Bienvenue à Sott.net
sam., 13 fév. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Science et Technologie
Carte

Mars

Le « scoop » de la NASA : découverte d'eau liquide sur Mars

© NASA / Greg Shirah / Handout / Reuters
D'après dernières informations révélées par l'agence spatiale américaine, les lignes sur la surface de Mars observés depuis plusieurs décennies par les astronomes s'avèrent être des ruisseaux de saumure, une solution d'eau et de sel. La nouvelle découverte, annoncée lundi lors d'une conférence de presse à Washington, donne un nouvel élan à l'espoir de découvrir un jour les preuves d'une vie extraterrestre.

«De l'eau liquide est aujourd'hui présente sur la surface de Mars, a déclaré Michael Meyer, le chef du programme de l'étude de Mars à la NASA. «En conséquence, nous présumons qu'il est au moins possible qu'il existe un environnement favorable à la vie».

Commentaire: Cela fait des années que les scientifiques postulent la présence d'eau liquide sur Mars. Déjà, en 2006 :
[..] plusieurs études ont suggéré la possibilité que de l'eau liquide puisse apparaître brièvement à la surface, à partir d'une source d'eau souterraine. L'existence d'une telle source suggère la présence d'eau mais aussi d'une source de chaleur stable, les deux conditions nécessaires à un environnement favorisant la vie.
Voir aussi : De l'eau liquide découverte sur Mars ?

En bref, leur scoop a fait plouf !


Mars

Planète Mars : le 28 septembre, la NASA annoncera une « découverte scientifique majeure »

La NASA devrait annoncer, lors d'une conférence exceptionnelle planifiée ce lundi 28 septembre 2015, une découverte scientifique majeure concernant "le mystère de Mars".

Cet événement, prévu pour 17h30 heure française, sera diffusé en direct sur la web TV de la NASA.
Le nom donné à cet événement "le mystère de Mars résolu" alimente les spéculations et la question récurrente : aurait-on trouvé de l'eau sur la planète rouge ?

Image

Commentaire : La conférence de presse pourra être suivie en direct sur http://www.ustream.tv/NASAJPL. Nous ferons une mise à jour sur le site à la suite de cette conférence. Restez connectés !


Magnify

Le « 7ème continent » et ses paillettes de plastique

Image
© Expédition 7èmeContinent VinciSato
« Au fur et à mesure que nous progressions, nous avons commencé être entouré de déchets divers: bottes, casque, bidons. » raconte Patrick Deixonne, chef de l'expédition.
Le « 7ème continent » c'est le nom donné aux gigantesques soupes de plastique qui flottent au milieu des océans. Patrick Deixonne et une équipe de scientifiques se sont rendus dans l'Atlantique Nord pour explorer ce « continent » dont la taille est d'environ 3 fois la France.

En 1997, le capitaine Charles Moore, accompagné de Patrick Deixonne, a été le premier à découvrir une zone immense de plastique flottant dans le Pacifique. Depuis cette découverte, plusieurs expéditions se sont lancées en direction des différentes zones de déchets.

En France, l'explorateur Patrick Deixonne a mis en place en mai dernier une nouvelle expédition vers l'Atlantique Nord (après le Pacifique en mai 2013), accompagné de scientifiques du Centre National d'Etudes Spatiales (CNES), de l'Agence Spatiale Européenne (ESA) pour cartographier les zones et du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique, Université Paul Sabatier) pour analyser les déchets.

Moon

Éclipse totale et super Lune : le rarissime duo du 28 septembre

Image

Carte de visibilité de l’éclipse totale de la super Lune du 27-28 septembre 2015. © Xavier M. Jubier
L'éclipse de Lune de la nuit du 27 au 28 septembre 2015, la seconde de l'année, sera doublement exceptionnelle. Elle sera totale pour un grand nombre de Terriens (le 28 septembre, à partir de 2 h du matin en France métropolitaine) et elle apparaîtra plus grande que d'habitude car, du fait du périgée, ce sera une super Pleine Lune. En entrant dans l'ombre de la Terre, notre satellite naturel blêmira et changera de couleur pour devenir roux, rouge voire sépia. Un phénomène rare à ne pas manquer.

Cinq jours après l'équinoxe d'automne, nombre de Terriens pourront admirer, entre le 27 et le 28 septembre 2015, selon leur position géographique, une éclipse de Lune. Une grande partie des terres immergées est en effet concernée — à l'exception notable de la Sibérie orientale, de l'Inde, de la Chine, des deux Corées, du Japon, de l'Indonésie et de l'Australie. La « Pleine Lune des récoltes » (Harvest Moon), ainsi que la surnomment les Anglo-Saxons, sera alors alignée avec le Soleil et la Terre. Elle traversera le cône d'ombre de notre planète durant plus de cinq heures.

Ce phénomène naturel, qui nous donne rendez-vous en France métropolitaine le 28 septembre, en fin de nuit, entre 0 h 11 TU et 5 h 22 TU, soit de 2 h 11 à 7 h 22 en heure locale, sera remarquable à plus d'un titre. D'abord, même s'il s'agit de la seconde éclipse de Lune de l'année, c'est la seule qui sera totale (celle du 4 avril, invisible en Europe, était partielle). La prochaine se déroulera le 31 janvier 2018, mais nous ne pourrons pas la voir en Europe. Il faudra plutôt attendre le 27 juillet de la même année pour l'admirer sur le Vieux continent, assombrie et teintée de rouge (voir cette carte). L'événement aura lieu dès la tombée de la nuit et notre satellite naturel s'affichera à côté de Mars — la Planète rouge sera alors en opposition, alignée elle aussi avec la Terre et le Soleil, plus la Lune !

Telescope

La fusion de deux trous noirs observée pour la première fois

Image
© REUTERS/NASA/Handout
Deux trous noirs avaient été détectés au cœur du quasar Markarian 231, d'après une étude publiée en août. La paire située dans le quasar PG 1302-102 serait toutefois bien plus "enlacée" et leur collision serait imminente
La collision entre deux trous noirs qui gravitent l'un avec l'autre, au coeur d'une galaxie à 3,5 milliards d'années-lumière de la Terre, serait imminente (à l'échelle de l'Univers). Elle permettrait de tester la théorie de la relativité générale d'Albert Einstein.

Deux trous noirs s'entraînent dans une danse tellement collé-serré qu'ils vont entrer en collision. Ce choc entre les deux danseurs passionnent les astrophysiciens qui évoquent un "Saint-Graal". Cet événement aussi puissant que 100 millions de supernovas combinées permettrait en effet de tester la théorie de la relativité générale d'Albert Einstein.

Mais rembobinons! Deux trous noirs dansent, donc. A l'origine, ce sont les flashes lumineux émis dans la constellation de la Vierge qui intriguaient les astronomes de Caltech, en Californie. Ce "quasar PG 1302-102", - le "cœur d'une galaxie lointaine qui brille intensément", explique Science et Avenir - émet des flashes réguliers tous les cinq ans. Cette régularité est une anomalie, car ces signaux devraient être aléatoires.

Blue Planet

Un océan souterrain découvert en chine sous un désert

Image
© Sputnik. Andrei Maximov
Des chercheurs chinois ont découvert d'immenses réserves d'eau souterraines dans l'une des régions les plus arides de la planète.

La découverte a été faite dans le bassin du Tarim, dans la province chinoise du Xinjiang (nord-ouest), rapporte la chaîne Discovery.

Pendant des travaux de recherche sur le réchauffement climatique dans cette région, les scientifiques se sont aperçus que d'importantes quantités de dioxyde de carbone y disparaissaient sans aucune raison apparente. En fait, le bassin du Tarim est un énorme "puits de carbone", une zone qui contribue à limiter le réchauffement climatique. D'habitude, ce sont des forêts ou des océans qui aspirent le carbone. En mesurant des échantillons de dioxyde de carbone dans différents emplacements du désert, les chercheurs sont parvenus à estimer la quantité d'eau infiltrée dans le bassin.

« C'est une quantité d'eau terrifiante », déclarait le professeur Li Yan, qui conduit l'étude, au South China Morning Post. « Personne n'avait jamais imaginé qu'il puisse y en avoir autant sous le sable. Nous allons devoir revoir notre définition du désert ». Il se peut également qu'il y ait d'autres océans souterrains dans le monde, estime le professeur. En effet, il y aurait 1.000 milliards de tonnes de carbone "manquantes" sur la planète.



Commentaire: A propos de « réchauffement climatique » :

- Pourquoi le réchauffement climatique me laisse froid


Family

L'ADN révèle les débuts de Néandertal en Espagne

Image
© Science
Trois des crânes de la Sima de los Huesos étudiés par l'équipe d'Arsuaga
Le plus ancien ADN humain jamais séquencé démontre que des Néandertaliens, ou leurs ascendants directs, vivaient déjà il y a environ 400 000 ans dans ce qui est aujourd'hui l'Espagne. L'analyse de cet ADN, présentée lors d'un colloque le 10 septembre par l'équipe de Matthias Meyer, de l'Institut Max-Planck de Leipzig, bouscule la chronologie de l'histoire humaine en Europe : elle suggère que la séparation entre la lignée néandertalienne et celle de notre espèce pourrait remonter à 765 000 ans, bien plus tôt que ce que l'on pensait.

C'est dans la Sima de los Huesos, la « grotte des os », située près d'Atapuerca au nord de l'Espagne, que Mathias Meyer et ses collègues ont recueilli le fameux ADN. La Sima de los Huesos est l'un des plus extraordinaires sites abritant des fossiles humains. Elle contient des milliers d'os et de dents appartenant à au moins 28 individus différents. Leur morphologie a été étudiée par l'équipe du paléontologue Juan-Luis Arsuaga, de l'université Complutense de Madrid. Elle est très proche de celle des Néandertaliens (voir notre article).

Sur la base de ces résultats, Arsuaga a classé les hommes de la Sima de los Huesos comme des Homo heidelbergensis, espèce humaine ancienne considérée comme l'ancêtre des Néandertaliens. En fait, certains paléontologues, comme le Français Jean-Jacques Hublin, estiment qu'il s'agit bel et bien de Néandertaliens anciens.

Fireball 2

Naissance d'étoiles filantes sur la comète Chury

Image

La comète Churyumov-Gerasimenko vue par Rosetta depuis 445 km le 5 septembre 2015. Crédit : ESA/Rosetta/NavCam
Ce nouveau cliché de la sonde Rosetta, pris le 5 septembre 2015, montre que l'activité ne faiblit pas sur la comète Churyumov-Gerasimenko. Mieux, il permet d'apercevoir des fragments qui se détachent du noyau (sur le haut de l'image) sous l'effet du dégazage. Ces morceaux de comète sont de toutes tailles mais cependant ne dépassent pas 50 cm de large.

Ce sont des morceaux de ce type qui lorsqu'ils entrent à grande vitesse dans l'atmosphère de la Terre, produisent de brillantes étoiles filantes.

L'orbite de la comète Churyumov-Gerasimenko ne croise pas celle de la Terre. Par conséquent, ces fragments ne se transformeront probablement jamais en étoiles filantes. Toutefois, ce sont des blocs similaires, issus d'autres comètes (qui croisent la trajectoire de la Terre), qui sont à l'origine des pluies d'étoiles filantes comme celle, bien connue des Perséides, en été.

Magnet

Création du premier trou de ver magnétique

Image
© Inconnu
(à gauche) diagramme 3-D du trou de ver magnétique décrivant comment les lignes de champ magnétique (en rouge), quittant un aimant sur le côté droit de la sphère passent à travers le trou de ver. (À droite) Le champ magnétique semble disparaître sur le côté droit de la sphère pour réapparaître sur la gauche sous la forme d’un monopôle magnétique.
Un trou de ver, qui peut relier deux régions de l'espace magnétiquement, a été créé en laboratoire et démontré expérimentalement par des physiciens de l'Universitat Autònoma de Barcelona en Espagne.

Ce n'est pas un trou de ver dans l'espace, comme dans le film interstellaire. C'est une structure particulière qui transfère un champ magnétique d'un endroit à un autre dans l'espace de manière à ce que le processus soit invisible et indétectable magnétiquement (uniquement visible par la lumière).

Blackbox

Du réveil des paléovirus géants

Image
© Inconnu
La découverte d'un nouveau virus géant très différent des autres pourrait révolutionner la définition du vivant et mettre en évidence l'un des nouveaux fléaux qui guettent l'humanité en cas de réchauffement climatique.

Après l'explosion thermonucléaire globale, les catastrophes climatiques majeures, la météorite qui fonce contre la Terre, la conquête des Martiens (ou de tout autre être différent et inconcevable physiologiquement, araignées géantes, etc.), voici une nouvelle version de l'Apocalypse terrestre : l'invasion du monde d'aujourd'hui par des virus géants d'hier.

Cela pourrait faire penser à la bande-annonce d'un film catastrophe mais l'hypothèse est pourtant plausible maintenant. Des chercheurs ont réussi à mettre en "réveil" un virus géant vieux de... 30 000 ans. C'est la découverte annoncée le 8 septembre 2015 par la publication d'un article sur le Mollivirus sibericum (accessible ici) à la suite des travaux réalisés par un laboratoire du campus de Luminy, à Marseille.