Les Maîtres du Monde
Carte


Bad Guys

Chimie moderne, où un empoisonnement universel

© CC BASF (Une) / Daniela Hartmann
90 millions de substances : tel est l'héritage, non définitif, que nous lègue l'industrie chimique depuis son inexorable essor, lors de la Première guerre mondiale. Parmi elles, combien de substances toxiques - DDT, phtalates, bisphénol A, cancérogènes et autres perturbateurs endocriniens... ? Pourquoi un tel silence, une telle absence de contrôle ? Dans son livre « Un empoisonnement universel », le journaliste Fabrice Nicolino raconte l'histoire de cette industrie et comment elle a, impunément et littéralement, inondé nos vie de molécules. Une situation dont nous prenons conscience seulement aujourd'hui en constatant ses terribles conséquences, de l'explosion des cancers à celle la maladie d'Alzheimer en passant par le diabète. Entretien.

Basta ! : Votre nouveau livre traite de l'impact sanitaire des substances chimiques, omniprésentes dans notre vie quotidienne. Il constitue à la fois une histoire de la chimie de synthèse et un véritable réquisitoire contre l'industrie chimique. Quelle est l'origine de ce projet ?

Commentaire: Si crime du tabac il y a, c'est celui d'avoir perverti une plante aux multiples vertues par un process de fabrication industriel et dénaturant, bien sûr...

Propaganda

Vaccination : nouvelles techniques de propagande

Grâce à deux exemples différents mais ô combien concrets, nous allons voir les nouvelles méthodes de propagande que vont utiliser les officiels (ou les médias dits "publics") ainsi que les firmes pharmaceutiques - l'État et les firmes se considérant comme des "partenaires naturels" (rapport du Sénat français de 2007)- pour mieux laver le cerveau des jeunes enfants et tenter d'enrayer une prise de conscience décisive du public sur les effets pervers ingérables des vaccins.

Premier exemple : le dessin animé "Le village de Dany" dans l'émission de France 5 "Les zouzous". Épisode intitulé "Danny se fait faire une piqûre" (cf les 11 premières minutes) :

Snakes in Suits

Sarkozy, pour ceux qui ont la mémoire courte

© Inconnu
Comme tout le monde en parle et beaucoup feignent de s'y intéresser, peut-être faut-il sacrifier aux lubies du moment et se pencher sur le - pourtant évident - « retour » en politique de Nicolas Sarkozy, ne serait-ce que pour rappeler d'où il vient, et mettre son bilan en rapport avec celui qu'on peut déjà dresser pour l'actuel occupant de l'Élysée.

À ce titre, difficile de ne pas noter les longs soupirs de soulagement de la gauche tant cette nouvelle lui redonne, un peu, confiance en l'avenir. Le retour de Nicolas Sarkozy semble plutôt et à première vue une bonne nouvelle pour la gauche, complètement désemparée par l'état général de l'économie et de la politique en France, ses scores abyssaux aux dernières élections et sa popularité catastrophique, visible jusque dans l'aigreur de plus en plus tenace de ses organes médiatiques quasi-officiels. En gros, l'idée des socialistes est qu'en revenant sur la scène médiatique, Sarkozy, comme à son habitude, captera l'attention médiatique et mettra encore un peu plus de bazar dans une droite devenue aussi inexistante que la gauche.

C'est, bien sûr, un pari comme un autre, et comme tout pari, il a sa part de risque, à commencer par celui du contraste violent entre la fadeur et la mollesse de l'actuel président et l'agitation frénétique et les coups de gueules calibrés de son prédécesseur : malheureusement pour lui, le charisme microscopique de Hollande l'a clairement desservi dans les relations internationales de la France, là où Sarkozy pouvait se vanter d'être, au moins, écouté, même si l'absence totale d'actions concrètes et de moyens, par derrière, auront abouti, pour les deux présidents, à un résultat strictement identique de déclassement du pays, progressif mais marqué.
Nuke

La menace nucléaire en Ukraine

© Inconnu
L'Ukraine est un état nucléaire. La centrale de Zaporijia est d'ailleurs la plus grande d'Europe et elle inquiète de nombreux militaires. Le 30 Août, dans une interview publiée dans le journal allemand Westdeutsche Allgemeine Zeitung, Tobias Münchmeyer, expert de Green-Peace a déclaré qu'à l'heure actuelle, la ligne de front des opérations militaires se trouve à environ 200 kilomètres de la centrale de Zaporijia dont les réacteurs ont été construit à l'époque soviétique et ne sont pas suffisamment protégés contre les bombardements. Selon Münchmeyer, « il y a beaucoup d'armes anti-blindage de la région, qui pourraient pénétrer les enceintes de protection ». Il précise : « même un simple coup dur contre les réseaux électriques pourrait avoir des conséquences désastreuses, car elle entraînerait la défaillance du système de refroidissement du réacteur nucléaire ». À cet égard, Münchmeyer a rappelé les graves conséquences de l'accident de Fukushima-1 centrale nucléaire du Japon, où le système de refroidissement s'était éteint.
Mail

Référendum écossais : la vidéo d'un bourrage d'urne décomplexé



Que reste-t-il des valeurs occidentales ? Rien. Pas même le petit lambeau de semblant de démocratie qu'était le vote. Que n'avons-nous entendu, d'un ton méprisant, sur les ''républiques bananières'', ou sur les ''dictateurs'' élus à 99% ? Comme c'était réconfortant de penser que cela ne se passait que de l'autre côté des mers, chez les peuples démocratiquement ''immatures''. Chez nous, surtout chez ceux qui sont considérés comme l'une des démocraties les plus solides, c'est-à-dire la
Grande Bretagne, on ne joue pas à ça. La démocratie, c'est sacré. Un vote est un vote. Même si de temps en temps il y a quelques couacs, dans l'ensemble les institutions veillent au droit démocratique des votants. Tu parles !

Comme par hasard, depuis qu'il y a des vidéos partout et que tout le monde peut tout voir, depuis qu'avec le téléphone portable, chaque individu est devenu une caméra potentielle, les fraudes se voient de manière flagrante. Et elles semblent systématiques. Puisque, du point de vue technique, tous les systèmes de vote en Europe, qu'ils soient britannique, allemand, français ou italien, se ressemblent, rien n'empêche de penser que les fraudes sont les mêmes et de même ampleur. Cela signifie tout simplement que les votes cruciaux, comme celui d'Ecosse, sont arrangés, ou en tout cas, tout est fait pour les orienter.

C'est à se tordre de rire que de voir les médias (pas seulement) se précipiter pour soutenir ces mouvements de foule réclamant leurs votes, dans des pays dont on sait qu'ils n'ont aucune culture du vote et de la démocratie vue selon l'Occident, ces pays qui sont généralement ceux qui reçoivent cette démocratie à coup de bombes, et de constater que pas un écossais ne sort de son pub pour aller protester contre les fraudes dont il est victime. Quand bien même on lui aurait annoncé les résultats la veille du scrutin (ça a presque été le cas), il n'aurait pas bougé le petit doigt. Pour lui, et c'est valable pour les autres pays d'Europe, il suffit de savoir qu'il vit en démocratie, et on lui permet même de s'en gargariser et de le crier haut et fort à la face de tous les frustrés de la démocratie de la terre. La méthode Coué fonctionne si bien qu'il est mobilisable au quart de tour pour dénoncer des atteintes à la démocratie à l'autre bout du monde. Mais chez lui, jamais. Il ne va quand même pas s'indigner pour de petits accrocs insignifiant ici ou là ! Si on insiste un peu, il pourrait même appeler Churchill à la rescousse : « La démocratie est le pire des régimes à l'exception de tous les autres ».
People 2

MH17 : les proches de trois victimes veulent poursuivre l'UKraine

© Inconnu
Ca bouge décidément en Allemagne autour du crash du MH17. Après l'annonce d'une récompense de 30 millions de dollars à celui ou celle apportant des informations sur qui a fait le coup, voici qu'une autre nouvelle vient de tomber sur les chaines et journaux allemands et néerlandais : les proches de trois victimes du vol MH17 veulent poursuivre le gouvernement de l'Ukraine et le président Petro Porochenko pour leur rôle dans la catastrophe de l'avion malaisien. Ils comptent entamer la procédure dans environ deux semaines devant la Cour européenne des droits de l'homme.

Leur avocat, Elmar Giemulla, qui est aussi professeur allemand en droit aéronautique, considère que l'Ukraine n'a pas rempli son rôle de garant d'un espace aérien sûr, que le gouvernement aurait dû verrouiller l'espace aérien au-dessus de la zone de crise : « Un pays est responsable de l'espace aérien au-dessus de son territoire », a-t-il déclaré à Bild.
Snakes in Suits

France : les guerres financées avec l'argent des petites retraites

© Inconnu
La France socialiste n'a pas d'argent pour les plus pauvres et en particulier pour ceux qui touchent des petites retraites mais elle en a pour faire la guerre aux 4 coins de la planète.

Dans un sursaut de générosité lié à la peur de perdre sa majorité à l'Assemblée Nationale, Valls a donc annoncé qu'il allait octroyer une prime exceptionnelle de ... 40 € par an aux retraités les plus modestes.

40 € par an ! 3,3 € par mois ! 10 centimes par jour !

Voilà comment on compte relancer la croissance chez les socialistes. Ça ne rigole pas. Manuel Valls, monsieur 5% aux primaires socialistes explique sa mesure : « encore une fois, il ne s'agit pas de dire que c'est extraordinaire, il s'agit uniquement de dire que, par dignité vis-à-vis de ces retraités nous préservons leur pouvoir d'achat par cette prime et par cette augmentation ».
Mail

Démocratie ? Quelques preuves sur le trucage du référendum écossais

Le référendum en Ecosse aurait-il était truqué? Oseraient-ils nier la voix du peuple? Oui...sans aucun doute. Ils l'ont déjà fait pour les référendums européens et n'hésiteront pas à le refaire. Cette vidéo montre que l'une des personnes en charge du décompte des voix prend des bulletins qui étaient pour l'indépendance et les met dans la pile du Non. Il ne s'agit clairement pas d'une erreur mais d'un acte délibéré vu qu'elle en prend plusieurs d'un coup. La vidéo montre également que les bulletins du NON sur le haut de la pile seraient en fait des OUI. Ce référendum a tout l'air d'être d'une grosse arnaque.


D'autres vidéos sur le trucage du référendum:

USA

Les « conneries » d'Obama prises à revers

Traduit par Daniel pour vineyardsaker.fr

Je me balade en Europe depuis un moment et la vedette du spectacle est sans contredit le calife. Abou Bakr al-Baghdadi n'a rien de moins que ravi à Vladimir Poutine le titre de docteur Denfer de l'heure. Pourquoi se contenter d'une bonne vieille Guerre froide 2.0 ? Le Pentagone l'a maintenant éclipsée avec sa « guerre de longue durée », la désormais familière Guerre globale contre le terrorisme.


Obama a d'abord promis que des troupes terrestres ne seraient pas déployées pour combattre le calife. Bref, pas de nouvelle invasion de l'Irak. Puis le général Martin Dempsey, chef de l'état-major interarmées, a dit que si la doctrine en matière de politique étrangère en place (qui consiste, selon Obama, à « ne pas faire de conneries ») ne fonctionne pas (vous pouvez en être sûrs), il aura recours à des troupes terrestres, intégrées ou non.

Juste au bon moment, voilà que le calife joue la carte hollywoodienne en présentant la bande-annonce de la mégaproduction à venir du Califat, Flames of War (Les flammes de la guerre) [1], réalisée par Michael Bay (sortie prévue en automne 2014). Aura-t-on droit à une diffusion directe en ligne par Netflix?

L'école de géopolitique de Marvel Comics n'en finit plus de nous éblouir.
Beaker

Qu'ont en commun les guerres en Ukraine, à Gaza, en Syrie et en Libye ?

Pour le géopoliticien mexicain Alfredo Jalife-Rahme, la simultanéité des événements éclaire leur signification : après avoir annoncé la création d'une alternative au Fonds monétaire international et à la Banque mondiale, donc au dollar, la Russie doit faire face en même temps à l'accusation d'avoir détruit le vol de la Malaysian Airlines, à l'attaque de Gaza par Israël soutenu par les renseignements militaires US et britanniques, au chaos en Libye et à l'offensive de l'Émirat islamique au Levant. En outre, sur chacun de ces théâtres d'opération, les combats tournent autour du contrôle des hydrocarbures, dont le marché était jusqu'ici exclusivement opéré en dollars.

20 juillet 2014 - Les calendriers, les organigrammes, les schémas d'information et les généalogies sont des plus utiles à l'analyse géopolitique. Ainsi, deux jours avant que le mystérieux missile ne fasse exploser en l'air l'avion de la Malaysia Airlines - événement aussi nébuleux que ce qui s'est passé avec ses deux vols récents - a pris fin le sixième sommet des BRICS et de certains pays membres de l'UNASUR, notamment la Colombie et le Pérou.

Un jour avant le tir du missile mortel, Obama a augmenté la pression exercée contre la Russie et ses deux ressources inextricables que sont les banques et les ressources énergétiques. « Pure coïncidence », le jour où le mystérieux missile a été tiré en Ukraine, « Nétanyahu, à la tête d'un État possédant l'arme nucléaire, a donné l'ordre à son armée d'envahir la bande de Gaza », comme l'a si bien fait remarquer Fidel Castro dans sa dénonciation du gouvernement putschiste ukrainien qu'il a accusé d'avoir manié une « forme inédite de provocation » sous la férule des États-Unis.
Top