Les Maîtres du Monde
Carte


Bad Guys

Bill Gates à propos d'une éventuelle pandémie mondiale

© Photo AFP TOBIAS SCHWARZ
Bill Gates : "Un pathogène encore plus difficile (qu'Ebola) pourrait apparaître".
Le milliardaire Bill Gates estime que le monde doit tirer les leçons de la bataille contre le virus Ebola pour se préparer à une "guerre" éventuelle contre une maladie mortelle mondiale, avec l'aide des nouvelles technologies.

L'Américain, qui participait mardi à Berlin à une conférence de donateurs de l'organisation Gavi, l'Alliance globale pour les vaccins et l'immunisation, est persuadé qu'il serait imprudent de ne pas se préparer au risque d'une pandémie mondiale.

"Sommes-nous suffisamment prêts ?"

"Un pathogène encore plus difficile (qu'Ebola) pourrait apparaître : une forme de grippe, une forme de SRAS ou un type de virus que nous n'avons encore jamais vu", a-t-il indiqué dans un entretien.

Commentaire: Ah, par où commencer ?! Par ceci peut-être :

- Gates et Monsanto en Afrique ou « Le monde selon Gates »
- La Fondation Gates finance un système de surveillance des contestataires des vaccins
- Bill Gates veut refroidir la Terre en vaporisant des agents chimiques en haute altitude pour réfléchir le soleil
- Bill Gates : un bienfaiteur de l'humanité... version OGM et nucléaire

Continuons ...

- Relier les points : OGM et vaccins
- Vaccins : retour sur le mythe de l'immunité de groupe
- 22 études médicales montrent que les vaccins peuvent provoquer l'autisme
- Effets secondaires des vaccins: l'épidémie silencieuse
- 30 ans de camouflage et mensonges sur les vaccins viennent d'être mis au grand jour
- Tétanos, une propagande vaccinale supplémentaire

Enfin...

- Francis Boyle : les laboratoires US de guerre biologique à l'origine de l'épidémie d'Ebola
- Les États-Unis instrumentalisent l'Ebola afin d'étendre leur intervention en Afrique
- Ebola : pandémie et guerre bactériologique?

Snakes in Suits

Petit coup d'état entre amis, en Suede

© Inconnu
Stefan Löfven, Premier ministre de Suède.
La nouvelle n'a pas fait la « une » des médias, et c'est pourtant un des événements les plus inquiétants de ce début de siècle. Le dernier masque de la démocratie représentative, dans sa version postmoderne et corrompue, vient en effet de tomber.

Cela ne surprendra pas les libéraux, qui savent à quel point l'étatisme électif peut se rapprocher à pas de loup des « vraies » dictatures, et de quoi il est capable lorsqu'il se sent menacé de perdre ses prébendes. On le voit déjà montrer les crocs, à grand renfort d'HADOPI, LPM et autres mesures « anti-terroristes ». Mais en Suède il vient de mordre pour de bon, et saigner peut-être à mort une démocratie déjà bien abîmée par le très politiquement correct « modèle suédois ».

Les faits sont simples dans leur crudité cynique. Les dernières élections ont vu surgir un parti disons atypique, le mot « populiste » étant, en Suède comme ailleurs, un mot dépourvu de sens (tous les partis courtisent le peuple !). Avec ses 12%, le SD ne pouvait qu'être un parti d'opposition, mais lorsqu'un autre s'est joint à lui pour rejeter le budget, le gouvernement a été mis en minorité, et son budget invalidé : situation classique de « crise gouvernementale ». Dans toute démocratie, cela entraîne la démission du gouvernement, et chez nous ce serait un des cas où la dissolution s'imposerait. C'est si évident que dans un premier temps, le chef du gouvernement suédois, Stefan Löfven, a décidé, et annoncé pour le 22 mars 2015, la tenue de nouvelles élections.
Laptop

Piratage de Sony : les USA auraient menti d'après les services secrets français

Selon une note confidentielle dont L'Express a pris connaissance, les services secrets français auraient de sérieux doutes sur l'attribution du piratage de Sony Pictures à la Corée du Nord, et se demandent si l'intention des Etats-Unis n'était pas de démontrer sa capacité de nuisance à travers des représailles d'un nouveau genre.

Nous ne sommes pas les seuls à douter fortement de l'implication de la Corée du Nord dans le piratage de Sony Pictures, malgré les affirmations de Barack Obama et les juré-crachés des officiels américains. Visiblement, les services secrets français aussi. Ainsi selon L'Express, une note confidentielle a été adressée le 29 décembre dernier à l'Elysée, à Matignon et à plusieurs ministères, pour expliquer qu'il n'y avait pas assez d'éléments concordants pour établir avec certitude que la Corée du Nord est bien derrière l'attaque, ce dont doutaient déjà de nombreux observateurs et experts de la sécurité informatique.

Mais le plus intéressant est ailleurs. Il semble en effet que les services français, comme d'autres dans le monde, suspectent les Etats-Unis d'avoir désigné un adversaire de paille, ce que Numerama avait dit dès le 20 décembre, pour montrer ses muscles sans aucune crainte de représailles. La Corée du Nord n'a aucun allié disposé à brouiller ses relations diplomatiques avec les USA pour la défendre, ce qui fait d'elle un punching-ball idéal.
Bomb

Grèce : vers un affrontement entre Syriza et les autorités européennes ?

© Inconnu
De gauche à droite : Alexis Tsipras... Benoît Coeuré, Jens Weidmann, Günther Oettinger, Christine Lagarde.
Ça commence très fort ! Le moment de grâce électorale de Syriza aura été très très court. Dès ce lundi matin, c'est une fin de non-recevoir brutale qu'auront opposée les autorités européennes aux propositions de négociations sur la dette grecque émises par Alexis Tsipras au soir de sa victoire électorale historique.
« Impossible de restructurer la dette grecque en possession de la BCE. Syriza doit payer, ce sont les règles du jeu européen, il n'y a pas de place pour un comportement unilatéral en Europe » (Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, sur Europe 1).

« J'espère que le nouveau gouvernement grec ne fera pas de promesses illusoires que le pays ne peut se permettre » (Jens Weidmann, président de la banque centrale allemande).

« Le futur gouvernement grec devra respecter les accords conclus entre Athènes et ses partenaires de la zone euro » (Günther Oettinger, commissaire européen à l'économie numérique).

« Il n'est pas question d'accepter un effacement de la dette grecque, une question d'équité entre pays européens. Il y a des règles internes à la zone euro à respecter. On ne peut pas faire des catégories spéciales pour tel ou tel pays » (Christine Lagarde, directrice générale du FMI).
Bomb

Pour Poutine, l'armée ukrainienne est une légion étrangère de l'Otan

Le président russe Vladimir Poutine a accusé lundi l'armée ukrainienne d'être la "Légion étrangère de l'Otan" utilisée par les Occidentaux pour "contenir" la Russie.

"De fait, il ne s'agit pas d'une armée mais d'une Légion étrangère, dans le cas présent, une Légion étrangère de l'Otan qui n'a pas pour but la défense des intérêts nationaux de l'Ukraine", a déclaré Vladimir Poutine à Saint-Pétersbourg, selon des images de la télévision publique russe. "Il s'agit d'un autre but géopolitique: contenir la Russie", a ajouté le président russe.
Star of David

Israël procède à l'arrestation de 118 citoyens palestiniens en Cisjordanie et à Qods

Des données palestiniennes ont révélé que... les forces d'occupation ont intensifié les arrestations contre les citoyens palestiniens en Cisjordanie et à Qods, affectant 118 citoyens durant la semaine écoulée.
arrestations enfants palestiniens à Jerusalem
© Inconnu
Le site Web "Amama" a cité, Dimanche (25|1), que les forces d'occupation ont arrêté 7 personnes de Jénine, 4 de Tulkarem, 7 de Qalqilya, 17 de Naplouse, 9 de Ramallah, 26 de Qods, 4 de Bethléem et 44 d'Hébron.

Il a souligné que parmi les personnes arrêtées un certain nombre de prisonniers libérés, ainsi que des garçons, deux femmes palestiniennes, deux journalistes et deux journalistes d'Al-Aqsa TV (Alaa Al-Titi d'Al-khalil et Mujahid Bani Mofleh de Ramallah).
Propaganda

Russia Today, terroriste ? Analyse

© Inconnu
Nous aurions pu nous contenter de "rafraîchir" notre texte du 23 janvier 2015 où il était largement question de Russia Today (RT)... Mais non. La nouvelle mérite sans aucun doute une autre approche, parce qu'elle relève d'un autre thème, sinon d'un autre domaine que ceux qui étaient abordés dans le texte référencé. Cette fois, il n'est plus question de tresser des couronnes à RT mais, au contraire, de le classer parmi les plus graves "menaces" qui pèsent sur les États-Unis ou, dans tous les cas, sur les autorités dirigeantes des États-Unis. En un mot, RT est une menace (mais le mot employé estchallenge, ou "défi") aussi "terrible" que ISIS ou Boko Haram.

Il s'agit d'une déclaration de Andrew Lack, nouveau directeur du BBG (US Broadcastings Board of Governors), dans le cadre d'une interview du New York Times. RT cite ce passage de l'interview de Lack, dans un texte du 23 janvier 2015, citant également une réaction indignée de sa rédactrice-en-chef et directrice, Margarita Simonyan.
Padlock

France : cette loi Macron qui protège les entreprises contre les journalistes et les lanceurs d'alerte

© Wikipedia/kimdokhac/CC
La loi, place du Palais Bourbon, Assemblée Nationale
Deux décisions favorables aux grandes entreprises viennent d'être prises coup sur coup par les députés socialistes. L'une introduit le « secret des affaires » dans le droit français. L'autre repousse l'adoption d'un « devoir de vigilance des sociétés-mères » qui aurait permis de poursuivre les entreprises dont les sous-traitants à l'étranger portent atteinte aux droits fondamentaux.

Le projet de loi Macron n'en finit pas de révéler des mesures passées inaperçues. Au milieu du marathon parlementaire, un amendement du rapporteur socialiste du texte, Richard Ferrand, introduisant dans le droit français la notion de secret des affaires, a été adopté la semaine dernière en commission. Il permettrait de faire condamner les personnes divulguant des informations considérées comme secrètes. Il a toutes les chances d'être adopté cette semaine, alors que la loi Macron est discutée en séance plénière de l'Assemblée nationale.
Propaganda

Commémoration d'Auschwitz et mensonges polonais

© Inconnu
Le gouvernement polonais veut donc organiser le 27 janvier la commémoration de la libération du camp d'Auschwitz sans inviter Vladimir Poutine. C'est son droit. Il vaut commémorer cela avec le gouvernement ukrainien, sans doute en mémoire des deux à trois mille volontaires ukrainiens qui aidèrent les nazis sur ce seul site (et bien plus ailleurs). C'est son droit. Mais qu'il assume alors l'énormité de son acte. Nous savons bien que ce n'est pas le peuple polonais qui s'exprime par la bouche de ce gouvernement. Qu'il ne le camoufle pas sous des prétextes divers.

La justification présentée par le ministre polonais des affaires étrangères est stupéfiante mais aussi très révélatrice. Il prétend qu'Auschwitz aurait été libéré par « des troupes ukrainiennes ». On ne sait ce qui doit le plus retenir l'attention : l'énormité du mensonge ou l'impudence avec laquelle il fut prononcé.

Auschwitz (Osewiscim) fut libéré par des hommes de la 332ème Division d'Infanterie de l'Armée Rouge, appartenant au « 1er Front d'Ukraine ». Il faut savoir que dans l'organisation adoptée par l'Armée Rouge, un « Front » désigne un groupe d'armées charger d'opérer sur une « direction stratégique ». Le 1er Front d'Ukraine était le nom du groupe d'armées qui avait combattu en Ukraine et qui, de là, remontait vers la Pologne. Ce n'était nullement une désignation « ethnique ». Cela, tout historien le sait. Les survivants furent traités par des médecins soviétiques, venus en toute hâte de Léningrad, car ils avaient le savoir-faire pour traiter les personnes dénutries.
Pistol

Le retour des SA en Ukraine : nostalgie nazie

Traduction/relecture : Toma/jj et Diane

© Inconnu
Ernst Röhm, chef des S.A.. Il sera éliminé sur ordre d’Hitler, en 1934, au cours de la Nuit des longs couteaux
Les S.A. on été fondés en 1920 par Ernst Röhm. C'est alors un service d'ordre destiné à protéger les réunions du parti nazi de Hitler et à perturber les réunions communistes et socialistes. Ils portent un uniforme : les « chemises brunes » . C'est avec les S.A. que Hitler tente son putsch à Munich, en novembre 1923.

Par la suite, la S.A. recrute parmi les chômeurs. Au début de 1933, au moment où Hitler arrive au pouvoir, ils sont 400 000 en Allemagne. Ils font régner à travers le pays une véritable terreur, intimidant les militants de la gauche allemande et des syndicats. Tout naturellement, ce sont eux qui sont utilisés dans la première campagne contre les Juifs, dès 1933.

Scènes DE RUE ordinaires en Ukraine

Des images sur l'Ukraine que vous ne verrez jamais sur ARD ou ZDF [Chaînes de télévision allemandes grand public, NdT] .

Les nazis de Svoboda et du Secteur droit a Karkhiv, seconde ville du pays ont attaqué le représentant de l'administration de la ville le 21 janvier. Ensuite, ils ont marché dans la ville en faisant le salut hitlérien et en criant « Vive l'Ukraine » et « Gloire aux héros ».
Top