MIB

John Keel - Les farceurs cosmiques, 2e partie

Dans cet extrait d'Operation Trojan Horse, John Keel aborde le spiritisme et les phénomènes médiumniques et expose les parallèles qui existent entre ceux-ci, la question du contact extraterrestre et les phénomènes ufologiques en général... Lire la 1e partie ici.

Traduction : Maat

Image
La Naissance du Spiritisme

En 1823, le jeune Joseph Smith se réveilla dans la ferme près de Palmyra, dans l'état de New York, pour trouver un « messager » anonyme debout à côté de son lit. Quelques années plus tard, « Jack-Talons-à-Ressorts » bondissait dans la campagne britannique, sa cape flottant dans l'air calme de la nuit. En 1846, les cieux débordaient d'étranges lumières et de phénomènes météorologiques curieux. En 1847, la maison occupée par la famille de Mitchell Weekman dans le petit hameau d'Hydesville, état de New York, seulement à quelques kilomètres de l'ancienne maison de Joseph Smith dans le comté de Wayne, développa un fantôme. Quelqu'un persistait à frapper à la porte, mais il n'y avait jamais personne. Une fillette de huit ans de la famille cria qu'une main froide et invisible la touchait et caressait son corps. La famille Weekman emballa ses affaires et déménagea - et une famille du nom de Fox emménagea.

En mars 1848, les deux enfants Fox, Kate, 12 ans, et Margaret, 15 ans, non seulement entendaient les mystérieux coups et cliquetis du fantôme mais elles communiquaient avec lui*. Elles développèrent un code simple pour oui et pour non et pour toutes les lettres de l'alphabet et entretenaient des conversations avec l'entité invisible. L'histoire filtra lentement et les sœurs Fox devinrent célèbres. De plus, le fantôme, apparemment, les suivait et elles purent tenir des séances dans d'autres villes avec l'entité qui communiquait avec elles en frappant sur les murs ou les tables.

Cette seule séquence (ou était-ce une percée des communications ?) marqua le début du spiritisme moderne. Voici une autre coïncidence insolite à considérer : à la fois le mormonisme et le spiritisme sont nés dans la même région à des endroits distants de seulement quelques kilomètres l'un de l'autre !
Le spiritisme fit fureur dans les années 1850 et 1860. Les médiums fleurirent partout dans le monde. Nombre d'entre eux s'avérèrent être frauduleux et profitaient simplement de la lubie. Mais d'autres - de nombreux autres - accomplirent d'inexplicables exploits. Parce que les fantômes et les manifestations spirituelles semblaient offrir une preuve aux croyances religieuses, de nombreux hommes instruits s'intéressèrent activement à investiguer de tels phénomènes. De grands ecclésiastiques, éducateurs et scientifiques se mirent à enquêter sur ces affaires pendant leur temps libre. Des journaux scientifiques de recherche psychique furent fondés et publièrent les rapports complets de ces « chasseurs de fantômes » au-dessus de la moyenne. Nous disposons ainsi d'une mine d'histoires de cas abondamment documentées qui couvrent la plupart du 19ème siècle.

Newspaper

Le traitement médiatique de la guerre en Syrie

Image
Il suffit aujourd'hui simplement de s'interroger sur un sujet ou les médias -dans leur majorité- ont un parti pris pour tomber dans le viseur des cerveaux bien-pensants. Le cas de la guerre actuelle en Syrie en est un exemple parmi tant d'autres.

Toute personne, journaliste, écrivain, homme/femme politique, ou simple citoyen qui ose s'interroger sur le bien-fondé de ladite rébellion syrienne ne peut être qu'un complotiste nourri aux sites antisémites et aux thèses nauséabondes.

"Comment pouvez-vous soutenir le tyran Bachar Al-Assad ?! Vous savez ce qu'il se passe là-bas ?!

Vous n'y êtes pas allé ! Vous avez vu les images ?! C'est un bain de sang ! Ils ont bien raison de se révolter !!

Le sujet est souvent pris sous l'angle émotionnel, sur le Net et en particulier les réseaux sociaux, on diffuse en masse des photos de cadavres, de personnes mutilées, d'enfants carbonisés.

On le sait bien, cette méthode dispense souvent d'avoir à expliquer les évènements en profondeur et dans leur complexité.

Che Guevara

Kokopelli - Les Pétitions : les psychopathes prédateurs s'en torchent le cul

Image
Ante-scriptum : je profite de cette mise au point pour affirmer, avec force, que l'Association Kokopelli ne cautionne strictement pas la page "Kokopelli" sur Facebook. Facebook, et autres "réseaux sociaux" virtuels, constituent des instruments privilégiés pour la CIA et autres agences de surveillance globalistes: les citoyens se livrent aux psychopathes en toute complaisance, de fausses révolutions sont impulsées sous contrôle occidental, des centaines de millions d'êtres humains passent une partie de leur vie à non-communiquer plutôt que de se connecter aux forces vives de la Terre-Mère... Et nous ne cautionnons pas plus la page Wikipedia sur Kokopelli: un chef d'oeuvre de désinformation, de mensonges, de références à de pseudo-journalistes au service de la mafia de l'agro-chimie... et de fautes d'orthographe.

Suite au jugement scandaleux de la Cour Européenne de Justice - qui prouve une fois de plus que ces institutions Européennes sont complètement corrompues et à la botte des banskters, du Cartel de la Chimie, des multinationales biocidaires et autres marionnettes politiques - certains amis de Kokopelli ont pensé qu'il était adéquat de relancer des énièmes pétitions pour la défense des semences libres.


Commentaire : La cour européenne interdit aux cultivateurs et commerçants de vendre et cultiver les fruits et légumes non enregistrés aux catalogues.

Les lobbys agro-industriels tentent d'imposer leur monopole en imposant une standardisation aberrante des plantes.


Qu'il soit, donc, bien clair que l'Association Kokopelli ne cautionne, en aucune manière, la pétition lancée par Cyberacteurs et, cent mille fois moins, celle lancée par Avaaz. J'ai déjà exprimé - dans l'un de mes articles sur l'arnaque du réchauffement climatique anthropique - ce que je pensais de cette organisation bien ancrée dans la mouvance de l'opposition contrôlée et créée par Ricken Patel qui fut consultant pour l'ONU, la Fondation Rockefeller, la Fondation Bill Gates...

N'est-il pas évident, après tant d'années de lutte, que les pétitions, les psychopathes prédateurs s'en torchent leur barbecul sur leurs pelouses transgéniques ?

Bizarro Earth

Quelque chose de malsain arrive

Cette vidéo est une collection des événements étranges qui se produisent tout autour du globe ... juste pour les trois premiers de 2012.


Vader

Qui se bat en Syrie ?

Alors que la presse occidentale présente l'Armée syrienne libre comme une organisation révolutionnaire armée, Thierry Meyssan affirme depuis plus d'un an qu'il s'agit au contraire d'une formation contre-révolutionnaire. Selon lui, elle serait progressivement passée des mains des monarchies réactionnaires du Golfe à celle de la Turquie, agissant pour l'OTAN. Une telle affirmation à contre-courant requiert une démonstration argumentée...

Image

Attention

Syrie - Sur trois « fronts » militaro-médiatiques

Image

Le groupe de rebelles s’étant emparé du poste de Bab al-Hawa, sur la frontière turque : y a-t-il un Syrien dans la salle ?
Samedi, l'armée syrienne a poursuivi partout ses opérations. Examinons les trois « fronts » les plus sous le feu de l'actualité :

-Damas :

Samedi, l'armée poursuivait ses attaques contre les rebelles. L'OSDH parlait de « tirs nourris » dans le quartier de Mazzeh (à l'ouest de la ville) et de bombardements sur ceux d'al-Qadam (sud) et al-Assali. L'officine établit le bilan de samedi à Damas à au moins 6 rebelles et 13 « civils » tués. On note que l'OSDH ne parle plus de Tadamone, Qaboun, Jobar et d'autres secteurs du sud et de l'est qu'elle présentait encore voici un ou deux jours comme des territoires « libérés » ou soulevés. Comme le disait pudiquement l'AFP samedi soir, « les forces régulières semblent avoir repris la main » à Damas.

En marge, et en illustration, nous vous proposons ce reportage de la chaine syrienne al-Ikhbaryah sur les dernières heures du nettoyage du Midan. Yara Abbas, la journaliste de cette chaine, a accompagné les soldats syriens pendant les dernières heures de leur mission dans le quartier, notamment dans le sous-quartier de Bawabet al-Midan, et en enfilé son gilet pare-balles. Voici la traduction-explication de cette vidéo (merci à Cécila)

Gear

PsyOp imminente de l'OTAN contre la Syrie

Image
- Vendredi 20 juillet 2012, vers 19h, des signaux ont commencé à être envoyés pour caler de nouvelles chaînes sur ArabSat et NileSat. Les signaux imitent ceux des télévisions syriennes dont ils reproduisent à la fois l'habillage et les logos. Pour le moment les programmes présentent des clips patriotiques.
Selon les spécialistes, les signaux sont envoyés depuis l'Australie, probablement depuis une base de l'US National Security Agency.
Les signaux authentiques des télévisions syriennes ont été interrompus hier par ArabSat et NileSat. Leurs sites internet ont été attaqués et sont inaccessibles.

- Selon l'agence SANA, citée par Ria-Novosti [1], une entreprise de production de décors de cinéma a construit à Al-Zoubayr (Qatar) des décors reproduisant des villes syriennes. De faux reportages d'actualités y sont tournés en vue d'alimenter les fausses chaînes de télévision qui sont en cours de calage sur ArabSat et NileSat.

- Un vaste périmètre de sécurité a été installé alentour des studios de la télévision nationale syrienne. La place des Omeyyades n'est plus accessible et le trafic a été détourné via le tunnel sous la place. Dans l'après-midi, une explosion a eu lieu dans ce tunnel pour l'obstruer. Les autorités syriennes ont choisi de couper complètement l'axe de circulation plutôt que de prendre le risque de rouvrir la circulation sur la place où se trouve l'entrée principale des studios.
L'ASL a déjà détruit les studios de la chaîne privée Al-Akbariya, le 27 juin.

Dans l'après-midi, un présentateur de la télévision syrienne, Mohammed Saeed (photo), a été enlevé à Damas par l'ASL.

Pour en savoir plus : « L'OTAN prépare une vaste opération d'intoxication », par Thierry Meyssan, Komsomolskaïa Pravda/Réseau Voltaire, 10 juin 2012.

[1] « De faux reportages sur la Syrie sont filmés au Qatar », Ria-Novosti, 19 juillet 2012.

Attention

Vidéo : Thierry Meyssan à propos de la bataille de Damas

Image
Entrevue enregistrée à Damas le 19 juillet 2012, à 18 heures.


Evil Rays

La bataille de Damas a commencé

Les puissances occidentales et du Golfe ont lancé la plus importante opération de guerre secrète depuis celle des Contras au Nicaragua. La bataille de Damas ne vise pas à renverser le président Bachar el-Assad, mais à fracturer l'Armée syrienne pour mieux assurer la domination d'Israël et des États-Unis au Proche-Orient. Alors que la ville s'apprête à un nouvel assaut des mercenaires étrangers, Thierry Meyssan dresse le point de la situation.

Image

Venus de l’étranger, les Contras ont pris des postes frontière en débutant leur invasion de la Syrie

Info

Damas, jeudi : ce qu'en dit la reporter de Russia Today

Image

Al-Hajar al-Aswad (sud de Damas), le 18 juillet : un bâtiment administratif touché par les combats

La correspondante à Damas du site d'information russe anglophone Russia Today - Maria Finoshina, estime que les affrontements de ce jeudi sont les « pires qu'elle ait connus depuis des semaines« , des panaches de fumée noire s'élevant à l'horizon et des bruits des fusillade se faisant entendre régulièrement.

Entre flegme & colère...

Maria Finoshina ajoute qu'en dépit de cela, et d'un climat général de tension, la vie continue comme de si rien n'était dans de nombreux quartiers qui ne sont pas directement affectés par les affrontements, tout particulièrement dans la journée. « Les gens fréquentent toujours les cafés et de nombreuses boutiques restent ouvertes, bien que l'escalade de la violence commence à peser ».

« Ces affrontements ne connaissent plus de limites géographiques, affirme la journaliste russe, ils éclatent dans des secteurs de la ville jusque-là épargnés« . Ce qui, à notre sens, traduit la mobilité des groupes traqués par les forces de l'ordre, pas l'extension de leur capacité d'action.

Mais pour autant, Maria Finoshina insiste : « Beaucoup à Damas néanmoins restent calmes, même confronté au désordre apparent, confiants dans le fait qu'ils survivront quels que soient les défis auxquels ils sont actuellement confrontés« . « Il n'y a pas de panique » conclut la journaliste de Russia Today.