Science et Technologie
Carte


Fireball 5

Un astéroïde à la trajectoire indéterminée près de la Terre mardi

Après le passage de deux objets de l'espace au plus près de la Terre mercredi et jeudi derniers, un autre astéroïde devrait frôler notre planète mardi. Seul problème, sa trajectoire est encore indéterminée...

L'astéroïde 2014 CU13 a été découvert le 11 février dernier et voyage à une vitesse de 19,31 km/s. Les scientifiques pensent actuellement qu'il s'approchera au plus près de la Terre mardi, à 3 millions de kilomètres, soit 8 fois la distance Terre-Lune. Qualifié de « Potentially Hazardous », les scientifiques ne sont pas sûrs de la trajectoire qu'il est en train de prendre et font appel aux astronomes amateurs disposant de télescopes pour tenter d'en savoir plus sur son orbite.

L'astéroïde CU13 a-t-il été « perdu » par les scientifiques ? « Non, il n'est pas perdu. Son passage au plus près de la Terre est toujours prévu pour mardi 11 mars à 9 h 04 TU, soit 10 h 04 heure de Paris » précise le spécialiste de l'astronomie Guillaume Cannat. L'objet, dont la dimension est estimée à 148 mètres, « est classé parmi les astéroïdes potentiellement dangereux car pouvant croiser l'orbite de la Terre, mais les prévisions actuelles n'indiquent aucune chance de collision pour les années à venir. D'ici mardi, l'imprécision aura sans doute complètement disparue au fur et à mesure des observations et de l'amélioration de la détermination de sa position réelle dans l'espace » explique le spécialiste.
Yoda

Les scientifiques percent le mystère de la décorporation !

Certaines personnes prétendent avoir vécu des expériences dites de décorporation, sorte de voyage astral en dehors du corps et donnant l'impression de flotter et de le regarder de haut. Une équipe de scientifiques a déniché une patiente apte à le faire à volonté et lui a fait passer des scanners. Ce qu'ils ont découvert est étonnamment étrange.

Les chercheurs savent que les expériences de décorporation peuvent être induites »par des traumatismes du cerveau, la privation sensorielle, les expériences de mort imminente, les médicaments dissociatifs et psychédéliques, la déshydratation, le sommeil, et la stimulation électrique du cerveau », entre autres. Elle peut également être délibérément induite par certains !
Meteor

La mystérieuse désintégration d'un astéroïde immortalisée par Hubble

Désintégration asteroide
© NASA, ESA, D. Jewitt/UCLA

Entre octobre 2013 et janvier 2014, l'astéroïde P/2013 R3 s'est séparé en plusieurs morceaux devant les objectifs du télescope HubbleLe télescope spatial Hubble a immortalisé pour la première fois la désintégration d'un astéroïde. L'objet s'est brisé en pas moins de 10 morceaux.


C'est un évènement unique que vient de dévoiler le télescope spatial Hubble. Pour la première fois, ses objectifs ont assisté à la mort d'un astéroïde qui s'est désintégré en l'espace de quelques mois en plusieurs morceaux. « C'est une roche et la voir se briser sous nos yeux est assez fantastique », a commenté David Jewitt de l'Université de Californie qui a dirigé les travaux. Formées de glace et de poussière, des comètes relativement fragiles avaient déjà été observées se désintégrant mais jamais encore les astronomes n'avaient assisté à la désintégration d'un tel objet dans la ceinture d'astéroïdes. Les observations ont débuté en septembre 2013 après que des télescopes du Pan STARRS et du Catalina Sky survey ont repéré l'astéroïde nommé P/2013 R3. Il était alors apparu inhabituel avec un aspect assez flou.
Snowflake Cold

Pas de réchauffement global depuis 17 ans et 6 mois

Traduit par Résistance 71

Dix-sept ans et six mois. Pas de trace de réchauffement climatique global. Les mesures satellite RSS, la première des cinq sets de données de la température globale qui donne son rapport pour les valeurs de février, montre aucune variation pour une impressionnante période de 210 mois.


Le graphique ci-dessous , montre qu'il n'y a eu aucun réchauffement global pendant 17 ans et 6 mois:
Analyse de Monctkon:

1: Ce graphique est très pointu. Il est on ne peut plus à jour. Remote Sensing Systems, Inc. (RSS) est un des deux collecteurs de données officiels par satellite (l'autre étant l'Université d'Alabama à Huntsville ou UAH). RSS est un des cinq collecteur de données standards de températures, qui incluent les deux collecteurs satellites et les trois collecteurs terrestres: le Goddard Institute for Space Studies (GISS), le Hadley Centre/CRU collecteur de données, version 4 (HadCRUT4) et le National Climatic Data Center (NCDC). Jusqu'ici, RSS rapporte en premier lieu et ses valeurs chiffrées mensuelles pour février 2014 sont disponibles depuis quelques heures.
Meteor

Un astéroïde va passer entre la Terre et la Lune

© EPA
L'astéroïde 2014 DX110, découvert vendredi dernier, va frôler la Terre à près de 15,1 km/s.

À 22 h, ce corps dont le diamètre est estimé à quelque 25 mètres sera à 345 000 kilomètres seulement de la Terre, soit plus près que la Lune.

Le vol de l'astéroïde pourrait être observé avec un télescope semi-professionnel ou en direct sur Internet.
Magnify

Découverte d'un virus géant de 30 000 ans en Sibérie

Un nouveau type de virus géant, baptisé "Pithovirus", a survécu plus de 30'000 ans à la congélation dans une couche de permafrost contemporaine de l'extinction de l'homme de Neandertal, selon une étude publiée lundi. Le virus a été découvert dans le sol gelé de l'extrême nord-est sibérien, dans la région autonome de Chukotka.

Ce virus très ancien, capable d'infecter des amibes mais inoffensif pour humains et animaux, porte à trois le nombre de familles des virus géants connues, notent les auteurs dans les comptes rendus de l'académie des sciences américaines (PNAS). Les virus géants, d'un diamètre supérieur à 0,5 millionième de mètre, sont contrairement aux autres aisément visibles avec un simple microscope optique.
Gingerbread

Redécouverte d'un ligament du genou oublié depuis 134 ans

© inconnu
Deux chirurgiens orthopédiques viennent de redécouvrir un ligament du genou, appelé « ligament antéro-latéral » (LAL) qui avait déjà été évoqué une seule fois, en 1879, par un médecin français, Paul Segond, rapporte Sciences et Avenir.

Au 19e siècle déjà, Paul Segond faisait l'hypothèse de l'existence d'un ligament supplémentaire dans le genou correspondant à l'arrachement d'un fragment osseux au niveau de l'extrémité supérieure et latérale du tibia. Elle est généralement secondaire à un traumatisme indirect du genou et témoigne quasi-systématiquement d'une autre lésion : la rupture du ligament croisé antérieur (LCA). Dans un article, le médecin décrivait alors sa découverte comme « une bande fibreuse, nacrée et résistante ».

Un ligament intimement lié aux ligaments croisés antérieurs

134 ans plus tard, c'est précisément ce LAL qu'ont pu trouver les deux chirurgiens orthopédiques du CHU de Leuven (Belgique), dans presque tous les cas (97%) des 40 genoux de cadavres humains qu'ils ont disséqués, rapporte leur étude publiée dans le Journal of Anatomy.
Mars

Vivre et mourir sur Mars

Avec les différentes annonces concernant une éventuelle mission habitée vers Mars ou encore la réalisation d'une colonie humaine sur la planète rouge se pose la question du maintien de la vie et de la santé des colons.

Kevin Fong, docteur en médecine s'est récemment penché sur la question de la survie et comment l'exploration a transformé la médecine et les techniques de traitement et de soin au fil des années. Une grande partie de son livre, Extreme Medicine, aborde le sujet des prochaines explorations extrêmes comme les colonies envisagées sur Mars.

mars
© BBC
Pour commencer, les colons potentiels pourraient ainsi tout simplement décéder des suites de failles dans les boucliers anti radiations censées protéger les vaisseaux de transit. Il est actuellement impossible de se protéger totalement des différents types de radiations ( cosmiques GCR et solaires SEP). En outre, selon la période à laquelle les vaisseaux voyageront, ils seront soumis à plus ou moins de radiations. Et si une dose létale peut être évitée, l'exposition pourrait amener à diverses complications avec le temps, une fois sur la planète.
Beaker

La ferme de demain : des poissons végétariens et des poules « cou nu »

chicken
© AFP / Sandra Laffont
Un poulet partiellement déplumé génétiquement est présenté le 28 février au salon de l'agriculture à Paris
Des poules « cou nu » qui ont moins chaud, des truites végétariennes, des robots qui scannent les mauvaises herbes ou des caméras 3D pour ausculter les vaches, c'est demain dans les fermes.

L'Inra (Institut national de la recherche agronomique) donne un aperçu des agricultures du futur sur son stand du Salon de l'Agriculture, qui se tient Porte de Versailles jusqu'à dimanche.

Tous ces projets, dont certains sont déjà en cours de concrétisation, visent à répondre à la nouvelle équation « agroécologique » : produire plus en consommant moins (d'eau, de produits chimiques... et d'argent si possible).

François Guyvarc'h et Marjorie Bideau sont venus de leur station expérimentale du Finistère présenter des truites végétariennes. Les poissons d'élevage sont en principe nourris avec des farines de poissons, issus de la pêche minotière.

Une pêche décriée qui tire sur la ressource en prélevant beaucoup de petits poissons et qui coûte cher puisqu'il faut plusieurs kilos de poissons pour produire un seul kilo de farine.

Du coup, ils ont tenté de développer un aliment aux mêmes qualités nutritionnelles mais à base de gluten de blé, de lupin blanc, de tourteaux de soja, de gluten de maïs et d'huiles, qu'ils ont ensuite proposé aux poissons.
Arrow Down

Areva est en train d'abandonner le chantier du réacteur EPR de Finlande en retirant ses salariés...

Débuté en 2005, la mise en service aurait du avoir lieu mi-2009, encore des milliards perdus pour l'état Français, principal actionnaire du groupe...


Chantier de l’EPR/img/http://pumi.blog.free.fr
Le crash de l'industrie nucléaire française précède celui de l'ensemble de la filière...

Le quotidien économique finlandais Kauppalehti a confirmé (*) ce vendredi 28 février 2014 les informations qui circulaient depuis quelques temps au sujet du chantier du réacteur EPR situé à Olkiluoto (Finlande) : le constructeur du réacteur, le français Areva, vient de mettre un terme aux contrats de travail d'une cinquantaine de contremaîtres, les derniers encore en poste devant suivre la même voie fin mars.

Il s'agit donc d'une véritable bérézina pour Areva qui abandonne le chantier de ce réacteur, commencé en 2005, désormais pratiquement à l'arrêt, et sous peu totalement stoppé. Officieusement, la mise en service de l'EPR serait repoussée à 2018 voire 2020, c'est à dire 15 ans après le début d'un chantier qui devait être bouclé... en 4 ans et demi !

Mais le plus probable désormais est que l'EPR finlandais rejoigne les différents exemples de réacteurs achevés mais jamais mis en service, comme à Lemoniz (Espagne), Zwentendorf (Autriche), Bataan (Philippines) ou Kalkar (Allemagne). Il est même possible qu'il ne soit jamais terminé mais, dans tous les cas, il s'agit d'un désastre pour l'industrie nucléaire française.

Il est d'ailleurs grand temps que l'opinion publique découvre que :

- 54 des 58 réacteurs nucléaires « français » sont en réalité américains (les licences ayant été payées - fort cher - par EDF à Westinghouse au début des années 70

- la nouvelle usine « française » (Georges Besse2) d'enrichissement de l'uranium utilise des centrifugeuses achetées (fort cher à nouveau) par Areva à son concurrent européen Urenco

- les rares réalisations vraiment françaises sont des échecs cuisants (réacteurs graphite-gaz des années 60, Superphénix, EPR)
Top