Bomb

Pepe Escobar dans l'est de l'Ukraine : « J'ai vu les plus grands esprits de ma génération détruits par la folie »

Traduit par Daniel, relu par jj pour Le Saker francophone

Image
© Inconnu
La statue du Superman sortant des ruines à Saur-Mogila
Pepe Escobar, l'œil itinérant de Asia Times, revient d'un voyage de presse dans la République populaire de Donetsk, l'enclave pro-russe de l'oblast de Donetsk dans l'est de l'Ukraine. Le secteur a été le théâtre d'intenses combats entre les rebelles pro-russes et l'armée ukrainienne.

À peine revenu de la République populaire de Donetsk en lutte, je me retrouve de nouveau devant l'arrogance et l'insolence de l'Otanistan dans toute sa splendeur.

Plusieurs personnes au Donbass, à Moscou et maintenant en Europe, m'ont demandé ce qui m'a le plus frappé au cours de cette visite.

Je vais commencer par paraphraser Allen Ginsberg dans son poème Howl : J'ai vu les plus grands esprits de ma génération détruits par la folie.

Ces lignes ont été écrites pendant la Guerre froide, au milieu des années 1950. En ce début du XXIe siècle, nous voilà maintenant plongés dans la Guerre froide 2.0.

Ce que j'ai vu, ce sont les effets secondaires atroces de la folie (guerrière) des plus obtus esprits de ma génération (et de la génération suivante).

Du côté russe de la frontière, j'ai vu des réfugiés, des familles européennes de classe moyenne pour la plupart, dont les enfants, lorsqu'ils sont arrivés pour la première fois au refuge, se cachaient sous les tables dès qu'ils entendaient un avion voler dans le ciel.

Bad Guys

Guerres de l'OTAN des années 90, laboratoire des « guerres humanitaires »

Image
© Inconnu
22 MARS 1999 : IL Y A 16 ANS, L'AGRESSION DE L'OTAN CONTRE LA YOUGOSLAVIE. La guerre faite à la Yougoslavie en général et à la Serbie en particulier dans les années 1990 a pris un éclairage nouveau après celles menées contre la Libye hier et la Syrie aujourd'hui. Ces deux derniers conflits provoqués par les mêmes ont été conduits selon un mode opératoire déjà utilisé dans les Balkans mais rendu peu lisible à l'époque par le fait de sa nouveauté et d'une intense désinformation facilitée par la complexité historique des lieux et le bouleversement de la période post-soviétique.La guerre contre la Serbie a ét é une bonne opération pour les États-Unis. Elle a permis d'étendre l'Otan dans les anciennes démocraties populaires, dans les pays baltes et dans deux républiques de l'ancienne Yougoslavie. Elle a permis aussi à la puissance globale d'établir une confusion dans les esprits et les pratiques entre l'Union européenne et l'Otan, la première ne se distinguant plus de la seconde, laissant les États-Unis maîtres de l'appendice ouest-européen du grand continent eurasiatique et seuls habilités à décider et à commander.

Bad Guys

L'euro, une arme de destruction massive

Image
© Inconnu
L'union politique doit absolument précéder l'union monétaire, étant entendu que, dans un cadre démocratique, l'union politique (autrement dit la constitution d'un État fédéral), ne peut être une simple construction technique, mais doit résulter de la volonté librement consentie de plusieurs nations de partager un destin commun. Par ignorance, par inconséquence, ou par calcul, il n'a pas été tenu compte de cette règle essentielle lors de l'institution de la monnaie unique par le traité de Maastricht.

D'où la situation actuelle, où cette monnaie unique est un échec économique avéré, et où, au sein de la zone euro, les écarts entre pays ont été aggravés, et une situation conflictuelle s'est créée. De plus, loin d'être une protection, par un piège de l'endettement artificiellement créé, l'euro livre les nations ainsi mises en difficulté aux intérêts et ambitions du monde entier, ainsi qu'à une dictature de plus en plus intrusive de la Commission européenne, elle-même cheval de Troie du mondialisme, et dont la dépendance politique vis-à-vis des États-Unis est évidente.

Une seule solution : reprendre tout simplement sa liberté, sans se laisser impressionner par les perspectives de catastrophes purement imaginaires que nous promet une ahurissante propagande, et se retrouver enfin à pied d'égalité avec l'immense majorité des autres pays de la planète. C'est en outre la seule façon de permettre la reprise de la construction européenne sur la seule base possible : celle d'une Europe des nations.

Snakes in Suits

Perversion narcissique, aux racines du totalitarisme

Image
© Inconnu
« Je ne dis pas : il y a des fous dangereux au pouvoir - et un seul suffirait - , je dis bien : il n'y a, au pouvoir, que des fous dangereux. Tous jouent au même jeu, et cachent à l'humanité qu'ils aménagent sa mort. Sans hasard. Scientifiquement. »[1]

Quel peut donc être ce « jeu » dont parle Michel Serres dans l'ouvrage auquel j'ai emprunté cette citation ? En référence aux célèbres bandes dessinées de Martin Handford où le lecteur doit réussir à retrouver plusieurs personnages à l'intérieur d'une image aux détails riches et complexes, je propose d'appeler ce « jeu » du même nom que celui de cette série de livres-jeux : « Où est Charlie ».

« Où est Charlie », pour ce qui nous concerne ici, consiste donc à trouver les indices avant-coureurs précédant l'arrivée du fascisme ou d'un quelconque totalitarisme dans une communauté. Toute ressemblance avec des faits ayant existé est donc totalement fortuite. Au-delà de cette allégorie que nous révèle l'analyse de ce « jeu » qui consiste à aménager la mort de l'humanité sous couvert d'une froide rationalité totalement « désincarnée » ? C'est ce que nous allons tenter de découvrir avec ce texte qui présente des pistes de réflexion parsemées de quelques indications de-ci de-là que notre « imagination » devra ensuite rabouter pour faire sens avec nos perceptions sur la situation actuelle de nos sociétés occidentales dites « modernes ».

Commentaire: Bien sûr, on pourra lire à ce sujet un livre incontournable :

- La ponérologie politique : Etude de la genèse du mal, appliqué à des fins politiques


Handcuffs

Liberté d'expression : bientôt, une loi contre le « conspirationnisme », en France

Image
© Inconnu
Le 27 janvier 2015, le président François Hollande rendait les « complotistes » d’aujourd’hui responsables des crimes commis hier par les nazis contre les juifs d’Europe. Il appelait à leur interdiction d’expression.
À la demande du président François Hollande, le Parti socialiste français vient de publier une Note sur le mouvement international « conspirationniste ». Son but : préparer une nouvelle législation lui interdisant de s'exprimer.

Aux États-Unis, le coup d'État du 11 septembre 2001 a permis d'établir un « état d'urgence permanent » (Patriot Act) et de lancer une série de guerres impériales. Progressivement, les élites européennes se sont alignées sur leurs homologues d'Outre-Atlantique. Partout, les citoyens s'inquiètent d'être abandonnés par leurs États et remettent en question leurs institutions. Cherchant à se maintenir au pouvoir, les élites sont désormais prêtes à utiliser la force pour bâillonner leurs oppositions.

Le président de la République française, François Hollande, a assimilé ce qu'il nomme les « théories du complot » au nazisme, puis a appelé à empêcher leur diffusion sur internet et les réseaux sociaux.

Propaganda

Petit tour d'horizon des politiques vaccinales criminelles actuelles

Image
© Inconnu
Il ne se passe pas un seul jour désormais sans qu'on entende des "informations" sur les vaccins - on devrait plutôt parler de propagande - qui ne fassent pas bondir et qui ne justifieraient pas, à elles seules, de descendre manifester dans la rue, tant il est vrai que les mesures en question, non seulement coûtent très cher et plombent les finances des États mais aussi et surtout, qu'elles sont totalement contre-productives puisqu'elles induisent des dangers inouïs dont certains citoyens peinent toujours à comprendre l'ampleur.

Petit tour d'horizon pour mieux comprendre en quoi les officiels se foutent dangereusement de la santé ET de l'intelligence du plus grand nombre...

Pour commencer ce petit tour de l'actualité, nous voudrions commencer par ces centaines d'emprisonnements, tout à fait scandaleux d'ailleurs, de parents pakistanais qui refusent la vaccination polio de leurs enfants. 470 parents ont déjà été écroués et sommés de faire allégeance au dogme vaccinal: pour sortir de prison, ils doivent promettre à un garant qu'ils feront vacciner leurs enfants après leur sortie. Les personnes qui ne connaissent rien aux vaccins à part ce qu'elles ont toujours cru et lu dans les mass médias ne peuvent que se réjouir de pareille information et se sentir (faussement) rassurés. Hélas, quand on examine ce dossier avec un peu plus d'objectivité, on ne peut que se rendre compte de l'injustice et de l'aberration de ce type de mesure. Pourquoi? Tout d'abord parce qu'on jette des parents en prison pour avoir refusé un vaccin polio oral qui est exactement similaire à celui qui a directement causé en Inde, pour la seule année 2011, plus de 60 000 cas de paralysie flasque aigue, une maladie deux fois plus meurtrière que la polio et qui est toujours irréversible (contrairement à la polio dont un cas sur 200 infections peut déboucher sur une paralysie avec, encore, des possibilités de séquelles à minima ou de guérison). Pour tenter d'être plus crédibles, les officiels, aidés d'une presse docile, ont pris l'habitude de mettre ces refus de vaccination sur le compte de "motifs religieux", contribuant à dépeindre ces populations locales comme bêtes, primaires ou dieu sait quoi.

Igloo

Allons-nous vers un réchauffement climatique ? Non ! C'est définitivement un refroidissement

© Inconnu
Il y a une dizaine d'années je me trouvais à Brisbane en Australie, pas dans le centre ville mais dans une lointaine banlieue, chez des amis, et leurs enfants, le soir d'une nuit sans lune, me demandèrent, alors que je leur citais le nom des étoiles que l'on pouvait admirablement observer, pourquoi elles ne nous tombaient pas sur la tête. Il est vrai que le ciel austral pour qui reste, comme un enfant, émerveillé par la voute céleste, est tellement beau qu'on se demande comment la Croix du Sud, les nuages de Magellan et le Centaure avec son étoile incroyablement brillante restent accrochés comme par magie quelque part au-dessus de nos têtes.

Quand un enfant pose ce genre de question, ou bien on répond « je ne sais pas » et il vous prend pour un idiot ou alors on tente une explication plausible ou carrément argumentée. Le problème est qu'une explication nécessairement scientifique, la seule qui soit logique, peut être incompréhensible y compris pour un adulte. Je vais tenter ici de transcrire aussi fidèlement comment je finis par présenter mon explication à ces deux enfants de dix ou douze ans, de mémoire.

Les étoiles ne nous tombent pas dessus parce qu'elles se déplacent toutes.

Bad Guys

Poutine : les raisons d'une haine occidentale tenace

Traduit par Diane, relu par jj pour le Saker Francophone

Image
© Inconnu
Les raisons officielles

Nous savons tous que les gouvernements occidentaux, emmenés par les États-Unis et le Royaume-Uni, se sont retournés contre la Russie. Les raisons données par les médias sont nombreuses: la Russie a essayé d'empêcher l'Ukraine de rejoindre l'Union européenne. La Russie a aidé les « rebelles pro-russes » à abattre le MH-17. La Russie a « envahi » illégalement la Crimée. Des milliers de troupes et de tanks russes combattent en Ukraine. Certains d'entre nous pensent que ces affirmations sont de la propagande de guerre à l'intention des citoyens de l'Ouest dans le but de justifier des sanctions contre la Russie et de faire monter les tensions militaires.

Bad Guys

La renaissance du fascisme sous une forme moderne

La récente 70e commémoration de la libération d'Auschwitz fut l'occasion de nous remémorer les grands crimes du fascisme dont l'iconographie nazie est gravée dans notre conscience.

© RIA Novosti/Alexandr Maksimenko
Marche de la vérité à Kiev.
Le fascisme est considéré comme de l'histoire ancienne, comme dans ces vieux films tremblotants de chemises noires marchant au pas, leur criminalité aussi terrifiante qu'évidente. Et pourtant dans nos sociétés libérales, alors même que des élites va-t-en guerre nous poussent au devoir de mémoire, le danger grandissant d'une forme moderne du fascisme est ignoré. Car c'est leur fascisme.

« Déclencher une guerre d'agression.., ont déclaré les juges du tribunal de Nuremberg en 1946, est non seulement un crime international mais de plus le pire crime international car, par rapport aux autres crimes de guerre, il contient en lui toute la malfaisance des autres crime de guerre réunis. »

Si les nazis n'avaient pas envahi l'Europe, Auschwitz et l'holocauste ne se seraient jamais produits. Si les États Unis et leurs alliés n'avaient pas commencé leur guerre d'agression en Irak en 2003, près d'un million de personnes seraient encore en vie aujourd'hui et l'État islamique ne serait pas en train de nous menacer de sa sauvagerie. Ce dernier est le rejeton du fascisme moderne, nourri par les bombes, les bains de sang et les mensonges de ce théâtre surréaliste que l'on appelle les actualités.

Bad Guys

Le terroriste c'est vous : des sites noirs de la CIA sur le sol étasunien

Image
En avril 2004, le monde a été choqué et horrifié par la dissémination de photographies des tortures sadiques pratiquées par les militaires américains à la prison d'Abou Ghrib en Irak. Les détenus de la prison, dont la plupart étaient enfermés pour s'être opposés à l'occupation militaire américaine, y étaient battus, torturés, soumis à des sévices sexuels et tués.

À l'époque, le World Socialist Web Site avait expliqué que les crimes révélés par ces photos et la psychologie dont ils procédaient ne pouvaient être compris qu'en rapport avec la brutalité des relations sociales aux États-Unis et avec les sales objectifs coloniaux de la guerre elle-même.

Le WSWS avertissait en outre de ce qu'« une telle armée, accompagnée d'une foule grandissante de mercenaires professionnels 'civils', représentait un danger non seulement pour les peuples opprimés du Moyen-Orient, de l'Asie centrale et d'ailleurs, mais encore pour les droits démocratiques de la population aux États-Unis ».

Une décennie plus tard, cette évaluation était entièrement confirmée. Mardi 24 février, le journal The Guardian révélait l'existence de ce qu'il décrit comme un « site noir » dans un quartier de l'ouest de Chicago, 'West Side', où la police détient, bat et torture des prisonniers, tout en cachant à leurs familles et à leurs avocats où ils se trouvent.

Le journal écrit: « Le service de police de Chicago exploite un centre d'interrogatoire officieux, rendant les citoyens américains introuvables pour leur familles ou leurs avocats tout en étant enfermés dans ce que les avocats disent est l'équivalent d'un site noir de la CIA sur le sol américain. »