NOUVEAU ! Disponibles en français sous format électronique (Amazon Kindle) !

L’Onde, Tome 6 – Affronter l’inconnu, de Laura KNIGHT-JADCZYK

L'histoire secrète du monde, tome 2 - Les comètes et les cornes de Moïse, de Laura KNIGHT-JADCZYK

Les Maîtres du Monde
Carte


Gold Coins

Grèce : un trésor de 550 millions d'euros pour la famille Papandréou

Papandreou
© Inconnu

La « liste Lagarde », qui fait état de 2 059 détenteurs grecs d'un compte en Suisse, provoque de nouveaux remous. Selon deux journaux grecs, To Vima et Proto Thema, la mère de l'ancien Premier ministre Georges Papandréou aurait été détentrice d'un compte en Suisse sur lequel dormirait près de 550 millions d'euros.

Margaret Papandréou, 89 ans, figurerait donc sur la fameuse liste des « évadés fiscaux ». Plusieurs sources, dont un député grec, ont confirmé l'information, qui a été démentie par la famille de l'ancien Premier ministre du pays.

« Pourquoi ces mensonges ? Pourquoi ces attaques ? Peut-être parce que ma famille n'a jamais servi de groupes d'intérêt dans ce pays », réagit Margaret Papandréou ainsi dans un communiqué. Georges Papandréou, qui a démissionné l'an dernier du poste de Premier ministre, estime pour sa part que ce sont des « rumeurs sans fondement ».

Selon les deux journaux grecs à l'origine de l'information, le compte suisse de Margaret Papandréou détiendrait le plus haut montant de la « liste Lagarde ». Le compte en question était caché au sein de la liste, publiée le mois dernier par un autre magazine grec. Le compte était associé à une dénommée Maria Panteli, qualifiée dans la liste comme étant « administratrice ».

Cette liste, obtenue par les autorités françaises auprès d'un ancien employé de HSBC, fait état de plus de 2 000 détenteurs grecs de comptes en Suisse, dont la valeur cumulée serait supérieure à 1,5 milliard d'euros. Fournie par la France à la Grèce en 2010, la liste n'a jamais donné lieu à des poursuites. La justice grecque s'est saisie du dossier la semaine dernière, afin d'établir si les gouvernements successifs ont volontairement, ou non, enterré cette liste.
Chart Pie

France : coût du travail ou coût du capital ?

Traduit du portugais pour Mondialisation.ca

France face à la crise, drapeau,argent
© Inconnu

Le monde politique, économique et médiatique est unanime pour souligner que le coût du travail est trop élevé en France et qu'il nuit à la compétitivité des entreprises nationales. Il se fait beaucoup plus discret dès lors qu'il s'agit de parler du coût du capital, véritable obstacle au développement économique du pays.

Pour la majorité des observateurs de la vie économique en France, le principal obstacle au développement de la nation serait le coût du travail, c'est-à-dire des salaires et des cotisations sociales trop élevés. Cette réalité empêcherait les entreprises nationales d'être compétitives dans un marché mondialisé où la concurrence est de plus en plus féroce, et serait l'une des causes du déclin du pays[1].
Eye 1

Qu'est-ce que le projet Indect ?


INDECT est un formidable projet de recherche qui doit déboucher à l'élaboration d'outils innovants permettant d'assurer la protection des citoyens européens.

La sécurité des citoyens est l'une des plus importantes priorités de l'Union Européenne. Le projet INDECT vise à élaborer des solutions efficaces contre les menaces terroristes et criminelles. Notre priorité est de renforcer la vidéosurveillance, d'automatiser la reconnaissance des menaces via une analyse intelligente du comportement des citoyens. Dans cette optique, le projet Indect vise aussi à renforcer la surveillance du web : analyse des données, des vidéos, des photos, des textes...
Bomb

Barbarie de l'armée malienne : que la France assume ses responsabilités

Ce ne sont pas les mises en garde qui ont manqué. Le MNLA, mais aussi nombre d'ONG et d'experts qui connaissent l'armée malienne, ont eu à mettre en garde quant au risque de voir l'armée malienne, fidèle à ses habitudes depuis maintenant plus d'une demi-siècle, commettre des exactions à l'encontre des populations civiles de l'Azawad. Cela n'a pas tardé à arriver. Cela n'a pas tardé à arriver. En effet, des exécutions sommaires et une chasse à l'homme « blanc » ou aux « peaux rouges » (entendez par là « Touaregs ») ont été constatées à Sévaré où des éléments de l'armée malienne exercent des représailles meurtrières, selon plusieurs témoignages. Les accès à cette ville ont été d'ailleurs fermés aux journalistes depuis dimanche 20 janvier. Cela permettra à ces fous de l'armée malienne de commettre leur crime à huis clos. Tout cela sous le menton de l'armée française qui, par ailleurs, sécurise l'aéroport de Sévaré. C'est aussi la France, avec ses hommes, qui est intervenue sur le terrain et qui a permis à ces militaires maliens de s'installer à Sévaré d'où ils ont été chassés par une bande de barbus il y a quelques jours.

Plusieurs quotidiens, notamment français, rapportent des témoignages faisant état de la barbarie des militaires maliens à l'égard de civils.

Le quotidien L'Express, dans son édition du 20 janvier 2013 évoque plusieurs témoignages décrivant des actes barbares commis par les militaires maliens qui s'attaquent aux peaux claires et qu'ils font disparaître de la manière la plus abjecte et sauvage.

Ainsi peut-on lire dans les colonnes de l'Express :
« Les morts étaient des rebelles ! », ajoute cet ancien militaire, qui ne cache pas sa haine des « peaux-rouges », le surnom donné ici aux Touaregs. « Ils les ont jetés dans le puits. Les soldats ont achevé les rebelles blessés, ramenés de Konna. Les vivants ont été exécutés. Puis ils ont recouvert les corps de pneus et d'essence et les ont brûlés. »
Video

Mali : Michel Collon répond aux internautes - vidéo

Après l'interview sur Investig'Action et le débat chez Taddéï, Michel Collon répond aux nombreuses questions posées sur cette guerre...

Eye 1

Internet : le gouvernement français actuel est pire que le précédent et le... chinois

Twitter bird
© Inconnu

Diantre.
On a appris que le président français « normal » François Hollande préfère désormais l'avion au train, pour aller à Lille. L'Elysée indique que c'est parce qu'il y a la guerre au Mali. Fichtre. Que n'avait-on pas dit à propos de Nicolas Sarkozy ? Sur le plan Internet, tout ou presque avait été dit sur Adopi ou Loopsi (1 et 2).


Mais, actuellement, les services gouvernementaux français, sur ordre « de », font de plus en plus de zèle, sans même se cacher, des écoutes téléphoniques au contrôle abscons de l'Internet. Sarkozy, ses sbires et ses vieux de l'UMP n'aiment pas le web car il lui échappe et laisse passer des informations qu'ils n'aimeraient pas voir divulguées...C'est vraiment affligeant. Ambiance.
Dollar

Mali : l'intervention militaire française aurait déjà coûté 30 millions

Selon le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, les 12 premiers jours d'intervention au Mali auraient déjà coûté environ 30 millions d'euros.

Le calcul est fait "de manière un peu grossière", mais le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, évalue "à peu près à 30 millions d'euros le coût de l'opération à l'heure actuelle" des troupes françaises au Mali. C'est en tout cas ce qu'il a déclaré mercredi dans l'émission "Politiques" de France24-L'Express-RFI, 12 jours après le début de l'engagement français.

Si cette somme peut paraître très importante, le ministre de la Défense a certifié que "nous ne sommes pas en situation de difficultés de trésorerie". "Lors de l'examen du budget de la défense, annuellement, il y a une somme qui est affectée à ce qu'on appelle les opex, les opérations extérieures, d'un montant de 630 millions, qui sont à disposition du ministre de la Défense, du ministre des Finances, lorsque des opérations sont menées", a-t-il expliqué. Pour le moment, la somme investie représente donc à peine 0,05% du budget annuel alloué aux fameuses "opex".
Propaganda

Espagne : El Pais publie une fausse photo d'Hugo Chavez


L'image publiée par le journal « El Pais » serait tirée, comme cette photo que nous publions, d'une vidéo postée sur le site Youtube Capture vidéo/Youtube
L'image d'un homme, intubé sur un lit d'hôpital, était présentée comme celle du président du Venezuela...

La photo choc était un fake. Le quotidien espagnol El Pais a publié, mercredi sur son édition en ligne, l'image d'un homme intubé sur un lit d'hôpital, présentée comme étant celle du président vénézuélien, Hugo Chavez, rapporte la presse vénézuélienne.

Sauf que la photo, fournie par l'agence Gtresonline et publiée pendant environ trente minutes sur le site Web d'El Pais, était fausse. Sur son site, le journal espagnol revient d'ailleurs ce jeudi sur cette erreur, expliquant qu'«après avoir constaté que l'image fournie ne correspondait pas à Hugo Chavez, El Pais a bloqué la distribution de son édition imprimée et a procédé à l'expédition d'une nouvelle édition dans les points de vente».
Bomb

Mali : une intervention indécente

Traduction : Courrier international


Dessin de Haddad, Liban
Nous sommes indignés non pas par le massacre d'innocents, mais parce que les otages qui ont été tués étaient principalement des gars blancs aux yeux bleus plutôt que des gars aux yeux bruns sombres.

Etonnant non, à quel point nos "dommages collatéraux" diffèrent de leurs "dommages collatéraux" ? Discutant hier avec un vieil ami algérien qui travaille dans l'aviation, je lui ai demandé ce qu'il pensait de l'assaut lancé par les autorités de son pays contre le site gazier d'In Amenas. "Une superbe opération, Robert", s'est-il exclamé à l'autre bout du fil. "Nous avons détruit les terroristes !" Et les otages innocents, alors ? Ils sont morts, tout de même, ai-je fait remarquer. "Les pauvres, a-t-il concédé. Nos femmes et nos enfants sont morts par milliers pendant notre guerre [dans les années 1990], c'est une tragédie terrible - mais c'est le terrorisme que nous combattons."

Voilà. Nos morts ne lui ont fait ni chaud ni froid. Et il n'a pas tout à fait tort au fond, n'est-ce pas ? Car si nous nous indignons aujourd'hui, ce n'est pas devant le massacre d'innocents, mais parce que les otages tués par l'armée algérienne (aux côtés de certains de leurs ravisseurs) étaient plus souvent des gars aux yeux bleus et à la peau blanche que des types au teint mat et aux yeux noirs. Si tous les otages "occidentaux" (et j'inclus les Japonais dans ce qualificatif ridiculement globalisant) avaient été sauvés et que les seuls innocents morts avaient été algériens, personne n'aurait parlé d'"opération bâclée".
USA

Le monde à l'envers : un ex-agent de la CIA écroué pour avoir dénoncé la torture pendant que les tortionnaires ne sont pas inquiétés par la justice

Pour avoir divulgué le nom d'un collègue impliqué dans des interrogatoires musclés dans les prisons secrètes de la CIA, un ancien agent de la CIA est condamné à 30 mois de prison.

John Kiriakou avait dénoncé cette pratique de la CIA, qui avait été assimilée à de la torture.

M. Kiriakou, 48 ans, qui a travaillé à la CIA de 1990 à 2004, avait plaidé coupable en octobre devant le tribunal fédéral d'Alexandria (Virginie, est), pour éviter un procès.

Il a reconnu avoir dévoilé le nom de son collègue à un journaliste. Par la suite, le nom du collègue avait été retrouvé chez l'avocat d'un détenu du camp de Guantanamo, qui était passé par des prisons secrètes de la CIA. C'est cette découverte qui a déclenché en 2009 une enquête fédérale qui a mené à John Kiriakou.
Top