Science et Technologie
Carte


Magnify

Les neuroscientifiques pourront-ils, comme pour les rats, contrôler nos rêves ?


Des chercheurs travaillant au MIT (Massachusetts Institute of Technology) ont réussi à manipuler le contenu du rêve d'un rat, en rejouant un signal sonore qui a été associé à des évènements de la journée précédente, à savoir le fait de traverser un labyrinthe. La percée approfondi notre compréhension de la façon dont la mémoire se consolide au cours du sommeil, mais elle détient également un potentiel dans une perspective "d'ingénierie du rêve."

Récemment, on découvrait ensemble comment des scientifiques ont introduit de faux souvenirs dans le cerveau de souris génétiquement modifiées et, dans une approche plus humaine, comment d'autres peuvent induire un apprentissage au cours du sommeil de cobayes humains.

Le neuroscientifique Matt Wilson qui travaille au MIT, Picower Institute for Learning and Memory, a réussi à accomplir cet exploit en exploitant la façon dont l'hippocampe du cerveau encode des expériences personnelles dans la mémoire. Les scientifiques savent que notre hippocampe est occupé à rejouer un certain nombre d'évènements de la journée pendant que nous dormons, un processus qui est crucial pour la consolidation de la mémoire. Mais ce qu'ils ne savaient pas c'est, si oui ou non, ces "rediffusions" pouvaient être influencées par des signaux environnementaux.
Magnify

Des souris maudites sur trois générations


Un stress social subi par une souris jeune peut retentir sur le comportement de ses descendants. | REUTERS/HO
Serait-ce une démonstration, chez la souris, de cette observation récurrente effectuée chez l'homme par les psychiatres et psychologues : un stress subi par un individu jeune, même sans conséquences visibles, peut retentir sur la santé psychique de ses petits-enfants voire de ses arrière-petits-enfants - ou l'art de cuire à petit feu un "non-dit" familial ?

Des chercheurs de l'université de médecine Tufts à Boston (Etats-Unis) ont soumis des souris jeunes à un stress chronique. Entre l'âge de 4 à 11 semaines (soit l'"adolescence" et le jeune âge adulte de la souris), douze rongeurs mâles et onze femelles ont été exposés à une "instabilité sociale chronique" : la composition des animaux dans les cages était modifiée fréquemment, de sorte que les souris ne parvenaient pas à établir avec leurs congénères de relations normales, fondées sur une hiérarchie sociale.

Deux mois plus tard, les chercheurs ont évalué par différents tests l'anxiété et les comportements sociaux des souris stressées, qu'ils ont comparés à ceux de leurs congénères non stressées. Leurs résultats sont publiés dans Biological Psychiatry du 18 août. Ils montrent d'abord que les effets de cette instabilité sociale subie dans la jeunesse sont persistants.
Document

Une sorte de photsynthèse chez les insectes

Des entomologistes français suggèrent que certains pucerons (Acyrthosiphon pisum) puissent absorber l'énergie du soleil comme le font les plantes, par un processus comparable à la photosynthèse. On savait déjà que certains aphidiens synthétisent des pigments caroténoïdes (capacité très rare dans le règne animal), mais on ignorait pourquoi. Suivant le niveau de pigmentation, ces pucerons peuvent être de couleur verte, orange ou blanche. On a remarqué que leur production d'ATP, la molécule qui stocke l'énergie de la cellule, augmente chez les individus oranges ou verts, disposant de plus de pigments.

Mieux encore, cette production est plus élevée lorsqu'ils sont exposés à la lumière. Les chercheurs ont isolé les caroténoïdes et démontré qu'ils sont bien capables d'absorber la lumière et de transmettre l'énergie à la cellule. Il faudra continuer les travaux avant d'affirmer hors de tout doute qu'il s'agit de photosynthèse, mais même la position des pigments, juste sous la peau de l'insecte, va dans ce sens.
Family

Société égalitaire ou inégalitaire ?

Cet article est une adaptation de celui qui est paru dans le New Scientist, rédigé par Deborah Rogers, tête chercheuse à l'université de Stanford en sciences sociales. On sait que, sur un plan historique, l'Homme vit bon an mal an dans un modèle de société inégalitaire depuis au moins 5000 ans (au plus 12 000 ans, soit très peu par rapport à notre passé préhistorique). Les données archéologiques et anthropologiques semblent montrer que ce ne fut pas toujours le cas, bien au contraire.

Pour les petites communautés de chasseurs-cueilleurs, nomades donc, et durant des dizaines de milliers d'années, un modèle égalitaire prévalait. Bien avant que nous nous structurions en hiérarchies de domination, de richesses et de statut social, les tribus faisaient en sorte qu'il y ait un équilibre égalitaire et pour une bonne raison : survivre.
Satellite

Du sucre dans les étoiles

Des molécules de sucre, brique élémentaire de la vie, ont été repérées dans un nuage de gaz et de poussière où se forment des planètes.

© ESO/L. Calçada & NASA/JPL-Caltech/WISE Team
En braquant le super-télescope ALMA vers une étoile récemment formée, une équipe de chercheurs danois du Niels Bohr Institute, dirigée par l'astronome Jes Jorgensen, est parvenue à détecter, à proximité de celle-ci, la présence de... sucre. Autrement dit, un élément considéré comme l'une des briques élémentaires de la vie. La molécule simple, appelée glycolaldéhyde et composée de deux atomes de carbone, deux d'oxygène et quatre d'hydrogène (C2H4O2), est en effet l'un des ingrédients qui entre dans la composition de l'acide ribonucléique (ARN), lui-même proche parent de l'ADN.
Telescope

Astronomie : découverte de deux planètes autour d'une étoile double

© NASA/JPL-Caltech/T. Pyle.
Découverte de la première exoplanète située dans la zone habitable d'un système d'étoile double. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, les étoiles doubles sont majoritaires dans la galaxie. D'après une étude récente, ce serait 75 % des étoiles qui sont concernées ... Dans cette mêlée, notre Soleil, quoique accompagné de 8 planètes (et aussi des planètes naines, des astéroïdes, des comètes, etc.) n'est qu'un curieux solitaire qui appartient à la minorité.
Telescope

Vendredi soir, une lune bleue illuminera le ciel

Ce vendredi soir, le mois d'août a rendez-vous pour la deuxième fois avec la lune.

Vendredi soir, le ciel sera illuminé par une lune un peu particulière, c'est ce qu'on appelle la lune bleue. Non, la lune ne sera pas bleue à proprement parler. C'est simplement le nom qui a été donné à ce phénomène de deuxième pleine lune sur un même mois. Eh oui, la première pleine lune a eu lieu le 2 août et la seconde brillera ce vendredi 31 août.

Comme il faut à la lune environ 29,5 jours pour orbiter autour de la terre et que nos mois font 30 ou 31 jours, il est peu fréquent de pouvoir observer deux pleines lunes sur le même mois. Même si le phénomène peut paraître rare, il a quand même lieu tous les 2,7 ans. Donc, le prochain rendez-vous avec la lune bleue aura lieu le 31 juillet 2015.
Bizarro Earth

Île kangourou : les otaries déciment les manchots pygmées

© Inconnu
Des otaries à fourrure tuent des manchots pygmées sur l'île kangourou du sud de l'Australie. Ce massacre pose un problème majeur aux autorités puisque les deux espèces sont en voie d'extinction.
Bomb

Des possibilités de vie extraterrestre autour des étoiles binaires

© NASA/JPL
Vue d'artiste montrant Kepler-47
Des astronomes américains ont annoncé mardi 28 août avoir observé pour la première fois au moins deux planètes en orbite autour d'une étoile binaire - deux étoiles mutuellement en orbite - , une découverte qui augmente les probabilités de vie extraterrestre.

Jusqu'à présent, les scientifiques n'étaient pas sûrs que quand deux étoiles tournent ensemble autour d'un centre de gravité, il soit possible que plusieurs planètes orbitent autour d'elles en même temps. Les dispositions, interactions et différences de trajectoires en fonction de la position des planètes et de leurs étoiles font en effet qu'il est moins probable de trouver des planètes dans ce type de système.

Commentaire: Au vu du nombre de témoignages sur le phénomène OVNI rapportés, entre autre, ici même, la communauté scientifique devrait commencer à étudier cette masse d'information présente sous son nez au lieu de dénier son existence pour savoir s'il y a une autre forme de vie dans l'univers.

Bomb

On a retrouvé la « mère » du Soleil


La Voie Lactée. © Max PPP

La naissance de notre système solaire résulte du vent créé par une étoile très massive.

Et si la naissance du Soleil n'avait rien d'exceptionnelle ? Ce sont du moins les conclusions d'une étude publiée cette semaine dans la revue Astronomy and Astrophysics. Contrairement à ce que l'on croyait jusqu'à présent, la naissance de notre Soleil n'aurait pas nécessité de conditions exceptionnelles (l'explosion d'une supernova), mais aurait eu, comme les autres étoiles, une "mère".
Top