Les Maîtres du Monde
Carte

USA

Yémen - 15 personnes innocentes tuées par des drones étasuniens lors d'un mariage

© Inconnu
Des enfants assassinés par le complexe militaro/politico/industriel étasunien
Quinze civils qui se rendaient à un mariage ont été tués par une frappe aérienne dans le centre du Yémen, ont annoncé jeudi les autorités locales. Ils auraient été pris par erreur pour des militants d'Al Qaïda.

Selon les médias et des responsables de la province d'Al Baïda, où s'est produite l'attaque, le raid a été mené par un drone.

« L'attaque aérienne a raté sa cible et a frappé un convoi routier de gens qui se rendaient à un mariage. Dix des victimes ont été tuées sur le coup, cinq autres ont succombé à leurs blessures à l'hôpital », a dit un responsable des forces de sécurité.

Cette attaque a également fait cinq blessés. Les États-Unis ont multiplié ces derniers mois les raids de drones contre les militants islamistes d'Al Qaïda dans la Péninsule arabique (AQPA), causant des pertes civiles.


Commentaire: Qu'arriverait-il en France ou aux États-Unis si 15 victimes innocentes étaient assassinées de cette manière ?


Book 2

Censure - Autodafé du livre de Paul-Eric Blanrue interdit par la LICRA

Sur plainte de la LICRA, le tribunal de grande instance de Bobigny a décidé d'envoyer au pilon à la date du 13 décembre 2013 tous les exemplaires de la seconde édition de L'Anthologie des propos contre les juifs, le judaïsme et le sionisme, de l'historien Paul-Éric Blanrue.

La première édition, datant de 2007, était préfacée par Yann Moix, prix Renaudot 2013. Selon la LICRA, « la mise au pilon de cet ouvrage constitue une mesure nécessaire, dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d'autrui (...) » La LICRA « reproche à l'auteur de ne pas commenter ces propos et ainsi de révéler habilement des « messages subliminaux » d'encouragement à la haine raciale (...) ». En attendant les résultats du pourvoi en appel, Paul-Éric Blanrue a décidé de procéder à l'auto-autodafé de son ouvrage et de présenter son nouveau projet non-conformiste. Sérénissime et sauvage ! Un clip de Topdoc, avec la participation de l'Agence Info-Libre.


Eiffel Tower

Contradictions françaises en Centrafrique

Image
Les organisations humanitaires ont ramassé 461 corps de chrétiens tués en République Centrafricaine depuis l'arrivée des troupes françaises. On ignore le nombre de musulmans tués, leurs corps ayant été réunis dans des mosquées auxquels les organisations humanitaires n'ont pas cherché à avoir accès.

La République centrafricaine est en état de guerre civile depuis le coup d'État de François Bozizé, en 2003, contre le président élu Ange-Félix Patassé, soutenu par la Libye.

Bozizé a été renversé par la Coalition (Séléka) en mars 2013 au profit de Michel Djotodia. Dès sa prise de fonction comme président de la République, il dissout sa Coalition, mais ne parvient pas à contenir ses ex-soldats lorsqu'ils se livrent à des exactions. Il est le premier président musulman dans un pays aux quatre cinquièmes chrétiens.

Wall Street

En cas de crise, les banques pourront prélever les dépôts des épargnants

Les représentants de l'Union européenne ont décidé de mettre à contribution les épargnants à partir de 2016.

Après la ponction des épargnants chypriotes cette année et l'idée émise par le FMI d'une supertaxe de 10% sur le patrimoine, l'Europe vient d'entériner la participation des déposants au renflouement des banques en cas de crise grave. L'accord, scellé mercredi 11 décembre, est passé relativement inaperçu, alors qu'il pourrait être d'une importance capitale pour les épargnants.

Les Européens se sont mis d'accord sur une loi prévoyant des règles de renflouement interne des banques, ou "bail-in", afin d'éviter de faire participer les Etats au sauvetage des établissements financiers.

"Grand pas franchi ce soir: accord #BRRD pour 28", a écrit sur son compte twitter le commissaire européen chargé des Services financiers, Michel Barnier, en référence à la directive sur le sauvetage des banques. "Contribuables ne seront plus premiers à payer pour erreurs des banques", a-t-il ajouté.

Nuke

Nouveau défi pour Tepco à Fukushima - Le risque de tarissement du personnel compétent

© Tepco
Fukushima Daiichi NPS Unit 4
Ruinée et œuvrant au démantèlement d'une centrale nucléaire dans un piètre état, Tepco doit en plus faire face à un autre défi de taille : maintenir sur place un personnel compétent et s'assurer de la possibilité d'en trouver pour les 40 années à venir. Une tâche qui est loin d'être aisée.

« Pour les deux ans à venir, on n'a pas de problème », assure Zengo Aizawa, un vice-président de la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco), interrogé en conférence de presse sur le recrutement de personnel pour la centrale accidentée de Fukushima. Cette certitude en fait douter plus d'un, à commencer par des travailleurs eux-mêmes.

Des témoignages de salariés inquiétants

Dans Journal d'un travailleur à la centrale Fukushima Daiichi, écrit au jour le jour depuis plus de deux ans, Happy (un surnom), vétéran de la centrale, explique combien le manque d'expérience d'une partie des individus intervenant sur le site commence à se faire sentir.

« Les gars du BTP ne sont pas habitués à travailler dans un environnement radioactif », souligne-t-il. Quant à ceux qui le sont, ils ne peuvent pas indéfiniment être là, puisque les normes de sécurité sont a priori très contraignantes: pas plus de 50 millisierverts en un an, et pas au-delà de 100 millisieverts cumulés en cinq années consécutives. Les plus chevronnés qui ont déjà passé deux ans sur le site (ils sont environ 200, selon Happy), vont devoir un jour partir. Qui va les remplacer ? C'est tout le problème. Car les candidats ne se bousculent pas pour aller à Fukushima même si, selon Happy ou d'après le manga "1F" dessiné par un autre travailleur, la situation ne se résume pas à un enfer permanent.

Star of David

Psychopathie - Israël : pas de sang éthiopien, que du sang pur !

© Inconnu

Le refus du Magen David Adom, l'équivalent de la Croix rouge israélienne, d'accepter le don de sang de la députée noire d'origine éthiopienne Pnina Tamano-Shata a provoqué mercredi en Israël un scandale relayé par les médias.

La députée a voulu offrir son sang à l'occasion d'une opération de don organisée par le Magen David Adom, dans l'enceinte du parlement, à Jérusalem. Mais une responsable de cet organisme, filmée et enregistrée par une caméra vidéo, lui a expliqué que « selon les directives du ministère de la Santé, il n'est pas possible d'accepter le sang spécial d'origine juive éthiopienne. »

Selon les médias, le ministère de la Santé estime que le sang des juifs d'origine éthiopienne qui ne sont pas nés en Israël est susceptible de propager des maladies, notamment le Sida.

La députée s'est insurgée lors d'une interview sur la chaîne de télévision privée 10, contre « cet affront fait à toute une communauté en raison de la couleur de sa peau ». « J'ai 32 ans, je suis arrivée à l'âge de trois ans en Israël, j'ai effectué mon service militaire et j'ai deux enfants, il n'y aucune raison de me traiter de la sorte », s'est-elle indignée.

Lire la suite sur 20 minutes

Chart Pie

Racket - Une « taxe inondation » en 2015 ?

L'Assemblée nationale prévoit de créer une nouvelle taxe locale, annoncent ce matin Les Echos.

© Le Dauphiné libéré
Baptisée « taxe inondation », elle permettrait « un alourdissement optionnel de certains impôts locaux visant à financer une compétence nouvelle, jusque-là éclatée entre plusieurs acteurs, et désormais dévolue aux collectivités : la prévention des inondations », explique le quotidien économique.

Appuyée par le gouvernement, la taxe inondation, qui doit entrer en vigueur début 2015, ne pourra excéder 40 euros par habitant. Si les municipalités décident de l'appliquer, les fonds récoltés devraient permettre de financer l'entretien des cours d'eau et des littoraux côtiers.

Le risque d'inondation concerne 17 millions de Français.


Crusader

Seymour Hersh révèle les mensonges du gouvernement sur les attaques au gaz sarin en Syrie

Le journaliste d'investigation Seymour Hersh, lauréat du prix Pulitzer, a publié un article démontrant que le gouvernement américain et le président Barack Obama ont menti en toute conscience quand ils ont affirmé que le gouvernement syrien avait mené une attaque au gaz sarin contre une zone tenue par des insurgés en août dernier.

Le compte-rendu détaillé de Hersh, s'appuyant sur des informations fournies par des responsables passés et actuels des services de renseignements et de l'armée, a été publié dimanche dans la London Review of Books. Cet article, intitulé « Whose sarin?, » révèle le mensonge calculé qu'il y avait dans la propagande lancée chaque jour par le gouvernement et répétée sans discussion par les médias pendant plusieurs semaines pour donner un prétexte à une attaque militaire contre le régime du président syrien Bashar el-Assad.

Cet article révèle également des divergences très nettes au sein de l'appareil d'état sur le lancement d'une guerre aérienne qui, selon l'un des conseillers de haut niveau pour les opérations spéciales, aurait été « comme de fournir un soutien aérien de proximité à al-Nusra [filiale d'Al Qaïda]. »

Map

Scène internationale - L'Iran n'est pas « l'axe du mal »

Image
© Inconnu

C'était pourtant une bonne idée, cet objet perse a été offert par des diplomates de l'ONU à la délégation iranienne pour marquer un espoir de réconciliation, il semble que ce soit un faux récent. Tout un symbole de la manière dont nous percevons les peuples et les civilisations. Il ne s'agit pas seulement de "réintégrer sur la scène internationale" mais de respecter les peuples et leur apport réel (note de Danielle Bleitrach).

Fin novembre, l'Allemagne, la Chine, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Russie et l'Iran ont trouvé un accord sur le programme nucléaire iranien. Il pourrait préfigurer une nouvelle ère de relations géopolitiques. Pour Didier Billion, directeur adjoint à l'Iris, il faut appuyer cette dynamique.

Édité par Le Plus

Depuis le 24 novembre, presque tout a été expliqué sur le plan d'action commun adopté à Genève par la République islamique d'Iran et les six pays du P5+1. La signature de ce document ouvre une nouvelle séquence politique et initie un processus qui va s'étendre sur plusieurs mois.

Rien ne sera probablement linéaire et peut-être y aura-t-il des moments de stagnation, de tension, voire de retours en arrière partiels. Il n'empêche, la portée politique de l'événement est considérable et ouvre des perspectives qu'il convient de tenter de délimiter, même si nous n'en connaissons pas tous les paramètres.

Au-delà du contenu même de l'accord intérimaire, désormais largement connu, il y a sa dynamique potentielle, c'est-à-dire sa signification politique et la perspective de la réintégration de l'Iran sur la scène régionale et internationale. Pour de multiples raisons, cette réintégration va, en effet, peser lourd.

Bomb

Syrie : révélations sur des falsifications à des fins de guerre

Après les révélations du célèbre journaliste Seymour Hersh (*) publiées dimanche 8 décembre par la London Review of Books (**), concernant les manipulations du renseignement américain sur l'attaque chimique perpétrée le 21 août dans la Ghouta, près de Damas, voici les secrets mal gardés du mercenaire américain Matthew Vandyke, vétéran de la guerre de Libye et de Syrie (***).

Parvenue à pirater sa page Facebook, l'armée électronique syrienne a publié des éléments d'information accablants au sujet du dossier chimique syrien.

Matthew Vandyke affirme que le « Front al Nosra » était bien en possession et en capacité d'utiliser ces armes ce que toutes les chancelleries occidentales pro-intervention ont démenti, à commencer par les services secrets français et américains.

Mais en plus, Vandyke a, sans le savoir, apporté des indications précieuses sur la malhonnêteté intellectuelle de celui que tout le monde considère comme le plus grand expert balistique du conflit syrien, le fameux Brown Moses, alias Eliot Higgins.