes. Néanmoins, il ne s'agit que d'un décompte partiel des morts dont l'Occident est responsable en Irak et en Afghanistan depuis plus de deux décennies.

Le mois dernier, Physicians for Social Responsibility (PSR), une prestigieuse ONG basée à Washington DC, a publié une étude clé [disponible au bas de cette page]. Elle démontre que le bilan humain de plus d'une décennie de « guerre contre le terrorisme » depuis les attaques du 11-Septembre s'élève à au moins 1,3 million de morts. Selon cette ONG, il pourrait même atteindre les 2 millions.

Publié par une équipe de docteurs lauréate du prix Nobel de la paix, ce rapport de 97 pages est le premier décompte du nombre total de pertes civiles dues aux interventions « antiterroristes » menées sous l'égide des États-Unis en Irak, en Afghanistan et au Pakistan.

Stock Up

L'europe ? La crise ? L'austérité ? L'exemple islandais

Image
© Inconnu
Récemment le gouvernement islandais a informé la Commission européenne et le Conseil européen du retrait de sa demande d'adhésion (cf. Horizons et débats no 8 du 23/3/15). Le gouvernement rose-vert avait sollicité en juillet 2009 son adhésion, après que la crise financière aux Etats-Unis ait influé de manière catastrophique sur les banques du pays. Lorsque le pays s'est rétablit étonnamment vite et qu'en avril 2013 un nouveau gouvernement a été choisi, les négociations ont été gelées.

Le ministre des Affaires étrangères Gunnar Bragi Sveinsson a noté sur son site web: « Les intérêts de l'Islande sont mieux servi en dehors de l'UE. » La population n'approuverait pas l'adhésion, car ces dernières années, elle a réalisé, ce qu'elle a pu atteindre de ses propres forces. L'Islande est une île dans l'Atlantique avec 350 000 habitants. Le pays dispose de zones de pêche abondantes. Ses habitants pratiquent un peu d'agriculture avec beaucoup de moutons et accueillent de plus en plus de touristes parcourant le pays à cause de la beauté de la nature et de ses sources chaudes. Il fait bon vivre ainsi.

Bad Guys

Histoire : le terrorisme des opérations sous fausse bannière

Traduit par Wayan, relu par jj et Diane

Image
© Inconnu
Ce vieil adage est bien vrai : si l'on ne retient pas l'Histoire, on est condamné à la répéter.

Le plus grand secret de l'Histoire que les gens n'ont donc pas encore intégré, puisque c'est un secret, est le terrorisme sous fausse bannière. Il existe de nombreuses attaques sous fausse bannière bien documentées dans lesquelles un gouvernement est l'instigateur et qui, pour des raisons politiques, en reporte la faute sur son ennemi. Les opérations sous fausse bannière ont, sans arrêt, changé le cours de l'Histoire, dans le monde entier. Sauf si le peuple prend conscience de ce style d'opération, les gouvernements continueront à les utiliser pour provoquer de plus en plus de guerres désastreuses.

Dans les exemples suivants, les officiels gouvernementaux qui ont participé à ces attaques (ou en ont sérieusement proposé) l'ont avoué, oralement ou par écrit :

Better Earth

Crimée. Le retour à la Patrie

Crimée. Le retour à la Patrie est un documentaire de la chaîne Rossiya 1 sur le rattachement de la Crimée à la Russie au printemps 2014.

Réalisé par Andrei Kondrashov, le tournage a duré 8 mois et s'est déroulé à travers toute la Crimée, de Simferopol à Sébastopol en passant par Yalta et Kertch. Les auteurs du film ont réalisé deux interviews avec le président russe Vladimir Poutine qui dévoile des détails inédits du rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie.
Le documentaire présente en outre une reconstitution de l'opération spéciale visant à exfiltrer en Russie le président ukrainien Viktor Ianoukovitch, renversé par une révolte populaire en février 2014.


Snakes in Suits

Le Yémen, l'Ukraine et l'hypocrisie de l'agression

Traduit par Jacques B.,relu par jj et Diane

Image
© Inconnu
L'intervention militaire menée au Yémen par une coalition d'États arabes soutenue par les USA va sans aucun doute envenimer le conflit tant au Yémen que dans le reste de la région. Il s'agira vraisemblablement d'une guerre prolongée impliquant de nombreux acteurs, tous soucieux de favoriser leurs propres intérêts politiques et géopolitiques.

Toutefois, c'est la réaction internationale à cette nouvelle guerre régionale qui présente un intérêt particulier ; notamment la façon dont les États‑Unis réagissent à cette indéniable agression de la part de ses alliés du Golfe. Après n'avoir ménagé aucun effort pour présenter comme une agression la réunification de la Russie avec la Crimée et son soutien limité aux rebelles anti‑Kiev de l'est de l'Ukraine, Washington veille à ce que ce terme lourd de sens ne soit aucunement utilisé pour parler de la nouvelle guerre en cours au Yémen.

Il semble donc que, du point de vue de Washington, aucun indicateur objectif ne puisse permettre de dire s'il y a ou non agression: utilisation de matériel militaire, déclenchement des hostilités, etc. Le critère utilisé semble plutôt être la relation qui existe entre un conflit donné et les propres intérêts stratégiques des États‑Unis. En Crimée et en Ukraine, la Russie est l'agresseur, car, en défendant ses propres intérêts et ceux du peuple russe, elle agit à l'encontre des intérêts géopolitiques perçus des USA. Tandis qu'au Yémen, le déclenchement d'une guerre par l'Arabie saoudite et d'autres pays soutenus par les USA, et ce, sans provocation aucune et dans le but exprès d'entraîner un changement de régime, n'est pas une agression, car cela favorise les intérêts de Washington.