Bienvenue à Sott.net
dim., 07 fév. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Eye 1

France, pays des libertés : la condamnation pénale de la visite de sites Web


Commentaire : Nous n'avons plus le droit de penser, soupeser et réfléchir par nous-même, non. Ce temps-là touche à sa fin. Le gouvernement classifie et catégorise pour nous ; il sait ce qui est bon et ce qui ne l'est pas, il sait surtout pourquoi, à notre place. Et c'est pour notre bien, nous dit-il. Pour notre bien, il invente une loi qui nous dit dans quelle direction regarder, et pour notre bien, comme la baffe qui suit le doigt tendu, nous allons en prison pour avoir lu ce que nous ne devions pas lire, vu ce que nous ne devions pas voir, s'être forgé un avis issu de notre réflexion personnelle.

Les lois sont en place : il ne reste plus qu'à élargir insidieusement leur champ d'application, au gré des événements médiatiques instrumentalisés, pour décréter à tout bout de champ que tel ou tel site Web devient infréquentable. En parallèle, nous avons notre Premier ministre qui prépare le terrain en amont, avec un tout nouveau « pacte européen de sécurité » et son merveilleux « renforcement des outils de coopération policière et de renseignement »... :
Face au terrorisme, « cette guerre qui va durer », Manuel Valls a rappelé, lors de sa conférence de presse, que la France, « avec d'autres États membres », réclamait un « renforcement des outils de coopération policière et de renseignement ». « Le Système d'information Schengen (SIS) doit ainsi être systématiquement alimenté pour que toutes les personnes susceptibles de représenter une menace terroriste soient signalées comme telles », a-t-il préconisé.

© inconnu
Les sénateurs ont imposé mardi le délit de consultation habituelle de sites faisant l'apologie du terrorisme, contre l'avis du gouvernement qui estimait que la lecture seule ne pouvait pas être un délit pénal.

Les sénateurs ont adopté mardi un article 10 à la proposition de loi antiterrorisme présentée par plusieurs sénateurs, qui vise à sanctionner pénalement le fait de consulter régulièrement des sites réputés d'apologie du terrorisme, peu importe l'adhésion ou non aux thèses exprimées. Il s'agissait d'une proposition devenue une obsession de Nicolas Sarkozy, malgré sa conformité tout à fait douteuse aux engagements internationaux de la France en matière de droits de l'homme, et en particulier de liberté d'expression et de communication — qui comprend le droit d'accéder à des informations.

Vader

Les crimes crapuleux de guerre de l'Arabie saoudite : la communauté internationale réagit. Pourquoi ?

La communauté internationale commence enfin à reconnaître les crimes de guerre de la coalition militaire saoudienne commis au Yémen. Catherine Shakdam analyse pour RT ce changement radical de politique à l'égard de la monarchie du Golfe.
© Google
Il est temps que cesse la guerre atroce au Yemen de la part du régime barbare de l'Arabie Saoudite et que la communauté internationale agisse. Mais le fera-t-elle ?
« Mieux veut tard que jamais » a dit un homme sage... Dans le cas du Yémen, « tard » s'est transformé en une campagne militaire punitive longue de 10 mois, menée par l'Arabie saoudite au nom de la légitimité politique et de la supériorité hégémonique.

Voué à la destruction en mars 2015 par l'hostilité de l'Arabie saoudite, le Yémen a souffert et s'est effondré sous le poids de la guerre qui a systématiquement cherché l'annihilation pour mieux élever la maison des Saoud comme le maître impérial de l'Arabie du Sud.

Commentaire: Un total mépris de la vie humaine et un sadisme effarant régissent l'Arabie Saoudite mais aussi ses alliés, complices silencieux et avides des profits engendrés par le pétro-business, et qui font semblant d'être choqués du drame que vivent les yéménites. Tout le monde est coupable dans cette guerre du Yemen... Les représentants occidentaux nous sortent leurs beaux discours et pleurent leurs larmes de crocodile, ça fait partie du métier. Tout cela ne rendra pas la vie aux civils massacrés par l'Arabie Saoudite avec du matériel de guerre acheté en Occident. Cependant, les masques tombent un peu partout : nous pouvons voir jusqu'où sont prêt à aller les esprits pervers de ceux qui ne pensent qu'à l'argent et au pétrole ; ceux qui sont prêts à fermer les yeux devant les atrocités commises par ces tueurs d'enfants qui bombardent accessoirement des hôpitaux remplis de civils. Moins de mots et plus d'actions pour arrêter les massacres au Yemen.

Vous pouvez lire aussi :


Bell

D'après Europol, Daesh disposerait de camps d'entraînement en Europe

Au lendemain de la diffusion par Daesh (État islamique ou EI) d'une vidéo montrant 9 terroristes ayant pris part aux attentats de Paris et de Saint-Denis en train de s'entraîner et de commettre des atrocités sur des prisonniers et contenant de nouvelles menaces contre les pays européens, EUROPOL (European Police Office) a diffusé, ce 25 janvier, un rapport [.pdf] sur le mode opératoire et les intentions de l'organisation jihadiste.


Nous sommes sauvés : Europol veille sur l'Europe contre les terroristes

En fait, il s'agit d'une synthèse d'un séminaire ayant réuni les experts des 28 États membres de l'Union européenne quelques semaines les attentats du 13 novembre.
« Les experts nationaux sont d'accord sur le fait que le soi-disant État islamique a la volonté et la capacité de conduire de nouvelles attaques en Europe », a affirmé Rob Wainwright, à l'occasion de la sortie de ce rapport, lequel précise que les jihadistes viseront en priorité les « cibles molles » (civiles) « en raison de l'impact que cela génère. »

Propaganda

Washington renforce son département de propagande anti-russe


Commentaire : Internet a bouleversé la donne de l'information : les techniques de propagande à l'ancienne, via la radio, la télé et les journaux, ne sont plus aussi efficaces qu'auparavant. Il suffit au citoyen de s'asseoir devant son écran et en quelques clics de souris, il accède instantanément à toutes les actualités, à tous les points de vue et à toutes les interprétations. Alors que cela devrait rendre les médias dominants plus prudents, on assiste au contraire à l'exacerbation du grotesque, de l'exagération et de l'affabulation : l'exemple de la propagande anti-Poutine est parlant, depuis plus d'un an. Pris dans la course folle du mensonge, les parties impliquées n'ont plus d'autre choix que de continuer à tenter de travestir maladivement la réalité :

© Inconnu
Alors qu'en Syrie, les États-Unis annoncent être aux côtés de la Russie dans le combat contre les milices terroristes de l'État islamique (EI) en Syrie, Washington ne renonce pas pour autant à ses provocations envers la Russie et la mise sous pression de cette dernière, comme le montre l'incessante politique de confrontation de l'Otan en Europe. Dernière en date : la création d'un département de propagande anti-russe, qui couvrira l'Europe du Sud-Est, de l'Est et la Russie.

Dans un monde multipolaire en devenir, les États-Unis supportent de moins en moins les succès médiatiques de la Russie. Pour garder le monopole du quatrième pouvoir, tous les moyens sont bons. Washington renforce son front médiatique pour contrecarrer les déclarations du Kremlin et les activités des médias russes considérées comme de la propagande[1]. L'adjoint du chef de département d'État américain sur les affaires de l'Europe et de l'Eurasie, Benjamin Ziff[2], a déclaré que les efforts sont menés à long terme, ce qui implique le renforcement des médias « indépendants dans les pays plus vulnérables à la pression russe », c'est-à-dire en Europe de l'Est et en Eurasie. « Le flux d'information libre et fiable est notre meilleure défense », a-t-il soutenu.

Eye 1

Loi anti-terrorisme : le délire du renforcement sécuritaire au Sénat


Commentaire : « Renforcer l'efficacité de la lutte antiterroriste », c'est sous-entendre que la-dite lutte était efficace jusqu'à présent... ce qui n'est pas le cas, bien entendu. En proposant ces lois sur l'internet, l'informatique et la téléphonie mobile, les députés se protègent aussi du peuple : il devient vital pour eux de pouvoir contrôler cette technologie numérique moderne pouvant mettre à mal leur bien fragile légitimité sociale et politique.


© Inconnu
Les sénateurs examinent ce mardi une proposition de loi « tendant à renforcer l'efficacité de la lutte antiterroriste », qui vise de nouveau à étendre l'arsenal sécuritaire, non seulement contre le terrorisme, mais aussi contre des délits de droit commun. Y compris sur Internet.

Le départ surprise de Christiane Taubira aura sans doute pour conséquence de retarder l'examen de la loi de procédure pénale qu'elle avait soumis au Conseil d'État, mais l'essentiel de ses propositions visant à renforcer les moyens de la lutte anti-terrorisme sont d'ores et déjà repris. Le Sénat entame en effet ce mardi l'examen d'une proposition de loi « tendant à renforcer l'efficacité de la lutte antiterroriste », qui s'inspire très fortement du projet de loi Taubira pour muscler de nouveau la politique sécuritaire, notamment sur Internet, mais sous l'angle judiciaire. Les deux textes ont été dictés par les demandes des services antiterroristes.

Magnify

Qu'est-ce que l'État Islamique ?


Commentaire : Une description intéressante car détaillée des origines de l'Etat Islamique mais à replacer dans un cadre bien plus global pour comprendre les forces à l'œuvre : Prenons conscience - Épisode I : Daesh, État Islamique, ISIS, ce Frankenstein créé par l'Occident



Handcuffs

Quand la compassion est un crime : l'UE veut punir ceux qui portent secours aux réfugiés

L'Union européenne envisage de faire passer une loi pour empêcher les associations, les bénévoles ou les vacanciers de venir en aide aux réfugiés sur le point d'accoster sur les îles grecques, rapporte le Times. L'organisation caritative Statewatch a eu communication de rapports confidentiels des autorités européennes qui montrent que l'UE envisage de poursuivre en justice toute personne qui aiderait les migrants, au même titre que les trafiquants.
© Le Pays d'Auge
Christophe Musslé, Julie Piva et Christelle Larose organisent une collecte de vêtements pour les réfugiés.
Jusqu'à présent, une clause de la législation européenne permettait aux associations caritatives ou aux bénévoles qui portaient secours aux migrants d'échapper à l'accusation de trafic humain, et c'est cette exemption qui est susceptible d'être supprimée. Les personnes qui voudraient secourir les migrants ne pourront plus le faire spontanément, mais elles devront d'abord s'inscrire auprès de la police locale, si elles veulent éviter l'accusation de trafic d'êtres humains.

Propaganda

Mythes et légendes du réchauffement climatique, période 2013-2015 (partie 4)


Commentaire : Pour suivre le dossier, voir la Partie I

Rappelons-nous, en 2014, dans les médias :
  • ♪ ♫ L'année 2014 est la plus chaude jamais enregistrée ♪ ♫ ; sauf que depuis 18 ans, le GIEC reconnaît lui-même qu'il n'y a pas de réchauffement... pas grave hein. ♫
  • ♪ ♫ L'Arctique menace de disparaître ♪ ♫, et si l'Arctique connaît présentement sa superficie la plus étendue depuis une décennie, c'est que... ben ça signifie autre chose, un point c'est tout. ♫
  • ♪ ♫ Les ours polaires sont en danger ♪ ♫ et si la population de ces plantigrades a quintuplé en 40 ans, c'est qu'on les confond sans doute avec des peluches laissées par les esquimaux.
  • ♪ ♫ Une augmentation du CO2 amènera famine et misère ♪ ♫ ; le CO2 expiré par les psychopathes qui s'y entendent pour affamer et appauvrir, on est d'accord. Pour le reste, il paraîtrait que ce vilain gaz augmente en réalité le rendement de cultures.
  • ♪ ♫ La sécheresse en Californie est sans précédent ♪ ♫, eh bien... non.

Commentaire: Nietzsche parlait des philosophes, peu nombreux, puis des ouvriers de la philosophie, très nombreux, ceux-là. Les seconds se prennent en général pour les premiers. Nul doute doute qu'à notre époque, on puisse établir le même parallèle. Scientifiques d'un côté, ouvriers de la science de l'autre. Doit-on préciser de quelle côté penche la balance, de nos jours ?


Eye 1

État d'urgence : destruction du pouvoir judiciaire et gouvernance par la peur


Commentaire : L'apathie populaire dont il est fait mention plus bas fait le jeu du gouvernement. Le citoyen est ignorant de la différence monumentale qui existe entre son mode de fonctionnement « ordinaire » et le mode de fonctionnement des politiciens à la psychologie dérangée. En prêtant à ses dirigeant des qualités qu'ils n'ont pas, il est persuadé, et se persuade, au fond, que tout est fait pour le mieux, dans l'intérêt de tous. Ainsi, en écoutant les justifications insensées d'un Valls ou d'un Hollande, la situation anormale devient plaidable, acceptable puis normale. On se retrouve avec un état d'urgence dont on la preuve qu'il ne fonctionne pas mais qui fait presque l'unanimité dans le pays.

Ponérologie Politique : une science sur la nature du mal adaptée à des buts politiques


© Inconnu
Sophie Wahnich, historienne dont les travaux ont renouvelé la vision de la Révolution française, s'engage contre un état d'urgence dont elle explique qu'il veut détruire le pouvoir judiciaire, gouverner par la peur et nous déposséder du débat public.

Regards. Pourquoi s'opposer à la prolongation de l'état d'urgence et sa constitutionnalisation, en participant à la grève citoyenne du 3 février, après la manifestation du 30 janvier ?

Sophie Wahnich. Les raisons de s'opposer à la constitutionnalisation sont d'abord d'ordre technique : l'on ne touche justement pas à la Constitution dans une période où l'état d'urgence est décrété. Quant à l'état d'urgence lui-même - on a pu le vérifier avec les arrestations, les assignations de militants écologistes, les perquisitions injustifiées, etc. - il vise d'abord à porter atteinte au répertoire classique de la mobilisation dans l'espace public démocratique, et à faire porter la suspicion sur tout groupement mobilisé par une critique consistante. L'état d'urgence apparaît ici pour ce qu'il est, le symptôme d'un régime post-démocratique. La constitutionnalisation de l'état d'urgence obéirait à une logique post-démocratique qui contrevient à celle du droit habituel, de l'État de droit, et le consacrerait juridiquement.

Dominoes

La maison des Saoud, une clé du prochain crash mondial



Le Forum économique mondial à Davos est submergé par un tsunami de dénis, et même de dénis de non-dénis, précisant qu'il n'y aura pas de répétition du crash de 2008.

Il y en aura pourtant une. Et la table est déjà mise pour l'occasion.
Des négociants du golfe Persique, y compris des Occidentaux qui y travaillent, ont confirmé que l'Arabie saoudite s'est départie d'au moins un billion de dollars [mille milliards] de titres et a fait craquer les marchés mondiaux sur ordre des Maîtres de l'Univers, ceux-là mêmes qui tirent les ficelles derrière le canard boiteux Barack Obama.
Finie l'époque où la maison des Saoud pouvait caresser l'idée de voir geler tous ses avoirs. Dorénavant, elle agit sur ordres. Mais l'histoire ne s'arrête pas là, car selon les négociants du golfe Persique, les investissements saoudiens en Occident pourraient totaliser jusqu'à 8 billions de dollars et ceux d'Abou Dhabi jusqu'à 4 billions de dollars.

À Abou Dhabi, tout est compartimenté, pour que personne ne puisse comprendre quoi que ce soit, hormis des courtiers et des négociants qui connaîtraient chaque superviseur de chaque compartiment d'investissements. Puis pour la maison des Saoud, le déni est, sans surprise, une règle d'or.

Ce largage massif de titres a été rapporté ici et là par les médias institutionnels, mais les chiffres sont largement sous-estimés. Plus rien ne filtrera des détails parce que les Maîtres de l'Univers y ont apposé leur veto.

Commentaire: Les guignols de 2012.