Les Maîtres du Monde
Carte

Stock Up

Malgré les sanctions, la Russie se relève

Traduit par jj, relu par Diane pour le Saker Francophone

Les sanctions destinées à punir la Russie pour avoir arraché la Crimée à l'Ukraine il y a un an étaient censées nuire aux affaires russes. Et c'est le cas. Les actions russes, obligations et matières premières ont connu la pire performance en 2014 de tous les marchés émergents.

Image
C'était avant. Maintenant l'image est en train de changer, avec des investisseurs recommençant à favoriser la Russie en 2015. Le rouble, qui était devenu la monnaie la plus volatile du monde l'an dernier après l'accaparement de la Crimée par le président Vladimir Poutine, se stabilise. Les fluctuations de sa valeur se sont rétrécies cette année, plus que n'importe laquelle des trente autres devises les plus échangées.

Jusqu'à présent, les investisseurs dans les titres d'État libellés en roubles russes ont gagné l'équivalent de 7 cents sur le dollar (7%) cette année, tel que mesuré par l'indice obligataire local Souverain Bloomberg Russie. En revanche, quiconque détient une dette publique similaire sur les marchés émergents a perdu 1,1% depuis le début de l'année.

Bad Guys

Far West : le peloton d'exécution sera permis en Utah si l'injection létale est impossible

Image
L'Utah est devenu lundi le premier État américain à permettre l'usage du peloton d'exécution pour la mise à mort de condamnés à la peine capitale.

Le gouverneur de l'Utah, Gary Herbert, un républicain, a donné son aval à l'approbation donnée il y a deux semaines par la législature de l'État.

La méthode ne sera toutefois utilisée qu'en cas d'incapacité à recourir aux fluides utilisés lors d'injections létales.

En donnant son accord, le gouverneur Herbert a reconnu que la mesure lui semblait un peu macabre. Il a toutefois rappelé que la loi de l'Utah approuvait la peine de mort et que le législateur devait prévoir une méthode de rechange pour que la condamnation soit concrétisée.

Laptop

Censure de l'Internet - 1er Round

Image
Le blocage des sites internet considérés comme « faisant l'apologie du terrorisme » a commencé, et ce ne sont pas moins de 5 sites qui ont d'ores et déjà été bloqués depuis la promulgation du décret de la loi, avec en tête de liste le site islamic-news, accusé (mais pas jugé !) de faire la promotion du Djihad sur l'internet français.

La procédure de blocage est d'une simplicité déconcertante, et se révèle être tellement anti-démocratique dans sa forme, qu'il fallait la voir en application pour finalement se résoudre à y croire. Un ordre de blocage est donné aux fournisseurs d'accès à Internet (FAI), qui disposent ensuite de 48 heures pour prendre les mesures utiles destinées à faire cesser le référencement des adresses visées. Ensuite, lorsque l'on tente une connexion sur l'un des sites incriminés, on tombe sur une main rouge, accompagnée du message suivant : « Vous avez été redirigé vers ce site officiel, car votre ordinateur allait se connecter à une page dont le contenu provoque (...) des actes de terrorisme ou fait publiquement l'apologie d'actes de terrorisme ».

Bomb

Guerre OTAN-Russie : une réelle possibilité

Traduit par jj, relu par Diane

Image
© Inconnu
Le Professeur Stephen Cohen : Nous avons un gros problème
Le professeur Stephen Cohen est l'une des autorités les plus respectées sur la Russie parmi les chercheurs américains et occidentaux. C'est un universitaire américain spécialiste de la Russie à l'Université de Princeton et à l'université de New York. Son travail se concentre sur l'histoire moderne de la Russie et la relation de la Russie avec les États-Unis.

Les points clés du discours extraordinaire de Cohen :

Better Earth

Comment le Mercosur et l'Union eurasiatique défient les États-Unis et l'hégémonie du dollar

Image
Face à l'offensive impériale menée par Washington contre la Russie et des gouvernements élus démocratiquement en Amérique latine, le partenariat stratégique entre le Mercosur et l'Union eurasiatique apparaît comme un moyen essentiel pour défendre la souveraineté et la construction d'un ordre mondial multipolaire, s'éloignant un peu plus de la sphère d'influence du dollar et moins centré sur l'économie des États-Unis.

Les stratégies de retenue économique préconisées par Washington contre Moscou et Caracas ont accéléré la réorganisation des alliances dans le système mondial. En effet, bien que la Russie se situe géographiquement au nord de l'hémisphère, son programme diplomatique est plus largement tourné vers les économies des pays émergents. C'est également le cas des pays d'Amérique latine, région qui selon le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, est appelée à devenir l'un des piliers de la construction d'un ordre mondial multipolaire.

Il va sans dire que les liens de la Russie avec l'Amérique latine sont en train de se renforcer très rapidement. D'après la base de données concernant le commerce des marchandises des Nations Unies (en anglais désignée sous le sigle UN Comtrade), les échanges entre Moscou et l'Amérique latine ont atteint un chiffre record de 18,832 millions de dollars en 2013. Ce montant est trois fois supérieur à celui de 2004 (le Brésil, le Venezuela, l'Argentine, le Mexique et l'Équateur sont les 5 partenaires les plus importants de l'ours russe en Amérique latine).

Bomb

Holocauste 2.0 : l'eugénisme et la guerre au terrorisme

Image
Si vue comme une science de l'hérédité, l'eugénisme n'était rien de nouveau. Les humains ont utilisé des méthodes de reproduction depuis des millénaires, dans le but d'obtenir le meilleur de leurs récoltes et bétails. Mais, dès qu'elle fut appliquée aux êtres humains en tant qu'ultime solution aux problèmes sociaux, l'eugénisme est devenu le moyen par lequel un nouveau régime psychopathique et technocratique se matérialiserait.

Bien que répugnant pour beaucoup aujourd'hui, l'eugénisme n'existait pas dans un vide. Les problèmes sociaux causés par les guerres civiles et mondiales, l'industrialisation de masse, la perte d'un mode de vie agraire, et la prolifération de la maladie et la dépendance au médicament dans les zones urbaines, exigeaient des solutions. Mais, comme un virus d'ordinateur, il y avait une idée plus insidieuse au sein de l'eugénisme, qui équivalait à assimiler la majorité de la société à du bétail - des unités extensibles et des bouches inutiles. Au lieu de mener au salut, l'eugénisme finira par apporter des camps de concentration à partir des colonies chez soi jusqu'aux voisinages de quartier pour s'occuper de cette pacotille humaine.

Bad Guys

Venezuela : une politique étasunienne malade rejetée par le reste du monde

Image
© Inconnu
L'annonce faite par la Maison-Blanche de décréter un état d'urgence nationale, dans le but de briser l'ordre constitutionnel au Venezuela, a unanimement été rejeté par la communauté internationale.

Le 9 mars 2015, Barack Obama a signé un ordre exécutif et a décrété un « état d'urgence » aux Etats-Unis en raison de la « menace inhabituelle et extraordinaire » que représenterait le Venezuela pour la sécurité nationale. Cette décision, hostile à l'égard d'une autre nation souveraine, est d'une extrême gravité et s'est accompagnée de nouvelles sanctions contre plusieurs fonctionnaires du gouvernement de la République latino-américaine.[1]

Pour justifier une telle décision, la Maison-Blanche évoque « l'intimidation des opposants politiques » au Venezuela, exige « le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales » et demande « la libération de tous les prisonniers politiques, y compris des dizaines d'étudiants, le leader de l'opposition Leopoldo López ainsi que les maires Daniel Ceballos et Antonio Ledezma »,... mais n'évoque aucune menace concrète contre les États-Unis.[2]

Snakes in Suits

Obama contrôle-t-il encore son entourage ?

Image
© REUTERS/ Kevin Lamarque
La situation quand les plus proches collaborateurs du président des Etats-Unis s'appliquent à promouvoir une décision politique qui n'est pas encore adoptée est à la fois "inédite et alarmante", selon une édition américaine.

Le président américain Barack Obama a perdu de toute évidence le contrôle sur ses conseillers clés dans les questions concernant la situation en Ukraine, notamment une éventuelle livraison d'armes létales à Kiev, constate le bimensuel américain The National Interest (NI).

Selon l'édition, le comportement de certains fonctionnaires de l'administration américaine "n'inspire pas confiance", parce qu'au lieu d'essayer de persuader le président de la nécessité de prendre une décision, ils préfèrent promouvoir directement leurs propres intérêts à l'insu du chef de l'Etat.

Chess

Russie : Poutine déclassifie le dossier de la Crimée

Image
© Inconnu
Les remarques franches émises par le président russe Vladimir Poutine pendant près d'une heure à la télévision vendredi, coïncidant avec le premier anniversaire du retour de la Crimée au sein de la Russie, sont les premiers récits complets du Kremlin sur les événements dramatiques qui ont suivi le changement de régime à Kiev en février de l'an dernier.

Poutine a divulgué quelques détails opérationnels, qui deviennent des pépites historiques. D'abord, Poutine a révélé que les « services russes de surveillance électronique » détenaient des informations spécifiques selon lesquelles les nationalistes extrémistes [néo-nazis, NdT] qui ont usurpé le pouvoir le 21 février 2014 avaient planifié l'élimination physique de l'ancien président Victor Ianoukovitch. Il n'a pas mentionné la CIA en tant que telle, mais il est évident que les Américains faisaient partie du tableau. Poutine a décrit comment « une escadrille d'hélicoptères russes avec une équipe de Spetsnaz » [sorte de GIGN, NdT] a finalement sauvé Ianoukovitch et l'a emmené en Crimée, où il a décidé de de se mettre à l'abri (avant de se rendre en Russie quelques jours plus tard).

Bomb

Les Etats-Unis menacent l'Allemagne de sanctions si elle accueille Snowden

Image
© AFP/ADAM BERRY
Lors d'une manifestation en Allemagne en soutien à Edward Snowden
Les Etats-Unis ont menacé de suspendre leur collaboration avec les services allemands en matière d'antiterrorisme si le pays accueillait le lanceur d'alerte Edward Snowden, révèle Glenn Greenwald, auteur des premiers articles sur le système de surveillance de masse de la NSA.

D'après M. Greenwald, le vice-chancelier allemand, Sigmar Gabriel, lui a expliqué que son gouvernement avait reçu un avertissement très clair de la part des Etats-Unis : en cas d'accueil d'Edward Snowden, « ils nous ont dit qu'ils cesseraient de nous alerter sur les menaces d'attentats qu'ils détectaient », a dit Sigmar Gabriel.

En Allemagne, où les documents Snowden ont notamment révélé le fait que le téléphone portable de la chancelière Merkel avait été mis sur écoute par les services américains, un mouvement en faveur de l'asile pour le lanceur d'alerte a donné lieu à plusieurs manifestations. Edward Snowden est toujours en Russie, où il bénéficie pour la deuxième anne consécutive d'un permis de séjour. Les pays européens avaient tous refusé de l'accueillir. Après avoir passé près d'un mois dans l'aéroport de Moscou, Edward Snowden, a finalement obtenu l'autorisation de rester en Russie.