Les Maîtres du Monde
Carte


Bomb

Attaques chimiques : l'ONU sape les déclarations américaines et britanniques

L'ONU a contredit les allégations des dirigeants américains et britanniques selon lesquels les preuves de l'attaque chimique présumée contre les deux Ghouta de Damas peuvent être détruites.

Si des gaz neurotoxiques ont bien été utilisés mercredi près de Damas, les inspecteurs de l'ONU devraient facilement pouvoir en trouver des traces et les identifier à condition de pouvoir prélever des échantillons sur le site de l'attaque présumée et sur les victimes, assurent des experts interrogés par l'AFP.

"Ca ne devrait pas poser de problème, surtout si ce sont des molécules de type sarin ou des choses connues", estime Pascal Klintz, toxicologue et expert médico-légal français.
"Si les inspecteurs de l'ONU font des prélèvements corrects, de sang, d'urine, dans les tissus gras où ça se fixe, et également sur les vêtements, il n'y aura aucune difficulté analytique à faire ce genre d'investigations, même avec des délais particulièrement longs", assure-t-il à l'AFP.
Ambulance

Attaques chimiques : MSF donne un coup de pouce à l'opposition syrienne armée

L'ONG Médecins sans frontières est intervenue dans l'affaire de l'attaque chimique perpétrée en Syrie mardi dernier pour soutenir la version défendue par l'opposition armée syrienne qui a accusé les autorités syriennes de l'avoir perpétrée.

Surtout que cette version, ou certains de ses aspects, est de plus en plus suspectée, aussi bien en raison des révélations et découvertes russes et syriennes que par les témoignages de médecins experts en la matière interrogés par la BBC.

Dans un communiqué, MSF assure que quelque 355 patients "présentant des symptômes neurotoxiques" sont morts en Syrie dans trois des hôpitaux aidés par Médecins sans frontières dans le gouvernorat de Damas et où, selon elle, près de 3.600 personnes sont traitées depuis le 21 août.

Or cette organisation ne se trouve pas sur place pour que ses chiffres soient crédibles, d'autant plus qu'elle dit les tenir du personnel médical des hôpitaux qui ont accueilli les victimes, auxquels elle fournit des médicaments, du matériel médical et un appui technique.
Il s'agit d'hôpitaux de fortune tenus par les rebelles et les miliciens.
Attention

Cameron et Obama ont dit oui à une intervention en Syrie.

Traduction de Philip Dru

Le président américain a scellé l'affaire dans un appel téléphonique de 40 minutes au Premier ministre, à sa retraite de vacances à Cornwall.

Syria
© inconnnu
David Cameron et Barack Obama la nuit dernière ont convenu d'entreprendre une action militaire contre la Syrie, le Sunday People l'a rapporté.

Les deux dirigeants ont convenu que le tyran syrien Bachar al-Assad était responsable de l'utilisation d'armes chimiques contre les enfants.

M. Obama et M. Cameron discuteront des options militaires dans les prochains jours.

Ils comprennent des frappes de missiles, la désactivation de la force aérienne syrienne ou l'application d'une zone d'exclusion aérienne dans le pays. Une source No.10 a déclaré: «L'utilisation importante d'armes chimiques mériterait une réponse sérieuse.

"Le Premier ministre et le président se penchent maintenant sur toutes les options."

Mais ils se sont décidés sur l'envoi de troupes terrestres britanniques et américaines.

La source a déclaré que les deux dirigeants croient que le président Assad tente délibérément de dissimuler l'atrocité dans la banlieue et la capitale Damas ou ce mercredi a fait jusqu'à 1.000 morts.

Les forces d'Assad ont hier bombardé la zone de l'attaque au gaz neurotoxique pour détruire les preuves.

La source a ajouté: "Il semble de plus en plus peu probable que les enquêteurs de l'ONU seront autorisés à y aller." Malgré les demandes de l'ONU de désarmement la chef Angela Kane qui était hier à Damas a fait pression pour demander l'accès.
Eye 1

Le fournisseur de messagerie de Snowden se saborde pour ne pas céder aux pressions du gouvernement US

Traduit par VD pour LGS

Un nouveau donneur d'alerte est apparu avec une nouvelle révélation effrayante concernant la surveillance de Washington de ses citoyens. Mais il n'est pas autorisé à donner l'alerte sous peine de prison.

Tout ce que le dénonciateur pouvait faire était d'annoncer son acte de résistance et l'existence d'une menace contre lui. Il l'a fait dans l'émission de la chaîne de télévision progressiste aux Etats-Unis, Democracy Now !, le 13 Août.

Ladar Levison est le propriétaire de la société Lavabit, un fournisseur de messagerie qui offre aux utilisateurs un service sécurisé que le gouvernement ne peut pas pénétrer facilement. Il utilise un cryptage sophistiqué pour crypter les messages des utilisateurs dans un code difficile à craquer.

Il a récemment préféré fermer Lavabit plutôt que de remettre aux barbouzes du gouvernement certains des 410.000 fichiers de ses utilisateurs. En exprimant sa tristesse d'avoir à abandonner 10 ans de travail acharné dans la construction de Lavabit, il a comparé sa décision à celle « d'abréger la vie d'un animal de compagnie bien-aimé... devant le choix de le regarder souffrir ou de l'endormir tranquillement. »
Star of David

Les sionistes assassinent trois Palestiniens, les négociations de paix en péril

Des gardes-frontières israéliens ont abattu lundi trois Palestiniens près de Jérusalem, entraînant l'annulation d'un round de discussions entre les deux parties.

Des soldats israéliens ont tué trois Palestiniens lundi durant des heurts dans le camp palestinien de Qalandiya, ont indiqué des sources médicales et de sécurité palestiniennes, entraînant l'annulation d'une réunion de négociateurs palestiniens et israéliens. "La rencontre qui devait se tenir à Jéricho aujourd'hui a été annulée après le crime commis par Israël dans le camp de Qalandiya" près de Jérusalem, a dit un responsable palestinien qui a requis l'anonymat. Selon la police israélienne, les heurts ont eu lieu après l'arrivée dans le camp d'une unité de gardes-frontières israéliens venue arrêter un Palestinien.

Trois Palestiniens, Robin Fares, 30 ans, Younès Jahjouh, 22 ans, et Jihad Aslan, 20 ans, ont été tués, selon les sources palestiniennes qui font état d'une vingtaine de personnes blessées par des balles réelles. Une porte-parole de la police israélienne a indiqué que les gardes-frontières avaient utilisé des "moyens anti-émeutes" pour disperser quelque 1 500 Palestiniens qui leur jetaient des pierres, mais elle n'a pas évoqué de morts dans l'immédiat, ni confirmé l'utilisation de balles réelles.
Bomb

Syrie : des terroristes en train de tirer des obus chimiques




Une vidéo tournée en Syrie montre de la façon la plus claire possible, des mercenaires islamistes, entrain de charger un canon, avec une bombonne de substances chimiques. On remarquera que les terroristes utilisent un système de mise à feu à distance censé les protéger des gaz qui s'échapperaient lors du départ de l'obus chimique.


Justement, on peut voir l'artificier actionner le dispositif de mise à feu puis s'éloigner en courant. Et même après le tir on ne voit aucun de ces criminels revenir rapidement vers le canon.

Pour rappel, en mai 2013, à la Radio-Télévision suisse-italienne (RSI), Carla Del Ponte, membre, on ne peut plus crédible de la commission d'enquête sur la Syrie dépendant du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, a fait une déclaration fracassante qui n'était pas du goût des puissances occidentales qui interviennent directement en Syrie. "Nous disposons de témoignages sur l'utilisation d'armes chimiques en particulier le gaz sarin. Pas de la part du gouvernement, mais des opposants", a affirmé l'ex-procureure générale du Tribunal pénal international pour les crimes commis en ex-Yougoslavie (TPIY).
Pistol

Syrie : le convoi des inspecteurs de l'ONU touché par un tir de sniper

Les tireurs d'élite ont ouvert le feu sur un convoi de inspecteurs de l'ONU se dirigeant vers les sites des attaques d'armes chimiques suspectés dans la capitale de la Syrie.

L'ONU n'a pas dit qui a tiré les coups de feu, mais la première voiture du convoi a été touché et l'équipe est revenue à un point de contrôle.

Le gouvernement syrien et les rebelles avaient accepté un cessez-le feu afin de permettre aux inspecteurs de recueillir des preuves.

Les experts disent qu'ils vont continuer l'enquête sur les attentats de mercredi à Damas, où il y a eu des centaines de morts.
Bomb

Michel Collon sur la propagande de guerre contre la Syrie




Michel Collon interrogé au sujet de la propagande occidentale sur les conflits au Moyen-Orient, fomentés depuis des années par les Etats-Unis et les psychopathes qui les dirigent.


Cette vieille propagande qui essaye encore de maintenir la population occidentale dans son illusion de démocratie et d'interventions humanitaires du gentil occident auprès des gentils opprimés dans les pays où vivent des méchants musulmans barbus. Cette bonne vieille propagande qui tente encore de camoufler la répugnante kakistocratie contemporaine.
Vader

Sous le prétexte d'une attaque chimique, les Etats-Unis préparent une attaque militaire contre la Syrie

Un enfant syrien saute d’un char détruit, à Atareb, à 25 km à l’est d’Alep, le 31 juillet 2012
© Ahmad Gharabli/AFP
Un enfant syrien saute d’un char détruit, à Atareb, à 25 km à l’est d’Alep, le 31 juillet 2012

Les responsables ont présenté une série d'options qui sont envisagées pour une attaque directe lancée par les forces militaires américaines et alliées contre la Syrie en utilisant comme prétexte l'attaque aux armes chimiques présumée de mercredi. L'accélération des préparatifs militaires montre clairement que les événements de mercredi font partie d'une provocation servant à justifier une nouvelle guerre coloniale de plus au Moyen-Orient.

La menace grandissante d'une intervention directe américaine dans la guerre pour un changement de régime menée contre le président syrien Bachar al-Assad a aussi été soulignée vendredi par le président Obama qui a profité d'une interview accordée à CNN pour indiquer qu'il cherchait à mobiliser le soutien international et une certaine forme de couverture juridique pour une attaque menée par les Etats-Unis.

Le journal New York Times a affiché vendredi à la Une un article selon lequel de hauts responsables du Pentagone, du ministère des Affaires étrangères et des agences de renseignement ont rencontré jeudi pendant trois heures et demie des responsables de la Maison Blanche pour ébaucher de possibles mesures militaires. L'article cite des responsables anonymes disant qu'aucune décision n'a été prise, en raison de divergences internes, quant au lancement ou non d'une action militaire américaine directe dans les prochains jours.
Eye 1

La note confidentielle au cœur de la crise financière mondiale

Traduit de l'anglais pour Le Grand Soir

La note confidentielle au cœur de la crise financière mondiale
© Inconnu

Lorsqu'un petit oiseau a déposé la note confidentielle « Fin de Partie » (End Game memo) à ma fenêtre, son contenu était tellement explosif, tellement fou et maléfique que je n'arrivais pas à le croire.

La note confirme les délires conspirationnistes les plus fous : à la fin des années 90, de hauts responsables du Trésor US ont secrètement conspiré avec une petite cabale de gros banquiers pour détruire la régulation financière à travers la planète. Quand vous voyez 26,3 pour cent de chômage en Espagne, le désespoir et la faim en Grèce, les émeutes en Indonésie et Detroit en faillite, remontez à la note « Fin de Partie » qui est la genèse de tout ce sang et toutes ces larmes.

Le fonctionnaire du Trésor qui jouait secrètement à cette « Fin de Partie » des banquiers s'appelle Larry Summers. Aujourd'hui, Summers est le candidat favori de Barack Obama pour la présidence de la Réserve Fédérale américaine, la banque centrale du monde. Si la note confidentielle est authentique, alors Summers ne devrait pas siéger à la Réserve Fédérale mais moisir au fond d'un donjon réservé à tous ces aliénés criminels du monde de la finance.

La note est authentique.
Top