Science et Technologie
Carte


Blue Planet

L'eau de la Terre apportée par les astéroïdes ?

© Inconnu
Alors que Philae tentait d'atterrir sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, la sonde Rosetta tournait patiemment autour, en effectuant ses propres analyses. Et elle a révélé quelques résultats intrigants concernant le grand débat sur la façon dont la Terre a obtenu son eau.

L'origine de l'eau de la Terre est un grand mystère scientifique encore non résolu. Notre planète, à ses débuts, était une boule de magma chaude, de sorte que toute l'eau sur sa surface se serait évaporée dans l'espace. Selon la principale théorie, au moins une partie de notre eau provient d'un assaut de météorites s'écrasant sur Terre. Mais ces météorites étaient elles à la base des comètes, des boules de poussière et de glace qui fondent pour former une queue (coma) à l'approche du soleil, ou des astéroïdes, des pièces intactes de roche ?
Blue Planet

Michel Loreau : « On risque de faire disparaître en deux siècles autant d'espèces qu'en un million d'années »

© DR
Le quagga, une sous-espèce de zèbre d'Afrique du Sud, a disparu au XIXe siècle.
Des espèces qui disparaissent 1 000 voire 10 000 fois plus vite que dans le passé... La sixième extinction de masse est engagée, et c'est l'homme qui en est responsable, souligne Michel Loreau, directeur de recherche en écologie.

Michel Loreau est directeur de recherche en écologie au CNRS et coauteur de Biodiversité, vers une sixième extinction de masse [1].

Terra eco : Comment définit-on une extinction de masse ?

Michel Loreau : Il y a des extinctions tout le temps, mais il y a des périodes où le taux d'extinction est plus fort, souvent en corrélation avec des phénomènes physiques, comme une activité volcanique importante ou une météorite tombée sur la Terre. En temps normal, 25% des espèces disparaissent en moyenne sur une période « courte » d'un million d'années. Pour parler d'extinction de masse, il faut une extinction de 75% des espèces sur cette même durée.

Quelle est la différence entre cette sixième extinction et les autres, recensées au cours de l'histoire ?
Mars

Un monticule martien circulaire

© Inconnu
La caméra HiRISE, à bord de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) de la NASA, a renvoyé une image assez particulière d'un relief circulaire sur la surface de Mars.

La caractéristique, qui mesure près de 2 km de large, ressemble à une sorte d'ilot circulaire entouré par une "mer" de flux de lave à l'aspect lisses. Il est situé dans la région d'Athabasca de Mars, qui contient quelques-unes des plus jeunes coulées de lave de la planète.

Les scientifiques de la NASA soupçonnent que le volcanisme a joué un rôle dans la création de cette étrange caractéristique :
Peut-être que la lave a pénétré sous ce monticule et la poussée vers le haut par le dessous. Il semble que si le matériau est absent du monticule, donc il est aussi possible qu'il y ait une quantité importante de glace dans celui-ci qui a été chassée par la chaleur de la lave. Il y a un éventail de caractéristiques de ce genre dans la région qui continuent d'intriguer les scientifiques.
La NASA espère obtenir davantage d'images de l'objet et d'autres autour de lui afin d'en savoir plus.
Magnify

Pour la première fois, de la poussière de comète a été découverte à la surface de la Terre


Ci-dessus une particule de poussière cométaire vue au microscope électronique, issue des échantillons découverts dans les glaces de l'Antarctique. Crédits : Takaaki Noguchi
Pour la première fois, de la poussière de comète a été découverte à la surface de la Terre. Ces grains de poussière ont été retrouvés dans des échantillons de glace et de neige prélevés en Antarctique.

Une équipe de scientifiques vient de découvrir de la poussière de comète, dans les glaces de l'Antarctique. C'est la première fois que de telles particules sont découvertes à la surface de la Terre.

La découverte est bien évidemment très intéressante d'un point de vue scientifique : en effet, on sait que les comètes se sont formés dès l'origine du système solaire, il y a 4,56 milliards d'années, c'est-à-dire avant que les planètes ne se forment. Par conséquent, leur étude permet de mieux comprendre comment le système solaire est né.
Telephone

La communication directe entre 2 cerveaux technologiquement possible

© Inconnu
Des chercheurs de l'Université de Washington ont voulu transmettre une information simple d'un cerveau à un autre, en utilisant une « interface de cerveau à cerveau » (brain to brain interface ou BBI). Ce dispositif a plusieurs fonctions : lire l'information provenant de l'activité neurale du cerveau émetteur, la décoder et transformer l'information numérique afin de générer une autre activité neurale dans le cerveau récepteur.

La même équipe de recherche avait montré en août 2013 qu'une connexion était possible entre deux cerveaux, grâce à une expérience où un chercheur avait fait bouger à distance le bras de son collègue. Après ce premier succès, les chercheurs ont voulu reproduire l'expérience à plus grande échelle, sur six volontaires répartis par groupes de deux.

Le principe de l'expérience était le suivant : le premier participant était devant un écran d'ordinateur avec un jeu vidéo dans lequel il devait défendre une ville en tirant un coup de canon. Mais au lieu de jouer directement, il devait penser au déplacement de la main qui tirait le coup de canon.

Le récepteur était assis dans une pièce située dans un autre bâtiment du campus. Il ne pouvait pas voir le jeu, et sa main se trouvait près d'une tablette tactile qui pouvait tirer le coup de canon. Si l'interface entre cerveaux fonctionnait, la main du destinataire bougeait et pressait la tablette pour déclencher le tir.

Cette nouvelle expérience a permis de réussir cet exercice avec des cobayes différents. L'efficacité du système variait de 25 % à 85 %. La prochaine étape des chercheurs va consister à tenter de transmettre des messages plus complexes.

Commentaire: Pas la peine de pousser bien loin la réflexion pour réaliser toutes les dérives que pourraient entrainer ce genre de recherches... Quelques pistes de réflexions sur un sujet connexe :

- Transhumanisme : l'homme « réparé et augmenté » a-t-il encore besoin du divin ?
- Qu'est-ce que le transhumanisme ?
- Reproduction artificielle ou embryologie expérimentale - L'aube du transhumanisme

Magnify

L'ADN est encore plus résistant que prévu

L'ADN est capable de survivre à un vol spatial, révèle une expérience menée à bord d'une fusée européenne. Plus encore, une fois revenu sur Terre, cet ADN demeure capable de transmettre des informations génétiques.

L'ADN est capable de survivre à un vol spatial, suivi d'un retour dans l'atmosphère terrestre. Plus encore, au terme de ce voyage, il continue de pouvoir transmettre les informations génétiques qu'il contient. Telle est la conclusion d'une expérience menée dans le cadre du récent vol d'une fusée européenne TEXUS.

Au cours de cette expérience, des chercheurs allemands et suissesont intégré dans la charge utile de la fusée TEXUS des échantillons d'ADN. Lorsque la fusée est revenue sur Terre, les chercheurs se sont aperçus que les échantillons d'ADN étaient toujours en place. Et ce n'est pas tout. En effet, ils ont également constaté que la plupart de ces échantillons d'ADN étaient capables de transmettre leurs informations génétiques à des cellules bactériennes, ainsi qu'à des cellules de tissus conjonctifs (les cellules conjonctives jouent un rôle essentiel dans le système de défense de l'organisme).
Solar Flares

Soleil : la tache solaire AR 12192 est toujours présente


Ci-dessus l'évolution de la tache solaire AR 12192 du 18 octobre au 28 octobre 2014. Crédits : Solar Observatory/NAOJ
La tache solaire découverte en octobre 2014 est toujours présente sur le Soleil, indique l'Agence Spatiale Japonaise.

On le sait, les fluctuations de l'activité solaire vont parfois apparaître des taches à sa surface. Des régions qui sont généralement le siège d'une activité magnétique particulièrement puissante, associée à de fréquentes éruptions solaires susceptibles comme on le sait de perturber le fonctionnement des installations électroniques humaines.

Dernier phénomène en date de ce type : la gigantesque tache AR 12192, d'une taille plus grande que Jupiter, apparue le 18 octobre 2014. Un évènement qui avait marqué les esprits, puisque cette tache était la plus grosse jamais observée depuis 1990.

Or, des observations réalisées par la sonde japonaise HINODE au milieu du mois de novembre révèle que loin de s'être résorbée, la tache AR 12192 est bel et bien toujours présente à la surface du Soleil.
Magnify

L'homme : un microbe sur un grain de sable

e-penser nous explique le Champ Profond de Hubble et ses exploits. Et nous serions seul dans l'univers ?

e-penser
Fireball 4

Les météores ne frappent pas la Terre de façon aléatoire

Les impacts de météores ne surviennent pas aléa

Le 15 février 2013, la ville russe de Tcheliabinsk a été frappée par une météore (photo ci-dessus). Crédits : Alex Alishevskikh/Wikipedia Commons/Creative Commons
toirement au cours du temps : ils sont plus fréquents certains jours, ou au cours de période très courtes de quelques jours, selon une nouvelle étude.


Contrairement à ce que l'on pourrait penser, les météores, ces petits corps célestes issus de la désagrégation d'un astéroïde ou d'un noyau cométaire, ne frappent pas la surface terrestre de façon aléatoire : leurs impacts sont beaucoup plus fréquents certains jours plutôt que d'autres.Telle est la conclusion d'une étude à paraître dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society: Letters.

Pour parvenir à ce résultat, les auteurs de cette étude ont recensé les impacts de météores survenus entre 2000 et 2013. Ils ont identifié 33 impacts de météores, dont la célèbre météore de Tcheliabinsk, dont on se souvient qu'elle a frappé la ville russe de Tcheliabinsk le 15 février 2013.
Stock Down

La disparition des abeilles également liée à la perte de diversité des plantes

© Francetv
Le déclin des populations d'abeilles, préoccupant pour la pollinisation d'importantes cultures, paraît surtout résulter de la raréfaction, ces dernières décennies, de plantes sur lesquelles ces insectes préfèrent butiner, ont conclu des scientifiques dans une étude parue aujourd'hui.

En analysant le pollen contenu dans des spécimens de 57 différentes espèces d'abeilles datant d'avant 1950 qui se trouvent dans des musées d'histoire naturelle aux Pays-Bas, ces chercheurs ont pu déterminer que ces insectes avaient des plantes préférées pour butiner. Ils ont pu ensuite établir un lien entre la disparition dans certaines régions des Pays-Bas des plantes favorites des abeilles et l'important déclin de leurs populations pendant la même période.

"Nous avons montré que le déclin des variétés de plantes préférées pour butiner était l'un des deux principaux facteurs du dépérissement des abeilles", explique Jeroen Scheper, chercheur à l'Institut néerlandais Alterra de recherche spécialisé dans l'environnement, l'un des auteurs de ces travaux parus dans les Comptes rendus de l'académie américaine des sciences (PNAS).

Commentaire: A propos de ce merveilleux insecte :

- La destruction des abeilles selon Monsanto
- La disparition des abeilles, Monsanto, et nous...
- D'après un universitaire, c'est les flaques d'eau toxiques qui tuent les abeilles
- 14 faits qui prouvent que les abeilles sont des supers-héros
- Les abeilles, témoins du bon état de notre environnement, disparaissent massivement
- Déclin des abeilles : les effets des pesticides peuvent s'additionner !
- Insecticides et champignon pathogène : le cocktail mortel des abeilles

Top