Les Maîtres du Monde
Carte


Bad Guys

OGM : UE et risque d'une pensée unique scientifique

© AFP/Archives / Pascal Pavani
Rassemblement de militants anti-OGM pour déraciner des plants de maïs génétiquement modifiés
Un collectif d'ONG a demandé mardi la suppression du poste de conseiller scientifique de la Commission européenne, actuellement confié à une pro-OGM, y voyant le risque d'une pensée unique et sous influence en matière de science dans l'UE.

Ces ONG, dont Greenpeace, Réseau environnement santé (France) et Alliance pour la prévention du cancer (Royaume-Uni), ont lancé cet appel dans une lettre ouverte au président élu de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, qui doit succéder cet automne à José Manuel Barroso.
Elles lui demandent d'abolir la fonction de conseiller scientifique en chef (CSC) auprès du président de la Commission européenne, créée par M. Barroso et actuellement assurée par la Britannique Anne Glover.

Maintenir cette fonction "n'est pas le meilleur moyen pour la Commission de garantir l'élaboration de politiques publiques informées par des données scientifiques probantes", mais est "au contraire la source de problèmes supplémentaires", selon le texte. "Les lobbyistes de l'industrie ont compris depuis longtemps que plus l'avis scientifique est concentré dans les mains d'une seule personne, et plus il est facile de la contrôler".

Commentaire: Où quand les fous traitent les autres de fous...

Snakes in Suits

Traité transatlantique : aujourd'hui, la justice privée

© Monsieur Fou Wikimedia Commons
Les multinationales vont-elles pouvoir attaquer un État devant un tribunal arbitral privé ? C'est le principal cheval de bataille des opposants au futur traité de libre-échange entre les États-Unis et l'Europe.
La question aura une place centrale durant l'Université d'été européenne des mouvements sociaux, causerie organisée du 19 au 23 août à Paris par Attac. Car l'association pour la taxation des transactions financières et pour l'action citoyenne n'est globalement pas en faveur du traité qui doit être signé le 25 septembre.


Mais parmi toutes les dispositions contenues dans ce texte, celle décidant du mode de règlement des conflits entre entreprises et états est peut-être celle qui fâche le plus ses opposants.

Et même si le texte final n'est pas encore dévoilé, l'idée n'est pas fantaisiste. Le principe d'introduire un mécanisme spécifique, l'ISDS (pour investor-state dispute settlement) a en effet été accepté par les deux parties, Etats-Unis comme Union Européenne.

Commentaire: En lien :

- Traité transatlantique : aujourd'hui, un petit bain d'illusion
- Traité transatlantique : aujourd'hui, le documentaire « Bienvenue au paradis »
- Traité transatlantique : aujourd'hui, l'Occident contre le reste du monde, vue d'ensemble en image
- Traité transatlantique : aujourd'hui, sécurité sanitaire et environnementale
- Traité transatlantique : aujourd'hui, les sables bitumineux
- Traité transatlantique : aujourd'hui, retour sur les enjeux gigantesques du TAFTA
- Le Traité Transatlantique : aujourd'hui, les pesticides
- Le traité transatlantique représente une attaque sans précédent contre la démocratie, il va dévorer les Français

Star of David

Netanyahou donne l'ordre de reprendre les attaques sur Gaza

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, a donné l'ordre aux forces militaires de reprendre les bombardements aériens sur la bande de Gaza assiégée.

De nouvelles frappes aériennes ont eu lieu ce mardi soir sur la ville de Gaza et de Beit Lahiya, dans la bande de Gaza, à l'approche de l'expiration du cessez-le-feu obtenu avec difficulté à 21h00 GMT.

Les frappes ont été ordonnées par Netanyahou en réponse à des tirs présumés de roquettes provenant de la région plongée dans la misère.

L'armée israélienne affirme que trois roquettes ont frappé des terrains vagues de Beersheva sans faire de victimes.

Les combattants de la résistance Palestinienne n'ont pas encore commenté ces affirmations.

Entre temps, les négociateurs israéliens et palestiniens sont engagés dans des pourparlers indirects au Caire dans l'optique d'une prolongation de la trêve.

Du côté palestinien, on affirme qu'Israël a apporté de nouvelles requêtes à la table des négociations et que cela mettrait en péril les discussions. Ces pourparlers obtenus par la médiation égyptienne ont débuté la semaine dernière, à la suite d'une offensive israélienne sur Gaza qui a duré un mois.
Play

Alain Marsaud : "le mal que nous avons fait"

Le député des Français de l'étranger (UMP), Alain Marsaud, n'a pas sa langue dans sa poche.

La France a annoncé la livraison d'armes aux combattants kurdes en Irak. "J'espère que nous n'allons pas les décevoir", explique le représentant des Français qui vivent dans cette région. Il pointe le manque de moyens de l'armée française et se demande quel type de matériel va pouvoir livrer l'armée française.

Il évoque aussi les interventions occidentales au Proche-Orient et dresse un constat d'échec. "Il faudra regarder, lance-t-il, le mal que nous avons fait dans cette région".

Bomb

Pourquoi Washington prend-il le risque d'une guerre avec la Russie ?

russie vs usa
Le siège du Donbass par Kiev soutenu par l'administration Obama est en train de se transformer en une dangereuse crise.

Comme The Nation n'a cessé de le répéter l'impensable pourrait se produire très vite en Ukraine : pas seulement la guerre froide dont on parle mais une vraie guerre entre l'OTAN, sous commandement étasunien, et la Russie. L'épicentre en serait le territoire d'Ukraine de l'Est qui porte le nom de Donbass, une grande région industrielle fortement peuplée d'Ukrainiens russophones et étroitement liée à son voisin géant par des dizaines d'années de relations économiques, politiques et culturelles.

Le crash de l'avion de ligne malaisien MH17, abattu le 17 juillet aurait dû conduire le gouvernement de Kiev soutenu par les Etats-Unis à déclarer une trêve durable et à cesser ses attaques aériennes et terrestres contre les villes voisines par respect pour les 298 victimes, pour permettre aux enquêteurs internationaux d'accéder au site et pour entamer des pourparlers de paix. Au lieu de cela, Kiev, avec le soutien de Washington, a immédiatement intensifié ses attaques sur les endroits résidentiels, pour soi-disant les « libérer » des « terroristes » pro-russes, comme il appelle les résistants d'Ukraine de l'Est, tuant encore davantage d'innocents. En réponse, il semble que Moscou se prépare à envoyer des armes lourdes aux forces d' »auto-défense » du Donbass.
Water

Ne diluez pas le BRICS !

Il existe un risque croissant que le BRICS, le club des nations qui sont tenues en lisière du front, dans les tranchées, face à l'impérialisme global de l'Occident, puisse un jour se dissoudre et s'affaiblir, si quelques alliés des occidentaux, radicaux d'extrême-droite, tels que l'Indonésie et la Turquie étaient autorisés à les rejoindre.

Le BRICS est composé des pays suivants : Brésil, Russie, Inde, Chine et l'Afrique du Sud, et il était prévu à l'origine pour n'être qu'un bloc économique, mais, dans les dernières années, les attaques de l'Occident contre les pays menant des systèmes politiques et économiques indépendants ont poussé la majorité des nations du BRICS dans une alliance politique puissante, voir une étreinte.

À l'exception d'un allié inébranlable des États-Unis et capitaliste zélote, l'Inde, tous les autres pays membres s'opposent farouchement et fièrement à la récente vague d'attaques d'un Occident néocolonial. Ils peuvent avoir des systèmes politiques et économiques différents, mais l'anti-impérialisme est leur principal dénominateur commun.
Safe

Sanctions : Moscou prépare d'autres mesures de rétorsion

© RIA Novosti. Grigory Sysoev
Dmitri Peskov, porte-parole du président de la Russie
La Russie adoptera d'autres mesures de rétorsion, si l'Occident poursuit sa politique destructrice de sanctions, a déclaré mardi à Moscou le porte-parole du président russe Dmitri Peskov.

« Nous étudions plusieurs variantes. Nous avons déclaré à maintes reprises que la Russie est hostile au langage des sanctions et qu'elle n'a pas été la première à l'utiliser. Mais si nos partenaires poursuivent leur politique destructrice, nous serons obligés d'adopter des mesures supplémentaires », a indiqué M.Peskov.

Le porte-parole a refusé de commenter les informations des médias selon lesquelles le gouvernement russe avait déjà élaboré une série de mesures prévoyant notamment de limiter les importations de produits manufacturés.
Airplane

COUP DE GRÂCE ? Crash du vol MH17 Malaysia Airlines : Moscou piège Kiev à l'ONU

mh17 a
Le crach de l'avion Boeing 777 de la Malaysia Airlines dans la zone de conflit de l'Ukraine a conduit à une crise diplomatique majeure entre la Russie et l'Occident. L'Occident, sans un début de commencement de preuve a accusé la Russie. L'ours a réagi hier à l'ONU de façon magistrale. La Russie a accusé l'Ukraine de refuser de livrer au monde entier tous les enregistrements des communications de ses contrôleurs du trafic aérien avant et après la catastrophe. Ce qui est vrai et qui empêche de faire une vraie enquête internationale.

Au lieu d'accuser les pro-russes d'avoir bombardé cet avion, il faut commencer par le début. Pourquoi cet avion a survolé cet espace-là ? Du coup, Kiev se défile. une fuite en avant qui en dit long sur ses réelles intentions.
Bomb

La France offre des réductions d'impôts pour des dons à l'armée israélienne


Capture d'écran mentionnant la réduction d'impôt (avant modification).
Une association caritative Juive Tsidkat-Eliaou propose de soutenir les soldats de l'armée israélienne via des dons ; problème, les dons sont déductibles des impôts en France, via ce système nos impôts en France financent les cadeaux fiscaux fait aux donateurs soutenant l'armée israélienne.

Commentaire: Si d'un autre côté un citoyen français décide de faire un don pour la Palestine, il sera taxé de soutenir le terrorisme, et son don n'arrivera probalement jamais dans les poches des Palestiniens mais plutôt dans les caisses bien pleines de son oppresseur.

Bomb

La police fait une descente pour une page Facebook


Page Facebook d'H&O Production
Ce matin du 7 août 2014, Hassan M.*, venait à peine de glisser dans les bras de Morphée, après une nuit de travail. Soudain, un bruit violent résonna dans son appartement. Le son provenait de la porte d'entrée, et les coups se faisaient insistants. Encore sonné par son réveil en sursaut, Hassan se dirigea vers la porte et regarda par l'œil de bœuf. Il demeura, un moment, stupéfait : un groupe de six personnes en civils se tenait fermement sur le pallier. Une sombre idée lui traversa alors l'esprit : « Et si c'était la LDJ ? »

Commentaire: En outre cette descente musclée est une menace à peine voilée à tous ceux qui oseraient remettre en cause l'épuration ethnique conduite par Israël depuis plus de 60 ans.

Remarquez également l'asymétrie des traitements infligés. Israël, la LDJ, les porte-paroles sionistes, insultent, harcèlent, mentent, détruisent en totale impunité tandis que les défenseurs de la Palestine sont systématiquement ciblés par les médias, la justice et les forces de police.

Top