Les Maîtres du Monde
Carte

Bomb

Pour le patron d'une banque allemande « Nous sommes dans la mère de toutes les bulles »

© inconnu
Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

C'est une déclaration que j'avais conservée précieusement et sur laquelle je souhaitais revenir car force est de constater que ces derniers temps, les langues se délient un peu et l'optimisme de façade qu'il convient d'afficher se lézarde alors que les mauvaises nouvelles s'accumulent.

Voici ce que vient de déclarer le patron de la plus grosse banque régionale allemande

Pour Hans-Jörg Vetter, le président de la banque allemande LBBW (Landesbank Baden-Württemberg), tenez-vous bien :

« Les risques ne sont plus pris en compte dans les cotations. Et ces investisseurs ne sont pas payés pour les risques qu'ils prennent. Cela s'applique à toutes les classes d'investissements. Les marchés boursiers et obligataires se trouvent maintenant dans la mère des bulles. Cela ne durera pas toujours. Et pas pendant très longtemps. Je ne peux pas dire quand cela va commencer à se déliter, mais à un moment donné, cela va se déliter à nouveau. »

Flashlight

Noam Chomsky : l'interview qui dénonce l'attitude de l'Occident

© Euronews
Noam Chomsky
"L'Europe est la servante des Etats-Unis"

Il est l'un des plus grands intellectuels du monde, auteur prolifique et anarchiste autoproclamé. A 86 ans l'âge ne semble pas le ralentir.
Il combat toute une série d'injustices, avec l'Occident en général dans sa ligne de mire.

Noam Chomsky nous as reçus dans son bureau à l'Institut de Technologie du Massachusetts.

Isabelle Kumar, euronews :
Noam Chomsky merci d'être avec nous. Le monde en 2015 semble très instable, mais d'une façon générale, êtes-vous plutôt optimiste ou pessimiste ?

Noam Chomsky :
Au niveau mondial, nous courons vers un précipice : nous ne pouvons que chuter dans l'abîme, ce qui réduit fortement nos chances d'une survie décente.

Isabelle Kumar, euronews :
De quel précipice s'agit-il?

Noam Chomsky :
Il y en a deux en fait : le premier est environnemental. Une catastrophe écologique est imminente, et nous n'avons que très peu de temps pour en la limiter. Nous n'allons pas dans le bon sens. L'autre date de 70 ans, c'est la menace d'une guerre nucléaire, qui est en fait toujours croissante. Si vous regardez bien ce dossier, c'est un miracle que nous ayons survécu.

Isabelle Kumar, euronews :
Regardons les questions environnementales d'abord. Nous avons demandé aux internautes, sur les réseaux sociaux, de nous envoyer des questions, et nous en avons reçu des milliers. Nous avons reçu cette question de Enoa Agoli, qui demande : " quand vous analysez la question de l'environnement avec le regard d'un philosophe , que pensez-vous du changement climatique ? "

Noam Chomsky :
L'espèce humaine est vieille d'environ 100 000 ans, et elle est maintenant face à un tournant de son histoire . Cette espèce est dans une position où elle va bientôt décider, d'ici quelques générations, si l'expérimentation de la vie dite intelligente peut continuer, ou si nous sommes déterminés à la détruire. Les scientifiques reconnaissent que les combustibles fossiles doivent être laissés dans le sous- sol si nos petits-enfants veulent avoir des perspectives décentes. Mais les structures institutionnelles de notre société font pression pour essayer d'extraire la moindre goutte. Les effets, les conséquences humaines prévisibles du changement climatique dans un avenir proche, sont catastrophiques et nous courons vers ce précipice.


Commentaire : Notez que les journalistes utilisent de plus en plus les termes de "changement climatique" au lieu de "réchauffement climatique". D'autres part ces changements ont une cause bien plus large que l'utilisation du pétrole. La Terre se trouve dans un système solaire qui l'influence et qui est lui-même soumis à des perturbations.


Isabelle Kumar, euronews :
En termes de guerre nucléaire, nous savons tous maintenant que l'Iran a conclu un accord préliminaire . Est-ce que cela ne vous donne pas une lueur d'espoir que le monde pourrait être un endroit plus sûr ?

Noam Chomsky :
Je suis pour les négociations avec l'Iran, mais ces discussions sont profondément viciées. Il y a deux états au Moyen-Orient qui multiplient des agressions, de la violence, des actes terroristes, des actes illégaux, en permanence. Ils sont tous les deux des États très puissants, dotés d'armes nucléaires et de tout un armement . Et leurs armes nucléaires ne sont pas prises en compte.

Isabelle Kumar, euronews :
A qui faites-vous allusion ?

Pistol

La « nouvelle Ukraine » terroriste et criminel assassine deux opposants

Image
L'Ukraine, ou plutôt sa version putschiste, avance vraisemblablement « à grands pas » dans la famille « européenne ». Un Etat, ou ce qu'il en reste, qui tourne désormais ouvertement vers la criminalité à tous les niveaux, ainsi que vers le terrorisme pur et simple.

L'Occident politique et médiatique, lui, ne fait que couvrir ces meurtres et atteintes à la liberté en ayant même le culot d'affirmer que l'Ukraine avance sérieusement sur « la voie européenne ».

Il est quand même incroyable de voir une fois encore l'hypocrisie des élites occidentales. Une hypocrisie que l'on avait abordée tellement de fois. Mais à un moment, cela dépasse toutes les limites possibles. Après la tragédie de l'avion de la Malaysia Airlines, des accusations hystériques et sans fondements s'en ont suivi de la part des médias et gouvernements occidentaux, visant tantôt les résistants de Novorossia, tantôt directement la Russie et Poutine. Aujourd'hui ces mêmes « bien-pensants » sont devenus bien « calmes ». On est même arrivé à la situation où l'on voit à l'heure actuelle qu'il n'y a que la Russie et ses alliés qui soient véritablement intéressés à faire lumière sur cette tragédie.

Puis on a eu le meurtre à Moscou de l'activiste libéral, figure assez emblématique des années chaotiques russes 1990, Boris Nemtsov. Là-encore, l'hystérie occidentale n'a pas manqué, que ce soit au niveau des médias du mainstream ou des gouvernements. Un assassinat qui avait tout d'une provocation. Néanmoins le gouvernement russe avait promis de faire toute la lumière sur ce meurtre. Parallèlement, ces mêmes élites occidentales jouaient aux aveugles sur les disparitions, parfois quotidiennes, qui se déroulaient en Ukraine. D'autant plus que les victimes étaient presque toujours d'anciens cadres du président Ianoukovitch, bien trop souvent retrouvés « suicidés », selon la thèse officielle kiévienne.

Eye 1

Totalitarisme 2.0 : une Assemblée de 30 députés adopte les boîtes noires qui surveilleront votre comportement

Animée par la colère de Bernard Cazeneuve qui ne comprend pas pourquoi l'Etat ne pourrait pas user d'outils de collecte et de traitement de données mis en place par Facebook ou Google, l'Assemblée nationale a adopté mercredi soir l'article 2 qui permettra d'imposer des "boîtes noires" aux FAI, hébergeurs et autres réseaux sociaux, pour détecter les comportements suspects de terrorisme en puissance.

Tard dans la nuit de mercredi à jeudi, une Assemblée nationale clairsemée a adopté les fameuses boîtes noires qui doivent permettre par des algorithmes de détecter les comportements suspects sur Internet. Le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve y aura mis tout ce qu'il pouvait de colère et d'indignation réelle ou feinte à l'encontre des "mensonges" prétendument proférés par "un puissant lobby", pour obtenir que les députés votent le dispositif, en usant d'une violente charge contre les Facebook et autres Google qui collectent eux-mêmes des données sur leurs utilisateurs, sans susciter l'émotion des parlementaires.

Puisque Facebook le fait et que cela ne dérange personne, il n'y a pas de raison que l'État ne puisse pas le faire, a-t-il vociféré en substance. Sans jamais paraître comprendre que les utilisateurs de Facebook fournissent les données qu'ils acceptent de fournir, alors que le Gouvernement demande à pouvoir potentiellement tout observer, sur tout le monde, sans possibilité pour quiconque d'échapper à la surveillance.

Propaganda

Falsification de l'histoire et puissance du mensonge

Traduction : Resistance 71

Image
© Inconnu
« J'essaie de réécrire l'histoire afin de refléter le point de vue de ces gens qui ont été exclus ; parce que l'histoire que nous avons jusqu'à présent n'a été que l'histoire vue d'en-haut, l'histoire du point de vue des politiciens, des généraux, des militaristes et des industriels... » ~ Howard Zinn ~

« Ce que l'histoire révisionniste nous enseigne est que notre inertie de citoyens à abandonner le pouvoir politique à une élite, a coûté au monde environ 200 millions de morts entre 1820 et 1975. Ajoutons à cela la misère non dite des camps de concentration, des prisonniers politiques, de l'oppression et de l'élimination de ceux que essaient de faire parvenir la vérité en pleine lumière... Arrêtons le cercle infernal des pillages et des récompenses immorales et les structures élitistes s'effondreront ; mais pas avant que la majorité d'entre nous ne trouve le courage moral et la force intérieure de rejeter le jeu frauduleux qu'on nous fait jouer et de le remplacer par les associations volontaires, les communes volontaires ou des sociétés décentralisées, ne s'arrêteront le pillage et le massacre. » ~ Antony C. Sutton, historien, 1977 ~

Gear

Ukraine : pourquoi les journalistes ne font-ils pas leur travail ?

Traduit par Dominique Muselet

Image
© Inconnu
Les médias de masse sont aux ordres des Etats
Au Forum russe mondial, le journaliste spécialiste des affaires étrangères, Patrick Smith, parle de l'état des médias, de la démocratie et de de l'empire aux États-Unis.

Voilà les points principaux du passionnant exposé de Smith

- Les médias américains entretiennent une relation malsaine avec le pouvoir politique depuis 1898 et le début des aventures impérialistes

- On peut avoir une démocratie ou on peut avoir un empire, mais on ne peut pas avoir les deux en même temps

- On peut avoir une presse en bonne santé ou on peut avoir des ambitions impérialistes, mais on ne peut pas avoir les deux

- La guerre froide a été une très mauvaise période pour les médias américains et ils ne s'en sont jamais remis

- En 2001, les médias ne se sont pas montrés à la hauteur de la situation et ils ont plié devant le pouvoir

- Les médias confondent quantité et qualité

- Contrairement à ce qu'ils prétendent, les médias américains fonctionnent comme une institution d'état

- L'Amérique arrive à la fin de sa phase impérialiste

- L'économie ukrainienne est une tragédie humanitaire

- Ce qu'on appelle les médias alternatifs n'est pas réellement une alternative; les médias alternatifs disent la vérité, mais ils ne peuvent pas vraiment percer pour la bonne raison qu'ils n'ont pas les moyens de production et les infrastructures des médias traditionnels.

Magnify

Ukraine : risques nucléaires, bombes sales

Image
© Sputnik. Alexei Kudenko
Dans son état actuel, l'Ukraine représente une menace pour toute l'Europe, écrit mardi le quotidien russe Rossiïskaïa gazeta.

Les paroles du secrétaire du Conseil de sécurité de l'Ukraine, Alexandre Tourtchinov, prononcées le jour de la "décommunisation" totale du pays, n'ont pas encore atteint, semble-t-il, la conscience des politiciens européens. Il affiche en effet son intention de créer une "arme efficace", peu importe qu'elle soit "sale" ou "propre". Le fait qu'un des hauts fonctionnaires de Kiev rêve d'une arme de destruction massive est déjà étonnant en soi. L'est encore plus celui que des "bombes sales" sont déjà posées sur le territoire de l'Ukraine, prêtes à exploser à tout moment.

Cult

La réalité pédocriminelle au sein des institutions françaises

Image
© Inconnu
Stan maillaud et Janett Seemann sont certainement le couple le plus actif concernant la lutte contre la pédocriminalité.

Dans cette vidéo de nombreux thèmes sont abordés qui convergent tous vers une même réalité : Révolution sexuelle de mai 68, mariage pour tous, gender, satanisme, zoophilie, meurtres, martyre des enfants, complicités aux plus hauts niveaux, mais aussi persécutions de la justice, harcèlement de la police...

Inouïe! si des affaires n'étaient pas déjà dévoilées officiellement impliquant depuis des dizaines d'années des personnalités politiques de premier plan, tant en Angleterre qu'en France, il serait impossible de croire Stan et Janett. Il y a eu aussi un rapport officiel de l'ONU, passé à l'étouffoir...On aimerait tant avoir des raisons de douter de la véracité de tout cela...

Après un long silence, ils reviennent et racontent les tourments que les autorités leur ont faites endurer pour les réduire au silence, tout en commentant les affaires qu'ils ont eu à connaître.

Des révélations explosives et très dures à entendre, mais qui devraient mettre les parents en garde contre l'école publique, l'éducation sexuelle, et l'enseignement du gender.

Eye 1

Loi Renseignement : le gouvernement réécrit son article sur les boîtes noires, pour dire la même chose

Image
Le Gouvernement a réécrit son article sur les boîtes noires du projet de loi Renseignement, mais en ne le retouchant qu'à la marge. Et encore.

Face aux pressions des hébergeurs qui ont menacé de suivre leurs clients qui partiraient à l'étranger stocker leurs données, le Gouvernement a accepté mercredi au terme d'une longue réunion de réécrire en partie l'article 2, qui prévoit de faire obligation aux FAI et hébergeurs d'accepter l'installation de boîtes noires censées permettre la détection de comportements présentant une menace terroriste sur les réseaux. Le ministère de l'intérieur n'a pas accepté de renoncer au dispositif, qui est pourtant le plus contesté du projet de loi, et sans aucun doute celui qui fait courir le plus de risques de dérives et d'opacité totale.

Le nouveau texte a été déposé à la dernière minute par le Gouvernement, après deux jours de débats, alors que l'examen de l'article 2 est attendu tard dans la nuit de mercredi à jeudi.

Quenelle - Golden

Une jeune femme se jette sur Mario Draghi lors d'une conférence de presse en direct


La jeune femme a interrompu la conférence de presse de Banque centrale européenne en se ruant sur Mario Draghi en hurlant «finissez la dictature de BCE !». Après la pause technique le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi a repris sa conférence de presse sur les taux d'intérêt dans la zone Euro.