NOUVEAU ! Disponibles en français sous format électronique (Amazon Kindle) !

L’Onde, Tome 6 – Affronter l’inconnu, de Laura KNIGHT-JADCZYK

L'histoire secrète du monde, tome 2 - Les comètes et les cornes de Moïse, de Laura KNIGHT-JADCZYK


Extinguisher

Des milliers d'évacués suite aux feux de forêts qui ravagent la Californie

D'importants incendies qui font rage dans le sud de l'État depuis mardi dernier, ont forcé environ vingt mille personnes à fuir leurs maisons dans le sud de la Californie et ont également entraîné l'évacuation partielle de la centrale nucléaire de San Onofre, au sud de Los Angeles, et de la base militaire de Camp Pendleton, ainsi que la fermeture d'une autoroute. Ces incendies ont démarré tôt dans la saison des feux de forêts à laquelle est habituée les habitants de la Californie, et fait suite à une vague de sécheresse de plusieurs mois.
Incendies Californie
© AP
Dans le Comté de San Diego, une épaisse fumée noire et un mur de feu qui cache l'horizon s'élèvent comme le montrent les images diffusées par les chaînes de télévision. Au total, ce sont plusieurs dizaines de feu qui se sont déclarés, alimentés par les vents chauds de Santa Ana. Ces vents attisent non seulement les incendies, mais provoquent également des tornades de feu à l'instar de celle-ci dans le Comté de San Diego :


Selon Le Parisien :
« La ville de Carlsbad est particulièrement touchée. Entre 15 et 18 bâtiments, dont trois maisons, sont partis en flammes, a indiqué Michael Davis, le chef des pompiers de la ville. Selon les autorités, plus de 11 000 personnes ont dû quitter leur logement. Des lignes électriques sont à terre et le parc d'attractions Legoland a dû être évacué. »
Incendies Californie
© Karen Kaplan/Twitter
Des centaines de pompiers sont mobilisés pour lutter contre ce qui s'annonce comme l'une des pires catastrophes environnementales qu'ait connu la Californie depuis plusieurs décennies, les météorologues n'étant guère optimistes quand aux conditions météorologiques qui vont perdurer et qui devraient favoriser d'autres incendies dans les semaines à venir. En effet, « un puissant anticyclone est actuellement positionné sur l'ouest américain, apportant une masse d'air extremement chaud s'étirant de la Basse-Californie (Mexique) à l'Etat de Washington (USA), et même d'une façon attenuée jusqu'en Alaska (USA) ». Il fait par exemple 22° C à Anchorage, et près de 25° C à Burwash dans le Yukon au Canada.

Commentaire: Retrouvez la carte interactive de Sott, et visualisez tous les feux de forêt/incendies depuis un mois :



Bizarro Earth

Signes de changement - Météorologies extrêmes, activité sismique et boules de feu météoriques pour avril et début mai 2014

Traduction SOTT

La hausse de l'activité sismique continue tout au long de la ceinture de feu. Au centre de ces changements, les États-Unis font face à une « inondation historique » qui a été qualifiée d'exceptionnelle et comme se produisant une fois tous les cinq cents ans !
HDC Credits
© HDC
Il y a eu beaucoup plus pendant ce mois d'avril et ce début de mai comme cette vidéo le montre. Le déluge continue de frapper les zones fortement peuplées ! Soyez prêt pour les catastrophes à grande échelle dans votre région. Elles continuent et continueront de s'aggraver que nous le voulions ou pas. Restez en sécurité et merci de visionner !


Ce devrait être la dernière vidéo mensuelle de cette série. Cherchez-les un peu plus souvent !

Ces vidéos sont mieux visualisés avec un bon son ou un casque.

*Cette série ne signifie pas que le monde se termine ! Ce sont des documentaires sur des séries d'événements météorologiques extrêmes qui nous conduisent à des changements plus grands pour la planète. Si vous suivez la série, alors vous voyez les signes.

Commentaire: Découvrez la carte interactive Sott et les nombreux événements relatifs aux changements terrestres et à l'activité météorique pour le mois passé.



Bad Guys

Impérialisme humanitaire - Le Jarba... le Coronavirus... et le Boko Haram !

Traduit de l'arabe par Mouna Alno-Nakhal pour Mondialisation.ca
« Puisque Strauss a enseigné que le déterminisme mettait naturellement « la minorité éclairée » en position de diriger « la multitude bornée », puisque la vertu est déterminée par l'élite dirigeante, puisque la moralité n'existe pas, puisque la justice est seulement l'intérêt du plus fort, puisque le pouvoir de la minorité éclairée est absolu, autoritaire et ne peut être remis en question, puisque la religion est « le ciment qui tient la société ensemble », utiliser la religion à des fins politiques, mentir, tricher, dissimuler et intimider sont un bien nécessaire pour atteindre les objectifs recherchés par le gouvernement. La manipulation des « masses bornées » devient une fin en soi et la distorsion des mots et des concepts devient la méthode de manipulation... »

~ William A. Cook [1]
Bring Back our Girls, campaign
© Inconnu
Lorsque le Coronavirus nous infecte [2] à la manière de l'idéologie qui se faufile dans nos âmes, pour nous convaincre qu'il y aurait une différence entre les idéologies « folles » et les idéologies « meurtrières », et que la mort festoie parmi nous en un carnaval terrifiant, comme si nous ne chancelions pas tels des funambules entre cette idéologie infecte et celle du Boko Haram [3], laquelle idéologie correspond à toute une dialectique portant sur « l'obscurantisme fanatique » doctrinaire, politique, et stratégique dans lequel Léo Strauss a prédit [4] que nous nous enfoncerions jusqu'à l'ivresse ; nous sommes censés être dans l'impossibilité d'envisager notre libre arbitre, ni par rapport à Dieu vu l'interprétation barbare de ses Textes, ni par rapport à l'Histoire dont nous ne retenons que les cris sanglants.
2 + 2 = 4

Point de vue Marketing - Big Data : l'onction du nombre

Mind Data
© Arthur Poitevin

Et si on abordait la data en dépassant la question de l'efficacité et de l'éthique, pour s'interroger plutôt sur son rôle dans l'imaginaire social ? Et si l'infaillibilité fantasmée de la data prenait le relais de celle des marques dans l'imaginaire collectif ? A lire dans la nouvelle revue digitale sur
La Data, qui vient de sortir.

Telle une créature fantastique, la data a depuis longtemps échappé à son domaine d'origine. L'emprise grandissante qu'elle exerce sur les esprits dépasse de loin l'enjeu de sa maîtrise technique - même si celui-ci est fondamental. Pas un débat ni un média où elle ne soit régulièrement convoquée, pas une instance de pouvoir ou de décision qui ne l'invoque. Ainsi, la réalité technique de l'objet « data » se transforme en concept qui imprègne l'imaginaire social. Face à son omniprésence, une des attitudes consiste à la diaboliser, en invoquant le spectre d'une société du contrôle et de la « programmation » des comportements et des esprits. Manière de confisquer le débat, en annonçant la fin de la détermination individuelle. Alors qu'à l'autre extrémité, la data génère d'immenses espérances et des promesses euphoriques, en cristallisant tous les espoirs d'une nouvelle forme de « puissance » pour la société.

À l'heure actuelle pourtant, la data semble soulever plus de questions qu'elle n'en résout... L'efficacité des Big Datas par exemple, qui suscite un véritable envoûtement, n'est pas vraiment au rendez-vous. Le marketing personnalisé reste souvent limité au tracking de l'internaute, à la « mémoire » de son acte. Alors, si on s'interrogeait plutôt sur son rôle dans l'imaginaire social ?

Commentaire: Voir aussi l'excellente conférence de Lucien Cerise et Paolo Cioni intitulée Neuro-Pirates, Neuro-Esclaves, et bien sûr l'excellent ouvrage de Paolo Cioni et Marco Della Luna intitulé Neuro-Esclaves - Techniques et psychopathologies de la manipulation politique, économique et religieuse - Apprenez à défendre votre liberté mentale

Bomb

Les massacres d'Odessa sonnent le glas de l'unité ukrainienne


2 mai 2014, dans la République du Donetsk. Les habitants de Kramatorsk tentent de s’opposer au passage d’un véhicule blindé des forces de la Garde Nationale aux ordres de la junte de Kiev.
Les massacres qui ont ensanglanté Odessa le 2 mai 2014, dans les rues et à la Maison des syndicats, montrent la volonté des autorités putschistes de Kiev d'instaurer un ordre de terreur anti-Russe. Loin de réagir, les membres de l'Otan se sont emmurés dans un silence complice. Ces événements rendent impossible la continuation de l'expérience ukrainienne et marquent l'inévitable fin de cet État artificiel.

Les évènements tragiques d'Odessa, où des militants néonazis ont brûlé plus de cinquante personnes, résonnent déjà dans les consciences comme un nouveau Khatyn. Les deux massacres se ressemblent tellement que l'image de Khatyn a immédiatement resurgi dans les esprits. La population n'a pas oublié comment les martyrs de Khatyn furent précipités dans les flammes par le 118ème bataillon de la police nazie, dont les rangs étaient, pour l'essentiel, constitués par les bataillons Roland et Nachtigall, initialement créés en 1939 avec le concours de Stepan Bandera, pour servir dans l'armée nazie, et passés en 1941 sous le commandement de l'Abwehr [1]. Les mêmes criminels étaient à l'œuvre, et aux commandes, lors de ces deux tragédies. Au début de la guerre (1939-1945), le bataillon Nachtigall était placé sous les ordres de Roman Shukhevych. Ce dernier réaffecta ultérieurement sa bande de tueurs dans une autre unité des forces de répression, nouvellement créée. Le 2 mai 2014, les habitants d'Odessa ont péri dans les flammes du brasier allumé par la nouvelle génération de fascistes ukrainiens qui arpente les rues des cités du pays, en brandissant les portraits leurs devanciers, Stepan Bandera et Roman Choukhevytch.

Une page a été tournée avec le massacre d'Odessa. Une nouvelle réalité s'est imposée aux citoyens ukrainiens qui n'aspirent à rien d'autre qu'à défendre leur droit de parler leur langue maternelle, de préserver leur mode de vie et les valeurs auxquelles ils croient, et qui, pour y parvenir, n'ont d'autre choix que de se dresser contre la junte néonazie qui s'est emparée de Kiev, la capitale de leur pays. À la différence du Donbass, où une milice armée s'est constituée, Odessa est restée jusqu'au 2 mai une cité paisible et les manifestations qui s'y sont déroulées étaient tout à fait pacifiques. C'est pourtant là que, le 2 mars, le Rubicon a été franchi. Le tabou, qui interdit à des hommes en armes de massacrer des citoyens paisibles, a été transgressé. Ce n'est pas une coïncidence si, quelques heures à peine après le massacre d'Odessa, la Garde nationale a sauvagement ouvert le feu sur les habitants de Kramatorsk qui tentaient de bloquer des véhicules blindés, en se plaçant sur leur chemin. Beaucoup d'entre eux ignoraient, sans doute, le sort qui venait d'être réservé à leurs concitoyens d'Odessa, brûlés sous les yeux des forces de police indifférentes à leur calvaire, tandis que les néonazis vociféraient leurs anathèmes : « Grillez, sales Russes !  » et « Mort aux diables russes ! ». Ceux des manifestants qui parvenaient à s'extirper des flammes étaient achevés à coups de haches et de matraques, aux sons de l'hymne national ukrainien, à jamais marqué du sceau de l'infamie par le nouveau Khatyn perpétré à Odessa.
Stock Down

20 ans d'hivers de plus en plus froids défient la thèse d'un réchauffement climatique

(extrait) - Les températures à travers les États-Unis sont sur une tendance au refroidissement depuis 20 ans, défiants les prédictions alarmistes d'un réchauffement climatique et tournent en ridicule les affirmations que des hivers plus chauds sont la cause de catastrophes environnementales.

winter temperature trend
© noaa
Températures contiguës des États-Unis de décembre à février

Commentaire:

Voir aussi :
Le feu et la glace : le jour d'après
Le réchauffement climatique s'est arrêté
Un rapport du Pentagone sur le climat annonce un refroidissement global (première partie)
Un rapport du Pentagone sur le climat annonce un refroidissement global (deuxième partie)
Des experts disent que des pénuries de nourriture et de carburant sont imminentes à l'aube du nouvel Âge glaciaire
Vers un refroidissement climatique

Bad Guys

Horreur : Crime à Odessa

odessa
© Reuters

Que s'est-il vraiment passé dans la Maison des syndicats d'Odessa, le 2 mai 2014 ? Pour les nouvelles autorités de Kiev, un affrontement entre anti et pro-Russes a dégénéré et 38 personnes sont mortes dans un incendie. Mais les images disponibles (photos et vidéos) laissent entendre une toute autre histoire.

Selon les agences de presse des États membres de l'Otan, des supporters du Metalist (pro-Kiev) et d'autres du Tchornomorets (pro-Russes) se sont affrontés en marge d'un match du championnat national de football, le vendredi 2 mai 2014, à Odessa. Les partisans du Tchornomorets se sont repliés dans la Maison des syndicats d'où certains d'entre eux auraient tiré sur ceux du Metalist. En définitive, un incendie, probablement déclenché par l'usage par les deux camps de cocktails Molotov a ravagé l'immeuble, faisant une quarantaine de morts [1].

Commentaire: Article plus détaillé relatant le massacre : Odessa : Un simulacre d'incendie pour couvrir l'exécution d'un des plus atroces massacres jamais vus

Bad Guys

Les nervis de Kiev brûlent vifs des pro-russes à Odessa, l'armée ukrainienne attaque les populations de l'est : que peut faire Poutine ?

Traduction : Dominique Muselet

Ce qui est arrivé à Odessa hier est beaucoup plus grave que ce que les premières informations laissaient entendre : il s'est agi d'un massacre délibéré à vous glacer le sang.

Pour résumer :

A Odessa, les manifestants pro-Russes n'avaient jamais occupé un bâtiment, tout ce qu'ils avaient fait était d'installer des tentes sur la place et de rester là. Il n'y avait eu quasiment aucune violence. Mais hier les néo-nazis sont passés à l'action :

1) Ils ont amené en bus de nombreux voyous du Secteur Droit.

2) Puis ils ont fait venir les hooligans locaux du football (payés par des oligarques selon certaines sources) pour faire une manifestation nationaliste.

3) Les voyous du Secteur Droit ont alors rejoint les hooligans et ensemble ils ont sauvagement attaqué le petit village de tentes des pro-Russes : les tentes ont été déchirées et les manifestants anti-régime ont été méchamment passés à tabac. La police locale regardait sans rien faire.

4) Les manifestants anti-régime ont tenté de sauver leur vie en se réfugiant dans le bâtiment syndical qui avait été leur lieu de rassemblement. Le bâtiment a été cerné et on y a mis le feu.

5) Ceux qui essayaient de sortir étaient sauvagement battus et beaucoup ont été assassinés. Beaucoup d'autres ont été tués par balles alors qu'ils se tenaient aux fenêtres pour échapper aux flammes.

6) Les néo-nazis ont empêché les pompiers de passer.

7) Chaque fois qu'un manifestant sautait par la fenêtre ou était tué par balle la foule hurlait : "Gloire à l'Ukraine ! Gloire à nos héros !" Beaucoup ont pris des vidéos en souvenir. Pour eux, c'était un événement joyeux et libérateur.

8) Les réseaux sociaux ukrainiens ont été envahis de joyeux messages félicitant les "héros" d'Odessa et promettant d'en faire encore baver aux maudits Ruskoffs.

9) Les médias occidentaux et ukrainiens ont parlé de "heurts" et de "morts" mais sans mentionner les responsables du massacre.

10) Aux dernières nouvelles, il y a eu 46 morts. Mais avec ceux qui ont inhalé des gaz toxiques et surtout ceux qui ont été profondément brûlés, leur nombre va certainement augmenter.
Vader

Les hordes néonazies de Kiev frappent : massacre à Odessa

Plus de 30 morts dans les affrontements à Odessa ! Que s'est-il vraiment passé dans la grande cité portuaire de la Mer noire ? Que vous ont caché les politiciens et les médias de l'OTAN sur le massacre perpétré par les hordes de la Junte de Kiev ???

4 personnes ont tout d'abord été tuée et des dizaines ont été grièvement blessées dans les affrontements entre les membres de Praviy sektor (Secteur droit) et les habitants de la ville d'Odessa qui sont sortis dans les rues en soutien des membres de la milice populaire de Slaviansk. Selon les médias locaux, une bagarre a éclaté dans centre de la ville, non loin de la place Gretcheskaïa. Les manifestants en colère ont utilisé des pierres, des cocktails Molotov et des engins explosifs artisanaux pour viser le côté ennemi, armé.
Pirates

Guerre des brevets ? Blackstone et Jacob Rothschild bénéficieraient de la disparition de l'avion de Malaysia Airlines

Jacob Rothschild, président de RIT Capital Partners plc et administrateur de Blackstone. Président de l’Institute for Jewish Policy Research.
© Inconnu
Jacob Rothschild, président de RIT Capital Partners plc et administrateur de Blackstone. Président de l’Institute for Jewish Policy Research.
Les recherches internationales de l'avion disparu MH 370 ont montré que Washington était en mesure de suivre l'appareil bien au-delà de ce qu'il prétendait jusqu'ici et qu'il a mis une semaine pour révéler ce qu'il savait. Elles ont aussi montré que la Chine n'avait pas de ports de ravitaillement pour déployer sa marine dans une zone aussi vaste. Mais au-delà du fait divers et de ce qu'il révèle des capacités stratégiques de chacun, force est de constater que cette énigmatique disparition fait des heureux : Blackstone et Jacob Rothschild.

Jacob Rothschild, président de RIT Capital Partners plc et administrateur de Blackstone. Président de l'Institute for Jewish Policy Research.Dans l'ère géostratégique tripolaire du monde de l'après-Crimée entre les États-Unis, la Russie et la Chine, il est impératif de mettre en contraste la désinformation écrasante de l'Occident moyennant l'incontournable regard du portail multimédia russe Russia Today.

Comme cela arrive souvent dans des accidents mystérieux, la disparition inhabituelle de l'avion du vol MH 370 de Malaysia Airlines - dont l'explication ne satisfait personne, encore moins la plupart des Chinois touchés - a conduit à d'innombrables interprétations, certaines loufoques et d'autres dérangeantes.

Alors que fait rage la guerre des sanctions depuis les États-Unis et l'Union Européenne contre Vladimir Putin, Russia Today publiait de manière pressée quatre jours après que le vol MH 370 ait disparu, qu'un brevet de semi-conducteur a été approuvé par l'Office des brevets des États-Unis [1]. La guerre des brevets a-t-elle éclaté ?

Commentaire: Voir aussi : En considérant qui était à bord, la disparition du Boeing 777 de la Malaysia Airlines n'est peut-être pas un mystère

Top