Les Maîtres du Monde
Carte

Magnify

Nucléaire iranien : le reflux...

Image
© Inconnu
« Quand, dans ce grand organisme qu'est l'espèce humaine, chaque groupe humain qui participe à sa constitution comprendra-t-il qu'il ne peut avoir qu'un seul but, la survie de l'ensemble et non l'établissement de sa dominance sur les autres ? Aucun d'eux n'est représentatif à lui seul de l'espèce et ne détient à lui seul la vérité. » Henri Laborit (1).

Enfin, se dit-on, cet accord sur "le nucléaire iranien" est conclu !...

Procès en sorcellerie, ou procès d'intention, on ne savait plus comment qualifier ces négociations traînant depuis des années, serpent de mer ou escargot, déambulant, disparaissant, resurgissant, à petits pas, entre Suisse et Autriche : Genève, Lausanne, Vienne... A n'en plus finir... "Victoire diplomatique" ?... Dont le mérite serait à partager entre l'Iran et les grandes puissances ?... Langue de bois.

Plus lucidement, je dirais : "victoire du bon sens". Parvenir à un accord dans un contexte de tensions armées et belliqueuses, même mal ficelé, débordant d'ambigüités, étant préférable à "pas d'accord du tout". (2)

Dollar

Dictature européenne : l'accord de la capitulation grecque commenté par Yanis Varoufakis

Yannis Varoufakis a posté hier sur son blog des remarques critiques sur la Déclaration du Sommet Européen du 12 juillet 2015. Pour lui, cette Déclaration devrait entrer dans l'histoire sous l'appellation « Les Termes de la Capitulation Grecque ».

Dans le texte qui suit, les remarques de Yanis Varoufakis sont mises en italiques gras et entre crochets. Dans son court texte d'introduction, Y.V. nous invite à « lire » et à « pleurer« . Ce texte souligne s'il en était besoin la gravité tragique de la Capitulation grecque, entérinée hier soir par le vote du Parlement Grec.
Image
DÉCLARATION DU SOMMET EUROPÉEN, 12 JUILLET 2015

Le Sommet Européen souligne le besoin crucial de rétablir la confiance avec les Autorités Grecques [le gouvernement grec doit instaurer une nouvelle austérité encore plus drastique frappant les Grecs les plus vulnérables, qui ont déjà énormément souffert], condition préalable à un éventuel futur accord sur un nouveau programme du MES [pour le prolongement d'un prêt non viable]. À cet égard, il est essentiel que la maîtrise du processus revienne aux autorités grecques [le gouvernement Syriza doit reconnaître dans une déclaration qu'il a enfreint la "logique" de la troïka], et que les engagements politiques pris dans ce contexte soient suivis d'une mise en oeuvre effective.

On attend d'un membre de la zone euro demandant l'assistance financière du MES qu'il adresse, dans la mesure du possible, une requête similaire au FMI. Il s'agit d'une condition préalable pour que l'Eurogroupe accepte un nouveau programme du MES. La Grèce devra donc demander au FMI la poursuite de son soutien (contrôle et financement) à partir de mars 2016 [Berlin continue à croire que la Commission n'est pas digne de confiance pour "faire la police" de ses propres programmes de "sauvetage"].

Che Guevara

Nous sommes tous Grecs

Traduction: Nicolas Casaux

Image
Les pauvres et la classe ouvrière des États-Unis savent ce que c'est que d'être grec. Ils connaissent le sous-emploi et le chômage. Ils connaissent la vie sans revenus. Ils connaissent l'existence avec seulement quelques dollars par jour. Ils connaissent les coupures de gaz et d'électricité à cause de factures impayées. Ils connaissent le poids écrasant de la dette. Ils connaissent la maladie et l'inaptitude à se payer des soins médicaux. Ils connaissent la saisie de leurs maigres biens par l'État, un procédé appelé aux États-Unis « la confiscation civile », et qui a permis aux agences de police états-uniennes de confisquer plus de 3 milliards de dollars en cash et en propriété. Ils connaissent le désespoir profond et la renonciation qui surviennent lorsque les écoles, les bibliothèques, les cliniques de quartier, les services de soins journaliers, les routes, les ponts, les bâtiments publics et les programmes d'assistance sont négligés ou fermés. Ils connaissent le détournement des institutions démocratiques par les élites financières dans le but d'imposer une misère de grande ampleur au nom de l'austérité. Tout comme les Grecs, ils savent ce que c'est que d'être abandonné.

Les Grecs et les travailleurs pauvres des États-Unis subissent les mêmes privations parce qu'ils sont attaqués par le même système — le capitalisme corporatif. Il n'y a pas de contraintes internes au capitalisme corporatif. Et les quelques contraintes externes qui ont existé ont été supprimées. Le capitalisme corporatif, manipulant les institutions financières les plus puissantes du monde, y compris l'Eurogroupe, la banque mondiale, le fonds monétaire international et la réserve fédérale, fait ce qu'il est conçu pour faire : il transforme tout, y compris les êtres humains et le monde naturel, en marchandises à exploiter jusqu'à épuisement ou effondrement. Dans le procédé d'extraction, les syndicats sont brisés, les agences de régulation sont égorgées, les lois sont écrites par les lobbyistes corporatistes afin de légaliser la fraude et d'encourager les monopoles mondiaux, et les services publics sont privatisés. Des accords commerciaux secrets — dont même des élus officiels ayant vu les documents ne sont pas autorisés à parler — permettent aux oligarchies corporatistes d'amasser encore plus de pouvoir et d'engranger encore plus de profits au détriment des travailleurs. Pour faire gonfler ses profits, le capitalisme corporatiste pille, réprime et mène à la faillite des individus, des villes, des états et des gouvernements. Ultimement, il démolit les structures et les marchés qui rendent possible le capitalisme. Mais c'est une bien maigre consolation pour ceux qui subissent ses maux. Avant qu'il ne se détruise lui-même, il aura entraîné une misère humaine incommensurable dans son sillage.

Cow Skull

Monsanto sait depuis plus de 30 ans que le Roundup est cancérigène

Image
© AFP PHILIPPE HUGUEN
Monsanto pourrait être au courant depuis des années des risques du glyphosate, composant du RoundUp
De nouvelles révélations pourraient venir écorner l'image du géant Monsanto, déjà aux prises avec de nombreux scandales.

En mars dernier, l'OMS a établi que le glyphosate, composant principal du désherbant RoundUp, était possiblement cancérigène. Cette décision avait rapidement été contestée par Monsanto, qui estime que les preuves étaient "insuffisantes". Quelques mois plus tard, en juin, la ministre de l'Écologie Ségolène Royal a annoncé son intention d'interdire la vente du glyphosate en libre service. Là encore, Monsanto s'est indigné, se plaignant qu'aucune "raison légitime ne vienne justifier cette décision".

Pourtant, l'entreprise pourrait connaître depuis de nombreuses années du risque de cancer lié à son désherbant. Anthony Samsel, un chercheur américain issu du prestigieux Massachussets Institute of Technology de Cambridge, affirme avoir trouvé la preuve que la société Monsanto connaissait depuis 1981 les risques cancérigènes du glyphosate et en aurait caché l'existence.

Gold Coins

Quel est le problème avec notre système monétaire et comment y remédier ?

Traduit par Hervé, relu par jj

Image
© Inconnu
Aujourd'hui Dmitri Orlov laisse la parole à Adrian Kuzminski qui nous parle de la création monétaire. Si vous ne connaissez pas le sujet, si vous pensez que les banques distribuent le crédit à partir des dépôts bancaires, laissez tomber tout le reste, il est temps d'investir en priorité sur le sujet. Si on parle de complots, c'est le complot des élites contre les peuples. La mise en esclavage par la dette [le péonage] avec la participation volontaire de nous tous. Il est donc très intéressant et significatif de voir que Dmitri Orlov a une très bonne connaissance de ce sujet ultra sensible, la pierre angulaire du Système. A la fin de l'article, je vous propose de découvrir quelques liens complémentaires et un artiste atypique de la vulgarisation de la chose monétaire. Le Saker Francophone.

Quelque chose est profondément mauvais dans notre système financier mondial. Le pape François est seulement le dernier à sonner l'alarme :
« Les êtres humains et la nature ne doivent pas être au service de l'argent. Disons non à une économie de l'exclusion et des inégalités, où l'argent règne, plutôt que de rendre service. Cette économie tue. Cette économie exclut. Cette économie détruit la Terre-Mère. » Pape François

Bomb

Il y a 70 ans : Nagasaki, Hiroshima

Image
Il y a 70 ans presque jour pour jour Harold Agnew sortait en souriant d'un baraquement du projet Manhattan à Los Alamos avec une petite valise spéciale contenant le cœur de plutonium de la bombe « Fatman » qui allait être larguée le 9 août 1945 sur la ville de Nagasaki provoquant la mort instantanée d'environ 80000 personnes.

Triste anniversaire que de voir cet homme souriant, un simple ingénieur et employé de haut rang de l'armée américaine, alors qu'il savait que ce joujou allait être utilisé contre le Japon pour détruire une ville, tuer des civils et mettre fin à la guerre tout en assurant par la suite l'emprise hégémonique des USA sur le Japon et quelques autres pays de la région qui perdurera jusqu'à nos jours. La charge de plutonium d'environ 7 kilos - la taille d'une balle de tennis - conduisit à la fission effective de moins de un kilo en raison de la configuration loin d'être optimale des explosifs entourant cette charge. La puissance de l'explosion fut néanmoins près de deux fois plus élevée que celle d'Hiroshima, trois jours plus tôt.

Magnify

Un an après, à propos du vol MH17

Traduction : Christophe

Image
© Inconnu
« Il est évident que l'avion a été abattu par un missile sol-air lancé depuis la zone contrôlée par les séparatistes soutenus par la Russie. Les séparatistes n'ont pas pu agir seuls, ils ont eu le soutien de la Russie. » Voilà les paroles prononcées par le président américain Barack Obama le 18 juillet 2014, au lendemain de la catastrophe aérienne du Vol MH17 de Malaysia Airlines abattu dans la région de Donetsk.

Ses accusations sont toujours fidèlement enregistrées sur le site Web de la Maison-Blanche.

Quelques heures plus tard, le Secrétaire d'État américain John Kerry, parlant de la complicité de la Russie, en remit une couche : « Il existe un extraordinaire ensemble de preuves. Nous avons les photos du lancement de ce missile, nous connaissons sa trajectoire, nous savons à quel moment précis et d'où il est parti. »

Un an après, la réalité est bien différente. Les soi-disant preuves documentées dont parlaient les plus hautes autorités américaines n'ont jamais été montrées. Et l'enquête semble dans une impasse.

À ce jour, l'enquête menée par la Hollande, l'Ukraine, la Belgique, l'Australie, ainsi que tout récemment la Malaysie n'a pas encore rendu ses conclusions. Le seul document officiel reste le rapport préliminaire publié par le Dutch Safety Board, l'entité hollandaise en charge de la sécurité aérienne de ce vol. Le rapport définitif pourrait être disponible mi-octobre, selon les déclarations de cette même entité à l'ICAO (Organisation internationale de l'aviation civile) .

Dollars

TAFTA, TTIP, TISA : La Commission européenne passe 90% de son temps avec les lobbys industriels

Image
© CEO / SumOfUs
Des négociations menées en toute opacité dans le seul intérêt des multinationales : ce sombre tableau entourant le Tafta - le projet de traité commercial entre l'Europe et les Etats-Unis - est étayé par de nouvelles données compilées par l'Observatoire européen des entreprises (CEO) et SumOfUs, une organisation mondiale de défense des consommateurs. Sur les 597 réunions organisées entre janvier 2012 et février 2014 par la direction générale du commerce (DG Trade) sur le Tafta, 528 se sont tenues avec des acteurs du monde des affaires contre seulement 53 réunions avec des groupes d'intérêt public.
« Ainsi, note CEO, pour chaque rencontre avec un syndicat ou groupe de consommateurs, dix réunions ont eu lieu avec des entreprises et fédérations industrielles ». Des chiffres qui confirment pour les ONG « le biais dramatique en faveur des multinationales dans l'approche des accords commerciaux par la Commission européenne ».

Airplane

Selon des experts russes, le vol MH17 aurait été abattu par un missile israélien

Image
Selon un rapport publié sur le Web par des experts aéronautiques russes, le Boeing malaisien effectuant le vol MH17 aurait été abattu par un missile air-air de fabrication israélienne.

Un groupe d'experts aéronautiques russes a mis en ligne, sous couvert d'anonymat, les résultats de sa propre enquête sur le crash du Boeing malaisien dans l'est de l'Ukraine.

Ces résultats confirment la déposition d'Evgueni Agapov, technicien d'un aérodrome militaire dans la région de Dniepropetrovsk, qui, le jour de la catastrophe du Boeing le 17 juillet 2014, a vu un chasseur ukrainien Su-25 piloté par le capitaine Volochine décoller avec des missiles air-air, mais atterrir sans ces derniers.

Le rapport analyse, sur plusieurs dizaines de pages, les dommages subis par l'avion malaisien et la nature des chocs. La zone d'explosion du missile qui avait détruit le Boeing a été modélisée sur une maquette spécialement réalisée à cet effet. Les experts ont également calculé la masse de la charge explosive du missile: 10 à 40 kilogrammes.

Eye 1

Le Koweït impose un fichage ADN à toute sa population

Image

Le premier ministre du Koweït, Cheikh Jaber Al-Moubarak Al-Ahmad Al-Sabah, au Parlement, le 1er juillet. YASSER AL-ZAYYAT / AFP
Le Koweït a mis en place une mesure radicale et controversée pour lutter contre le terrorisme. Comme le rapporte le site de RFI, le Parlement de ce petit pays pétrolier a adopté mercredi 15 juillet, à la demande du gouvernement, une loi ordonnant aux citoyens koweïtiens ainsi qu'aux résidents étrangers de subir un test ADN afin d'établir une base de données nationale.

Le but de cette législation est de faciliter le travail d'investigations criminelles et policières, et ainsi procéder à des arrestations plus rapides. L'adoption de cette mesure fait suite à un attentat-suicide commis dans une mosquée chiite le 26 juin et revendiqué par l'Etat islamique, qui a fait 26 morts et 277 blessés.

Par ailleurs, les députés koweïtiens ont créé un fonds d'urgence de 400 millions de dollars (363 millions d'euros) afin de financer ce dispositif. Le Parlement a également prévu des sanctions d'un an de prison et jusqu'à 300 000 dollars d'amende (272 000 euros) pour tout Koweïtien refusant de se soumettre au fichage ADN.