Les Maîtres du Monde
Carte

Eye 2

Les gouvernements en guerre contre l'argent liquide

Image
© Inconnu
L'alerte boursière de la semaine a été salutaire. Elle a permis à tout le monde de se rappeler que la crise est loin d'être derrière nous et que l'économie mondiale est toujours en piteux état. Les actions dévissent, les banques révèlent leurs faiblesses au travers de leurs cours de bourse, le doute plane de nouveau sur leur solvabilité. Souvenez-vous du verdict des stress tests de 2013 : une perte de 30% sur les marchés et nous verrions la solidité des banques s'effondrer comme un château de sable. Vu la dégringolade de ces derniers jours, la question d'un bank run se pose. Les gouvernements ne sont pas inconscients de cette menace et ont déjà commencé à prendre des mesures... Voilà des mois que tout un arsenal est mis en place et que les Etats redoublent d'ingéniosité pour se doter des moyens de prélever, confisquer, bloquer le cash. Pourquoi ? Tout est expliqué dans le texte ci-dessous.

Pourquoi les gouvernements détestent l'argent liquide

Cela fait longtemps que les gouvernements abhorrent les espèces car elles permettent des achats en toute confidentialité. Il y a toutefois un problème encore plus important : les détenteurs de cash peuvent alerter de leur manque de confiance envers les banques centrales en retirant tout leur argent du système financier.

En avril, la Grèce annonçait taxer les retraits d'espèces pour décourager les citoyens grecs de vider leurs comptes en banque. Ainsi, maintenant, les Grecs payent un euro par tranche de 1 000 euros retirés, soit un dixième de pourcent. Ce n'est pas en soi un montant important mais le principe même de cette taxation ouvre la porte à un nouveau système dans lequel la parité entre l'unité monétaire et l'unité des dépôts bancaires est brisé. Un euro en banque n'est plus égal à un euro dans votre poche. Pourquoi une telle mesure a-t-elle été prise ? Pourquoi le gouvernement grec a-t-il pris cette décision ? Il s'agit en fait d'une décision gouvernementale anti-cash que les économistes grands publics aiment à colporter ces derniers temps à la une des médias...

Eye 1

Malaisie : une puce RFID sur tous les véhicules en circulation pour un système qui pourrait bientôt arriver en Europe ?

Image
© Inconnu
La Malaisie souhaite généraliser d'ici 2018 l'installation d'une puce RFID sur tous les véhicules en circulation, pour permettre leur suivi. Un système qui pourrait arriver en Europe ?

Selon un article du Sun Daily repris par Techdirt, la Malaisie aurait décidé d'imposer une puce RFID (Radio Frequency IDentification) active sur tous les véhicules qui seront sur les routes du pays d'ici 2018. Le système d'identification sans fil sera présent sur une vignette à coller sur le pare-brise, et pourra être suivi à la trace par les autorités malaisiennes, y compris à l'aide de satellites qui permettront de suivre le déplacement d'un véhicule en particulier. Un système antivol pourra prévenir la police si quelqu'un tente de décoller l'étiquette.

"Ce nouveau système permettra à la police et aux autres autorités de suivre efficacement les délinquants", prévient le journal malaisien, qui pense que le système pourra aussi être utilisé pour facturer les déplacements sur les autoroutes en remplaçant toutes les cabines de péages par des lecteurs de puces RFID (exactement comme le système de télépéage proposé en France par les exploitants d'autoroutes).

Bad Guys

Migrations organisées par les Etats-Unis ?


L'immigration massive qui submerge l'Europe n'est pas le fruit du hasard mais sert les intérêts des forces mondialistes. La haute finance se frotte les mains...

Eye 2

Le camp de concentration bancaire, ou la disparition de l'argent liquide

Traduit par Olga pour Réseau International

Image
© иллюстрация
Le remplacement progressif de l'argent liquide par la monnaie scripturale aboutira, à terme, à une gestion centralisée des permissions ou des interdictions de posséder, d'agir, de se déplacer... bref, de vivre tout simplement. Valentin Katasonov nous décrit ici la manière dont nous dirigeons pas à pas et inexorablement vers la réalisation d'une prophétie d'il y a 2000 ans, « Révélation de Jean (l'Apocalypse) ». RI

La mort de l'argent

Depuis longtemps on tente de nous prouver que le système monétaire basé sur les signes de trésorerie (billets de banque et des petites pièces de monnaie) est un anachronisme, un signe d'arriération. Que l'argent généralement représente un « terrain fertile » pour toutes sortes de crimes et transgressions. Que toute l'économie « grise » se tient sur l'argent liquide et par conséquence, le budget d'état ne reçoit pas les taxes. C'est grâce à l'argent liquide que la corruption se fait. L'argent liquide est une source de financement du terrorisme et de toutes sortes de groupes criminels. On peut continuer plus loin la liste de ce qu'on peut faire d'illégal et criminel avec argent liquide. Il se révèle aussi que les citoyens respectueux de la loi, possédant l'argent liquide, courent de gros risques : ils peuvent être volés et même tués. Ils sont des victimes potentielles de personnes sans scrupules qui peuvent leur imposer de faux billets de banque. Enfin, on cite un gros inconvénient pour l'état. Selon certaines estimations, le traitement et le stockage de l'argent liquide dans notre pays coûte l'équivalent de 1% du PIB.

Bad Guys

L'insouciance dirige l'Occident : « A moins que le monde ne se réveille et réalise que le Mal dirige l'Occident, l'humanité n'a plus d'avenir »

Traduit par Wayan, relu par jj et Diane pour le Saker Francophone

Image
© Inconnu
L'Europe est envahie par des réfugiés, conséquence des politiques hégémoniques d'Israël et de Washington au Moyen Orient et en Afrique du Nord qui entraînent le massacre d'un nombre impressionnant de civils. La vague est si forte que les gouvernements européens se querellent pour savoir qui assumera la responsabilité de ces réfugiés.

La Hongrie envisage la construction d'une barrière, comme aux États-Unis ou en Israël, pour se protéger des indésirables. Dans tous les médias européens, on peut lire des articles déplorant l'afflux de migrants, mais aucun ne fait la moindre référence à la cause du problème.

Ce sont pourtant les gouvernements européens et leurs insouciantes populations qui sont eux-mêmes responsables de ce problème de migrants. Depuis 14 ans, l'Europe a participé activement au militarisme agressif de Washington qui a tué ou délogé des millions de personnes n'ayant pourtant jamais levé la main contre les intérêts américains. [La France, en lançant l'attaque contre la Libye, a fait plus que participer activement. Elle a déclenché cette catastrophe humanitaire. Il faut avoir l'honnêteté de le reconnaitre et le courage de faire face à ses responsabilités, NdT]. La destruction de pays entiers comme l'Irak, la Libye, l'Afghanistan et maintenant la Syrie et le Yémen, de même que le meurtre permanent de civils pakistanais avec la complicité du gouvernement pakistanais, traître et totalement corrompu, a orchestré ce problème des migrants [réfugiés humanitaires et politiques, et pas migrants économiques, NdT] que ces imbéciles d'européens ont provoqué eux-mêmes.

L'Europe mérite ce qui lui arrive, mais la punition n'est pas suffisante pour sa complicité dans les crimes contre l'humanité provoqués par la volonté d'hégémonie de Washington.

Chess

La russie commence à s'engager en Syrie

Image
© Inconnu
Originaire du Tatarstan, le général Valéri Guérassimov, chef d’état-major des forces armées de la Fédération de Russie et vice-ministre de la Défense, connait bien l’islam. En outre, il a réprimé des crimes commis par d’autres militaires russes en Tchétchénie et combattu victorieusement les jihadistes de l’Émirat islamique d’Itchkérie
C'est un changement profond et significatif qui vient de s'opérer au Levant : l'armée russe commence à s'engager contre le terrorisme en Syrie. Alors qu'elle est absente de la scène internationale depuis la dissolution de l'Union soviétique et bien qu'elle avance avec prudence, elle vient de constituer une Commission russo-syrienne, de livrer des armes et du renseignement, et d'envoyer des conseillers. Tout ceci plus ou moins coordonné avec la Maison-Blanche.

La Russie qui avait négocié une alliance régionale contre l'Émirat islamique impliquant l'Arabie saoudite, la Syrie et la Turquie a dû changer de stratégie après le revirement turc. Ankara a en effet décidé de rompre avec Moscou, annulant sans motif réel le contrat du gazoduc Turkish Stream, créant avec l'Ukraine une Brigade islamique internationale pour déstabiliser la Crimée [1], et venant en renfort de l'Émirat islamique contre les Kurdes du PKK et de l'YPG.

Identiquement, la Maison-Blanche a dû changer de stratégie après les manœuvres du général John Allen qui s'était engagé auprès du président Recep Tayyip Erdoğan a créer une « zone de sécurité » pour l'Émirat islamique au Nord de la Syrie [2].

Stock Down

Crise chinoise : "Lundi noir" sur les marchés financiers

Image
© REUTERS/ Brendan McDermid
Les marchés financiers mondiaux ont été plongés dans la panique et dans l'inquiétude provoquée par la situation actuelle de l'économie chinoise. Les experts cités par les médias occidentaux estiment que les participants des marchés doivent se préparer à un scénario négatif.

"Lundi noir" et dégringolade des prix des matières premières

La bourse de Shanghai, qui s'est effondrée ce lundi à 8,5 % en dépit de la décision des autorités de rassurer les investisseurs, a entraîné dans sa chute nombre de places boursières mondiales. Les marchés ont subi une vague de vente chaotique d'actifs. Cependant, le pire pourrait encore venir, estiment les analystes financiers.

Commentaire: Un commentaire concernant cette crise chinoise, de De Defensa:

« Il apparaît évident, considérant la séquence historique (métahistorique) depuis la fin de la Guerre froide, que la Chine avait été choisie par le Système comme facteur important, sinon déterminant de "déflection de la crise", c'est-à-dire comme un moyen de rediriger la crise dans un autre sens qu'elle n'était avec les USA comme puissance dominante, dans l'espoir de désamorcer la Grande Crise et de la transformer décisivement en la faisant se surmonter elle-même et s'auto-résoudre en un sens. Il s'avère que c'est le résultat inverse qui est obtenu : la déflection augmente l'intensité et la complexité de la crise, en l'enrichissant objectivement, en l'intensifiant, en la globalisant littéralement puisque son centre producteur essentiel est sorti du seul domaine du bloc BAO. Ce qui aurait été in illo tempore considéré comme une victoire du bloc BAO ("Cette phase crisique vient de la Chine, pas de nous") est aujourd'hui comme une défaite de plus du Système, de son incapacité de résoudre ses contradictions internes, et comme une défaite de l'opération de "déflection chinoise" devenue "déflection catastrophique" qui ressemble à l'acte de jeter de l'huile sur le feu. La Grande Crise d'effondrement du Système a atteint sa portée maximale de globalisation et revient sur elle-même en ondes telluriques et selon une dynamique tourbillonnante qui s'inscrit évidemment dans le concept de "tourbillon crisique". »


Propaganda

Ce que les merdias français ne disent pas sur Donald Trump

Image
© Inconnu
Donald Trump fait actuellement la course en tête parmi les candidats à l’investiture républicaine pour la prochaine élection présidentielle américaine. Mais qu’en pense l’oligarchie ?
Primaires américaines : Ce que les médias français n'ont pas dit sur Donald Trump - par François Asselineau, réflexions à partir d'un article du magazine américain Counterpunch.

On se rappelle que les services de renseignement russes ont diffusé sur Internet, le 6 février 2014, l'enregistrement d'une conversation téléphonique qu'ils avaient interceptée entre Victoria Nuland, sous-secrétaire d'État chargée de l'Europe, et l'ambassadeur américain en Ukraine, Geoffrey Pyatt.

Ce qui était sensationnel dans cet enregistrement, c'est que l'on pouvait y entendre, sans l'ombre d'une ambiguïté, la responsable du Département d'État donner à son ambassadeur les instructions sur qui devait désormais accéder au pouvoir à Kiev. Le choix de Washington était de nommer Arseni Itaseniouk à la tête du gouvernement ukrainien et d'en écarter Vitali Klitschko (Mme Nuland appelant les deux protagonistes respectivement « Yats » et « Klitsch »). Et c'est ce qui fut fait. (cf. la bande son et sa traduction : https://www.youtube.com/watch?v=2-kbw00aqqc notamment à partir de 1'15'').

Bomb

Les USA et la Turquie pénètrent en Syrie malgré les avertissements de la Russie

Traduit par Gabriel, relu par jj et Diane pour le Saker Francophone

Image
© Inconnu
Les USA et la Turquie ont conjointement décidé d'envahir la Syrie, poussant la Russie a répliquer.

Les USA et la Turquie se drapent derrière la protection de réfugiés, une histoire de jour en jour plus dure à vendre si on connaît la longue implication de la Turquie dans la persécution des minorités. Le porte-parole de Département d'État, Mark Toner, a commencé dès hier à énoncer les règles d'une Zone d'exclusion que les USA et la Turquie ont décidé d'établir hors des frontières turques. Il déclare que la zone sera occupée par l'Armée syrienne libre et uniquement utilisée pour mener le renversement du gouvernement légal de Damas.

Gear

France, Libye et migration : considérations sur une énigme catastrophique

Image
© Inconnu
RT-France (Russia Today) s'est adressé à un expert incontestable des affaires méditerranéennes, reconnu en France comme tel et unanimement respecté, Kader A. Abderrahim (chercheur associé à l'Iris, spécialiste du Maghreb et de l'islamisme, maître de conférences à Sciences-Po Paris, auteur de divers ouvrages, etc.). Le thème proposé est celui de la crise migratoire (ce que nous nommons GCM pour Grande crise Migratoire), et notamment les rapports de cette GCM avec l'intervention du bloc BAO, France incontestablement en tête, en Libye en 2011. Le verdict de monsieur Abderrahim ne fait aucun doute, puisqu'il le répète à deux reprises : «Il y a une relation directe, de cause à effet... [...] Donc oui, encore une fois, il y a une relation directe, de cause à effet, entre les interventions militaires occidentales depuis 30 ans, le chaos qui a été provoqué et la situation actuelle des migrants.»

La France et ses acolytes ont donc accumulé les sottises, dont ils paient aujourd'hui les effets. Ce qui paraît peu ordinaire au chercheur, c'est l'espèce de paralysie dans laquelle se trouvent plongés ces pays, et particulièrement la France, qui encaissent sans broncher la crise migratoire sans chercher ni à comprendre, ni à agir. Abderrahim juge en effet qu'il y a diverses actions possibles, ne serait-ce que l'organisation d'un blocus des côtes libyennes pour empêcher le trafic du pétrole libyen, qui sert principalement à la trésorerie de Daesh et alimente le désordre libyen, lequel constitue le principal moteur de l'émigration massive du pays. Les termes employés par Abderrahim sont très caractéristiques, notamment un terme comme "tétanisé", qui concerne notamment la France dont l'expert nous dit pour terminer que son comportement est une énigme (« La question fondamentale est de comprendre pourquoi la France ne pèse pas de tout son poids, de toute son histoire, de tout l'appareil diplomatique dont elle dispose pour résoudre cette crise après avoir provoqué cette guerre. C'est une grande énigme pour moi mais malheureusement je n'ai pas de réponse... »). L'on sent bien, avec de tels propos, que l'on ne se trouve pas sur le champ habituel de la politique, avec ses erreurs, ses succès, etc. Non, il semble bien qu'il y ait quelque chose d'autre, ce qui est qualifié effectivement de "grande énigme", - et nous acceptons sans aucun doute cette sorte de propos. La sottise et l'aveuglement des dirigeants en place, bien qu'elle soient absolument considérables, n'expliquent pas tout.