Les Maîtres du Monde
Carte


Star of David

Selon l'ONU, les enfants palestiniens arrêtés par Israël sont victimes de menaces, de maltraitance et d'abus

Traduction : Info-Palestine.eu - Dominique Muselet

Les enfants palestiniens détenus par l'armée israélienne en Cisjordanie sont "systématiquement" maltraités, en violation du droit international, a affirmé l'UNICEF dans son dernier rapport.

Un jeune Palestinien arrêté par l’armée israélienne pour avoir jeté des pierres pendant une manifestation. (AFP Photo / Hazem Bader)
Chaque année environ 700 enfants palestiniens âgés de 12 à 17 ans - le plus souvent des garçons - sont arrêtés, interrogés et détenus par l'armée israélienne, la police et les forces de sécurité, a établi la Fondation des Enfants des Nations Unies (UNICEF) dans un document de 22 pages publié mercredi.

L'organisation des droits de l'homme a enquêté sur la manière dont les enfants étaient traités aux différentes étapes du processus d'incarcération militaire et ont mis en lumière des pratiques "cruelles et inhumaines".
Megaphone

Le « J'accuse » du député Laurent Louis devant le Parlement belge


Alors que le Parlement belge s'apprêtait à voter une proposition de résolution visant à organiser en grandes pompes et à coup de millions d'euros les commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale, le député Laurent LOUIS prend la parole pour dénoncer l'hypocrisie du Parlement. Il accuse les politiques actuels de dépenser inutilement de l'argent pour commémorer les guerres anciennes et ainsi occulter les guerres actuelles.

Tout y passe: les guerres menées par l'OTAN, la Belgique ou ses alliés européens, le soutien à la politique nazie d'Israël, Monsanto, l'assassinat de Kadhafi, le coup d'Etat contre Bashar Al Assad, la politique coloniale belge au Congo, les mains coupées, la contamination des Congolais par le sida, l'austérité, cette oppression des peuples actuels sans oublier le séparatisme. Un message résolument de vérité où le député LOUIS s'oppose aux manipulations actuelles et exhorte les dirigeants belges à opter pour une paix réelle en rejetant les formes modernes d'oppression des peuples.

Il ne pourra hélas pas terminer son intervention car le Président socialiste du Parlement belge lui coupera la parole. A noter que durant son intervention, le député LOUIS aura dû affronter le bruit et les insultes en provenance des bancs socialistes. Assurément ceux qui se disent proches des citoyens n'ont pas envie d'entendre certaines vérités...
Airplane

Le message de Rand Paul à Obama : ne drone pas mon pote

Traduction: Dominique Muselet

Ce qui est très positif dans le discours d'obstruction de 13 heures de Rand Paul -qui s'est terminé quand Paul a été obligé d'aller aux toilettes- c'est qu'il a alerté le public sur les voies traîtresses que le programme de drone d'Obama pourrait emprunter : à savoir l'assassinat ciblé d'Etasuniens sur le sol étasunien. Ce fut un marathon d'instruction civique et une critique cinglante du bilan du président Obama en matière de libertés civiles.

Par contre, Rand a eu le grand tort de refuser de condamner fermement la manière dont les drones sont déjà utilisés à l'étranger et de dénoncer le rôle du nouveau chef de la CIA, John Brennan, dans la conception d'un programme qui a causé la mort de tant de civils non-étasuniens et généré des sentiments anti-étasuniens dans le monde entier. Rand Paul a mentionné de nombreux problèmes liés aux frappes de drones dans des endroits comme le Pakistan et le Yémen, mais il s'est globalement concentré sur la question de l'assassinat par drones d'Etasuniens et encore plus précisément sur l'assassinat par drones d'Etasuniens sur le sol étasunien.
Dollar

UE : des escrocs d'après les standards européens

La déclaration, faite le 6 mars à Bruxelles par la Commissaire européenne aux Affaires intérieures Cecilia Malström, sur les proportions menaçantes de la corruption en Union Européenne n'a pas fait en principe sensation, au regard des experts. Et pourtant les chiffres mentionnés par Mme la Commissaire ne peuvent ne pas impressionner.

D'après les données officielles, publiées par Cecilia Malmström, en Europe unifiée quelque 120 milliards d'euros disparaissent chaque année à cause de la corruption. Ces milliards ne se dissipent pas dans l'air. De 20 à 25 % du coût des contrats publics viennent se déposer dans les poches des fonctionnaires, répondant de ces contrats, a précisé Mme Malmström. L'importance des commandes d'Etat dans les pays de l'UE représente, selon la Commissaire européenne, environ 15 % du PIB global de l'UE.

En somme, il n'y a rien d'extraordinaire dans les faits révélés de corruption et d'escroquerie en Europe, pensent certains experts, comme par exemple, Ivan Rodionov, professeur à l'Ecole supérieure de l'Economie.
Star of David

Découverte en Syrie de matériel israélien d'espionnage

Une unité électronique d'observation et de transmission, dissimulée dans de faux rochers, a été découverte sur le littoral syrien. Il s'agit d'un matériel israélien qui permettait à Tel-Aviv de renseigner des jihadistes sur les mouvements de troupes de l'armée arabe syrienne.

Snakes in Suits

Hollande et Fabius limogent plusieurs diplomates français opposés à la guerre au Mali


François Hollande et Laurent Fabius. D. R.
Selon TTU (Très Très Urgent, lettre d'information hebdomadaire consacrée aux questions stratégiques et de défense), les divergences de vues sur la gestion de la crise malienne et l'intervention de l'armée française dans ce pays ne sont pas du tout tolérées par François Hollande. Plusieurs hauts fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères qui ont osé critiquer cette politique ont perdu leur poste. Il ne s'agit pas seulement de punir ceux qui sont sortis de l'unanimisme, mais surtout, selon TTU, de mettre à l'écart des éléments «hostiles» susceptibles de parasiter la conduite actuelle du dossier malien.

Parmi les victimes de cette purge : d'abord la directrice de la DAOI (Direction Afrique-Océan indien), Elizabeth Barbier, puis Laurent Bigot, sous-directeur dans la même structure. Aucune explication ni affectation ne sont données aux limogés qui sont sommés par leur hiérarchie de quitter leurs postes «sous 48h». Laurent Bigot n'était pas d'accord, et l'a dit, avec «la décision française de s'appuyer sur un gouvernement intérimaire contesté et une armée suspectée d'exactions contre les populations civiles, et, dans le même temps, de favoriser le MNLA, en utilisant ses hommes pour mener à bien la bataille des Ifoghas».
USA

Les Américains ont organisé un vaste réseau de torture en Irak

Alors que ce mois de mars marque le dixième anniversaire de l'invasion américaine en Irak, The Guardian et BBC Arabic révèlent après une enquête de quinze mois à laquelle plus d'une douzaine de journalistes ont contribué que les Etats-Unis ont fait appel à un vétéran des «guerres sales» d'Amérique centrale pour mettre au point une force de police de contre-insurrection en Irak, qui a torturé des suspects dans plus de dix centres de détention secrets à travers le pays.

Les révélations se concentrent autour du colonel James Steele, qui a mené la contre-insurrection au Salvador et au Nicaragua dans les années 1980, et de son rôle dans l'entraînement et la gestion d'une police spéciale irakienne. Le Guardian affirme que Steele et son collègue le colonel Coffman, un autre vétéran des forces spéciales, ont organisé un vaste programme de torture dans le but d'obtenir des renseignements d'hommes suspectés de terrorisme avec l'accord et le soutien des plus hautes personnalités de l'armée américaine, notamment le général David Petraeus (qui a récemment démissionné de la tête de la CIA à cause d'une liaison avec sa biographe) et l'ancien secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld.
Sherlock

Mort d'Hugo Chavez : expulsion de deux militaires américains accusés de conspiration

Le décès d'Hugo Chavez a éclipsé la nouvelle. Mardi 5 mars, en début d'après-midi, le gouvernement vénézuélien annonçait l'expulsion de deux militaires américains en poste à l'ambassade de Caracas. Accusés de conspiration, l'attaché de l'armée de l'air, David Delmonaco, et son assistant, Devlin Kostal, ont été priés de "quitter sous vingt-quatre heures le territoire souverain et indépendant de la République bolivarienne du Venezuela". Les deux hommes auraient contacté des militaires vénézuéliens pour leur proposer des projets déstabilisateurs.

Le vice-président Nicolas Maduro a profité de l'occasion pour attaquer bille en tête l'"impérialisme américain". Il a affirmé que le cancer du président Chavez était le résultat d'une "attaque" et a évoqué la possibilité que ses ennemis le lui aient inoculé. "Nous ne doutons pas que le moment viendra, dans l'histoire, où nous pourrons former une commission scientifique pour savoir comment Chavez a été attaqué", a affirmé M. Maduro, en comparant son cas à celui du président palestinien Yasser Arafat.
Eiffel Tower

Massacre tranquille au Mali

On avait pu croire en considérant les déclarations de Hollande d'avant janvier que l'attaque française contre les rebelles maliens serait étroitement circonscrite dans l'espace et dans le temps, qu'elle n'aurait pour but que de rétablir l'équilibre dans les négociations menées au Burkina Faso, équilibre rompu dangereusement par la prise de Konna : reprise de Konna sans doute avec envoi de troupes héliportées, force d'interposition massée à la délimitation Nord-Sud, militaires africains remplaçant très tôt les français...

Mais dés le début de l'offensive Serval, le ton adopté par Fabius et Hollande était rien moins qu'inquiétant. Les rebelles maliens islamistes étaient tous assimilés à des bandits, des meurtriers, des terroristes qu'il fallait « détruire ». Aucun but clairement défini à l'opération, aucune limite fixée dans le temps comme dans l'espace. Une volonté meurtrière mise en avant à mots à peine couverts, sans souci des conséquences.

170 frappes aériennes, tel était le décompte début janvier. Quand on sait la puissance et l'effet ravageur des bombes utilisées, dont certaines à l'uranium appauvri, quand on sait que chaque frappe représente un largage de plusieurs bombes, on frémit en supputant le nombre des victimes des bombardements français. Ce n'est pas plusieurs centaines comme le clamaient Fabius et Le Drian -ce qui est déjà beaucoup trop- c'est probablement plusieurs milliers.
USA

Le président US a le droit de faire assassiner ses concitoyens, y compris sur le territoire US

L'attorney général des États-Unis, Eric Holder, a confirmé dans une lettre adressée au sénateur Rand Paul que le président des États-Unis a le pouvoir d'autoriser l'assassinat d'un citoyen états-unien, sur le territoire états-unien, sans jugement, lorsque un motif de sécurité nationale le requiert.

M. Holder écrit :
« Il est possible d'imaginer une circonstance extraordinaire dans laquelle il serait nécessaire et approprié au regard de la Constitution et des lois en vigueur aux États-Unis pour le président d'autoriser les militaires à utiliser la force léthale sur le territoire des États-Unis » (cf. document joint).
Top