NOUVEAU ! Disponibles en français sous format électronique (Amazon Kindle) !

L’Onde, Tome 6 – Affronter l’inconnu, de Laura KNIGHT-JADCZYK

L'histoire secrète du monde, tome 2 - Les comètes et les cornes de Moïse, de Laura KNIGHT-JADCZYK

Les Maîtres du Monde
Carte


Stock Up

L'Allemagne sur le point de rejoindre secrètement les BRICS ?

D'après un analyste financier l'Allemagne serait en train de rejoindre secrètement les BRICS.

La controverse de la surveillance de la NSA est centralisée sur la peur viscérale américaine que la première puissance économique d'Europe largue le dollar.

L'analyste financier Jim Willie affirme de manière sensationnelle que l'Allemagne serait en train de se préparer à abandonner le système unipolaire soutenu (et protégé) par l'OTAN et les États-Unis en faveur de rejoindre les nations de l'assemblée des BRICS et que ceci serait le pourquoi la NSA a été prise la main dans le sac à espionner Angela Merkel et d'autres leaders politiques allemands.

Dans un entretien avec Greg Hunter de USA Watchdog, Willie, un analyste statisticien ayant un doctorat en la matière, a avancé que la véritable raison derrière le récent scandale de la surveillance de la NSA ciblant l'Allemagne est centrée autour de la peur des États-Unis devant le fait que la plus grosse puissance économique européenne cherche à échapper à l'inévitable effondrement du dollar.

"Je pense qu'ils cherchent certains détails pour aider la Russie à larguer le dollar. Ils cherchent des détails pour un mouvement secret pour que l'Allemagne puisse sortir du système du dollar et rejoindre les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud). C'est exactement ce qu'ils sont en train de faire" a dit Willie.
Star of David

Israël et ses feux d'artifices « spécial Fête de l'Aïd sur Gaza »

© Inconnu
La fête de l'Aïd El Fitr marque la fin du ramadan. Israël et son premier ministre Benyamin Netanyahou célèbrent à leur manière la fête la plus importante de l'Islam.

Au peuple Palestinien.

Nous, Israël avons décidé de vous offrir le plus beau feu d'artifice que vous pouvez imaginer à l'occasion de la fin du ramadan. Depuis 2 semaines, nous avons donné un aperçu de nos talents pyrotechniques, mais ce n'est rien à côté de ce que nous allons vous envoyer dans les jours à venir.
Notez au passage qu'Israël est le 5ème exportateur mondial d'armes, juste derrière la France.
Cette action militaire est l'occasion de montrer au monde entier notre savoir-faire. Ils ont le salon du Bourget, nous, nous avons Gaza. Pour toute commande, écrire à la rédaction qui transmettra.
Certains de nos concitoyens ne s'y sont pas trompés et se sont confortablement installés dès le premier jour sur une colline dominant Gaza pour admirer le spectacle. C'est la fête, écoutez les pousser des cris de joie à chaque missile que notre valeureuse armée envoie sur vos maisons, tuant à chaque fois des dizaines de civils. (1)
Snakes in Suits

Doctrine Drago : une solution contre les fonds vautours et l'esclavage de la dette

© Inconnu
Avec la crise argentine, le monde découvre (enfin) que le bras de fer éhonté engagé par les « fonds vautours » contre des pays victimes de la crise de la dette se joue avec la bénédiction des plus hautes instances juridiques de plusieurs pays occidentaux, en l'occurrence la Cour suprême des États-Unis.

Cette vérité ne fait que confirmer ce contre quoi l'économiste américain Lyndon LaRouche et Jacques Cheminade en France avaient mis en garde depuis des décennies : à force de déréglementation financière, de privatisations, d'accords de libre-échange et de « dissolution » graduelle de la puissance publique voire l'existence même d'États-nations souverains, le monde retourne à l'enfer du XIXe siècle, lorsque les empires coloniaux, confrontées au refus de leurs victimes de payer des dettes qu'on leur avait imposées optaient pour « une politique de la canonnière » en envoyant leurs armées pour récupérer leur dû. En vérité, les prédations des fonds vautours ne sont qu'une caricature de ce qui deviendra la pratique courante si jamais le TAFTA/TTIP est mis en place.

La bonne nouvelle, c'est qu'avec le précédent de la « doctrine Drago », l'histoire nous offre un exemple inspirant pour combattre ce retour des démons du passé.
Network

Bernard Cazeneuve veut sa petite loi « Ferme ta gueule Internet » et il l'aura si vous ne faites rien

cazeneuve
N'espérez pas qu'il y ait une once de bon sens à la tête de ce pays. Par exemple, Bernard Cazeneuve notre ministre de l'Intérieur répond à une logique qui nous dépasse tous, nous les êtres humains.

En effet, ce dernier se dirige dans une direction qui est loin de tout ce que peuvent représenter les valeurs de notre pays. Un nouveau projet de loi antiterroriste vise à bâillonner n'importe quel site internet, sans avoir recours à la justice et cela, malgré les hurlements du Conseil National du Numérique sur les dangers d'une telle loi, le projet de loi est maintenu par le Ministère de l'Intérieur.

Oui, au Ministère, ils n'écoutent personne, ils font ce qu'ils veulent comme des gosses et ils s'en foutent puisqu'ils ont la TOUTE-PUISSANCE INTERSIDÉRALE et qu'ils souhaitent absolument nous la mettre bien profond.
Sherlock

Malgré l'opposition des USA et l'abstention des Français et des Britanniques, l'ONU a lancé une enquête sur d'éventuels crimes de guerre d'Israël à Gaza

fr gaza carte
Le conseil de 47 membres de la commission de défense des droits de l'homme de l'ONU a soutenu une résolution palestinienne visant à lancer une investigation sur l'offensive d'Israël à Gaza par 29 voix, comprenant la voix des pays arabes et musulmans, rejoints par la Chine et la Russie, ainsi que l'Amérique latine et les pays africains. Les États-Unis ont été le seul membre à voter contre. Les 17 abstentions ont été du fait des membres européens du Conseil (notamment la France et le Royaume-Uni), plus le Japon et la Corée du Sud.

Le résultat de la votation a été le suivant :

En faveur (29) : Algérie, Argentine, Brésil, Chili, Chine, Congo, Costa Rica, Côte d'Ivoire, Cuba, Éthiopie, Inde, Indonésie, Kazakhstan, Kenya, Koweït, Maldives, Maroc, Mexique, Namibie, Pakistan, Pérou, Philippines, Fédération de Russie, l'Arabie saoudite, Sierra Leone, Afrique du Sud, Emirats Arabes Unis, le Venezuela et le Viet Nam.

Contre (1) : États-Unis d'Amérique.

Abstentions (17) : Allemagne, Autriche, Bénin, Botswana, Burkina Faso, République tchèque, Estonie, France, Gabon, Irlande, Italie, Japon, Monténégro, République de Corée, Roumanie, ex-République yougoslave de Macédoine, et Royaume-Uni.
Star of David

Les mensonges d'Israël à des fins de guerre cela suffit !

colons israeliens
Les prétendus enlèvement et meurtre de trois colons israéliens, en juin dernier, furent la raison invoquée pour justifier l'escalade d'Israël contre le gouvernement Hamas dans la Bande de Gaza sous occupation israélienne. Mais de nouvelles preuves indiquent que le Hamas n'était pas du tout responsable des meurtres, selon des journalistes qui ont discuté avec la police israélienne.

La chronologie des événements, en tenant compte du fait que les raids israéliens en Cisjordanie et les tirs sur les pêcheurs de Gaza sont quotidiens depuis des années, a commencé avec la disparition de trois jeunes israéliens d'une colonie construite sur la terre palestinienne, en Cisjordanie , le 12 juin.

Pendant les trois semaines suivantes, les forces israéliennes se sont déchaînées dans toute la Cisjordanie , enlevant des députés, des hommes politiques et pratiquement toute personne qui avait été associée publiquement au parti politique Hamas (un parti politique palestinien dont la branche armée, par le passé, a revendiqué la responsabilité d'attaques contre des soldats et des civils israéliens), mettant plus de 900 personnes en garde à vue. Les responsables du Hamas ont nié avec véhémence tout lien avec la disparition des colons. Des responsables palestiniens ont qualifié la campagne de rafles de violation du droit international.
Cowboy Hat

L'Occident qui viole les droits de l'homme : une page révélatrice dans Le Monde

© RIA Novosti. Mikhail Voskresensky
On se frotte les yeux après avoir lu la page deux de ce grand quotidien dans le numéro daté du 28 juillet. Une envoyée spéciale à Donetsk, ville d'un million d'habitants, raconte l'enfer vécu par les habitants sous le feu de l'armée ukrainienne.

Vous avez bien lu : l'armée ukrainienne et non l'armée russe ! Et la journaliste insiste : « pour les autorités ukrainiennes, reprendre la capitale du Donbass est une priorité. Elles ont promis de ne pas bombarder la ville (..) mais dans un rapport publié le 25 juillet l'organisation internationale de surveillance des droits de l'homme « Human Rights Watch » (HRW) prend Kiev en défaut : « selon des indices concordants, l'armée ukrainienne est à l'origine de tirs de roquettes qui ont causé la mort d'au moins 16 civils depuis le 12 juillet. Ces tirs de roquette sont si imprécis que leur usage systématique est proche du crime de guerre selon HRW ; une ukrainienne Nadia qui avait voté lors du référendum pour l'indépendance du Donbass constate qu'elle n'a plus que le choix suivant : fuir (vers la Russie comme 515 000 réfugiés selon l'ONU) ou mourir sous les tirs ukrainiens et elle ajoute : « comment voulez- vous qu'on vive avec des gens qui nous tuent ? » Répondre à des référendums autonomistes par une guerre sans merci n'est pas le meilleur moyen pour l'Ukraine de sauver son unité !
Bomb

L'aviation d'Israël reprend les tirs contre Gaza

© Photo: AP/Adel Hana
L'aviation israélienne a repris des tirs sur des cibles à Gaza en représailles aux tirs de roquettes contre le territoire israélien, communiquent les médias.

Dans le même temps des combats ont repris entre l'armée israélienne et les radicaux palestiniens dans le sud de l'enclave palestinienne.

Selon les médecins, deux Palestiniens ont été tués aujourd'hui par des chars israéliens dans le nord de la bande de Gaza. Au total plus de 1 000 Palestiniens ont été tués et environ 6 000 autres blessés depuis le début de l'offensive le 8 juillet.
Ambulance

Gaza : à Deir el-Balah, on n'ose plus se rendre à l'hôpital

© Crédit: Ibraheem Abu Mustafa/reuters
Hier, dans l’hôpital de Deir El-Balah, à gaza. un obus israélien a frappé l’étage où se trouve le service de chirurgie.
L'offensive israélienne se poursuit. Les efforts diplomatiques restent vains. Tel-Aviv a refusé une trêve humanitaire. Reportage à Deir el-Balah où l'hôpital a été la cible de frappes qui ont fait quatre morts.

De Gaza (Palestine), envoyé spécial. Du haut de la butte qui domine Gaza à la hauteur de Deir el-Balah, petite ville du bord de mer ceinte de villages qui s'étendent jusqu'à la frontière, les chars israéliens font le guet. Face à eux, la route Salahdine qui permet de rejoindre Khan Younes, au sud, à partir de Gaza City, au nord, sans passer par les bourgades côtières dont les rues sont encore plus défoncées que d'habitude, jonchées des débris de maisons. Un véritable jeu pour les Israéliens, qui s'amusent à tirer près des véhicules qui passent. Histoire de montrer qui est le maître, de bien faire comprendre aux Palestiniens qu'il suffirait de quelques degrés de rotation de la tourelle du char pour que leur route s'arrête là, dans un fracas. Boum ! Et puis, plus rien. Nous l'avons vécu à deux reprises, hier, en nous rendant à Deir el-Balah. Une première explosion a retenti derrière nous, à quelques centaines de mètres dans le champ qui jouxte la route. Deux kilomètres après, une rafale nous a frôlés, dont on a senti les vibrations sur le plancher de la voiture, sans doute des morceaux d'asphalte détachés par les balles. Qu'importe pour cette armée grossière si un véhicule est touché. La communication si bien rodée parlera de « terroristes » ou dira, s'il s'agit de journalistes, que la responsabilité d'Israël n'est pas engagée puisque les médias sont prévenus des dangers dans cette zone. Tout le monde n'a pourtant pas envie, à l'instar de Bernard-Henri Lévy lors de l'opération « Plomb durci », d'intégrer un char de l'armée israélienne.
Bomb

Vol MH17 : Un jeu d'échecs maculés de sang

« Les renseignements et les faits étaient arrangés pour servir la politique. » Tous se rappellent le Mémo de Downing Street, qui dévoilait la « politique » de Bush et de Blair à la veille du bombardement, de l'invasion puis de l'occupation de l'Irak en 2003. La « politique », c'était se débarrasser de Saddam Hussein au moyen d'une guerre éclair. La justification, c'était le « terrorisme » et les armes (non existantes) de destruction massive (ADM), qui avaient « disparu », montées sur des camions, dans les fins fonds de la Syrie. Pour les renseignements et les faits, on repassera.

On pourrait voir dans la tragédie du vol MH17, qui s'est transformée, soit dit en passant, en AMD, une rediffusion tordue de la politique impériale en Irak. Pas besoin de mémo cette fois. La « politique » de l'Empire du Chaos est claire et multiforme : diversifier le « pivot vers l'Asie » en établissant une tête de pont en Ukraine afin de saboter les échanges commerciaux entre l'Europe et la Russie ; étendre l'Organisation du traité de l'Atlantique nord à l'Ukraine ; briser le partenariat stratégique entre la Russie et la Chine ; empêcher par tous les moyens l'intégration commerciale et économique de l'Eurasie, du partenariat germano-russe aux nouvelles routes de la Soie convergeant de la Chine à la région de la Ruhr ; et maintenir l'Europe sous l'hégémonie des États-Unis.
Top