NOUVEAU ! Disponibles en français sous format électronique (Amazon Kindle) !

L’Onde, Tome 6 – Affronter l’inconnu, de Laura KNIGHT-JADCZYK

L'histoire secrète du monde, tome 2 - Les comètes et les cornes de Moïse, de Laura KNIGHT-JADCZYK

Science et Technologie
Carte


Better Earth

Le champ magnétique de la Terre se prépare-t-il pour un changement de place radical ?

Le Champ magnétique de notre planète bascule sa direction périodiquement, avec le champ magnétique du pôle Nord et Sud échangeant leur place. Un tel revirement pourrait être dramatique pour la société humaine, ou pas, et il y a maintenant des raisons de penser que cela pourrait arriver bientôt... en termes géologiques, au moins.

Autrement, cela aura été une période exceptionnellement longue depuis la dernière inversion, les preuves géologiques suggèrent que le champ se retourne environ une fois tous les 450 000 ans et ça dernière inversion remonte à 780 000 années. Cela, en soi, ne signifie pas nécessairement un retournement imminent, car il y a eu des cas où un million d'années se sont écoulées d'une inversion à l'autre. Un peu plus de 200 000 ans ne semblent pas longs dans la mesure où la planète est concernée, mais cela voudrait dire que les chances pour l'humanité d'avoir à traiter avec une inversion du champ magnétique dans l'avenir, même à long terme, restent extrêmement faibles.
Satellite

Origine de l'eau des océans : un nouveau rebondissement


Une coupe de la célèbre météorite d'Allende, une chondrite carbonée. © Shiny Things, Wikipédia
Le débat concernant l'origine de l'eau des océans sur Terre ne sera probablement tranché que lorsque l'on aura visité un certain nombre de comètes et d'astéroïdes. En attendant, de nouvelles analyses isotopiques font à nouveau pencher la balance en faveur d'un apport essentiellement sous forme de météorites.

La vie est née dans les océans. Certains spéculent même sur une origine aquatique des ancêtres de l'Homme qui auraient temporairement tenté de se réadapter à l'eau en suivant la même voie que les dauphins. Cette théorie a eu des sympathisants comme Jacques Mayol. Si la conquête des océans nous fascine beaucoup, quand nous vibrons aux exploits de l'équipe Cousteau ou d'un William Trubridge, c'est peut-être parce que nous nous souvenons d'une certaine façon avec nostalgie de nos origines aquatiques...

Plus sérieusement, nous cherchons à comprendre notre origine dans l'univers en déterminant quelles ont été les étapes qui l'ont fait passer du Big Bang au vivant. L'apparition de l'eau liquide sur Terre revêt donc une importance toute particulière. C'est pourquoi nous fouillons les archives cosmiques pour découvrir sa genèse, à travers les comètes, les astéroïdes, les météorites... et les océans eux-mêmes.
Satellite

Record : une double étoile binaire d'une période orbitale de 2,5 heures


Une vue d'artiste du système binaire de naines rouges de type M4 orbitant l'une autour de l'autre en seulement 2,5 heures environ. © J. Pinfield
Considérées comme probablement impossibles, des étoiles binaires de la séquence principale avec des périodes orbitales plus courtes que 5 heures existent pourtant. On les trouve parmi les naines rouges, les étoiles dont on sait qu'elles possèdent souvent des superterres. Ces binaires pourraient permettre de mieux comprendre des novae inhabituelles.

Dans la Voie lactée, notre Soleil fait un peu figure d'exception. Il ne fait pas partie d'un système binaire (contrairement à plus de la moitié des étoiles) mais surtout, c'est une naine jaune. Or, les étoiles les plus abondantes dans la Galaxie sont des naines rouges et il semble que c'est dans des systèmes d'étoiles binaires que l'on a le plus de chance de trouver un système planétaire, comme le suggèrent les observations de Spitzer. De plus, c'est autour des naines rouges que l'on trouve des milliards de superterres dans la Galaxie.

Les astronomes étudient les systèmes binaires depuis longtemps car ils permettent de mesurer la masse des étoiles, un paramètre important pour comprendre leur structure et évolution. De tels astres ont ainsi permis de tester la théorie de la structure stellaire. Le système binaire le plus proche est bien connu puisque c'est l'Alpha du Centaure. Quant à la naine rouge la plus proche, il s'agit de Proxima du Centaure.
Saturn

Une tempête formant un système dépressionnaire géant se produit sur une lune de Saturne

Traduit par David Jarry

La Sonde Cassini de la NASA a photographié le vortex polaire - ou une masse de gaz tourbillonne - au cours d'un survol de Titan le 27 juin.

Le tourbillon semble effectuer une rotation complète en neuf heures, alors que Titan met environ 16 jours à tourner une fois autour de son axe. « La structure à l'intérieur du vortex rappelle la convection cellulaire ouverte qui est souvent vu sur les océans de la terre », dit Tony Del Genio, membre d'une équipe de Cassini de la NASA Goddard Institute for Space Studies de New York, dans une déclaration.
Play

Le mystérieux son des aurores boréales

Il y a eu des légendes et des contes sur les sons associés aux aurores boréales, et oui... mais la plupart de ces histoires ont été sommairement rejetées, comme étant le produit de l'imagination ou d'une illusion. Des chercheurs en Finlande ont donc placé des microphones en conjonction avec un site d'observation d'aurores boréales, au cours des 12 dernières années, pour capturer un "claquement" qui se produit à certains moments, lorsque les aurores boréales sont en feu dans le ciel.

D'après le professeur Unto K. Laine, à partir de l'Université d'Aalto en Finlande (lien plus bas) :
Dans le passé, les chercheurs pensaient que les aurores boréales étaient trop éloignées, pour que les gens puissent entendre les sons qu'elles produisent. Cependant, notre recherche prouve que la source des sons, qui sont associés à l'aurore boréale que nous voyons, est probablement causée par les particules énergétiques du Soleil qui créent les aurores boréales au loin dans le ciel. Ces particules, ou la perturbation géomagnétique qu'elles engendrent, semblent créent des sons beaucoup plus proche de la terre.
Telescope

La Lune occulte Jupiter dans la nuit du 14 juillet

Les astres à leur façon marqueront cette année la fête nationale française : une occultation de Jupiter par la Lune, phénomène rare, se produira en effet à la sortie des petits bals tôt dans la nuit du samedi 14 au dimanche 15 juillet. Une occultation en astronomie est le masquage d'un astre par un autre pour un observateur, à ne pas confondre avec une éclipse qui est la privation de la lumière solaire, l'astre n'étant alors pas occulté, mais assombri comme dans le cas d'une éclipse de Lune.

Le seul astre capable d'occulter une planète est la Lune elle-même, car les occultations de planètes entre elles, outre qu'elles sont rarissimes même à l'échelle de temps du système solaire, ne sont jamais totales. Peu après trois heures trente du matin heure légale française, le bord ouest de la Lune alors éclairé masquera d'abord les satellites de Jupiter Europe et Io puis Jupiter elle-même, progressivement. Au télescope on verra nettement la progression du limbe lunaire sur le disque de la planète, mais à l'oeil nu et aux jumelles le croissant blanc devrait rendre le phénomène très délicat à observer. Ensuite seront masqués à leur tour les satellites Ganymède et Callisto, le tout prenant (du premier au dernier satellite) environ quatorze minutes.
Satellite

Une cinquième lune autour de Pluton

Des astronomes ont découvert avec le télescope spatial Hubble une cinquième lune en orbite autour de la planète naine Pluton dans notre système solaire, a annoncé mercredi la NASA.

Cette lune, visible dans les images de Hubble comme une tache de lumière, est apparemment de forme irrégulière et mesure de 10 à 25 km de diamètre. Elle est sur une orbite circulaire de 95.000 kilomètres de diamètre autour de Pluton.
Satellite

La Nasa publie la plus spectaculaire des photos prises sur la planète rouge

L'agence spatiale américaine publie les photos prises par Oppotunity, l'astromobile de la deuxième mission Mars Exploration Rover.

Une image panoramique de la planète Mars a été assemblée par la Nasa à partir de 817 photos. Crédit Reuters
La Lune a longtemps fasciné les hommes. Aujourd'hui c'est Mars qui attire tous les regards. Et plus particulièrement ceux de la Nasa. L'agence spatiale américaine a ainsi dévoilé dimanche 8 juillet une nouvelle photographie de la planète rouge. Et quelle photo ! Si l'homme ne peut pas encore se rendre sur la célèbre planète rouge, l'image et ses agrandissements donnent une incroyable impression de ce à quoi elle ressemble.
Family

Naissance de 30 bébés génétiquement modifiés aux USA

Traduit par Conscience du peuple

Pour la première fois dans l'Histoire, des humains génétiquement modifiés ont été créés. Pour le meilleur ... ou pour le pire.
30 bébés en bonne santé sont nés après une série d'expériences aux États-Unis. Cela a provoqué un furieux débat sur des questions éthiques. Jusqu'ici, deux des bébés ont été testés et ils contiennent bien des gènes à partir de trois des parents.
Quinze des enfants sont nés au cours des trois dernières années à la suite d'un programme expérimental de l'Institut de médecine de Reproduction et des Sciences de St Barnabas dans le New Jersey.

Les bébés sont nés de femmes qui ont eu des difficultés à procréer. Les gènes supplémentaires proviennent d'un donneur femelle qui ont été insérés dans leurs œufs avant qu'ils ne soient fécondés, afin qu'elles puissent concevoir un enfant.
Des tests d'empreintes génétiques sur deux enfants âgés d'un an confirment qu'ils ont hérité de l'ADN des trois adultes - deux femmes et un homme.
Document

L'humanité issue d'un goulot d'étranglement génétique

Les maladies infectieuses auraient entraîné une brutale et massive réduction de la diversité génétique au sein de l'humanité peu de temps avant l'apparition des premiers hommes anatomiquement modernes.

L'homme moderne, Homo sapiens, a deux proches cousins disparus : l'homme de Neandertal et celui de Denisova. Selon Xiaoxia Wang, de l'Université de Californie à San Diego, et des collèg

Le rameau humain comporte peut-être un goulot d'étranglement génétique ayant eu lieu il y a plus de 200 000 ans, avant que l'homme anatomiquement moderne, l'homme de Neandertal et l'homme de Denisova n'aient divergé (chiffres en millions d'années).
ues, l'inactivation de deux gènes chez ces trois cousins témoigne vraisemblablement d'un « goulot d'étranglement génétique » dû aux maladies infectieuses, par lequel serait passée l'humanité il y a plus de 200 000 ans, avant la divergence entre l'homme anatomiquement moderne, l'homme de Neandertal et l'homme de Denisova.

Les réductions brutales de diversité génétique au sein de l'espèce humaine se succèdent dans l'histoire. Le choc viral et bactérien dû à l'arrivée des Européens en Amérique aurait entraîné la disparition de la moitié des quelque 50 millions d'Amérindiens précolombiens ; la peste noire de 1347 aurait pour sa part décimé 30 à 50 pour cent de la population européenne en cinq ans, etc. Les épisodes de ce genre sont nombreux. À tel point que plusieurs caractéristiques de notre espèce pourraient être issues d'un tel événement.
Top