Les Maîtres du Monde
Carte


Star of David

Gaza : un crime de guerre israélien filmé en direct

Samedi 23 août 2014, à Gaza-City, le régime israélien a bombardé un immeuble locatif palestinien de douze étages.

Cinquante familles y vivaient. Un premier « missile d'avertissement » a fait vingt-deux blessés. Cinq minutes plus tard, l'immeuble était anéanti.

En guise de « justification », le régime israélien a prétendu que l'immeuble était « une base du Hamas ».


Commentaire: À lire également : Le génocide israélien et ses complices volontaires

Star of David

Des Israéliens souhaitent la mort aux rescapés de l'Holocauste opposés à l'opération « bordure protectrice »

israel lunettes
Non, ce n'est pas The Onion (site parodique, genre Gorafi - NdT)

Il y a quelques jours, 300 survivants de l'Holocauste ont publié une annonce dans le New York Times pour condamner le massacre à Gaza. Mon collègue de Local Call, John Brown, a sélectionné quelques réponses sur Facebook publiées par des Israéliens en réaction à l'annonce.

J'en ai traduit quelques unes :

David Cohen : Ce ne sont pas des rescapés de l'Holocauste, probablement des collaborateurs des nazis.

Shmulik Halphon : Je les invite à retourner à Auschwitz.

Itzik Levy : ces rescapés étaient des kapos. Des traîtres gauchistes. C'est pour ça qu'ils vivent à l'étranger et pas dans l'état juif.

Vitali Guttman : Ca suffit, qu'ils meurent. Ils ont survécu à l'Holocauste uniquement pour un autre Holocauste à Israël dans l'opinion publique mondiale ?

Commentaire: À lire :Des survivants de l'holocauste appellent au boycott d'Israel

Rocket

Drone israélien abattu : l'Iran annonce qu'il va armer des Palestiniens

drone israélien
L'Iran a annoncé lundi son intention d' »accélérer l'armement » des Palestiniens en représailles à l'envoi d'un drone israélien d'espionnage abattu selon Téhéran au-dessus de l'Iran, selon un haut responsable des Gardiens de la révolution.

« Nous allons accélérer l'armement de la Cisjordanie et nous nous réservons le droit de donner toute réponse » à l'envoi de ce drone de « type Hermes » abattu alors qu'il s'approchait du site d'enrichissement d'uranium de Natanz (centre), a déclaré le général Amir-Ali Hajizadeh, le commandant des forces aérospatiales des Gardiens, selon leur site officiel Sepahnews.com.

L'Iran, qui ne reconnait pas l'existence d'Israël, a affirmé ces dernières semaines avoir fourni aux combattants palestiniens du Hamas et du Jihad islamique la technologie nécessaire pour la fabrication de missiles utilisés pour frapper les villes israéliennes depuis Gaza.
Smiley

Le James Foley ''décapité'' N'EST PAS James Foley

james foley
De mieux en mieux, ou de pire en pire, c'est selon. Pour tous ceux qui ont appris à prendre leur distances vis-à-vis des grands shows médiatiques orchestrés par la machinerie de guerre étasunienne, la mise en scène de l'égorgement ''public'' d'un journaliste américain était plus que probable quand on connait le contexte de l'évènement. De probable, la supercherie devient une évidence après un examen plus sérieux de la vidéo de la ''mise à mort'' de James Foley. Voir l'article : http://reseauinternational.net/execution-james-foley-fake/

Nous aurions pu conclure qu'il s'agit d'un fake de plus, et passer à autre chose, mais il serait bon de mettre en lumière tous les détails des méthodes employées pour qu'à l'avenir, nous soyons en mesure de nous prémunir contre les futurs montages et arnaques. Pour cela, il suffit de reprendre et réexaminer plus attentivement l'outil qu'ils nous ont eux-mêmes fourni, la vidéo, de n'y voir que ce que nous regardons, et non pas ce que l'on nous dit d'y voir.
Bad Guys

Extorsion, fonds vautours : explications en parole

© Inconnu
Depuis le 30 juillet dernier, l'Argentine est en défaut de paiement. NML (une filiale du fonds Elliott) et Aurelius, deux fameux fonds vautours réclament le remboursement de quelques 1,33 milliard de dollars que le pays leur doit.

Aucun accord ne parvient à être trouvé, l'Argentine n'ayant pas les fonds suffisants et les fonds vautours campant sur leur position, estimant que l'État n'a pas à s'exempter du règlement de ses dettes.

Qui sont les fonds vautours ? Le règlement de dettes doit-il s'appliquer de la même manière aux particuliers et aux États qui incarnent l'intérêt général ? L'effacement de dettes est-il une solution réaliste et envisageable ?

Le CADTM (Comité d'Annulation de la Dette du Tiers-Monde) est un réseau international qui réclame l'annulation sans condition des dettes des pays du Sud, mais aussi des dettes belge ou française. Son action s'incarne par du lobbying auprès de parlementaires et d'explications pédagogiques sous forme de conférences ou de tribunes dans la presse.

Le co-secrétaire général de la branche belge du CADTM, Renaud Vivien, est l'invité du 5/7 de l'été (émission du mercredi 20 août 2014).
Cowboy Hat

Irak et Moyen-orient : les projets américains

Traduction : Investig'Action

© Inconnu
La destitution du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki s'inscrit dans le cadre d'un vaste projet américain concernant l'Irak ainsi que l'ensemble du Moyen-Orient.Dans le contexte de la guerre contre l'État islamique (EI, anciennement EIIL), Washington est parvenu à faire d'une pierre deux coups, comme le dit le dicton. En plus d'avoir révoqué un dirigeant politique qui s'est montré problématique en raison de son opposition à la présence militaire des États-Unis en Irak, ainsi que pour son fervent soutien à la Syrie et à son président Assad, les États-Unis ont également créé les conditions pour le démembrement de l'État irakien.

Les États-Unis ainsi que leurs alliés soutiennent en réalité « l'indépendance » de la région kurde au nord du pays en utilisant l'EI comme prétexte pratique pour armer et soutenir ouvertement les forces kurdes. Bien entendu, il ne faut pas chercher de l'altruisme dans les motivations de Washington. Cette stratégie a plutôt pour objectif de bénéficier aux compagnies pétrolières occidentales qui sont obnubilées par l'argent et sont impatientes de pouvoir négocier directement avec le président kurde Barzani.
Magnify

Ballet énergétique entre l'Iran, la Russie et le « Pipelinistan »

Traduit par Daniel pour vineyardsaker.fr

Le ballet diplomatique fascinant portant sur le nucléaire et l'énergie que se livrent l'Iran, la Russie, les États-Unis et l'Union européenne est en voie de déterminer la suite du nouveau grand jeu en Eurasie.


Commençons par le dossier nucléaire iranien.

Le conseiller juridique du ministère des Affaires étrangères de l'Iran, M. DJamchid Momtaz, a été contraint de clarifier que l'accord intérimaire sur le nucléaire iranien, signé par l'Iran et les pays du groupe P-5+1 en novembre 2013, n'est pas un accord international... encore.

À l'heure actuelle, l'écart entre les États-Unis, la Russie, la Chine, la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne d'une part, et l'Iran d'autre part, demeure très grand. Pour l'essentiel, l'écart qui compte vraiment est celui qui sépare Washington de Téhéran. Ce qui veut dire, hélas, que la très importante brigade de saboteurs, qui compte parmi ses rangs les néoconservateurs étatsuniens, des bellicistes de tout acabit, Israël et la maison des Saoud, disposent de quelques mois de plus pour faire dérailler l'accord.
Arrow Down

Hollande au plus bas, Valls en chute libre

Sombre rentrée pour l'exécutif. Selon notre baromètre mensuel, le Président perd un point (17%) et le Premier ministre est en chute libre. Il plonge de neuf points (36%). Le charme est rompu avec l'opinion.

Le plongeon record de Manuel Valls ferait presque passer pour une bonne nouvelle la perte de seulement un point pour François Hollande. Avec 17% de satisfaction auprès des Français, le chef de l'Etat bat pourtant encore son propre record d'impopularité et dépasse pour la cinquième fois consécutive les 80% de mécontents. Il est minoritaire dans toutes les catégories y compris chez les sympathisants socialistes (-13).

Mais le fait préoccupant pour l'exécutif c'est bien sûr le spectaculaire recul de Manuel Valls. Il perd neuf points, sa plus forte baisse depuis sa nomination à Matignon, et séduit seulement 36% des sondés. Le Premier ministre chute de quinze points en deux mois. 20 en trois mois. Ce mois-ci il perd dans toutes les catégories : -16 chez les plus de 65 ans ; -17 chez les cadres, -11 et -9 respectivement au PS et à l'UMP. "L'absence de résultats perçus sur le terrain économique par les Français atteint le Premier ministre comme le chef de l'Etat, explique Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop. Il y a une déception car sa nomination avait suscité un espoir par rapport à Jean-Marc Ayrault. Pour les Français, son discours volontariste tranche avec ses résultats", conclut le sondeur.
Star of David

Israël ouvre sa boite de Pandore : Gaza

Traduction : Dominique Muselet

© Inconnu
« La campagne israélienne de bombardements à Gaza a mis le Hamas au premier plan de la cause palestinienne, créant par le fait une nouvelle réalité qui va poser des problèmes à Israël », analyse David Hearst dans Middle East Eye.

Si Benyamin Netanyahou n'avait pas décidé de prendre comme prétexte le meurtre des trois colons pour lancer un pogrom contre le Hamas en Cisjordanie et ensuite attaquer Gaza, le statu quo qui était éminemment favorable à Israël tiendrait toujours.

Le gouvernement d'unité Fatah-Hamas n'aurait été uni que sur le papier et il serait passé d'une crise à l'autre sous l'égide de Mahmoud Abbas. Les salaires des 50 000 fonctionnaires de Gaza n'auraient pas été payés. Le Hamas serait toujours contenu dans une petite boîte appelée Gaza, sans argent et sans accès au monde extérieur, avec une frontière égyptienne encore plus hermétique que la frontière israélienne.
Bomb

Ukraine : la vraie menace états-unienne

Traduction : Jacques Bélanger pour vineyardsaker

© Inconnu
Les États‑Unis ont averti Moscou d'être « très prudente » dans ses choix après que Vladimir Poutine a placé les forces armées de l'ouest de la Russie en état d'alerte, en réponse à l'escalade des tensions observée en Ukraine. Il s'agit manifestement là d'une menace, mais de laquelle au juste ?
Les États‑Unis soutiennent ce qu'ils appellent hypocritement une opération « antiterroriste » dans l'est de l'Ukraine, et ce, même après avoir introduit des tireurs d'élite chargés de tirer sans discernement sur la foule de la place Maidan pour parvenir à leurs fins. Pour que leur stratégie puisse se poursuivre, les actifs de l'Otan et le financement étasunien sont déjà utilisés au‑delà de leurs limites en Syrie, les États‑Unis et les « soldats en chocolat » du gouvernement ukrainien nouvellement porté au pouvoir en étant pratiquement rendus à recruter des enfants dans les rues de l'ouest du pays pour les envoyer au front comme chair à canon après un mois d'entraînement.
Quelle est donc cette menace accrue qui plane maintenant ?
Top