Alarm Clock

GEAB 87 - Il avait été une fois l'Amérique

Golden Gate, bridge
Le déclin des États-Unis, nous l'avons déjà maintes fois analysé, écrit, confirmé. Et pourtant, à la vue de la couverture médiatique actuelle d'une Amérique qui aurait retrouvé sa santé économique [1], un marché de l'emploi florissant [2], son rôle de modèle pour l'Europe (et le monde) [3], un avenir énergétique en rose [4], une énième fois s'impose de présenter à nos lecteurs un regard clair, brutal et sans complaisance sur la réalité économique, financière, politique et sociale des États-Unis et des Américains. A l'obstination des propagandistes américanistes, il faut opposer une endurance équivalente.

Certes, les bourses flambent, mais cela n'est point un indicateur d'une société et d'une économie qui seraient sorties par le haut de la crise. Les taux record ne sont autres que les effets de la politique monétaire de l'argent facile pratiquée par la Fed et l'impasse dans laquelle sont les investisseurs qui ne trouvent pas d'autres placements que les actions d'entreprises déjà surévaluées et les valeurs factices de la finance innovatrice. Les États-Unis s'autodétruisent et détruisent le monde en passant. Les dieux aveuglent ceux qu'ils veulent perdre. Et aveugles au regard de la réalité du monde, les Américains le sont effectivement. L'hybris, l'orgueil démesuré d'un pays qui se considère God's own country, le pays choisi, number one en tout, héraut de toutes les valeurs de l'humanité, est en train d'entraîner les États-Unis dans les abysses.

Plan de l'article complet :
1. Une superpuissance détruite par son hybris - et qui détruit le monde
2. Les États-Unis - l'homme malade du monde
Nous présentons dans ce communiqué public la partie 1.
Airplane

Le 11 Septembre, la Journée officielle des « merdias » et de la réalité psychopathique

Histoire de marquer le 13ème anniversaire de la plus formidable opération d'enfumage jamais réalisée, entrefilets.com propose d'instituer désormais la date du 11 Septembre comme «Journée officielle des «merdias» et du mensonge d'Etat». Après le fascinant montage du 11 Septembre 2001 et les fausses ADM irakiennes ; après la vraie-fausse révolution syrienne et la fameuse attaque chimique bidon; après les faux bombardements de Kadhafi sur sa population ; après la fausse révolution ukrainienne et la manipulation autour du crash du MH17: franchement, il était injuste que face à tant d'efforts pour créer cette réalité virtuelle, aucune journée ne soit dédiée aux merdias pourvoyeurs du mensonge d'Etat. Injustice réparée donc.

Enfumages à la pelle

Bon allez, on ne va pas vous faire perdre votre temps avec un long exposé pour démontrer que le 11 Septembre était un «inside job». Toutes les preuves sont disponibles sur internet (1) où de nombreuses associations, par exemple d'architectes et d'ingénieurs (2), militent pour qu'on arrête de prendre les gens pour des abrutis, notamment en affirmant que deux avions ont provoqué l'effondrement parfaitement symétrique de... trois tours (3).

On ne s'étendra pas non plus sur les armes de destructions massives irakiennes dont le mensonge, d'abord largement propagé, est aujourd'hui admis car devenu superflu même si, hélas, jamais les Etats-Unis et leurs toutous n'auront à répondre du massacre, «par erreur donc», de plus d'un million de personnes.

S'agissant des faux bombardements de Kadhafi sur la population libyenne, même constat de montage propagé jusqu'à la nausée (4).
Passons rapidement aussi sur la simple tentative de regime change (5) qui détruit actuellement la Syrie sous couvert de révolution, et sur l'attaque chimique perpétrée en fait par les «freedom fighters» (6) des «Amis (SIC) de la Syrie» pour permettre aux USA d'intervenir. Heureusement, Vladimir Poutine veillait déjà au grain, et on connaît la suite (7).
Clipboard

Lettre d'excuse au Président Poutine pour le comportement des gouvernements et des médias occidentaux


Cher M. le Président Poutine, cher Peuple russe,


Nous vous prions d'accepter nos excuses pour le comportement de nos Gouvernements et de nos Médias. Les nations occidentales, sous la houlette des États-Unis, semblent déterminées à lancer une guerre contre la Russie. Toute personne sensée ne pourra que reconnaître les conséquences terribles d'une telle guerre, et faire tout ce qui est en son pouvoir pour l'éviter. D'ailleurs, il semble que c'est exactement ce que vous êtes en train de faire. Malgré un flot ininterrompu de mensonges et de provocations, vous avez réussi à empêcher la Russie de se laisser entraîner dans une guerre nucléaire.1, 2

Commentaire: Voici le lien pour la signer : Lettre au Président Poutine

USA

L'Otan entend interdire à la Russie et à la Chine de se développer

Le fastueux sommet de l'Otan à Newport n'a pas accouché publiquement des grandes décisions annoncées, mais il est probable qu'elles ont été prises en secret. Pour empêcher la Russie et la Chine - mais aussi l'Inde - de poursuivre leur développement, l'Otan peut compter sur le terrorisme de l'Émirat islamique qu'il feint de condamner et de combattre.

Le sommet de Newport (Pays de Galles) est le plus important de l'Otan depuis celui de Prague en 2002. À l'époque, il s'agissait d'inclure de nouveaux États d'Europe centrale et orientale au sein de l'Alliance. Cette fois, il s'agit de planifier une stratégie à long terme pour contenir le développement de la Russie et de la Chine de sorte qu'ils ne puissent rivaliser avec les États-Unis [1].

Tout ce qui touche à l'Otan est sujet à polémique. En effet, elle n'a cessé, depuis sa création, en 1949, de manipuler les faits pour se présenter comme une alliance défensive face à l'expansionnisme soviétique, alors que c'est le Pacte de Varsovie, créé six ans plus tard, en 1955, qui visait à défendre les États socialistes face à l'impérialisme anglo-saxon (et non l'inverse).

En outre, contrairement à sa dénomination, l'Otan n'est pas une alliance entre égaux, mais la vassalisation des armées partenaires par les États-Unis et le Royaume-Uni. En effet, toutes les armées membres de cette prétendue « alliance » sont placées sous le commandement d'un unique officier états-unien - par ailleurs commandant des forces US en Europe - , tandis que le service secret de l'Otan, le « Gladio », sous l'autorité conjointe de Washington et de Londres, veille à ce que jamais des anti-impérialistes n'arrivent au pouvoir dans les autres États membres [2]. Pour ce faire, l'Otan n'a lésiné ni sur les assassinats politiques, ni même sur les coups d'État (en France [3], en Italie, en Grèce, à Chypre et en Turquie).
Cowboy Hat

Ce qu'Obama va laisser en héritage : des « conneries »

Quand les gens voient ce qui se passe en Ukraine, l'agression de la Russie envers ses voisins et la façon dont elle finance et arme les séparatistes ; ce qui se passe en Syrie, le ravage causé par [le président Bachar el-]Assad contre son propre peuple ; l'incapacité d'amener les sunnites, les chiites et les Kurdes à un compromis en Irak, bien que nous essayons de voir s'il est possible de former un gouvernement pouvant fonctionner ; les menaces terroristes récurrentes ; ce qui se passe en Israël et à Gaza ; une partie de leur inquiétude est liée au sentiment que, dans le monde, le vieil ordre ne tient plus et que nous n'en sommes pas encore tout à fait où nous devrions être en matière de nouvel ordre, qui s'appuie sur des principes différents, qui s'appuie sur notre humanité commune, qui s'appuie sur des économies avantageuses pour tout le monde.

Le président Barack Obama
obama menteur
On dirait bien que le président des États-Unis, Barack Obama, a fait tout un gâchis de ce que son maître à penser, Zbigniew « grand échiquier » Brzezinski, lui a enseigné.

Zbig reprend constamment les trois grands impératifs de la géostratégie impériale de Sir Halford John Mackinder, qui sont d'empêcher les collusions et maintenir les vassaux dans une relation de dépendance en matière de sécurité, de faire en sorte que les tributaires restent dociles et protégés, et d'empêcher l'alliance des barbares.

Après avoir brièvement tenté de « diriger en arrière-plan », ce qui n'allait nulle part, M. Obama a finalement fait un Mackinder de lui avec sa brillante doctrine en matière de politique étrangère, qui consiste à « ne pas faire de conneries » [1].

Il n'en reste pas moins que la toujours vive Hillary Clinton, ex-secrétaire d'État, a dit que « ne pas faire de conneries » n'est pas un principe d'organisation de la politique étrangère » [2]. Pourtant, tout ce que l'équipe chargée de la politique étrangère de M. Obama sait faire, ce sont des « conneries » justement.

À commencer par M. Obama, qui traite le président de la Russie Vladimir Poutine de la même manière que l'époux d'Hillary traitait le tonneau de vodka Boris Eltsine. Puis est venue la décision, sans le moindre débat public, de bombarder de nouveau l'Irak, et la Syrie y goûtera prochainement. Que le bombardement de la Syrak commence !

« Protéger » les Yazidis, oui. Protéger les Gazaouis, non. « Protéger » la bande de néo-nazis, de fascistes et d'oligarques véreux, oui. Protéger les Russophones dans l'est de l'Ukraine, non.
Gear

Ukraine : Washington accumule mensonge sur mensonge

Traduit par SLT

Le dernier mensonge de Washington, celui-ci venant de l'OTAN, est que la Russie a envahi l'Ukraine avec 1000 soldats et de l'artillerie.

Comment savons-nous que c'est un mensonge ? Est-ce parce que nous n'avons rien entendu d'autre que des mensonges de la part de l'OTAN au sujet de la Russie, de la part de l'ambassadeur US ou de Samantha Power de l'ONU, de la secrétaire adjoint de l'Etat Victoria Nuland et d'Obama et de tout son régime de menteurs pathologiques, ou bien de la part des gouvernements britanniques, allemands et français ainsi que de la part de la BBC et l'ensemble des médias occidentaux ?

Ceci, bien sûr, est une bonne raison de penser que la dernière propagande occidentale est un mensonge. Ceux qui mentent de manière pathologique ne commencent pas à dire la vérité subitement et ne sont guère digne de confiance.

Mais il y a encore de meilleures raisons pour penser que la Russie n'a pas envahi l'Ukraine avec 1.000 soldats.

L'une des raisons est que Poutine a beaucoup investi dans la diplomatie en lien avec une volonté d'apaisement. Il ne risquerait pas sa stratégie fondée sur la diplomatie par l'envoi de troupes trop peu nombreuses pour avoir un effet décisif sur le résultat.

Une autre raison est que si Poutine décide qu'il n'a pas d'alternative à l'envoi de l'armée russe pour protéger les résidents russes dans l'est et le sud de l'Ukraine, Vladimir Poutine enverra assez de troupes pour faire le travail plus rapidement qu'il l'a fait en Géorgie lorsque les Etats-uniens et les Israéliens ont formé l'armée de Géorgie qui a envahi l'Ossétie du Sud et qui fut détruite en quelques heures par la réaction de la Russie. Si vous entendez que 100.000 soldats russes soutenus par une couverture aérienne ont envahi l'Ukraine, alors ce sera effectivement une revendication plus crédible.
USA

L'Empire US, vers l'internationale totalitaire en chantant

Comme disait l'autre, les Etasuniens sont des gens vraiment formidables, pour peu que l'on puisse faire abstraction des morceaux de cervelles d'enfants qui pendouillent à leur parka. Et si eux-mêmes y arrivent parfaitement, c'est que leur ascension en tant qu'hyper-puissance mondiale s'est accompagnée d'une descente dans une pathologie à mesure. Pathologie de la domination mêlant messianisme, exceptionnalisme (version américanisée de l'élitisme israélien), ivresse de puissance et, surtout, inculpabilité. Une pathologie protéiforme terrifiante lorsqu'elle ronge l'âme d'un Empire disposant d'une capacité technologique et d'une puissance de feu inégalés dans l'Histoire de l'humanité, le tout dissimulé sous les paillettes hollywoodiennes et le vernis d'une machine de propagande qui le font passer pour vertueux. Décryptage.

Violence permanente

Au risque de nous répéter - risque parfaitement assumé car il est pour nous cri par l'écrit - , il faut dire et redire encore que les Etats-Unis ont été parmi les principaux pourvoyeurs d'atrocités à travers le monde depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, que ce soit directement ou par supplétifs interposés. Vietnam, Cambodge, Panama, Nicaragua, Salvador, Guatemala, Chili, Pérou, Iran, Somalie, RDC et Serbie sont quelques-uns des pays qui ont eu à affronter dans un passé récent la machine de guerre US, ou ses commandos d'assassins et autres spécialistes du coup d'état.

Ces vingt dernières années, les seuls massacres de masse commis sur la planète l'ont été par l'Empire. Sa projection de violence, au besoin à l'aide de sa milice globalisée qu'est l'OTAN, n'a fait que gagner en intensité avec les tueries à grande échelle et l'emploi méthodique de la torture (Irak / so called War on Terror) ; les guerres d'occupation (Afghanistan) ; les regime change ou tentative de (Libye / Syrie / Ukraine) ; les campagnes systématisées d'assassinats extrajudiciaires (Yémen-Pakistan) ; les boucheries à grande échelle et les épurations ethniques par supplétifs interposés (Liban 2006 / Palestine 2002-2006-2008-2012-2014).
Padlock

Poutine : son discours légendaire à Munich en 2007

Intervention de Vladimir Poutine, président de la fédération de Russie, le 10 février 2007, lors de la 43ème Conférence de Munich sur la politique de sécurité. Poutine y dénonce le fantasme états-unien de gouvernance unilatérale du monde, comme illégitime et immoral. Ce discours majeur marque un basculement dans la politique extérieure russe.



Blue Planet

Le conflit ukrainien expliqué dans son contexte historique : interview de Sergei Glaziev, conseiller du président Poutine

Traduction : SOTT


sergei glaziev
Grâce au travail extraordinaire de notre Équipe russe, j'ai l'immense plaisir de vous présenter l'une des interviews les plus intéressantes au sujet de la guerre en Ukraine et de la lutte globale pour le futur de la planète. Une interview qui présente la vision de l'un des hommes les mieux informés de Russie : Sergei Glaziev.

Glaziev est un conseiller et ami proche du président Poutine. Personnellement, je crois que les médias occidentaux ont tort, ou bien qu'ils mentent de façon délibérée, lorsqu'ils affirment que Douguine est le mentor idéologique de Poutine. Je ne suis pas certain que Poutine ait un mentor, ni même qu'il ait besoin d'un mentor, mais au fil des ans, j'ai découvert que Glaziev semble dire tout haut ce que Poutine ne dit pas, mais dont il tient compte dans sa politique.

Glaziev, qui est né en Ukraine et qui est lui-même un économiste, a une compréhension magistrale des jeux de pouvoir qui se jouent en coulisse, en Ukraine et en Russie. Cet homme *sait* vraiment ce qui se passe. En outre, c'est l'un des principaux « Souverainistes eurasiatiques », et il est donc haï par les cercles pro-américains en Russie. Il est tout aussi haï aux États-Unis, qui l'ont mis sur leur récente liste de sanctions, pour une seule raison : ce qu'il dit ne leur plaît pas.

J'encourage tout le monde à écouter cette interview de 15 min., qui est l'une des plus intéressantes que j'aie jamais eu le plaisir de publier ici.

Bon visionnage !

The Saker

(Pour activer les sous-titres, appuyez sur « subtiles/cc » et sélectionnez « français ».)


Commentaire: Retrouvez le texte intégral de cette interview ici.

Star of David

Le génocide israélien et ses complices volontaires

israel genocide
Traduction Alexandre MOUMBARIS

En dehors d'Israël et de ses partisans organisés dans les principales organisations sionistes, l'opinion publique mondiale et la plupart des experts en droit international considèrent l'invasion par l'État sioniste de la bande de Gaza et son attaque systématique contre les civils et les infrastructures essentielles, comme un crime contre l'humanité.

Le but de cet essai est quadruple :

1. Identifier la nature du crime - le caractère génocidaire de l'attaque armée et le processus qui mène à lui

2. Identifier les auteurs directs des crimes de guerre ainsi que leurs complices nationaux et internationaux

3. Expliquer les liens entre les dirigeants, les décideurs, les propagandistes, les complices et les séides, y compris leurs idéologies, leurs intérêts matériels et leur structure organisationnelle, qui font que leurs crimes soient non seulement possibles, mais commis à ce jour en toute impunité

4. Identifier les intérêts impériaux plus étendus qui lient Israël aux États-Unis, et dans la poursuite desquels, l'assaut de Gaza n'est qu'une horrifiante répétition.
Top