NOUVEAU ! Disponibles en français sous format électronique (Amazon Kindle) !

L’Onde, Tome 6 – Affronter l’inconnu, de Laura KNIGHT-JADCZYK

L'histoire secrète du monde, tome 2 - Les comètes et les cornes de Moïse, de Laura KNIGHT-JADCZYK


Top Secret

Opération Sarkozy : comment la CIA a placé un de ses agents à la présidence de la République française

Nicolas Sarkozy doit être jugé à son action et non pas d'après sa personnalité. Mais lorsque son action surprend jusqu'à ses propres électeurs, il est légitime de se pencher en détail sur sa biographie et de s'interroger sur les alliances qui l'ont conduit au pouvoir. Thierry Meyssan a décidé d'écrire la vérité sur les origines du président de la République française. Toutes les informations contenues dans cet article sont vérifiables, à l'exception de deux imputations, signalées par l'auteur qui en assume seul la responsabilité.
Red Flag

A Mini-11 Septembre en zone France, Mini-Patriot Act en zone France ?

Dès le début de cette triple tuerie de Toulouse, une ombre étrange planait sur cette affaire : Le Timing en pleine campagne électorale, la personnalité du terroriste, les cibles visées, les enjeux liés au Moyen Orient et au Nouvel Ordre mondial, le siège tragi-comique du forcené et le dénouement très attendu dans l'assaut final, après 30 heures (presque) inutiles, tout dans cette horrible affaire ramenait au 11 Septembre 2001, avec une magnitude bien plus faible, mais avec un but précis :

Faire basculer l'opinion publique française qui est l'une des seules opinions publiques (avec l'Allemagne) à ne pas avaler dans son ensemble tout cru les bobards des Etats-Unis et des élites néo-mondialistes sur le Moyen Orient et le Nouvel Ordre Mondial.

Il ne manquait plus qu'un mini-Patriot Act pour finaliser ces bien étranges attentats qui servent avant tout et surtout les élites néo-mondialistes, voilà qui est fait :


Vidéo : Après le Mini-11 Septembre de Toulouse, Nicolas Sarkozy annonce un Mini-Patriot Act pour la zone France (et ensuite l'Europe ?) - Youtube
Gear

Attaques terroristes en France : Tous les stigmates d'une opération psychologique des services de renseignement et d'actions fausses-bannières

Traduit par Résistance 71

Mohamed Merah, le suspect dans les meurtres de sept personnes dont celles d'une école juive de Toulouse, France, correspond au profil d'un membre d'Al Qaïda manipulé par les services de renseignement. D'après la BBC, il était sur le radar des autorités françaises à cause de ses visites en Afghanistan et dans le "nid à militants" de la province du Waziristan au Pakistan. De manière plus spécifique, Merah était contrôlé par la DCRI française "depuis des années", d'après les dires de Claude Guéant, ministre de l'intérieur français.

Merah, un citoyen français d'origine algérienne, a été arrêté le 19 Décembre 2007 et condamné à trois ans de prison pour avoir posé des bombes dans la province du sud Afghanistan de Kandahar. En Avril 2011, les Etats-Unis ont admis avoir opéré des prisons militaires secrètes en Afghanistan où des suspects de terrorisme étaient détenus et interrogés sans avoir été inculpés de quoi que ce soit.

Le tristement célèbre centre de détention de la base aérienne de Bagram est géré par le Joint Special Operation Command et le Defense Counterintelligence and Human Intelligence Center (DCHC). Celui-ci "est responsable de développer une capacité d'opérations offensives de contre-espionnage pour le ministère de la défense, qui pourrait comprendre des efforts pour pénétrer, corrompre et mettre hors d'état de nuire, des activités du renseignement des forces étrangères, dirigées contre les Etats-Unis", rapporta Secrecy News en 2008 après que le gouvernement ait annoncé la création du DCHC.
X

L'effet (programmé) Mohamed Merah : Nicolas Sarkozy annonce un délit pénal de visite de sites internet !

Le drame de l'affaire Mohamed Merah va-t-elle justifier l'injusticiable ? Dans une déclaration à la mi-journée jeudi, le président Nicolas Sarkozy a annoncé que le fait de visiter des sites internet promouvant une idéologie terroriste sera un délit pénal. Ce qui suppose de surveiller tout ce que font les internautes de leur connexion à internet.
Vader

Le tueur est donc arabe, algérien, djihaddiste, musulman... c'est maintenant que tout commence


La fusion est pour bientôt
Le tueur de Toulouse est donc sur le point d'être arrêté. Si l'on en croit les médias son nom est Mohammed Merah, il est français d'origine algérienne, se réclame comme étant un moudjahidine voulant venger les victimes palestiniennes, et dit appartenir à Al Qaeda. Au même moment ce matin une bombe a explosé près de l'ambassade d'Indonésie réputée pour être le pays le plus islamisé du monde. Au même moment les funérailles des enfants juifs commencent à Jérusalem. Tout se met donc en place dans notre pays pour un choc de civilisations et la "lutte contre le fondamentalisme islamique doit être maintenant totale" dixit Marine Le Pen.
Eye 1

Alain Soral avait-il prévu l'histoire du tueur de Toulouse ?

C'est une question qui peut gêner alors que le respect des familles doit être mit pour l'instant en avant, et pas ce voyeurisme vomitif que nous proposent les médias, Alain Soral, contesté et pourtant intéressant à écouter, avait-il prévu ou savait-il que cela allait se produire? Au cours d'une conférence donnée le 29 janvier 2012, Alain Soral parlait de la possibilité du meurtre de 3 enfants pour manipuler l'opinion. Je remercie Nevenoe et Lyliberté pour cette vidéo qui m'a « laissé sur le cul » !


La conférence complète ici
Gear

Toulouse, Montauban : la grande manip' ?


Diffusée en exclusivité au JT de France 2 ce soir, la photo du tueur présumé de Toulouse et Montauban. Mohamed Merah, 23 ans, est retranché depuis plus de 15 heures dans un immeuble de Toulouse, cerné par le RAID.
On y est ; ce matin, au réveil, on se retrouve dans un quartier de Toulouse a priori tranquille, cerné depuis ce matin par une meute de policiers. Et sur le téléviseur, un homme fort disert, que l'on sent bien rongé par une satisfaction intérieure. Claude Guéant, ministre de l'intérieur, qui nous annonce beaucoup de choses sur ce qui est en cours là-bas. Le fait que le "Breivik français" a été cerné dans la nuit, et que c'est tout autre chose que ce que j'ai pu annoncer ici. A savoir un "salafiste", "algérien" d'origine, annonce-t-il, avec une certaine satisfaction, visible sur un visage qui se voudrait impassible. Un Claude Guéant bien prolixe au point d'indiquer beaucoup trop de détails qui à l'analyse risquent fort de se retourner contre lui. Car ce que nous dit ce matin l'homme de l'art, c'est que ça fait longtemps que ses services suivaient ces exploits. D'où un doute énorme qui émerge aussitôt sur la manipulation du personnage, dont le potentiel de dangerosité était connu de toute la police française depuis au moins un an. L'étranger en avait même averti la France, nous assène sans sourciller un ministre décidément bien en langue matinale...

Claude Guéant ce matin, au micro de BFM, dont on peut ici saluer les équipes pour leur étonnante réactivité, donne beaucoup (trop) d'indications sur l'opération qui est encore en cours, indique en effet d'emblée que l'homme avait été logé par son adresse mail dès le premier meurtre, grâce à l'IP avec laquelle il avait posté ses réponses à la petite annonce pour la vente de moto du militaire toulousain. Selon Claude Guéant, toujours, c'est de chez sa mère qu'il aurait contacté le militaire vendeur de moto. L'ordinateur dont il s'est servi a été retrouvé depuis chez le frère de l'individu, qui serait lui aussi d'une tendance salafiste radicale. Dés le premier meurtre, on savait donc qui il était, et où il habitait.
Telescope

Virus extraterrestres ? La menace invisible

Un micro-organisme pathogène de l'espace extra-atmosphérique qui tue en quelques heures 46 des 48 personnes à Piémont, une petite bourgade des États-Unis. C'est l'argument du grand film de science-fiction « The Andromeda Strain » 1971, basé sur le roman homonyme de Michael Crichton. Alors que beaucoup peuvent penser que ce scénario est choquant, que c'est une exagération pour donner du drame à une trame fictionnelle. il y a quelques astrobiologistes qui pense que cela s'est déjà produit dans notre histoire récente, et qui pis est, pense que cela se reproduira. Comme indiqué ci-dessous, une fois de plus, la réalité pourrait dépasser la fiction ...

En cinq jours seulement, Teller Mission, un petit village isolé dans la péninsule de Seward, en Alaska, a vu mourir 72 de ses 80 habitants à cause d'un virus et, malheureusement, ces faits ne font pas partie de la fiction dramatique d'un roman, mais ils se sont réellement produits entre le 15 et le 20 Novembre 1918. Lorsque plus tard des missionnaires luthériens y arrivèrent, ils découvrirent des scènes terribles : certains corps étaient encore à la table à la maison et d'autres dans leurs lieux de travail, ce qui donne une idée de la vitesse et de la létalité de l'organisme qui a provoqué la maladie. Les missionnaires ont dû demander l'aide de l'Armée de terre pour enterrer les corps qui ont finalement été déposé dans une fosse commune. Le village de Teller était pratiquement rayé de la carte et à sa place fut fondé Brevig Mission. Beaucoup ne le savent pas, mais cette année, en seulement 25 semaines, sont mortes dans le monde 25 millions de personnes. Eh bien, certains astrobiologistes disent qu'il y a des raisons de croire que cet organisme aurait pu venir de l'extérieur de la Terre.

Bien que pour de nombreux scientifiques cette hypothèse manque de preuves fortes pour l'appuyer, l'astrobiologiste réputé Chandra Wickramasinghe, professeur de mathématiques appliquées et d'astronomie à l'Université de Cardiff et directeur du Centre d'astrobiologie de Cardiff soutient qu'un virus mortel nous est venu de l'espace extra-atmosphérique.

Est-il possible qu'un organisme étranger atteigne la Terre et provoque une pandémie qui mettrait fin à l'espèce humaine?

Est-ce notre planète est frappée régulièrement par des microbes étrangers?

Ensuite nous trouvons les faits et les arguments du différend.
USA

Joseph Kony : Le prétexte de l'Amérique pour envahir l'Afrique

Traduction : Julie Lévesque pour Mondialisation.ca.

L'intention cachée des États-Unis en Ouganda, en Afrique centrale et dans la Corne de l'Afrique est la conquête du pétrole et des ressources minérales stratégiques. La poursuite de Joseph Kony et la protection des enfants ougandais ne sont qu'un écran de fumée, un prétexte pour une « intervention humanitaire » dans une région où les « guerres civiles » soutenues par les États-Unis (Soudan, Rwanda, République démocratique du Congo, Somalie, Éthiopie) ont fait plus de huit millions de morts au cours des 20 dernières années :
"Dans une autre manœuvre visant à atteindre l'hégémonie régionale et surpasser la Chine, les États-Unis cherchent à prendre pied par le biais d'AFRICOM dans le bloc incroyablement riche en ressources qu'est l'Afrique centrale. La République démocratique du Congo (RDC) constitue l'une des plus grandes régions du monde privée d'un veritable gouvernement. Elle contient de vastes gisements de diamant, de cobalt, de cuivre, d'uranium, de magnésium et d'étain, en plus de produire plus d'un milliard de dollars d'or annuellement. Il est tout à fait possible pour les États-Unis d'accroître considérablement leur présence en RDC en invoquant le prétexte de vouloir capturer Joseph Kony. (Nile Bowie, Merchandising and Branding Support for US Military Intervention in Central Africa, Global Research, 14 mars 2012.)
Vader

Plusieurs soldats auraient participé au massacre des 17 civils afghans

De nombreux reportages réfutent la thèse voulant que le massacre de 17 civils afghans dimanche dernier soit l'œuvre d'un seul et unique tireur fou.

Le réseau iranien Press TV rapporte que « les forces étasuniennes ont ouvert le feu sur des civils afghans à l'intérieur de leurs domiciles » et que les résidents du village où la tuerie a eu lieu ont affirmé que « les forces étasuniennes ont ramassé par la suite 11 corps, dont ceux de quatre filles âgées de moins de six ans, et les ont brûlés ». ('US forces burned bodies of Afghans after massacre', Press TV, 12 mars 2012.)

Le PakTribune, un média pakistanais, rapporte également que des corps d'enfants ont été brûlés par des soldats étasuniens :
Un père afghan, affirmant que ses enfants ont été tués dans la folie meurtrière, a accusé des soldats d'avoir brûlé leurs corps après la tuerie. Des témoins ont déclaré à Reuters avoir vu un groupe de soldats étasuniens arriver vers 2 heures du matin dans leur village du district de Panjwai dans la province de Kandahar, entrer dans des maisons et ouvrir le feu. (US soldier opens fire, kills 16 Afghan civilians, PakTribune, 12 mars 2012.)
Top